Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Lear" à l'Opéra Garnier, plus Beckett que Shakespeare ?

Reprise à l'Opéra national de Paris de la production de Calixto Bieito du "Lear" d'Aribert Reimann. Avec une distribution quasi inchangée des plus talentueuses dans un spectacle qui évoque plus Beckett que Shakespeare, l'opéra de Reimann créé en 1978 à Munich ne convainc pourtant pas.



© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
La pièce de Shakespeare qui fit reculer de nombreux compositeurs (dont Verdi, pourtant grand amateur du dramaturge) a-t-elle trouvé en Aribert Reimann le héraut idoine ? Pour beaucoup oui, mais pourtant, que penser d'un "opéra" inspiré a priori par une pièce pleine de bruit, de rage et de douleur et ne dispensant finalement qu'un ennui poli dès la fin de sa première partie (l'œuvre en comptant deux d'inégale longueur) ?

On se souvient de l'argument d'un livret s'attachant à l'essentiel de l'intrigue du "Roi Lear" : le vieux roi, ayant voulu mesurer l'amour que lui portent ses filles, se voit dépossédé de tout avant de sombrer dans une folie irrémédiable. Entre-temps, une humanité et une famille en déshérence se seront déchirées jusqu'à l'anéantissement. Né en 1936, Aribert Reimann s'était difficilement laissé convaincre d'adapter la pièce pour son "théâtre musical". D'abord sollicité par Dietrich Fischer-Dieskau (qu'il accompagnait au piano pour les grands cycles de lieder qu'immortalisa le baryton), il finit par céder en acceptant une commande de l'Opéra de Bavière.

© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
Créé en 1978, ce "Lear", appartient donc au genre du "théâtre musical" dont s'est toujours revendiqué le compositeur berlinois. Il évoque d'ailleurs fortement la tradition dramaturgique germanique post-brechtienne avec ses personnages individualisés vocalement jusqu'à la caricature (ses filles hystériques, ses nobles vaniteux ou risibles, ses bouffons), avec son chœur incarné par un vieillard (Narr) qu'Ernst Alisch dote du nasillement sarcastique qui sied à bien des personnages de Brecht et avec un sens du grotesque créant la fameuse distanciation.

La proposition de Calixto Bieito rappelle aussi avec force cette tradition, évoquant par ailleurs le théâtre de Beckett peuplé de clowns tristes. Les caractérisations du Lear du baryton Bo Skovhus, de l'Edgar du contre-ténor Andrew Watts et l'actualisation de "l'opéra" présenté sur un plateau abstrait, frontal et étouffant vont dans ce sens.

Du théâtre nihiliste que propose Aribert Reimann - qui avait neuf ans en 1945 dans un Berlin en ruines - Bieito ne trahit rien, au contraire. Un vieillard nu et squelettique traverse la scène évoquant autant les camps de concentration que "L'Homme qui marche" de Giacometti, bref ce climat d'après-guerre exténuant des esprits dévastés. Une scénographie ingénieuse transforme un mur de planches noir (la forteresse de Lear) en une forêt inquiétante et carcérale. Quelques beaux tableaux, telle cette poursuite due aux lumières de Franck Evin d'une foule se croisant, marquent la rétine. En définitive, la lecture du metteur en scène espagnol offre sa pertinence habituelle.

© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
La musique, entre traitements de masses brutales ou discordantes et étirements plaintifs, n'ouvre aucune respiration ni échappées avec, de surcroît, ses exaspérations de cordes, de vent et ses percussions omniprésentes. Pourtant, dès la fin du premier acte, le langage musical risque l'itération, ne semblant trop souvent que varier a minima ses motifs et procédés - l'invocation aux tempêtes et fléaux cosmiques de Lear ne produisant pas l'effet attendu.

Certes, il s'agit de créer un climat de déréliction, mais Reimann n'atteint jamais à l'intensité et à la grandeur tragique d'un Alban Berg dans "Wozzeck" auquel on le rattache souvent comme héritier. Jamais la douleur - pourtant centrale dans l'intrigue - ne semble s'exprimer et faire chemin dans les cœurs. Voilà une partition souffrant finalement d'une relative abstraction et qui ne s'élève jamais à la sublimation des passions.

Les interprètes sont pourtant somptueux dans un exercice périlleux où les voix ne sont guère ménagées. Evelyn Herlitzius (Goneril), Annette Dasch (Cordelia) et Erika Sunnegärrdh (Regan) se révèlent admirables comme leurs comparses masculins, Derek Welton, Michael Colvin, Kor-Jan Dusseeljee ou encore Lauri Vasar et Andreas Conrad. Mais les contorsions des uns et des autres nous laissent froids tout comme l'impressionnante performance de Bo Skovhus, curieux Lear tout en force et en massive présence.

© Bernd Uhlig/OnP.
© Bernd Uhlig/OnP.
Du 21 novembre au 7 décembre 2019.
27 et 30 novembre à 19 h 30, 4 et 7 décembre à 19 h 30.
Opéra national de Paris - Palais Garnier.
Place de l'Opéra Paris 9e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Lear"
Opéra en deux parties (1978).
D'après William Shakespeare, "King Lear"/
En langue allemande.
Musique : Aribert Reimann.
Livret : Claus H. Henneberg.
Direction musicale : Fabio Luisi.
Mise en scène : Calixto Bieito.

Christine Ducq
Mardi 26 Novembre 2019


1.Posté par Jean Roudier le 01/12/2019 18:07
L'Opéra Garnier, sa splendeur rouge et or et le plafond de Marc Chagall! Quel cadre pour ce "LEAR". Pour un germanophone musicophile, cela s'annonçait merveilleusement.
L'opéra, c'est une histoire et surtout, de la musique. Malheureusement, la musique n'était pas là!
A la place, une cacophonie agressive qui a heurté mes oreilles et m'a fait trouver le temps très long.
Reimann, né à Berlin en 1936, aurait pu travailler chez Volkswagen, dans le carossage. Cela aurait sublimé sa capacité à engendrer des sons métalliques...
Habituellement, je ne supporte pas les "musiques" modernes comme le rap. Hier, pendant l'opéra, je me suis pris à regretter de ne pas être allé à un concert de NTM.
" Lass mich zoom zoom zen
in deinem Benz Benz Benz..."
La mise en scène m'a rappelé le théatre post soixante-huitard.... Prétention vide de sens!
Un détail m'a permis d'échapper temporairement à la cacophonie: l'apparition très discrète d'un vieillard cachectique sur la droite de la scène.
Déterminer la nature de ce personnage d'EHPAD m'a occupé un certain temps: s'agissait il d'une statue de bois plantée là pour le décor ou d'un être vivant? L'objet s'est mis en marche: c'était un vieillard dénutri, sans texte, mais de sexe masculin prolongé et bien éclairé...
Sa contribution à LEAR, au delà de distraire le spectateur de sa souffrance auditive, m'échappe complètement....


Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020