La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Les Neiges du Kilimandjaro : la vieille garde ne se rend pas

Un film d’aujourd’hui, avec des héros d’hier, qui ne veulent pas rater demain. Voilà le programme de Robert Guédiguian, qui n’est pas candidat à la présidentielle mais qui n’en pense pas moins.



Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
Si le thème du voyage dans le temps est un classique récurent de la science-fiction, il est en revanche plus rarement utilisé dans le cinéma social. Attention, cela ne veut pas dire que Robert Guédiguian marche ici sur les traces de René Barjavel ou Poul Anderson. Pour autant, en mettant en scène ces personnages d’une époque révolue, confrontés à une problématique on ne peut plus contemporaine et refusant de faire l’impasse sur l’avenir, on peut sans problème dire qu’il nous entraîne dans un superbe paradoxe temporel.

Au cœur de ce continuum espace-temps social, Michel et Marie-Claire (Jean-Pierre Darroussin, Ariane Ascaride, à l’unisson dans la justesse), de gauche de la racine des cheveux aux ongles des orteils et Marseillais du même bois. Lui, syndicaliste inoxydable, vient de se faire coller en préretraite d’office - plus exactement, il a participé volontairement à un tirage au sort "pour sauver la boîte" -, elle, fait des ménages pour une vieille dame. Un beau soir, ils se font agresser à domicile par deux jeunots qui les frappent, les ficèlent, avant d’embarquer leurs cartes bleues, leurs alliances, ainsi que la cagnotte en liquide et les billets pour un safari en Tanzanie que leurs enfants et leurs amis venaient de leur offrir pour leur trente ans de mariage.

Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
Le traumatisme est sévère. Mais moins que lorsqu’ils découvrent que l’un des braqueurs travaillait avec Michel et a fait partie de la même charrette de licenciements : un gamin de cité qui, pour se tirer de galères sans fin - père parti, mère en virée, deux frangins à élever, un loyer qui ne baisse pas, des dettes qui s’entassent et, en prime, le chômage -, a décidé de se faire un couple de bourgeois. Et quand Michel lui parle de solidarité ouvrière, il lui rie au nez et lui renvoie son appartement confortable, sa petite préretraite tranquille, ses dimanches en famille à la plage… Bref, il le traite de nanti. Du coup, le syndicaliste pétri de pensée collective réalise, abasourdi, qu’il vit désormais dans un monde où des conquêtes de prolétaires sont vues comme des acquis de petits bourgeois. Plus besoin d’aller au pied du Kilimandjaro, il vient de lui dégringoler sur le crâne…

La première chose qui saute aux yeux dans ces Neiges du Kilimandjaro, c’est que Guédiguian est l’anti-Chatiliez. Pour l’ex-publicitaire cynique, la vie est un long fleuve tranquille rempli de piranhas qui se bouffent entre eux, pour le cinéaste humaniste, elle est une mer en furie où chacun essaye de flotter selon ses moyens. Chatiliez déteste tous ses personnages, Guédiguian les aime tous. Ce qui ne veut pas dire qu’il est indulgent avec eux. Simplement, il se méfie des apparences, d’où sa propension à multiplier les scènes qui prennent nos jugements hâtifs à contre-pied. Et l’on s’aperçoit tout doucement, au fil de la projection et des soubresauts humains qui ponctuent l’intrigue, que l’on est en train de regarder non pas un film plein de bons sentiments, mais un film sentimental, ce qui n’est pas la même chose.

Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
Pour son retour à l’Estaque, l’auteur de Marius et Jeannette balance une sacrée claque aux conventions du moment, qui voudraient que l’époque soit au désespoir et au no future. À l’individualisme, il oppose l’empathie, à l’envie de revanche, il oppose la réflexion, à la culpabilisation, il oppose l’action, à la rancœur, il oppose l’amitié. Et, l’air de presque rien, il signe un véritable manifeste politique, on ne peut plus d’actualité.

À l’heure où Sarkozy et toute la clique de l’UMP s’évertuent à mettre les misères en concurrence et à dresser les pauvres contre plus pauvres qu’eux, Robert Guédiguian apporte une réponse évidente aux angoisses contemporaines : rêver d’hier ne sert à rien et maudire aujourd’hui non plus, c’est pour demain qu’on vit et qu’on agit. Ça l’air idiot, dit comme ça. Mais essayez, vous verrez, ce n’est pas si facile à mettre en pratique…

Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
Les Neiges du Kilimandjaro © DR.
• Les Neiges du Kilimandjaro,
un film de Robert Guédiguian.
Inspiré du poème de Victor Hugo, "Les Pauvres Gens".
Scénario : Jean-Louis Milesi et Robert Guédiguian.
Avec : Jean-Pierre Darroussin, Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Marilyne Canto, Grégoire Leprince-Ringuet, Anaïs Demoustier, Adrien Jolivet, Robinson Stévenin.
En salles depuis le 16 novembre 2011.

Gérard Biard
Vendredi 25 Novembre 2011

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019