La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Les Caprices de Marianne", une œuvre pour quinze opéras et deux jeunes troupes

Le Centre Français de Promotion Lyrique donne sa chance à de jeunes chanteurs et à une œuvre injustement oubliée : "Les Caprices de Marianne" de Henri Sauguet. Grâce à une coproduction entre quinze maisons d'opéra en France (une en Suisse), une double distribution de chanteurs trentenaires emmenée par le chef Claude Schnitzler et le metteur en scène Oriol Tomas va redonner vie à cette perle ignorée du répertoire français dans une tournée prévue les deux saisons à venir. Première le 17 octobre 2014 à l'Opéra de Reims.



Raymond Duffaut et Serge Gaymard © Alain Julien.
Raymond Duffaut et Serge Gaymard © Alain Julien.
C'est le président du CFPL, Raymond Duffaut, qui nous a présenté lui-même les grandes lignes de ce beau projet. C'est dire comme il y tient. Personnalité incontournable de l'art lyrique, nommé à trente-trois ans plus jeune directeur d'un opéra (celui d'Avignon, sa ville natale, dont il reste le directeur artistique jusqu'en juin 2016), à la tête des Chorégies d'Orange depuis 1981, Raymond Duffaut est un homme très actif.

Soucieux d'aider les jeunes générations de chanteurs, lui qui a connu les débuts de tous les grands noms du chant (de Nathalie Dessay à Karine Deshayes et Roberto Alagna), il a l'idée d'un projet un peu fou en 2007. Empoignant comme il dit son "bâton de pèlerin", il fait un tour de France et des maisons d'opéra et fédère les énergies pour la coproduction d'un ouvrage rare donné en tournée. Ce sera "Le Voyage à Reims" de Giacomo Rossini et plus de cinquante mille spectateurs aux quatre coins du pays de 2008 à 2011.

Fort de ce succès, une seconde aventure a commencé. Quelles en sont les grandes lignes ? Un jury composé des directeurs d'opéra et de Raymond Duffaut ont auditionné plus de deux cents chanteurs venus du monde entier, ont épluché cinquante-trois dossiers de candidature pour la mise en scène après avoir arrêté leur choix sur une œuvre du compositeur français Henri Sauguet, proche du Groupe des Six, disciple de Satie et Poulenc. La direction musicale ayant été confiée à Claude Schnitzler (et Gwennolé Rufet), chacune des maisons d'opéra mobilise ses équipes techniques qui pour les costumes, qui pour les décors, qui pour les perruques.

Oriol Tomas © Alain Julien.
Oriol Tomas © Alain Julien.
Les chanteurs sont choisis à l'unanimité de même que l'équipe québécoise composée du metteur en scène Oriol Tomas entre autres. La mise en scène doit bien sûr allier pertinence et capacité à être remontée rapidement en divers endroits. Les répétitions ont débuté début septembre à Reims (dans la maison que dirige Serge Gaymard) où aura donc lieu la première. Ce sont ensuite les opéras d'Avignon, Bordeaux, Metz,Vichy, Tours entre autres qui le donneront.

Le but est selon Raymond Duffaut non seulement de défendre le répertoire français (dont un pan immense est oublié) mais aussi d'aider à la formation, à l'insertion des jeunes chanteurs, aller à leur rencontre (pour mieux les diriger pour certains vers les académies vocales et autres ateliers lyriques français) tout en leur offrant l'expérience féconde d'une production au long cours à une époque où l'exigence artistique est très grande - ce qui n'a pas toujours été le cas (le président du CFPL, vraie encyclopédie des quarante dernières années de l'art lyrique, est une mine d'anecdotes savoureuses !). Et cela sans aide pratiquement puisque l’État, là comme ailleurs, a considérablement baissé sa dotation au second projet. Le public découvrira une double distribution dont certains des chanteurs retenus en 2013 ont par ailleurs déjà commencé une vraie carrière internationale. C'est le cas de la soprano tchèque Zuzana Markova qui va partager avec Aurélie Fargues le rôle de Marianne.

Aurélie Fargues © Alain Julien.
Aurélie Fargues © Alain Julien.
Et que sont donc ces "Caprices de Marianne" dont peu ont entendu parler ? C'est un opéra-comique de deux actes créé en 1954 au Festival d'Aix-en-Provence dont le livret est écrit par Jean-Pierre Grédy à partir de la pièce d'Alfred de Musset. Cet opéra au langage musical délicat eut la malchance de tomber au mauvais moment. Alors que le public le juge un peu trop avant-gardiste, il est décrié par la jeune génération de compositeurs tous acquis alors aux théories de la Seconde École de Vienne.

Et pourtant son auteur est un compositeur qui eut son heure de gloire dans les années vingt en composant de la musique de ballets pour les troupes de Serge Diaghilev et Roland Petit, de la musique scénique pour Charles Dullin et Louis Jouvet et même des bandes originales pour le cinéma ! Alors pas de doute, guettez la programmation de l'opéra de votre ville et courez découvrir ces "Caprices" qui seront joués quarante fois jusqu'en 2016.

Premières :
Vendredi 17 octobre 2014 à 20 h 30, 1ère distribution.
Samedi 18 octobre 2014 à 20 h 30, 2e distribution.


Opéra de Reims, 03 26 50 03 92.
1 rue de Vesles Reims (51).
>> operadereims.com

Pour le détail de la tournée :
>> cfpl.org

© Alain Julien.
© Alain Julien.
"Les Caprices de Marianne" (1954).
Opéra en français et en deux actes.
Musique de Henri Sauguet (1901-1989).
Livret : Jean-Pierre Grédy d‘après la pièce d'Alfred de Musset.
Durée : 2 h avec entracte.

Zuzana Markova/Aurélie Fargues, Marianne.
Sarah Laulan/Julie Robard-Gendre, Hermia.
Philippe-Nicolas Martin/Marc Scoffini, Octave.
Cyrille Dubois/François Rougier, Coelio.
Thomas Dear/Norman D. Patzke, Claudio.
Raphaël Bremard/Carl Ghazarossian, Tibia.
Jean-Christophe Born/Xin Wang, L'Aubergiste.
Tiago Matos/Guillaume Andrieux, Le Chanteur de Sérénade.
Julien Bréan/Jean-Vincent Blot, La Duègne.

© Alain Julien.
© Alain Julien.
Claude Schnitzler, direction musicale.
Gwennolé Rufet, direction musicale.
Matthieu Pordoy, Études musicales.
Oriol Tomas, mise en scène.
Patricia Ruel, décors.
Laurence Mongeau, costumes.
Étienne Boucher, lumières.

Christine Ducq
Jeudi 9 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019