Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Michael Fabiano, l'aristocrate de la scène lyrique

Retour attendu à Bastille du ténor Michael Fabiano dans le rôle du Duc de Mantoue dans l'opéra de Verdi, "Rigoletto", dont la première est fixée au 11 avril 2016. Cette nouvelle production confiée au metteur en scène Claus Guth devrait lui permettre de défendre une vision inédite d'un personnage qu'il connaît bien. Rencontre avec un jeune chanteur que les très grandes scènes lyriques s'arrachent.



Michael Fabiano dans "Poliuto" © Glyndebourne Festival 2015/Tristram Kenton.
Michael Fabiano dans "Poliuto" © Glyndebourne Festival 2015/Tristram Kenton.
Michael Fabiano, à trente-et-un ans seulement, triomphe sur les scènes les plus prestigieuses dans un répertoire toujours plus large. Après une prise de rôle remarquée (Lensky dans "Eugène Onéguine") à Covent Garden en décembre dernier, le ténor américain revient à Paris où son Faust (celui de Gounod) est encore dans toutes les mémoires. Il incarnera en avril un personnage qu'il apprécie, celui du Duc de Mantoue (1), dans "Rigoletto" de Verdi - un de ses compositeurs fétiches.

Cet amoureux de la capitale française, dont les racines sont anglaises, irlandaises et italiennes, nous reçoit dans un très bel hôtel particulier du dix-huitième siècle dans un quartier chargé d'histoire. Avec une courtoisie vraiment patricienne, attentif à se faire bien comprendre, Michael Fabiano nous a livré ses impressions sur ce nouveau spectacle.

Christine Ducq - Avez-vous vraiment une attirance spéciale pour Paris ?

Michael Fabiano - J'aime énormément cette ville. J'y suis venu il y a très longtemps, bien avant mes débuts dans "Otello" (en 2011, NDLR), pour des auditions. Tout me semble plus grand ici. J'apprécie les gens, la culture et la gastronomie ! Je suis ravi d'être parisien pendant soixante-dix jours.

© DR
© DR
Aimez-vous aussi le public français ?

Michael Fabiano - Beaucoup. C'est un des publics les plus connaisseurs qui soient, particulièrement pour l'opéra pour lequel il a clairement un amour profond. C'est un grand honneur et un vrai plaisir de chanter devant un tel auditoire.

Vous êtes un des rares chanteurs à avoir déclaré ne pas être gêné par l'acoustique de Bastille, n'est-ce-pas ?

Michael Fabiano - L'acoustique de cette salle ne me pose pas de problème. Ma voix fonctionne bien dans de grands théâtres. Je peux chanter toutes les nuances, piano, forte, mezzopiano ou mezzovoce, et qu'on m'entende de n'importe quelle place - parce que j'ai appris à contrôler mon instrument. Une salle comme Bastille me permet de jouer des dynamiques - afin que ma voix puisse prendre aussi une vraie ampleur. Et l'orchestre de l'Opéra est tellement fantastique ! Chanter avec une formation de ce niveau - avec ce très beau son si plein et équilibré - est essentiel.

Vous connaissez bien le chef Nicola Luisotti qui va diriger ce "Rigoletto", puisqu'il est directeur musical à l'Opéra de San Francisco dont vous êtes familier. Comment se passe le travail avec lui ?

Michael Fabiano - Nous nous entendons à merveille et avons une belle complicité. En tant que chef son énergie me plaît, tout comme sa rigueur.

Comment expliquez-vous votre réussite à seulement trente-et-un ans ?

Michael Fabiano - J'ai commencé très tôt et j'ai toujours cru en l'importance d'adopter une stratégie à long terme pour construire une carrière. Je me suis toujours demandé ce qu'il adviendrait d'elle dans les dix ans suivants et finalement je réalise aujourd'hui les rêves entrevus à mes débuts.

Michael Fabiano,  Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
N'est-ce que de la stratégie ou ne se glisse-t-il pas un peu d'angoisse dans ce désir de se projeter dans l'avenir ?

Michael Fabiano - C'est une bonne question. Tous les chanteurs éprouvent des difficultés étant donné leur énorme responsabilité vis-à-vis du public. De nos jours la pression est beaucoup plus forte puisque nous sommes toujours exposés - et nos performances enregistrées en direct. Nous devons satisfaire à de très grandes attentes en étant toujours au meilleur niveau. Ce n'était pas le cas pour les chanteurs des générations précédentes comme Maria Callas, Montserrat Caballé ou Luciano Pavarotti. Pas de caméras alors aux répétitions et pas d'opéras retransmis en direct au cinéma ou à la télévision.

