La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le superbe "Château de Barbe-Bleue" de Bartók à La Monnaie

Le Théâtre de la Monnaie programme jusqu'au 24 juin un diptyque de Béla Bartók "Le Château de Barbe-Bleue", son unique opéra suivi d'un ballet "Le Mandarin merveilleux". Dans la belle production de Christophe Coppens, le duo de chanteurs et l'orchestre de La Monnaie se distinguent, transcendés par leur directeur musical Alain Altinoglu.



"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
Depuis sa réouverture après travaux, le joli Théâtre de la Monnaie enchaîne décidément les réussites. Avec l'arrivée il y a un an de son nouveau directeur musical, cette renaissance se confirme avec éclat, spectacle après spectacle. Après (entre autres) le très beau "Lohengrin" mis en scène par Olivier Py, Alain Altinoglu a souhaité présenter un diptyque jamais donné de Béla Bartok (1) : son sublime opéra "Le Château de Barbe-Bleue" suivi d'une pantomime à la partition magistrale, "Le Mandarin merveilleux", composés respectivement en 1911 et 1919.

"Le Château de Barbe-Bleue" en un acte, dont le livret dû à Belà Balàzs est inspiré de Maeterlinck (2), est une des œuvres les plus fortes jamais composées. Deux personnages s'aiment (peut-être) et s'affrontent, le duc de Barbe-Bleue et la princesse Judith. Sans action réelle hors une énigmatique trame psychologique dessinée par la curiosité de Judith face au bloc mystérieux représenté par l'homme qu'elle a suivi, l'opéra constitue un jalon entre la fin du symbolisme et la modernité - avec un orchestre à qui est dévolu le déroulement dramatique. Judith réclame et obtient les clefs ouvrant les sept portes du château, closes sur d'inquiétants secrets (comme le devine le spectateur très au fait du conte populaire). Elle finira par rejoindre les créatures que recèle le château maléfique.

"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
Déployant un imaginaire, que les multiples interprétations scéniques n'ont pas épuisé, le drame affirme dès l'entrée, par l'intervention du Barde, sa dimension de théâtre mental associant le lever du rideau au "rideau de (n)os paupières" : ce sont les secrets de l'âme de Barbe-Bleue (symbolisée par le château) que veut percer Judith, à ses risques et péril. Parfois compris comme la métaphore de la relation de l'artiste et de sa muse (3), ou celle de la solitude de l'homme, l'opéra est amené par le metteur en scène Christophe Coppens sur un autre terrain.

Judith et Barbe-Bleue ne parviendront pas à se rencontrer dans le dispositif scénique superbe et désorientant, qui tient tout autant d'un diamant aux facettes ténébreuses que du cristallin aux reflets miroitants de nos yeux - occupant tout l'espace de la scène. Une gangue de miroirs déformants dans laquelle Judith, à la très longue chevelure flottante et dans sa robe blanche évoquant une Mélisande préraphaélite, circule en grimpant et descendant incessamment des escaliers. Une question se pose à la vue de cet espace saturé de ténèbres qui évoque peut-être le mythe platonicien de la caverne : Barbe-Bleue prisonnier d'un fauteuil roulant au centre de ce noir parallélépipède scintillant est-il en train de rêver ?

"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
"Le Château de Barbe-Bleue" © C. Van der Burght.
Résolvant, avec un sens inné du spectaculaire stylisé (grâce aux belles lumières de Peter van Praet, à la vidéo de Jean-Baptiste Pacucci et Simon van Rompay et à une scénographie inventive), les difficultés que représente la révélation des trésors et secrets derrière les portes dans ce palais des glaces et de glace, le metteur en scène belge convainc. Les deux chanteurs sont également magnifiques.

La mezzo Nora Gubisch et la basse Ante Jerkunica (qui fait ses débuts dans le rôle de Barbe-Bleue) livrent un noble parlando cantando, ce fameux chant syllabique proche pour le hongrois du chant prosodique debussyen appliqué au français. La mezzo française est une Judith fascinante et sensuelle, qui en impose dans le beau médium de son registre dramatique comme dans les aigus difficiles du rôle. La basse croate, tout de noir vêtu et botté, est un jeune duc inquiétant et viril, énigmatique à souhait et doté d'une superbe voix dont les couleurs brûlantes laissent entrevoir des abîmes.

Dans la fosse, vitalité et ténèbres se marient en une puissante symphonie. Climats lyriques et sommets de violence se succèdent en un continuum de tableaux sonores gravés comme autant d'épiphanies magistrales, de sommets pétris d'affects. Tous les pupitres de l'Orchestre symphonique de La Monnaie, dans une œuvre à l'instrumentarium si particulier (orgue, xylophone, célesta), font briller les lumières idoines de cette tapisserie sonore magique, emportés par la passion et l'engagement total de leur chef. Les rares interventions du chœur impressionnent.

"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
Si on peut avoir été moins convaincu par la pantomime baroque imaginée par Christophe Coppens du "Mandarin merveilleux" (un ballet ouvertement sexuel des pulsions, dont la création en 1926 fut assortie d'une interdiction immédiate), la fosse ne perd pas une once de magie.

Dans cette partition expressionniste évoquant Schönberg, les moyens exceptionnels de l'écriture de Bartok se déploient en une hypnotique exploration des limites de l'harmonie tonale, une folie rythmique et une créativité de chaque instant. Sous la baguette d'Alain Altinoglu, ces deux œuvres se révèlent, comme pour une première fois, tel un chatoyant, voluptueux et obscur sortilège.

(1) Bartok souhaitait que l'opéra fut le prologue d'une trilogie avec deux ballets, "Le Prince de bois" et "Le Mandarin merveilleux".
(2) Maerterlinck, librettiste de Paul Dukas pour "Ariane et Barbe-Bleue".
(3) Ce fut la vision de K. Warlikovski à l'Opéra national de Paris.

"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
"Le Mandarin merveilleux" © S. Van Rompay.
Spectacle du 8 juin au 24 juin 2018.
Streaming gratuit du spectacle sur le site de La Monnaie du 17 juillet au 6 août 2018.

La Monnaie/De Munt.
Place de la Monnaie 1000 Bruxelles.
Tél. : + 32 2 229 12 11.
>> lamonnaie.be

"Le Château de Barbe-Bleue" (1918).
Opéra en un acte.
Musique de Belà Bartok (1881-1945).
Livret de Belà Balàzs.
En hongrois sous-titré en français et en flamand.
Durée : 1 h.

"Le Mandarin merveilleux" (1926).
Ballet - pantomime.
Durée : 55 min.

Christine Ducq
Lundi 18 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024