La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Les Art'Scènes opus 7, "Les Murs s'envolent" avec Julie Fuchs

Pour le deuxième acte de l'édition 2018, du 15 au 29 mars, récitals, master-classes et rencontres avec tous les publics sont encore programmés au festival des Art'Scènes. Une manifestation qui exalte tous les arts de la scène (théâtre, opéra, musique) en créant des liens privilégiés avec le public de Nantes et alentour. Interview de la soprano Julie Fuchs, marraine de cet événement.



Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Après le premier acte donné entre septembre et octobre 2017, et avant le troisième (30 mai au 10 juin), le second acte du festival des Art'Scènes va proposer des master-classes de théâtre, des répétitions, sans oublier du travail d'improvisation avec le metteur en scène Jean-François Sivadier et la soprano Julie Fuchs, marraine du festival sis à Nantes.

Avec douze comédiens et chanteurs professionnels, Jean-François Sivadier donnera ainsi du 24 au 29 mars ses master-classes ouvertes au public dans la galerie Loire de l'Ensa. Quelques rencontres de travail avec des publics spécifiques sont aussi prévues - par exemple avec des élèves souffrant de handicap des sections ULIS et IEM de collèges ou des élèves allophones. C'est une des nouvelles missions que s'est assignée le festival pour cet opus 7.

Le concert, autre moment fort du festival, verra donc le retour de la soprano Julie Fuchs accompagnée de son complice au piano, Alphonse Cemin (membre fondateur de l'ensemble Le Balcon), le 24 mars au Palais de Justice de Nantes. Celle qui a légitimement pris la première place dans nombre de productions majeures à l'opéra (dont un "Don Giovanni" très réussi au Festival d'Aix-en-Provence, mis en scène par J.F. Sivadier en 2017) brille autant par sa nature sensible, volcanique et son timbre d'or que par ses talents d'incarnation sur scène. Elle a bien voulu répondre à nos questions sur son implication dans la manifestation nantaise.

© DR.
© DR.
Christine Ducq - Comment avez-vous rencontré le travail du directeur artistique des Art'Scènes, Thierry Pillon ?

Julie Fuchs - J'ai rencontré Thierry Pillon il y a quelques années maintenant, au détour de spectacles où il venait assister, entre autres, à mon travail (Il est par ailleurs enseignant à la Haute École de Musique de Lausanne, NDLR). Il m'a tout naturellement parlé des Art'Scènes dès que le projet s'est mis en route.

Votre première participation au festival avec le pianiste Alphonse Cemin remonte à l'édition 2013. Quel souvenir en avez-vous gardé ?

Julie Fuchs - Nous y avons interprété un répertoire assez varié autour du thème de Shakespeare. J'en garde un souvenir unique, d'abord par le choix du lieu, qui a été très inspirant pour nous. Très vite, j'ai senti que cet espace atypique, le Palais de Justice de Nantes, devait être exploité pendant le concert différemment que ce que j'aurais fait avec une salle de concert plus classique.

Le public était également très touchant. On sentait qu'il y avait des mélomanes mais aussi des gens qui venaient pour la première fois. Et cela a créé une atmosphère assez incroyable.

Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Julie Fuchs dans "Comte Ory" © Vincent Pontet.
Quel programme avez-vous choisi pour le récital du 24 mars ?

Julie Fuchs - Nous allons interpréter en première partie des mélodies de Francis Poulenc sur des poèmes de Louise de Vilmorin, un tandem artistique que nous chérissons avec Alphonse Cemin. Puis en deuxième partie, nous offrirons un bouquet d'airs d'opéras plutôt italiens (Donizetti, Rossini) mais avec un soupçon d'Espagne. Vous verrez…

Pourquoi avez-vous accepté d'être la Marraine du festival et en quoi consiste votre rôle ?

Julie Fuchs - J'ai accepté sans hésitation car Thierry Pillon a su m'expliquer pourquoi il désirait que ce soit moi.

L'originalité du festival, sa claire double identité théâtre et musique, son implication dans la transmission dans l'ouverture à tous les publics, dans tous les lieux, me parlent au plus haut point.

Je conçois mon rôle de marraine, non pas seulement comme un nom ou une photo à associer au projet, mais je m'engage à venir quand je le peux pour donner un concert et surtout participer à des rencontres. Nous sommes aussi en contact régulier et nous échangeons sur le contenu des éditions. Nos longues discussions sur cet art merveilleux de la scène, du texte et de la musique nourrissent sans doute un peu le festival mais également mon parcours.

Avez-vous un lien spécial avec la ville de Nantes ?

Julie Fuchs - J'y ai chanté ma première "Bohème". Un merveilleux souvenir. Et j'aime beaucoup cette ville et ses habitants. Désormais, mon lien spécial avec elle se fait par les Art'Scènes.

Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Pour vous, Thierry Pillon a inventé le concept de "actrice-lyrique". Qu'est-ce que cela signifie selon vous ?

Julie Fuchs - Les actrices-chanteuses ont toujours existé. Dans tous les domaines musicaux. Mais j'aime l'idée de souligner l'importance de considérer l'opéra comme un art total et non pas comme une succession de belles notes qui s'enchaînent. La formule "actrice-lyrique" me parle donc beaucoup. Quand nous sommes sur scène pendant un opéra, nous ne chantons pas forcément.

Parfois nous parlons. Parfois nous accompagnons simplement de notre présence le chant d'un autre artiste ou de l'orchestre. Bien sûr, nous chantons pendant la majeure partie de l'ouvrage, mais tout cela n'est rien sans la force théâtrale qui doit y être associée.

Vos partenaires à l'opéra sont-ils toujours d'assez bons acteurs ?

