Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Maldoror" conduit vers l'œuvre d'Art, l'opéra intime du Poète !

Benjamin Lazar présente sa dernière mise en scène, "Maldoror" d'après "Les Chants de Maldoror" du comte de Lautréamont, pseudonyme provocateur d'Isidore Ducasse. "Les Chants de Maldoror"… ce livre, inclassable, aimé des symbolistes et des surréalistes… ce livre du dédoublement.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
De Lautréaumont, tout d'abord, ce bouffon cruel, cette monstruosité morale et physique que décrit Eugène Sue dans un roman historique vite populaire. D'Isidore Ducasse ensuite : cet inconnu, lecteur insatiable, écrivain en devenir, mort trop jeune pendant le siège de Paris en 1870.
De son double fantastique aussi, ce personnage en mal d'horreur qui avance en direction de la beauté monstrueuse.

Enfin "Les chants de Maldoror"… Ce recueil étrange, protéiforme, décousu à bien des égards, écartelé entre scientisme et fantastique, romantisme et réalisme, pétri de réminiscences, animé d'un esprit de révolte, tendu par un désir zutique de se confronter aux plus grands dans une manière de parodie, d'autoparodie, d'ironie de la maladresse qui, au détour du verbe, devient pure poésie.

La proposition de Benjamin Lazar accompagne le spectateur, déchiffre l'œuvre, en suit le cheminement. Du lecteur à l'écrivain, de l'écrivain au spectateur… Et, puisque représentation théâtrale il y a, présentation de l'autre en amont, l'écrivain et l'acteur qui jouent avec eux-mêmes en observateurs esthètes du monde.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
La dramaturgie suit "Les chants de Maldoror" dans leur déroulement et trouve un équivalent scénique aux différentes étapes du texte.

Physiquement, le comédien élabore un conteur qui se joue des différents avatars que lui propose le texte qui est suivi à la lettre, à la métaphore près. Benjamin Lazar affirme sa présence tout en étant attentif à toutes les instances du récit, les registres de langue, infléchissant par le jeu tout cet empilement d'images, ces marques d'auto-ironie ou d'inquiétude de soi qui fourvoie tout lecteur. Le matériau théâtral joue de la dilatation ou de la rétractation. Respire.

C'est ainsi que le spectateur est hypnotisé par une projection filmique avec ses retours en boucle, ses coupures nettes. Staccatos et chaos visuels. Paris des passages entre Bourse et Palais Royal. Les livres, les images contemporaines. Un passé encore présent. Un condensé de l'œuvre est proposé en accéléré, le kaléidoscope du passant.

Cette transcription scénique égrène clairement les signes théâtraux, qui entrent en composition avec l'espace, le volume de la scène. Elle condense, met en relief, éclaire. Les effets du texte deviennent effets scéniques. Leur énergie est maintenue, retenue. La représentation est toute en tension fluide. La scène joue des illusions et des mirages, abolit sa propre réalité, installe un laboratoire du fantastique, installe une chimère. L'alchimie du théâtre se joue sur le plateau lui- même.

De la table d'objets où se dévoilent les scènes primitives, quiètes ou sardoniques. Le lit-cage, espace ultime d'enfermement et d'évasion, de repos fût-il éternel. Ou, à l'inverse, au lointain, la projection d'ombres mouvantes, géantes, évanescentes qui révèlent les spectres apaisés. Et Benjamin Lazar se métamorphose, endosse Isidore Ducasse ainsi que tous ses êtres chimériques. Effet du Théâtre dans sa simplicité.

Il suffit au présent de la présentation, de la couleur de la voix, d'une consonance, de la présence, pour que s'ouvre, pour le spectateur, le chemin qui, de paliers en paliers, partant d'un monde fragmenté, le conduit vers l'œuvre d'Art : l'opéra intime du Poète. Qui n'a plus besoin de représentation, de sens, perméable qu'il est à l'écoute et au regard. Le spectateur assiste à la représentation des chants d'un certain Maldoror, d'un certain comte de Lautréamont, d'un certain Isidore Ducasse dans sa révolte et son énigme.

"Maldoror"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
D'après "Les Chants de Maldoror" du comte de Lautréamont.
Mise en scène : Benjamin Lazar.
Création sonore et musicale : Pedro Garcia-Velasquez et Augustin Muller.
Avec : Benjamin Lazar.
Scénographie : Adeline Caron et John Carroll.
Costumes : Adeline Caron.
Lumières : John Carrol.
Images : Joseph Paris.
Collaboration artistique Jessica Dalle.
Production : Théâtre de l'Incrédule, Paris.
Durée : 1 h 40.

Du 2 au 19 octobre 2019.
Mardi à 19 h, mercredi au samedi à 20 h.
Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Grande salle, Paris 9e, 01 53 05 19 19.
>> athenee-theatre.com

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.

Jean Grapin
Jeudi 10 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020