La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Michael Fabiano, l'aristocrate de la scène lyrique

Retour attendu à Bastille du ténor Michael Fabiano dans le rôle du Duc de Mantoue dans l'opéra de Verdi, "Rigoletto", dont la première est fixée au 11 avril 2016. Cette nouvelle production confiée au metteur en scène Claus Guth devrait lui permettre de défendre une vision inédite d'un personnage qu'il connaît bien. Rencontre avec un jeune chanteur que les très grandes scènes lyriques s'arrachent.



Michael Fabiano dans "Poliuto" © Glyndebourne Festival 2015/Tristram Kenton.
Michael Fabiano dans "Poliuto" © Glyndebourne Festival 2015/Tristram Kenton.
Michael Fabiano, à trente-et-un ans seulement, triomphe sur les scènes les plus prestigieuses dans un répertoire toujours plus large. Après une prise de rôle remarquée (Lensky dans "Eugène Onéguine") à Covent Garden en décembre dernier, le ténor américain revient à Paris où son Faust (celui de Gounod) est encore dans toutes les mémoires. Il incarnera en avril un personnage qu'il apprécie, celui du Duc de Mantoue (1), dans "Rigoletto" de Verdi - un de ses compositeurs fétiches.

Cet amoureux de la capitale française, dont les racines sont anglaises, irlandaises et italiennes, nous reçoit dans un très bel hôtel particulier du dix-huitième siècle dans un quartier chargé d'histoire. Avec une courtoisie vraiment patricienne, attentif à se faire bien comprendre, Michael Fabiano nous a livré ses impressions sur ce nouveau spectacle.

Christine Ducq - Avez-vous vraiment une attirance spéciale pour Paris ?

Michael Fabiano - J'aime énormément cette ville. J'y suis venu il y a très longtemps, bien avant mes débuts dans "Otello" (en 2011, NDLR), pour des auditions. Tout me semble plus grand ici. J'apprécie les gens, la culture et la gastronomie ! Je suis ravi d'être parisien pendant soixante-dix jours.

© DR
© DR
Aimez-vous aussi le public français ?

Michael Fabiano - Beaucoup. C'est un des publics les plus connaisseurs qui soient, particulièrement pour l'opéra pour lequel il a clairement un amour profond. C'est un grand honneur et un vrai plaisir de chanter devant un tel auditoire.

Vous êtes un des rares chanteurs à avoir déclaré ne pas être gêné par l'acoustique de Bastille, n'est-ce-pas ?

Michael Fabiano - L'acoustique de cette salle ne me pose pas de problème. Ma voix fonctionne bien dans de grands théâtres. Je peux chanter toutes les nuances, piano, forte, mezzopiano ou mezzovoce, et qu'on m'entende de n'importe quelle place - parce que j'ai appris à contrôler mon instrument. Une salle comme Bastille me permet de jouer des dynamiques - afin que ma voix puisse prendre aussi une vraie ampleur. Et l'orchestre de l'Opéra est tellement fantastique ! Chanter avec une formation de ce niveau - avec ce très beau son si plein et équilibré - est essentiel.

Vous connaissez bien le chef Nicola Luisotti qui va diriger ce "Rigoletto", puisqu'il est directeur musical à l'Opéra de San Francisco dont vous êtes familier. Comment se passe le travail avec lui ?

Michael Fabiano - Nous nous entendons à merveille et avons une belle complicité. En tant que chef son énergie me plaît, tout comme sa rigueur.

Comment expliquez-vous votre réussite à seulement trente-et-un ans ?

Michael Fabiano - J'ai commencé très tôt et j'ai toujours cru en l'importance d'adopter une stratégie à long terme pour construire une carrière. Je me suis toujours demandé ce qu'il adviendrait d'elle dans les dix ans suivants et finalement je réalise aujourd'hui les rêves entrevus à mes débuts.

Michael Fabiano,  Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
N'est-ce que de la stratégie ou ne se glisse-t-il pas un peu d'angoisse dans ce désir de se projeter dans l'avenir ?