Concert 2017 © Thierry Pillon.
Concert 2017 © Thierry Pillon.
Julie Fuchs - Non. Mais on se soigne ! Grâce notamment à la rencontre de metteurs en scène de grand talent qui peuvent révéler des chanteurs encore peu conscients de leur potentiel théâtral.

Comment s'est passé le travail avec Jean-François Sivadier à Aix-en-Provence ?

Julie Fuchs - C'était un rêve. J'avoue avoir accepté cette production et ce rôle en grande partie parce que je savais que cela allait me donner l'occasion de travailler avec Jean-François.

Tout le travail s'est fait en douceur, dans l'écoute, la vérité et le plaisir. Ce que j'ai travaillé avec lui cet été, je l'ai déjà beaucoup réutilisé depuis dans d'autres productions.

Que va vous apporter ce moment de travail avec lui en master-classe à Nantes ?

Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Master-classe 2017 © Thierry Pillon.
Julie Fuchs - Je ne peux absolument pas me prononcer pour l'instant car nous concevons ce moment comme un atelier, une improvisation, sans aucune attente mais avec simplement le désir de se retrouver et de mettre en commun tout ce que nous avons. C'est aussi cela que j'aime dans les Art'Scènes : c'est l'occasion de vivre des expériences qu'on ne vivrait pas dans des cadres plus traditionnels.

Le titre de cet opus est "Les Murs s'envolent". Que vous inspire-t-il ?

Julie Fuchs : Beaucoup de joie, de liberté, d'ouverture, qui (j'espère) seront le reflet de l'évolution de mon métier d'artiste et de l'avenir en général.


Concert le 24 mars 2018 à 20 h 30.

Art'Scènes opus 7
Palais de Justice de Nantes.
Salle des Pas-Perdus.
19 Quai François Mitterrand Nantes (44).
>> lesartscenes.fr

Christine Ducq
Jeudi 22 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…

La chronique d'Isa-belle L

Reprise ! "Un commerce d’hommes ! Grand Dieu ! Et la nature ne frémit pas ? S’ils sont des animaux, ne le sommes-nous pas comme eux ?" Olympe de Gouges. Réflexions sur les hommes nègres, 1788 (France).
"Des commerces ouverts le dimanche et les hommes laissent faire cela ? Gagner plus en travaillant le dimanche… le plus simple ne serait-il pas d’augmenter le Smic ?" Isabelle Lauriou. Réflexions sur les salaires, 2012 (France).

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…
J’ai pris du retard Olympe. J’ai troqué ta plume contre un clavier et me suis endormie sur ta biographie. Tel est le monde d’aujourd’hui. Tout ce que tu veux savoir sur quelqu’un, tu le trouves en deux temps trois mouvements. J’ai tapé sur mon "ordi" : "Olympe de Gouges", après avoir applaudi la prestation d’une troupe aux multiples talents et, "portée par ta fougue, je me suis emportée au loin mais le son de ta voix m’est revenu ce matin car cette chronique, je te la dois bien".

Olympe de Gouges n’a pas manqué d’enthousiasme. Je lui ressemble un peu. En revanche, je préférerais ne pas finir comme elle. Bien qu’encore à notre époque, tout ne soit pas simple pour les langues bien "pendues". Les femmes préférant ouvrir leurs bouches que dégrafer leurs soutiens gorges sont rangées illico dans la catégorie "caractérielles" ou deviennent : "black listées" - nouvelle expression de l’année. Très en vogue dans le milieu du spectacle.

Olympe, je ne suis pas certaine que ce monde d’aujourd’hui, "moderne" comme on dit, te plairait tant que cela si tu y trainais ta robe en taffetas. L’électricité a remplacé les chandelles, le clavier : la plume et les encriers, la langue française s’anglicise à la moindre contrariété, les laissés pour compte se comptent par millions, l’égalité homme femme n’a guère progressé et pourtant, en matière d’égalité, tu n’as pas lésiné avec ta déclaration des "droits de la femme et de la citoyenne". (1791)

Isabelle Lauriou
05/09/2018
Spectacle à la Une

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018

Depuis la fin août et jusqu'en octobre, le Festival 2018 de Royaumont nous invite à partager moments forts et riches émotions avec 40 concerts et spectacles dans le superbe cadre de l'abbaye royale et de ses jardins, au cœur du Parc naturel régional de l'Oise.

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018
Avec ses bâtiments restaurés et les trois jardins ornant son sublime parc, l'abbaye cistercienne de Royaumont, édifiée au XIIIe siècle par le futur Saint-Louis et sa mère Blanche de Castille, est un des sites les plus exceptionnels d'Île-de-France. Lieu remarquable par sa beauté, Royaumont abrite un festival renommé dont la 74e édition offre un riche parcours du Moyen-Âge à la création contemporaine. Après deux week-ends dédiés aux "Artistes au jardin" et aux "Entre-Actes/Chorégraphiques opus 2", l'accent sera mis les 8 et 9 septembre sur les "Voix nouvelles" que portent les compositeurs d'aujourd'hui, issus de tous les continents.

Le public est invité à une académie (où se presseront compositeurs et interprètes) avec les Ensembles Exaudi et Meitar dirigés par James Weeks (15 h 30, Salle des Charpente, entrée libre sur réservation), un concert "Vertiges" mettant à l'honneur Philippe Leroux, Mauro Lanza ou Philippe Hurel et la création mondiale d'une pièce de Hakki Cengiz Eren par l'Ensemble Meitar dirigé par Pierre-André Valade (20 h 45). Sans oublier le compositeur Francesco Filidei à l'orgue pour un concert "Orgue & Toys" dans le Réfectoire des Moines (17 h 45).

Christine Ducq
04/09/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018