Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le superbe "Château de Barbe-Bleue" de Bartók à La Monnaie

Le Théâtre de la Monnaie programme jusqu'au 24 juin un diptyque de Béla Bartók "Le Château de Barbe-Bleue", son unique opéra suivi d'un ballet "Le Mandarin merveilleux". Dans la belle production de Christophe Coppens, le duo de chanteurs et l'orchestre de La Monnaie se distinguent, transcendés par leur directeur musical Alain Altinoglu.



"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
Depuis sa réouverture après travaux, le joli Théâtre de la Monnaie enchaîne décidément les réussites. Avec l'arrivée il y a un an de son nouveau directeur musical, cette renaissance se confirme avec éclat, spectacle après spectacle. Après (entre autres) le très beau "Lohengrin" mis en scène par Olivier Py, Alain Altinoglu a souhaité présenter un diptyque jamais donné de Béla Bartok (1) : son sublime opéra "Le Château de Barbe-Bleue" suivi d'une pantomime à la partition magistrale, "Le Mandarin merveilleux", composés respectivement en 1911 et 1919.

"Le Château de Barbe-Bleue" en un acte, dont le livret dû à Belà Balàzs est inspiré de Maeterlinck (2), est une des œuvres les plus fortes jamais composées. Deux personnages s'aiment (peut-être) et s'affrontent, le duc de Barbe-Bleue et la princesse Judith. Sans action réelle hors une énigmatique trame psychologique dessinée par la curiosité de Judith face au bloc mystérieux représenté par l'homme qu'elle a suivi, l'opéra constitue un jalon entre la fin du symbolisme et la modernité - avec un orchestre à qui est dévolu le déroulement dramatique. Judith réclame et obtient les clefs ouvrant les sept portes du château, closes sur d'inquiétants secrets (comme le devine le spectateur très au fait du conte populaire). Elle finira par rejoindre les créatures que recèle le château maléfique.

"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
Déployant un imaginaire, que les multiples interprétations scéniques n'ont pas épuisé, le drame affirme dès l'entrée, par l'intervention du Barde, sa dimension de théâtre mental associant le lever du rideau au "rideau de (n)os paupières" : ce sont les secrets de l'âme de Barbe-Bleue (symbolisée par le château) que veut percer Judith, à ses risques et péril. Parfois compris comme la métaphore de la relation de l'artiste et de sa muse (3), ou celle de la solitude de l'homme, l'opéra est amené par le metteur en scène Christophe Coppens sur un autre terrain.

Judith et Barbe-Bleue ne parviendront pas à se rencontrer dans le dispositif scénique superbe et désorientant, qui tient tout autant d'un diamant aux facettes ténébreuses que du cristallin aux reflets miroitants de nos yeux - occupant tout l'espace de la scène. Une gangue de miroirs déformants dans laquelle Judith, à la très longue chevelure flottante et dans sa robe blanche évoquant une Mélisande préraphaélite, circule en grimpant et descendant incessamment des escaliers. Une question se pose à la vue de cet espace saturé de ténèbres qui évoque peut-être le mythe platonicien de la caverne : Barbe-Bleue prisonnier d'un fauteuil roulant au centre de ce noir parallélépipède scintillant est-il en train de rêver ?

"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
Résolvant, avec un sens inné du spectaculaire stylisé (grâce aux belles lumières de Peter van Praet, à la vidéo de Jean-Baptiste Pacucci et Simon van Rompay et à une scénographie inventive), les difficultés que représente la révélation des trésors et secrets derrière les portes dans ce palais des glaces et de glace, le metteur en scène belge convainc. Les deux chanteurs sont également magnifiques.

La mezzo Nora Gubisch et la basse Ante Jerkunica (qui fait ses débuts dans le rôle de Barbe-Bleue) livrent un noble parlando cantando, ce fameux chant syllabique proche pour le hongrois du chant prosodique debussyen appliqué au français. La mezzo française est une Judith fascinante et sensuelle, qui en impose dans le beau médium de son registre dramatique comme dans les aigus difficiles du rôle. La basse croate, tout de noir vêtu et botté, est un jeune duc inquiétant et viril, énigmatique à souhait et doté d'une superbe voix dont les couleurs brûlantes laissent entrevoir des abîmes.

Dans la fosse, vitalité et ténèbres se marient en une puissante symphonie. Climats lyriques et sommets de violence se succèdent en un continuum de tableaux sonores gravés comme autant d'épiphanies magistrales, de sommets pétris d'affects. Tous les pupitres de l'Orchestre symphonique de La Monnaie, dans une œuvre à l'instrumentarium si particulier (orgue, xylophone, célesta), font briller les lumières idoines de cette tapisserie sonore magique, emportés par la passion et l'engagement total de leur chef. Les rares interventions du chœur impressionnent.

"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
Si on peut avoir été moins convaincu par la pantomime baroque imaginée par Christophe Coppens du "Mandarin merveilleux" (un ballet ouvertement sexuel des pulsions, dont la création en 1926 fut assortie d'une interdiction immédiate), la fosse ne perd pas une once de magie.

Dans cette partition expressionniste évoquant Schönberg, les moyens exceptionnels de l'écriture de Bartok se déploient en une hypnotique exploration des limites de l'harmonie tonale, une folie rythmique et une créativité de chaque instant. Sous la baguette d'Alain Altinoglu, ces deux œuvres se révèlent, comme pour une première fois, tel un chatoyant, voluptueux et obscur sortilège.

(1) Bartok souhaitait que l'opéra fut le prologue d'une trilogie avec deux ballets, "Le Prince de bois" et "Le Mandarin merveilleux".
(2) Maerterlinck, librettiste de Paul Dukas pour "Ariane et Barbe-Bleue".
(3) Ce fut la vision de K. Warlikovski à l'Opéra national de Paris.

"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
Spectacle du 8 juin au 24 juin 2018.
Streaming gratuit du spectacle sur le site de La Monnaie du 17 juillet au 6 août 2018.

La Monnaie/De Munt.
Place de la Monnaie 1000 Bruxelles.
Tél. : + 32 2 229 12 11.
>> lamonnaie.be

"Le Château de Barbe-Bleue" (1918).
Opéra en un acte.
Musique de Belà Bartok (1881-1945).
Livret de Belà Balàzs.
En hongrois sous-titré en français et en flamand.
Durée : 1 h.

"Le Mandarin merveilleux" (1926).
Ballet - pantomime.
Durée : 55 min.

Christine Ducq
Lundi 18 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021