La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Les arts du cirque à l'honneur pour la 43e édition du Festival international du cirque de Monte-Carlo

43e Festival international du cirque de Monte-Carlo, Chapiteau de l'espace Fontvieille, Monaco

Cocktail réussi de la grande tradition et des meilleures créations actuelles, tout en respectant la riche variété des arts du cirque, le festival international de Monte-Carlo, même s'il participe de fait à la controverse animalière circassienne avec le maintien de quelques numéros de dressage*, est une référence mondiale de par la très grande diversité de numéros présentés et des artistes de toutes nationalités invités.



The Owl and The Pussycat, duo au trapèze © DR.
The Owl and The Pussycat, duo au trapèze © DR.
Depuis sa création en 1974, le festival international de Monte-Carlo s'est inscrit parmi les plus prestigieuses manifestations mondiales et, aujourd'hui, le "Clown d’Or" est devenu la récompense de référence dans le milieu du cirque (aussi important que les "Oscars" au cinéma). La qualité des numéros présentés chaque année est indiscutable et les artistes de très haut niveau n'hésitent pas à concourir sur la piste monégasque pour décrocher le célèbre trophée.

Cette année, plus de cent cinquante artistes, originaires de quinze pays, se produiront sur la célèbre piste du chapiteau de Fontvieille pour gagner les récompenses suprêmes (or, argent et bronze) qui consacreront leur carrière. Pour cette nouvelle édition, sera notamment présent le Royal Circus (Russie) sous la direction de Gia Eradze. Un style incomparable, subtil mélange de luxe et de modernité comprenant soixante-huit artistes et danseuses extraordinaires, et des costumes "haute couture".

Pas de grand festival sans la participation d’un pays berceau des arts du cirque, la Chine. Le public pourra cette année s’émerveiller devant les acrobaties sur cannes flexibles de Xing Yunwei. L’artiste empile des cannes qui lui permettent de construire deux colonnes au sommet desquelles il parvient à réaliser un grand écart et des exercices uniques. La troupe acrobatique de Pékin utilise, elle, trois mâts placés en équerre et en mouvement sur lesquels les artistes, avec une agilité déconcertante, réalisent un véritable récital acrobatique.

Le Royal Circus de Russie, dirigé par Gia Eradze © DR.
Le Royal Circus de Russie, dirigé par Gia Eradze © DR.
Enfin, comme chaque année depuis 2012, les 2 et 3 février aura lieu le festival "New génération" dédié aux jeunes artistes. Il s'agit à ce jour de la seule compétition pour jeunes Circassiens sur une vraie piste de cirque. Une quinzaine de numéros internationaux pourront être découverts et seront en compétition devant un jury international présidé par Pauline, fille ainée de la Princesse Stéphanie, pour gagner le Junior d’or, d’argent ou de bronze.

* À ce sujet, la princesse Stéphanie de Monaco, présidente du festival, prend position mais reste ouverte au débat. L'un de ses soutiens, Florence Ollivet Courtois, docteur vétérinaire, spécialiste de la faune sauvage, s'explique longuement, de manière détaillée et argumentée. Les positions de ceux qui souhaitent qu'il n'y ait plus d'animaux sauvages dans les cirques sont plus que respectables et justifiées mais il est intéressant de lire l'explication et les informations données par >> Florence Ollivet Courtois.

Quatuor Prilepin, acrobates voltigeurs © DR.
Quatuor Prilepin, acrobates voltigeurs © DR.
Programme de la 43e édition :
- Le Ballet du Royal Circus.
- Hommage à Fabergé. Numéro de Quick-Change.
- Fantaisies en blanc, équilibrisme. Numéro aérien et danse.
- Yuri Volodchenkov, l'écuyer gipsy.
- Les Femmes Djiguites.
- Troupe Filinov. Double balançoire.
- Duo acrobatique sur hoverboard (Segway).
- Quatuor Prilepin. Acrobates voltigeurs.
- Duo Just Two Men. Sangles aériennes.
- Les éléphants de la famille de Joy Gärtner.
- Cesar Dias. Comique.
- Fips & Beau. Entrée clownesque.
- Marcel Krämer. Présentation d'ânes et de bisons.
- 3 J Jugglling.
- Without Socks. Trio clownesque.
- Charlotte et Nicolas. Danse acrobatique.
- Artem Lyubanevych. Pôle aérien.
- The Owl and The Pussycat. Duo au trapèze.
- Les deux frères Dias, Icariens.
- Xing Yunwei Acrobaties sur cannes flexibles, Troupe acrobatique nationale de Chine.

3 J Juggling © DR.
3 J Juggling © DR.
- Voltigeurs sur triple mâts, Troupe acrobatique nationale de Chine.
- Troupe Aliev. Trapèze volant avec barres russes.
- Grand groupe de fauves présenté par Martin Lacey Junior.
- Alan Sulc. Jongleur.

Festival International du Cirque de Monte-Carlo.
Du 17 au 27 janvier 2019.
Jeudi 17 et samedi 19 à 20 h : Spectacle de sélection, 1er programme.
Vendredi 18 à 20 h et dimanche 20 à 15 h : Spectacle de sélection, 2e programme.
Mardi 22 à 20 h : Soirée de Gala avec Remise des prix.
Mercredi 23 à 14 h 30 et 20 h, jeudi 24, vendredi 25 à 20 h, samedi 26 à 14 h 30 et 20 h, dimanche 27 à 14 h 30 et 19 h : Show des vainqueurs.
Dimanches 20 et 27 Janvier à 10 h 30 : Spectacle de deux heures.

Chapiteau de Fontvieille, 00 377 92 05 23 45.
>> montecarlofestival.mc

Gil Chauveau
Mercredi 16 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018