La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Les Art'Scènes opus 7, "Les Murs s'envolent" avec Julie Fuchs

Pour le deuxième acte de l'édition 2018, du 15 au 29 mars, récitals, master-classes et rencontres avec tous les publics sont encore programmés au festival des Art'Scènes. Une manifestation qui exalte tous les arts de la scène (théâtre, opéra, musique) en créant des liens privilégiés avec le public de Nantes et alentour. Interview de la soprano Julie Fuchs, marraine de cet événement.



Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Après le premier acte donné entre septembre et octobre 2017, et avant le troisième (30 mai au 10 juin), le second acte du festival des Art'Scènes va proposer des master-classes de théâtre, des répétitions, sans oublier du travail d'improvisation avec le metteur en scène Jean-François Sivadier et la soprano Julie Fuchs, marraine du festival sis à Nantes.

Avec douze comédiens et chanteurs professionnels, Jean-François Sivadier donnera ainsi du 24 au 29 mars ses master-classes ouvertes au public dans la galerie Loire de l'Ensa. Quelques rencontres de travail avec des publics spécifiques sont aussi prévues - par exemple avec des élèves souffrant de handicap des sections ULIS et IEM de collèges ou des élèves allophones. C'est une des nouvelles missions que s'est assignée le festival pour cet opus 7.

Le concert, autre moment fort du festival, verra donc le retour de la soprano Julie Fuchs accompagnée de son complice au piano, Alphonse Cemin (membre fondateur de l'ensemble Le Balcon), le 24 mars au Palais de Justice de Nantes. Celle qui a légitimement pris la première place dans nombre de productions majeures à l'opéra (dont un "Don Giovanni" très réussi au Festival d'Aix-en-Provence, mis en scène par J.F. Sivadier en 2017) brille autant par sa nature sensible, volcanique et son timbre d'or que par ses talents d'incarnation sur scène. Elle a bien voulu répondre à nos questions sur son implication dans la manifestation nantaise.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Comment avez-vous rencontré le travail du directeur artistique des Art'Scènes, Thierry Pillon ?

Julie Fuchs - J'ai rencontré Thierry Pillon il y a quelques années maintenant, au détour de spectacles où il venait assister, entre autres, à mon travail (Il est par ailleurs enseignant à la Haute École de Musique de Lausanne, NDLR). Il m'a tout naturellement parlé des Art'Scènes dès que le projet s'est mis en route.

Votre première participation au festival avec le pianiste Alphonse Cemin remonte à l'édition 2013. Quel souvenir en avez-vous gardé ?

Julie Fuchs - Nous y avons interprété un répertoire assez varié autour du thème de Shakespeare. J'en garde un souvenir unique, d'abord par le choix du lieu, qui a été très inspirant pour nous. Très vite, j'ai senti que cet espace atypique, le Palais de Justice de Nantes, devait être exploité pendant le concert différemment que ce que j'aurais fait avec une salle de concert plus classique.

Le public était également très touchant. On sentait qu'il y avait des mélomanes mais aussi des gens qui venaient pour la première fois. Et cela a créé une atmosphère assez incroyable.

Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Quel programme avez-vous choisi pour le récital du 24 mars ?

Julie Fuchs - Nous allons interpréter en première partie des mélodies de Francis Poulenc sur des poèmes de Louise de Vilmorin, un tandem artistique que nous chérissons avec Alphonse Cemin. Puis en deuxième partie, nous offrirons un bouquet d'airs d'opéras plutôt italiens (Donizetti, Rossini) mais avec un soupçon d'Espagne. Vous verrez…

Pourquoi avez-vous accepté d'être la Marraine du festival et en quoi consiste votre rôle ?

Julie Fuchs - J'ai accepté sans hésitation car Thierry Pillon a su m'expliquer pourquoi il désirait que ce soit moi.

L'originalité du festival, sa claire double identité théâtre et musique, son implication dans la transmission dans l'ouverture à tous les publics, dans tous les lieux, me parlent au plus haut point.

Je conçois mon rôle de marraine, non pas seulement comme un nom ou une photo à associer au projet, mais je m'engage à venir quand je le peux pour donner un concert et surtout participer à des rencontres. Nous sommes aussi en contact régulier et nous échangeons sur le contenu des éditions. Nos longues discussions sur cet art merveilleux de la scène, du texte et de la musique nourrissent sans doute un peu le festival mais également mon parcours.

Avez-vous un lien spécial avec la ville de Nantes ?

Julie Fuchs - J'y ai chanté ma première "Bohème". Un merveilleux souvenir. Et j'aime beaucoup cette ville et ses habitants. Désormais, mon lien spécial avec elle se fait par les Art'Scènes.

Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Pour vous, Thierry Pillon a inventé le concept de "actrice-lyrique". Qu'est-ce que cela signifie selon vous ?

Julie Fuchs - Les actrices-chanteuses ont toujours existé. Dans tous les domaines musicaux. Mais j'aime l'idée de souligner l'importance de considérer l'opéra comme un art total et non pas comme une succession de belles notes qui s'enchaînent. La formule "actrice-lyrique" me parle donc beaucoup. Quand nous sommes sur scène pendant un opéra, nous ne chantons pas forcément.

Parfois nous parlons. Parfois nous accompagnons simplement de notre présence le chant d'un autre artiste ou de l'orchestre. Bien sûr, nous chantons pendant la majeure partie de l'ouvrage, mais tout cela n'est rien sans la force théâtrale qui doit y être associée.

Vos partenaires à l'opéra sont-ils toujours d'assez bons acteurs ?

Concert 2017 © Thierry Pillon.
Concert 2017 © Thierry Pillon.
Julie Fuchs - Non. Mais on se soigne ! Grâce notamment à la rencontre de metteurs en scène de grand talent qui peuvent révéler des chanteurs encore peu conscients de leur potentiel théâtral.

Comment s'est passé le travail avec Jean-François Sivadier à Aix-en-Provence ?

Julie Fuchs - C'était un rêve. J'avoue avoir accepté cette production et ce rôle en grande partie parce que je savais que cela allait me donner l'occasion de travailler avec Jean-François.

Tout le travail s'est fait en douceur, dans l'écoute, la vérité et le plaisir. Ce que j'ai travaillé avec lui cet été, je l'ai déjà beaucoup réutilisé depuis dans d'autres productions.

Que va vous apporter ce moment de travail avec lui en master-classe à Nantes ?

Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Julie Fuchs - Je ne peux absolument pas me prononcer pour l'instant car nous concevons ce moment comme un atelier, une improvisation, sans aucune attente mais avec simplement le désir de se retrouver et de mettre en commun tout ce que nous avons. C'est aussi cela que j'aime dans les Art'Scènes : c'est l'occasion de vivre des expériences qu'on ne vivrait pas dans des cadres plus traditionnels.

Le titre de cet opus est "Les Murs s'envolent". Que vous inspire-t-il ?

Julie Fuchs : Beaucoup de joie, de liberté, d'ouverture, qui (j'espère) seront le reflet de l'évolution de mon métier d'artiste et de l'avenir en général.


Concert le 24 mars 2018 à 20 h 30.

Art'Scènes opus 7
Palais de Justice de Nantes.
Salle des Pas-Perdus.
19 Quai François Mitterrand Nantes (44).
>> lesartscenes.fr

Christine Ducq
Jeudi 22 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018