La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Les Art'Scènes opus 7, "Les Murs s'envolent" avec Julie Fuchs

Pour le deuxième acte de l'édition 2018, du 15 au 29 mars, récitals, master-classes et rencontres avec tous les publics sont encore programmés au festival des Art'Scènes. Une manifestation qui exalte tous les arts de la scène (théâtre, opéra, musique) en créant des liens privilégiés avec le public de Nantes et alentour. Interview de la soprano Julie Fuchs, marraine de cet événement.



Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Après le premier acte donné entre septembre et octobre 2017, et avant le troisième (30 mai au 10 juin), le second acte du festival des Art'Scènes va proposer des master-classes de théâtre, des répétitions, sans oublier du travail d'improvisation avec le metteur en scène Jean-François Sivadier et la soprano Julie Fuchs, marraine du festival sis à Nantes.

Avec douze comédiens et chanteurs professionnels, Jean-François Sivadier donnera ainsi du 24 au 29 mars ses master-classes ouvertes au public dans la galerie Loire de l'Ensa. Quelques rencontres de travail avec des publics spécifiques sont aussi prévues - par exemple avec des élèves souffrant de handicap des sections ULIS et IEM de collèges ou des élèves allophones. C'est une des nouvelles missions que s'est assignée le festival pour cet opus 7.

Le concert, autre moment fort du festival, verra donc le retour de la soprano Julie Fuchs accompagnée de son complice au piano, Alphonse Cemin (membre fondateur de l'ensemble Le Balcon), le 24 mars au Palais de Justice de Nantes. Celle qui a légitimement pris la première place dans nombre de productions majeures à l'opéra (dont un "Don Giovanni" très réussi au Festival d'Aix-en-Provence, mis en scène par J.F. Sivadier en 2017) brille autant par sa nature sensible, volcanique et son timbre d'or que par ses talents d'incarnation sur scène. Elle a bien voulu répondre à nos questions sur son implication dans la manifestation nantaise.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Comment avez-vous rencontré le travail du directeur artistique des Art'Scènes, Thierry Pillon ?

Julie Fuchs - J'ai rencontré Thierry Pillon il y a quelques années maintenant, au détour de spectacles où il venait assister, entre autres, à mon travail (Il est par ailleurs enseignant à la Haute École de Musique de Lausanne, NDLR). Il m'a tout naturellement parlé des Art'Scènes dès que le projet s'est mis en route.

Votre première participation au festival avec le pianiste Alphonse Cemin remonte à l'édition 2013. Quel souvenir en avez-vous gardé ?

Julie Fuchs - Nous y avons interprété un répertoire assez varié autour du thème de Shakespeare. J'en garde un souvenir unique, d'abord par le choix du lieu, qui a été très inspirant pour nous. Très vite, j'ai senti que cet espace atypique, le Palais de Justice de Nantes, devait être exploité pendant le concert différemment que ce que j'aurais fait avec une salle de concert plus classique.

Le public était également très touchant. On sentait qu'il y avait des mélomanes mais aussi des gens qui venaient pour la première fois. Et cela a créé une atmosphère assez incroyable.

Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Quel programme avez-vous choisi pour le récital du 24 mars ?

Julie Fuchs - Nous allons interpréter en première partie des mélodies de Francis Poulenc sur des poèmes de Louise de Vilmorin, un tandem artistique que nous chérissons avec Alphonse Cemin. Puis en deuxième partie, nous offrirons un bouquet d'airs d'opéras plutôt italiens (Donizetti, Rossini) mais avec un soupçon d'Espagne. Vous verrez…

Pourquoi avez-vous accepté d'être la Marraine du festival et en quoi consiste votre rôle ?

Julie Fuchs - J'ai accepté sans hésitation car Thierry Pillon a su m'expliquer pourquoi il désirait que ce soit moi.

L'originalité du festival, sa claire double identité théâtre et musique, son implication dans la transmission dans l'ouverture à tous les publics, dans tous les lieux, me parlent au plus haut point.

Je conçois mon rôle de marraine, non pas seulement comme un nom ou une photo à associer au projet, mais je m'engage à venir quand je le peux pour donner un concert et surtout participer à des rencontres. Nous sommes aussi en contact régulier et nous échangeons sur le contenu des éditions. Nos longues discussions sur cet art merveilleux de la scène, du texte et de la musique nourrissent sans doute un peu le festival mais également mon parcours.

Avez-vous un lien spécial avec la ville de Nantes ?

Julie Fuchs - J'y ai chanté ma première "Bohème". Un merveilleux souvenir. Et j'aime beaucoup cette ville et ses habitants. Désormais, mon lien spécial avec elle se fait par les Art'Scènes.

Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Pour vous, Thierry Pillon a inventé le concept de "actrice-lyrique". Qu'est-ce que cela signifie selon vous ?

Julie Fuchs - Les actrices-chanteuses ont toujours existé. Dans tous les domaines musicaux. Mais j'aime l'idée de souligner l'importance de considérer l'opéra comme un art total et non pas comme une succession de belles notes qui s'enchaînent. La formule "actrice-lyrique" me parle donc beaucoup. Quand nous sommes sur scène pendant un opéra, nous ne chantons pas forcément.

Parfois nous parlons. Parfois nous accompagnons simplement de notre présence le chant d'un autre artiste ou de l'orchestre. Bien sûr, nous chantons pendant la majeure partie de l'ouvrage, mais tout cela n'est rien sans la force théâtrale qui doit y être associée.

Vos partenaires à l'opéra sont-ils toujours d'assez bons acteurs ?

Concert 2017 © Thierry Pillon.
Concert 2017 © Thierry Pillon.
Julie Fuchs - Non. Mais on se soigne ! Grâce notamment à la rencontre de metteurs en scène de grand talent qui peuvent révéler des chanteurs encore peu conscients de leur potentiel théâtral.

Comment s'est passé le travail avec Jean-François Sivadier à Aix-en-Provence ?

Julie Fuchs - C'était un rêve. J'avoue avoir accepté cette production et ce rôle en grande partie parce que je savais que cela allait me donner l'occasion de travailler avec Jean-François.

Tout le travail s'est fait en douceur, dans l'écoute, la vérité et le plaisir. Ce que j'ai travaillé avec lui cet été, je l'ai déjà beaucoup réutilisé depuis dans d'autres productions.

Que va vous apporter ce moment de travail avec lui en master-classe à Nantes ?

Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Julie Fuchs - Je ne peux absolument pas me prononcer pour l'instant car nous concevons ce moment comme un atelier, une improvisation, sans aucune attente mais avec simplement le désir de se retrouver et de mettre en commun tout ce que nous avons. C'est aussi cela que j'aime dans les Art'Scènes : c'est l'occasion de vivre des expériences qu'on ne vivrait pas dans des cadres plus traditionnels.

Le titre de cet opus est "Les Murs s'envolent". Que vous inspire-t-il ?

Julie Fuchs : Beaucoup de joie, de liberté, d'ouverture, qui (j'espère) seront le reflet de l'évolution de mon métier d'artiste et de l'avenir en général.


Concert le 24 mars 2018 à 20 h 30.

Art'Scènes opus 7
Palais de Justice de Nantes.
Salle des Pas-Perdus.
19 Quai François Mitterrand Nantes (44).
>> lesartscenes.fr

Christine Ducq
Jeudi 22 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019