La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Mademoiselle Else"… dialogue intime à trois

"Mademoiselle Else", Le Lucernaire, Paris

Elles incarnent subtilement, joliment, à trois comédiennes un même personnage, mademoiselle Else, tiraillée par la révolte, la liberté et la tentation. Trois voix qui s’enlacent, bousculées par le dégoût et le désir, et unies devant un même dilemme.



© Alejandro Guerrero.
© Alejandro Guerrero.
Elles sont trois femmes sur scène (Pauline Gardes en alternance avec Marion Servole, Sophie Bricaire, Pauline Vaubaillon) pour incarner une femme, Mademoiselle Else, éprise de tentation et de dégoût face à un dilemme. Que faire devant Mr Van Dorday qui lui prêtera de l’argent si elle se dénude pour sauver son père de l’endettement ?

"S’il me voit, que d’autres me voient aussi. Oui !… Quelle idée splendide ! Qu’ils me voient tous. Que tout le monde me voie". Simple ? Pas tout à fait !

C’est un voyage intérieur à laquelle nous sommes conviés, un voyage dans lequel rejet, révolte et tentation alternent à tour de rôle dans le cœur de la jeune femme. Et si elle se laissait porter à la révolte contre cette domination masculine ? Ou si elle se laissait aller à cette liberté pour aller à l’encontre de son éducation ?

© Alejandro Guerrero.
© Alejandro Guerrero.
Faire incarner un personnage par différents comédiens permet de donner des couleurs différentes à celui-ci. Ici, ce n’est pas le cas, ce sont trois comédiennes dont l’apparence, les allures et les voix coïncident, comme trois parties d’un même personnage.

La mise en scène est simple, originale sans pour autant verser dans trois approches de jeu différentes, avec des comédiennes habillées de la même façon, une couleur de cheveux presque identique et une présence vocale de même acabit, claire et posée. Il y a une très belle synchronisation entre chacune d’elles. Les différentes voix se rapprochent quand certaines répliques sont dites dans un même souffle.

Et puis, il y a aussi l’espace d’un instant, une des comédiennes qui se détache de mademoiselle Else pour incarner un autre personnage, passant furtivement sur scène, pour instaurer un dialogue presque intérieur.

© Alejandro Guerrero.
© Alejandro Guerrero.
C’est concis, clair, sans fioriture. La mise en scène réussit à faire de "Mademoiselle Else" une personnalité très intimiste où les tensions internes sont visibles et incarnées par le jeu des comédiennes. Se mettre nue sans passer pour une putain, en voilà une idée ! Et derrière cette interpellation qui bouscule sa façon d’être, s’opère ce mystérieux glissement vers un passage à l’acte, autant réel que symbolique.

Les voix sont multiples, presque dans la même sonorité, des voix qui s’enlacent pour faire corps face à une situation à la fois choquante et tentante pour mademoiselle Else. Le jeu est serein même si les tiraillements rôdent.

C’est beau, touchant et bien interprété.

"Mademoiselle Else"

© Alejandro Guerrero.
© Alejandro Guerrero.
Texte : Arthur Schnitzler.
Traduction : Henri Christophe.
Mise en scène : Francine Walter, assistée de Agnès Hurstel et Alice Fabbri.
Avec : Sophie Bricaire, Pauline Vaubaillon et Pauline Gardes en alternance avec Marion Servole.
Décor : Ludovic Hallard.
Lumières : Denis Monmarché.
Costumes : Julien Toinet.
Durée : 1 h 30.

Du 26 juin au 22 septembre 2013.
Du mardi au samedi à 21 h 30, dimanche 22 septembre à 17 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Safidine Alouache
Mardi 20 Août 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020