La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Marivaux et Lazarini font-ils bon ménage ?

La metteuse en scène, comédienne, traductrice et co-directrice du Théâtre Artistic Athévains, Anne-Marie Lazarini, se lance dans le marivaudage. Avec « les Serments indiscrets », elle signe une mise en scène aux allures très puristes. On se croirait dans une miniature de Fragonard… enfin presque !



Les Serments indiscrets © Marion Duhamel.
Les Serments indiscrets © Marion Duhamel.
Marivaux ou l’art de la contradiction : Lucile refuse d’épouser Damis. Fierté de bonne femme d’un désir inavouable ou peur d’être délaissée trop vite, cette jeune fille au fort caractère pousse jusqu’au bout le jeu de l’amour. Mais cette raisonneuse n’a peut-être pas tout à fait tort lorsqu’elle affirme que « les hommes ne sont bons qu’en qualité d’amants ». (Beaumarchais nous l’a assez montré avec le personnage du comte Almaviva dans son Mariage de Figaro). À tort ou à raison, Lucile résiste donc tant qu’elle peut à la tentation du mariage. Mais les cinq actes finiront par avoir raison de sa raison et l’amour emportera ce cœur rebelle. Au-delà de l’intrigue (au schéma parfaitement marivaudien), cette pièce à quiproquos est aussi un joli prétexte pour dénoncer les travers d’une époque : statut de la femme-objet, mariage forcé, relation maîtres et valets, etc.

Et dans cette mise en scène, Anne-Marie Lazarini ne dénote pas. L’ensemble montre qu’un réel travail de recherche a été effectué : les costumes de Dominique Bourde, par exemple, annoncent une certaine libération de la femme (crêpe de soie et broderie fine pour les jeunes filles habillées à la mode romaine). De même en est-il de la simplicité et de l’élégance des hommes. Tout, dans la légèreté des toilettes, évoque la Révolution à venir. C’est bien vu et le tableau est d’une précision et d’une justesse indéniables.

Rien à redire non plus sur le jeu et la diction impeccables des comédiens. Une Lisette (Frédérique Lazarini) dont le rôle de la suivante (fausse naïve mi-nunuche mi-intrigante) est parfaitement endossé. Des pères (Jacques Bondoux et Dimitri Radochévitch) dont on salue (bien bas) les qualités d’interprétation (le travail sur la gestuelle particulièrement). Isabelle Mentré aussi nous étonne. D’abord dans la façon qu’elle a d’articuler le texte. Ensuite, on se pique au jeu de ce petit être au visage de poupée de cire qui désarticule les mots en même temps qu’elle défait les nœuds et révèle les amants l’un à l’autre.

On est moins convaincu par Julie Pouillon dans le rôle principal. On a du mal à s’attacher au jeu de son personnage qui manque un peu de grâce et de fluidité. Dans sa direction d’acteurs, Anne-Marie Lazarini l’a-t-elle voulu comme cela ? C’est très possible. Quoi qu’il en soit, Arnaud Simon (l’amoureux éploré) rééquilibre largement les duos, et les interventions saugrenues de Frontin (Cédric Colas) et de Lisette donnent un tour un peu plus piquant aux dialogues.

Marivaux et Lazarini font-ils bon ménage ?
Un peu plus seulement. Car là où l’on s’attendait à du marivaudage un tantinet coquin et folâtre, il demeure sage et trop ascétique. Comme le jeu des comédiens, le choix d’un décor épuré de François Cabanat (du sol aux murs, la scène est habillée de blanc) laisse voir un plateau un peu trop lisse et aseptisé. Si l’ensemble ne marque aucune réelle fausse note, disons tout de même que l’on s’ennuie… un peu. Peut-être aurait-on aimé y voir un Marivaux aux tonalités et aux couleurs plus contemporaines... Certes, on a bien compris que c’est là un choix assumé et qu’il permet de redonner au texte le premier rôle en même temps qu’une certaine intemporalité. Mais montrer Marivaux aussi épuré a-t-il encore aujourd’hui un grand intérêt ?

En effet, la question que l’on se pose en sortant de là est bien celle-ci : quel intérêt ? Ce travail a, par certains côtés, des allures très scolaires et très sages. On n’a pas tellement l’impression de sortir des sentiers battus, même en suivant les cailloux lumineux (œuvre du sculpteur David Dreiding) qui jonchent la scène. S'ils peuvent rappeler les miniatures de Fragonard, ils sont aussi à l'image de la pièce : un peu trop lisses et bien brillants. Ils ne donnent guère envie d’être ramassés.

"Les Serments indiscrets"

(Vu le 15 avril 2011)

Texte : Marivaux.
Mise en scène : Anne-Marie Lazarini, assistée de Bruno Andrieux.
Décor et lumières : François Cabanat.
Costumes : Dominique Bourde.
Collaboration aux costumes : Anne-Marie Underdown et Sophie Heurlin.
Sculptures : David Dreiding.
Avec Jacques Bondoux, Cédric Colas, Frédérique Lazarini, Isabelle Mentré, Julie Pouillon, Dimitri Radochévitch, Arnaud Simon.

Du 1er mars au 24 avril 2011.
Mardi 20 h ; mercredi et jeudi 19 h ; vendredi et samedi 20 h 30 ; samedi et dimanche 16 h ; relâche lundi.
Réservations : 01 43 56 38 32.
Pour plus de renseignements : www.artistic-athevains.com

Sheila Louinet
Samedi 16 Avril 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019