Michael Fabiano - C'est une bonne question. Tous les chanteurs éprouvent des difficultés étant donné leur énorme responsabilité vis-à-vis du public. De nos jours la pression est beaucoup plus forte puisque nous sommes toujours exposés - et nos performances enregistrées en direct. Nous devons satisfaire à de très grandes attentes en étant toujours au meilleur niveau. Ce n'était pas le cas pour les chanteurs des générations précédentes comme Maria Callas, Montserrat Caballé ou Luciano Pavarotti. Pas de caméras alors aux répétitions et pas d'opéras retransmis en direct au cinéma ou à la télévision.

Aussi nous sommes soumis à un stress certain, mais l'artiste doit être confiant dans le projet artistique dans lequel il s'inscrit grâce à une préparation sans faille. Le travail est le secret pour échapper à l'angoisse. Ici à Bastille nous répétons six heures par jour. Il nous reste donc beaucoup de temps pour réfléchir, prendre du recul et nous détendre. Je crois vraiment qu'il faut s'adonner à d'autres activités dans ce temps libre - en ce qui me concerne, ce sont mes fondations (2). Monter sur scène et chanter est un vrai privilège. Mes autres activités me rappellent quelle chance j'ai de pouvoir partager ma passion de la musique avec le public.

© DR.
© DR.
Vous vous êtes fait connaître dans Donizetti et Verdi. Quel répertoire chérissez-vous aujourd'hui ?

Michael Fabiano - J'adore ces deux compositeurs bien-sûr. J'aime beaucoup aussi les compositeurs français - d'ailleurs je chanterai dans "Hérodiade" de Massenet l'an prochain. J'apprécie particulièrement Gounod et Bizet, et d'autres italiens tel Puccini.

Comment voyez-vous le personnage du Duc de Mantoue dans "Rigoletto" ? Plutôt un jouisseur hédoniste ou un séducteur cynique ?

Michael Fabiano - Le metteur en scène Claus Guth emploie souvent le mot "dandy" pour caractériser le Duc. Dans sa vision, c'est un rebelle qui tient de James Dean, avec cigarette et blouson de cuir. Suivant les productions, le Duc présente de nombreuses facettes. Dans celle-ci, je pense qu'il aime la vie et qu'il profite à fond de toutes les occasions qui se présentent à lui. Il peut mourir à tout moment à cause de ses excès - l'alcool, la drogue, les voitures rapides et les femmes…

Michael Fabiano dans "Lucrezia Borgia", San Francisco Opera © Cory Weaver.
Michael Fabiano dans "Lucrezia Borgia", San Francisco Opera © Cory Weaver.
L'intrigue est actualisée, comme vous le voyez, et cela me plaît. Le monde de l'opéra est en pleine mutation et les metteurs en scène les plus doués tentent d'intéresser les jeunes générations. Je suis persuadé qu'il faut innover car je crains que nous soyons en train de perdre le jeune public - très investi dans les réseaux sociaux et accro à l'image. Avec une esthétique frappante un excellent homme de théâtre, comme Claus Guth, peut réussir à le séduire - tout en restant musicalement crédible. Il faut être moderne tout en restant pertinent par rapport aux œuvres et à la partition. Ce qui est le cas d'un metteur en scène comme lui. Je ferai de mon mieux pour que sa vision prenne vie.

(1) Le ténor chantera le rôle jusqu'au 5 mai. Francesco Demuro lui succèdera jusqu'au 30 mai 2016 (ainsi que les 20 et 28 avril).
(2) Michael Fabiano se bat pour que les enfants éloignés du monde des arts aient accès à une éducation artistique. Il s'agit pour lui non seulement de leur faire profiter des mêmes opportunités dont il a bénéficié, enfant, mais aussi de préparer pour l'avenir le renouvellement du public de l'opéra.


Interview réalisée le 8 mars 2016. Tous nos remerciements à Inès Bettaieb pour sa collaboration à l'interview (donnée en anglais). Propos traduits par nos soins.

Du 11 avril au 30 mai 2016.
Opéra national de Paris,
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
"Rigoletto" (1851).
Opéra en trois actes.
Musique de Giuseppe Verdi.
Livret de Francesco Maria Piave d'après V. Hugo.
En langue italienne surtitrée en français et en anglais.

Nicola Luisotti, direction musicale.
Claus Guth, mise en scène.
Michael Fabiano/Francesco Demuro, Il Duca di Mantova.
Quinn Quelsey/Franco Vassallo, Rigoletto.
Olga Peretyatko/Irina Lungu, Gilda.

Christine Ducq
Jeudi 24 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Spectacle à la Une

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020