Aussi nous sommes soumis à un stress certain, mais l'artiste doit être confiant dans le projet artistique dans lequel il s'inscrit grâce à une préparation sans faille. Le travail est le secret pour échapper à l'angoisse. Ici à Bastille nous répétons six heures par jour. Il nous reste donc beaucoup de temps pour réfléchir, prendre du recul et nous détendre. Je crois vraiment qu'il faut s'adonner à d'autres activités dans ce temps libre - en ce qui me concerne, ce sont mes fondations (2). Monter sur scène et chanter est un vrai privilège. Mes autres activités me rappellent quelle chance j'ai de pouvoir partager ma passion de la musique avec le public.

© DR.
© DR.
Vous vous êtes fait connaître dans Donizetti et Verdi. Quel répertoire chérissez-vous aujourd'hui ?

Michael Fabiano - J'adore ces deux compositeurs bien-sûr. J'aime beaucoup aussi les compositeurs français - d'ailleurs je chanterai dans "Hérodiade" de Massenet l'an prochain. J'apprécie particulièrement Gounod et Bizet, et d'autres italiens tel Puccini.

Comment voyez-vous le personnage du Duc de Mantoue dans "Rigoletto" ? Plutôt un jouisseur hédoniste ou un séducteur cynique ?

Michael Fabiano - Le metteur en scène Claus Guth emploie souvent le mot "dandy" pour caractériser le Duc. Dans sa vision, c'est un rebelle qui tient de James Dean, avec cigarette et blouson de cuir. Suivant les productions, le Duc présente de nombreuses facettes. Dans celle-ci, je pense qu'il aime la vie et qu'il profite à fond de toutes les occasions qui se présentent à lui. Il peut mourir à tout moment à cause de ses excès - l'alcool, la drogue, les voitures rapides et les femmes…

Michael Fabiano dans "Lucrezia Borgia", San Francisco Opera © Cory Weaver.
Michael Fabiano dans "Lucrezia Borgia", San Francisco Opera © Cory Weaver.
L'intrigue est actualisée, comme vous le voyez, et cela me plaît. Le monde de l'opéra est en pleine mutation et les metteurs en scène les plus doués tentent d'intéresser les jeunes générations. Je suis persuadé qu'il faut innover car je crains que nous soyons en train de perdre le jeune public - très investi dans les réseaux sociaux et accro à l'image. Avec une esthétique frappante un excellent homme de théâtre, comme Claus Guth, peut réussir à le séduire - tout en restant musicalement crédible. Il faut être moderne tout en restant pertinent par rapport aux œuvres et à la partition. Ce qui est le cas d'un metteur en scène comme lui. Je ferai de mon mieux pour que sa vision prenne vie.

(1) Le ténor chantera le rôle jusqu'au 5 mai. Francesco Demuro lui succèdera jusqu'au 30 mai 2016 (ainsi que les 20 et 28 avril).
(2) Michael Fabiano se bat pour que les enfants éloignés du monde des arts aient accès à une éducation artistique. Il s'agit pour lui non seulement de leur faire profiter des mêmes opportunités dont il a bénéficié, enfant, mais aussi de préparer pour l'avenir le renouvellement du public de l'opéra.


Interview réalisée le 8 mars 2016. Tous nos remerciements à Inès Bettaieb pour sa collaboration à l'interview (donnée en anglais). Propos traduits par nos soins.

Du 11 avril au 30 mai 2016.
Opéra national de Paris,
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
Michael Fabiano, Rodolfo dans "La Bohème" © Cory Weaver.
"Rigoletto" (1851).
Opéra en trois actes.
Musique de Giuseppe Verdi.
Livret de Francesco Maria Piave d'après V. Hugo.
En langue italienne surtitrée en français et en anglais.

Nicola Luisotti, direction musicale.
Claus Guth, mise en scène.
Michael Fabiano/Francesco Demuro, Il Duca di Mantova.
Quinn Quelsey/Franco Vassallo, Rigoletto.
Olga Peretyatko/Irina Lungu, Gilda.

Christine Ducq
Jeudi 24 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020