La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Michael Fabiano, l'aristocrate de la scène lyrique

Retour attendu à Bastille du ténor Michael Fabiano dans le rôle du Duc de Mantoue dans l'opéra de Verdi, "Rigoletto", dont la première est fixée au 11 avril 2016. Cette nouvelle production confiée au metteur en scène Claus Guth devrait lui permettre de défendre une vision inédite d'un personnage qu'il connaît bien. Rencontre avec un jeune chanteur que les très grandes scènes lyriques s'arrachent.



Michael Fabiano dans "Poliuto" © Glyndebourne Festival 2015/Tristram Kenton.
Michael Fabiano dans "Poliuto" © Glyndebourne Festival 2015/Tristram Kenton.
Michael Fabiano, à trente-et-un ans seulement, triomphe sur les scènes les plus prestigieuses dans un répertoire toujours plus large. Après une prise de rôle remarquée (Lensky dans "Eugène Onéguine") à Covent Garden en décembre dernier, le ténor américain revient à Paris où son Faust (celui de Gounod) est encore dans toutes les mémoires. Il incarnera en avril un personnage qu'il apprécie, celui du Duc de Mantoue (1), dans "Rigoletto" de Verdi - un de ses compositeurs fétiches.

Cet amoureux de la capitale française, dont les racines sont anglaises, irlandaises et italiennes, nous reçoit dans un très bel hôtel particulier du dix-huitième siècle dans un quartier chargé d'histoire. Avec une courtoisie vraiment patricienne, attentif à se faire bien comprendre, Michael Fabiano nous a livré ses impressions sur ce nouveau spectacle.

Christine Ducq - Avez-vous vraiment une attirance spéciale pour Paris ?

Michael Fabiano - J'aime énormément cette ville. J'y suis venu il y a très longtemps, bien avant mes débuts dans "Otello" (en 2011, NDLR), pour des auditions. Tout me semble plus grand ici. J'apprécie les gens, la culture et la gastronomie ! Je suis ravi d'être parisien pendant soixante-dix jours.

© DR
© DR
Aimez-vous aussi le public français ?

Michael Fabiano - Beaucoup. C'est un des publics les plus connaisseurs qui soient, particulièrement pour l'opéra pour lequel il a clairement un amour profond. C'est un grand honneur et un vrai plaisir de chanter devant un tel auditoire.

Vous êtes un des rares chanteurs à avoir déclaré ne pas être gêné par l'acoustique de Bastille, n'est-ce-pas ?

Michael Fabiano - L'acoustique de cette salle ne me pose pas de problème. Ma voix fonctionne bien dans de grands théâtres. Je peux chanter toutes les nuances, piano, forte, mezzopiano ou mezzovoce, et qu'on m'entende de n'importe quelle place - parce que j'ai appris à contrôler mon instrument. Une salle comme Bastille me permet de jouer des dynamiques - afin que ma voix puisse prendre aussi une vraie ampleur. Et l'orchestre de l'Opéra est tellement fantastique ! Chanter avec une formation de ce niveau - avec ce très beau son si plein et équilibré - est essentiel.

Vous connaissez bien le chef Nicola Luisotti qui va diriger ce "Rigoletto", puisqu'il est directeur musical à l'Opéra de San Francisco dont vous êtes familier. Comment se passe le travail avec lui ?

Michael Fabiano - Nous nous entendons à merveille et avons une belle complicité. En tant que chef son énergie me plaît, tout comme sa rigueur.

Comment expliquez-vous votre réussite à seulement trente-et-un ans ?

Michael Fabiano - J'ai commencé très tôt et j'ai toujours cru en l'importance d'adopter une stratégie à long terme pour construire une carrière. Je me suis toujours demandé ce qu'il adviendrait d'elle dans les dix ans suivants et finalement je réalise aujourd'hui les rêves entrevus à mes débuts.

Michael Fabiano,  Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
N'est-ce que de la stratégie ou ne se glisse-t-il pas un peu d'angoisse dans ce désir de se projeter dans l'avenir ?

