La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le triomphe punk de la Mort à Aix-en-Provence

Pour cette 68e édition du Festival lyrique d'Aix-en-Provence, un oratorio rare, "Le Triomphe du Temps et de la Désillusion", conclut le cycle Haendel initié en 2014. Avec une distribution talentueuse et le Concert d'Astrée d'Emmanuelle Haïm, l'oratorio édifiant d'un compositeur de vingt-deux ans se mue grâce au metteur en scène Krzysztof Warlikowski en un tableau acide et punk du mal de vivre.



© Pascal Victor/Artcomart.
© Pascal Victor/Artcomart.
"Il Trionfo del Tempo e del Disinganno" est le premier oratorio (1) composé par Georg Friedrich Haendel, peu après son arrivée à Rome en 1707, sur un livret du cardinal Benedetto Pamphili. Mettant en scène le débat de quatre personnages allégoriques, Beauté et Plaisir d'un côté et de l'autre Temps et Désillusion (2), le message est clair : Beauté doit abandonner le Plaisir et choisir le cloître afin de retrouver Dieu dans la pénitence (en attendant le Salut) puisque "la terre est malade" (3) des passions humaines.

Une révélation ou "désillusion" qui pose question à Krzysztof Warlikowski et au spectateur du XXIe siècle. Comment subvertir ce message idéologique à visée édifiante (dans la Rome de la Contre-Réforme où l'opéra n'a plus droit de cité depuis 1681) que le metteur en scène polonais juge "scandaleux" voire "dangereux" ? Comment transformer cette psychomachie un peu ennuyeuse en un théâtre radical, érotique et mélancolique, au plus près de nos préoccupations ?

© Pascal Victor/Artcomart.
© Pascal Victor/Artcomart.
Krzysztof Warlikowski trouve la bonne formule dans une proposition à la fois ultra contemporaine (avec l'usage de la vidéo, les références aux mythes modernes punk et rock façon Amy Winehouse ou Kurt Cobain (4)) et universelle dans sa façon de déplacer le point de vue moral : ce sera un débat entre Éros et Thanatos, une méditation sur le temps assassin et l'impossibilité de renoncer aux fêtes de la jeunesse, splendides et barbares, amères et condamnées - sous l'emprise de drogues en tout genre. Warlikowski fait le choix d'une vanité théâtralisée à l'esthétique inspirée de l'univers d'un Larry Clark, d'une danse macabre que ne renierait pas Gus Van Sant, période "Drugstore Cowboy".

Beauté danse en boîte avec son petit ami pendant l'ouverture allègre de l'oratorio. Ils avalent des cachets (acides, amphétamines ?) et lui (l'impressionnant Pablo Pillaud-Vivien) s'effondre. Il ne survit pas à cette nuit de plaisir et de défonce. La fête est bien finie, son fantôme viendra hanter Beauté, inconsolable. Prise dans l'étau de ses démons contradictoires, la belle Beauté (Sabine Devieilhe tout simplement sublime) choisira la mort - plutôt que le renoncement et la sagesse que conseillent Temps et Désillusion.

© Pascal Victor/Artcomart.
© Pascal Victor/Artcomart.
Avec sa scénographie superbe, l'aggiornamento passionnant que ce théâtre destroy, réjouissant et triste propose enrichit donc infiniment cette œuvre de jeunesse sous influence italienne du compositeur allemand. Ses airs virtuoses (5), sa partition inventive, son mélange de gaieté et de lyrisme sont magnifiquement servis par un quatuor de chanteurs au top : Sabine Devieilhe (on l'a dit) tragique et fragile, à la vocalité idéale, le Plaisir troublant et sexy de Franco Fagioli, la Désillusion ambiguë de Sara Mingardo et le Temps royal du ténor Michael Spyres - sans oublier le triomphe du Concert d'Astrée, dirigé par Emmanuelle Haïm.

(1) Oratorio pour quatre solistes, sans chœur.
(2) Ou fin de l'illusion, révélation, vérité, sens du mot italien "disinganno".
(3) Chante Beauté dans la deuxième partie.
(4) Warlikowski, quant à lui, a évoqué Sarah Kane, la dramaturge suicidée à vingt-huit ans dans ses notes d'intention.
(5) Haendel en recyclera quelques-uns dans ses opéras futurs, tel le magnifique "Lascia le spine, cogli la rosa".

© Pascal Victor/Artcomart.
© Pascal Victor/Artcomart.
12 et 14 juillet 2016 à 22 h.

Enregistrement disponible sur la chaîne Culturebox.

Théâtre de l'Archevêché.
26 rue Gaston de Saporta, Aix-en-Provence (13).
Tel : 08 20 922 923.

Festival d'Aix-en-Provence
Du 30 juin au 20 juillet 2016.
>> festival-aix.com

"Il Trionfo del Tempo e del Disinganno" (1707).
Oratorio en deux parties.
Musique de Georg Friedrich Haendel (1685-1759).
Livret du cardinal Pamphili.
En italien surtitré en français et anglais.
Durée : 2 h 45 avec entracte.

Emmanuelle Haïm, direction musicale.
Krzysztof Warlikowski, mise en scène.
Malgorzata Szcesniak, décors et costumes.
Christian Longchamp, dramaturge.
Felice Ross, lumières.
Claude Bardouil, chorégraphie.
Denis Guéguin, vidéo.

Sabine Devieilhe, Bellezza.
Franco Fagioli, Piacere.
Sara Mingardo, Disinganno.
Michael Spyres, Tempo.

Le Concert d'Astrée.
Benoît Hartoin, orgue.

Christine Ducq
Lundi 11 Juillet 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019