Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Lear" à l'Opéra Garnier, plus Beckett que Shakespeare ?

Reprise à l'Opéra national de Paris de la production de Calixto Bieito du "Lear" d'Aribert Reimann. Avec une distribution quasi inchangée des plus talentueuses dans un spectacle qui évoque plus Beckett que Shakespeare, l'opéra de Reimann créé en 1978 à Munich ne convainc pourtant pas.



© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
La pièce de Shakespeare qui fit reculer de nombreux compositeurs (dont Verdi, pourtant grand amateur du dramaturge) a-t-elle trouvé en Aribert Reimann le héraut idoine ? Pour beaucoup oui, mais pourtant, que penser d'un "opéra" inspiré a priori par une pièce pleine de bruit, de rage et de douleur et ne dispensant finalement qu'un ennui poli dès la fin de sa première partie (l'œuvre en comptant deux d'inégale longueur) ?

On se souvient de l'argument d'un livret s'attachant à l'essentiel de l'intrigue du "Roi Lear" : le vieux roi, ayant voulu mesurer l'amour que lui portent ses filles, se voit dépossédé de tout avant de sombrer dans une folie irrémédiable. Entre-temps, une humanité et une famille en déshérence se seront déchirées jusqu'à l'anéantissement. Né en 1936, Aribert Reimann s'était difficilement laissé convaincre d'adapter la pièce pour son "théâtre musical". D'abord sollicité par Dietrich Fischer-Dieskau (qu'il accompagnait au piano pour les grands cycles de lieder qu'immortalisa le baryton), il finit par céder en acceptant une commande de l'Opéra de Bavière.

© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
Créé en 1978, ce "Lear", appartient donc au genre du "théâtre musical" dont s'est toujours revendiqué le compositeur berlinois. Il évoque d'ailleurs fortement la tradition dramaturgique germanique post-brechtienne avec ses personnages individualisés vocalement jusqu'à la caricature (ses filles hystériques, ses nobles vaniteux ou risibles, ses bouffons), avec son chœur incarné par un vieillard (Narr) qu'Ernst Alisch dote du nasillement sarcastique qui sied à bien des personnages de Brecht et avec un sens du grotesque créant la fameuse distanciation.

La proposition de Calixto Bieito rappelle aussi avec force cette tradition, évoquant par ailleurs le théâtre de Beckett peuplé de clowns tristes. Les caractérisations du Lear du baryton Bo Skovhus, de l'Edgar du contre-ténor Andrew Watts et l'actualisation de "l'opéra" présenté sur un plateau abstrait, frontal et étouffant vont dans ce sens.

Du théâtre nihiliste que propose Aribert Reimann - qui avait neuf ans en 1945 dans un Berlin en ruines - Bieito ne trahit rien, au contraire. Un vieillard nu et squelettique traverse la scène évoquant autant les camps de concentration que "L'Homme qui marche" de Giacometti, bref ce climat d'après-guerre exténuant des esprits dévastés. Une scénographie ingénieuse transforme un mur de planches noir (la forteresse de Lear) en une forêt inquiétante et carcérale. Quelques beaux tableaux, telle cette poursuite due aux lumières de Franck Evin d'une foule se croisant, marquent la rétine. En définitive, la lecture du metteur en scène espagnol offre sa pertinence habituelle.

© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
La musique, entre traitements de masses brutales ou discordantes et étirements plaintifs, n'ouvre aucune respiration ni échappées avec, de surcroît, ses exaspérations de cordes, de vent et ses percussions omniprésentes. Pourtant, dès la fin du premier acte, le langage musical risque l'itération, ne semblant trop souvent que varier a minima ses motifs et procédés - l'invocation aux tempêtes et fléaux cosmiques de Lear ne produisant pas l'effet attendu.

Certes, il s'agit de créer un climat de déréliction, mais Reimann n'atteint jamais à l'intensité et à la grandeur tragique d'un Alban Berg dans "Wozzeck" auquel on le rattache souvent comme héritier. Jamais la douleur - pourtant centrale dans l'intrigue - ne semble s'exprimer et faire chemin dans les cœurs. Voilà une partition souffrant finalement d'une relative abstraction et qui ne s'élève jamais à la sublimation des passions.

Les interprètes sont pourtant somptueux dans un exercice périlleux où les voix ne sont guère ménagées. Evelyn Herlitzius (Goneril), Annette Dasch (Cordelia) et Erika Sunnegärrdh (Regan) se révèlent admirables comme leurs comparses masculins, Derek Welton, Michael Colvin, Kor-Jan Dusseeljee ou encore Lauri Vasar et Andreas Conrad. Mais les contorsions des uns et des autres nous laissent froids tout comme l'impressionnante performance de Bo Skovhus, curieux Lear tout en force et en massive présence.

© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
Du 21 novembre au 7 décembre 2019.
27 et 30 novembre à 19 h 30, 4 et 7 décembre à 19 h 30.
Opéra national de Paris - Palais Garnier.
Place de l'Opéra Paris 9e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Lear"
Opéra en deux parties (1978).
D'après William Shakespeare, "King Lear"/
En langue allemande.
Musique : Aribert Reimann.
Livret : Claus H. Henneberg.
Direction musicale : Fabio Luisi.
Mise en scène : Calixto Bieito.

Christine Ducq
Mardi 26 Novembre 2019


1.Posté par Jean Roudier le 01/12/2019 18:07
L'Opéra Garnier, sa splendeur rouge et or et le plafond de Marc Chagall! Quel cadre pour ce "LEAR". Pour un germanophone musicophile, cela s'annonçait merveilleusement.
L'opéra, c'est une histoire et surtout, de la musique. Malheureusement, la musique n'était pas là!
A la place, une cacophonie agressive qui a heurté mes oreilles et m'a fait trouver le temps très long.
Reimann, né à Berlin en 1936, aurait pu travailler chez Volkswagen, dans le carossage. Cela aurait sublimé sa capacité à engendrer des sons métalliques...
Habituellement, je ne supporte pas les "musiques" modernes comme le rap. Hier, pendant l'opéra, je me suis pris à regretter de ne pas être allé à un concert de NTM.
" Lass mich zoom zoom zen
in deinem Benz Benz Benz..."
La mise en scène m'a rappelé le théatre post soixante-huitard.... Prétention vide de sens!
Un détail m'a permis d'échapper temporairement à la cacophonie: l'apparition très discrète d'un vieillard cachectique sur la droite de la scène.
Déterminer la nature de ce personnage d'EHPAD m'a occupé un certain temps: s'agissait il d'une statue de bois plantée là pour le décor ou d'un être vivant? L'objet s'est mis en marche: c'était un vieillard dénutri, sans texte, mais de sexe masculin prolongé et bien éclairé...
Sa contribution à LEAR, au delà de distraire le spectateur de sa souffrance auditive, m'échappe complètement....


Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021