Michael Fabiano - C'est une bonne question. Tous les chanteurs éprouvent des difficultés étant donné leur énorme responsabilité vis-à-vis du public. De nos jours la pression est beaucoup plus forte puisque nous sommes toujours exposés - et nos performances enregistrées en direct. Nous devons satisfaire à de très grandes attentes en étant toujours au meilleur niveau. Ce n'était pas le cas pour les chanteurs des générations précédentes comme Maria Callas, Montserrat Caballé ou Luciano Pavarotti. Pas de caméras alors aux répétitions et pas d'opéras retransmis en direct au cinéma ou à la télévision.

Aussi nous sommes soumis à un stress certain, mais l'artiste doit être confiant dans le projet artistique dans lequel il s'inscrit grâce à une préparation sans faille. Le travail est le secret pour échapper à l'angoisse. Ici à Bastille nous répétons six heures par jour. Il nous reste donc beaucoup de temps pour réfléchir, prendre du recul et nous détendre. Je crois vraiment qu'il faut s'adonner à d'autres activités dans ce temps libre - en ce qui me concerne, ce sont mes fondations (2). Monter sur scène et chanter est un vrai privilège. Mes autres activités me rappellent quelle chance j'ai de pouvoir partager ma passion de la musique avec le public.

© DR.
© DR.
Vous vous êtes fait connaître dans Donizetti et Verdi. Quel répertoire chérissez-vous aujourd'hui ?

Michael Fabiano - J'adore ces deux compositeurs bien-sûr. J'aime beaucoup aussi les compositeurs français - d'ailleurs je chanterai dans "Hérodiade" de Massenet l'an prochain. J'apprécie particulièrement Gounod et Bizet, et d'autres italiens tel Puccini.

Comment voyez-vous le personnage du Duc de Mantoue dans "Rigoletto" ? Plutôt un jouisseur hédoniste ou un séducteur cynique ?

Michael Fabiano - Le metteur en scène Claus Guth emploie souvent le mot "dandy" pour caractériser le Duc. Dans sa vision, c'est un rebelle qui tient de James Dean, avec cigarette et blouson de cuir. Suivant les productions, le Duc présente de nombreuses facettes. Dans celle-ci, je pense qu'il aime la vie et qu'il profite à fond de toutes les occasions qui se présentent à lui. Il peut mourir à tout moment à cause de ses excès - l'alcool, la drogue, les voitures rapides et les femmes…

Michael Fabiano dans "Lucrezia Borgia", San Francisco Opera © Cory Weaver.
Michael Fabiano dans "Lucrezia Borgia", San Francisco Opera © Cory Weaver.
L'intrigue est actualisée, comme vous le voyez, et cela me plaît. Le monde de l'opéra est en pleine mutation et les metteurs en scène les plus doués tentent d'intéresser les jeunes générations. Je suis persuadé qu'il faut innover car je crains que nous soyons en train de perdre le jeune public - très investi dans les réseaux sociaux et accro à l'image. Avec une esthétique frappante un excellent homme de théâtre, comme Claus Guth, peut réussir à le séduire - tout en restant musicalement crédible. Il faut être moderne tout en restant pertinent par rapport aux œuvres et à la partition. Ce qui est le cas d'un metteur en scène comme lui. Je ferai de mon mieux pour que sa vision prenne vie.

(1) Le ténor chantera le rôle jusqu'au 5 mai. Francesco Demuro lui succèdera jusqu'au 30 mai 2016 (ainsi que les 20 et 28 avril).
(2) Michael Fabiano se bat pour que les enfants éloignés du monde des arts aient accès à une éducation artistique. Il s'agit pour lui non seulement de leur faire profiter des mêmes opportunités dont il a bénéficié, enfant, mais aussi de préparer pour l'avenir le renouvellement du public de l'opéra.


Interview réalisée le 8 mars 2016. Tous nos remerciements à Inès Bettaieb pour sa collaboration à l'interview (donnée en anglais). Propos traduits par nos soins.

Du 11 avril au 30 mai 2016.
Opéra national de Paris,
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
"Rigoletto" (1851).
Opéra en trois actes.
Musique de Giuseppe Verdi.
Livret de Francesco Maria Piave d'après V. Hugo.
En langue italienne surtitrée en français et en anglais.

Nicola Luisotti, direction musicale.
Claus Guth, mise en scène.
Michael Fabiano/Francesco Demuro, Il Duca di Mantova.
Quinn Quelsey/Franco Vassallo, Rigoletto.
Olga Peretyatko/Irina Lungu, Gilda.

Christine Ducq
Jeudi 24 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019