La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le retour de "L'Anneau du Nibelung" à l’Opéra Bastille : quatre Wagner sinon rien !

Pour fêter dignement le bicentenaire de la naissance de Richard Wagner en 2013, l’Opéra de Paris déroule le tapis rouge au "magicien noir"* de Leipzig et organise une série d’événements à ne pas rater !



© Opéra national de Paris.
© Opéra national de Paris.
Pour bien commencer cette nouvelle année, peut-on rêver mieux que de plonger dans les flots parfaits de la musique de "L'Or du Rhin" ? C’est le "Prologue en quatre scènes" de la fameuse tétralogie de l’Anneau - ou Ring - que le compositeur allemand a composé de la fin des années 1860 à 1876, en commençant par la fin ! En effet, il écrit d’abord "Le Crépuscule des Dieux" - où meurent Brünnehilde et Siegfried - et remonte la chronologie de l’intrigue, poussé par une irrépressible nécessité intérieure jusqu’à ce Prologue magique. Pour ce qui concerne le livret, car la musique est écrite très tôt. C’est dans l’ordre, cependant, que la production de 2010 - 2011 de l’Opéra Bastille sera redonnée de fin janvier à mi-juin ! Notons qu’un "Wagner Festival" sera l’occasion de voir le Ring de surcroît en intégralité, sur quatre journées du 18 au 26 juin en prenant un unique abonnement. Enfin, "Siegfried et l’anneau maudit", une réécriture pour le jeune public, permettra aux wagnériens en culottes courtes de découvrir en mars ce fascinant chef-d’œuvre.

"L’Or du Rhin" déploie dès l’abord un univers mythique, antérieur à l’humanité, un monde originel où se combattent des dieux, des géants et des nains maléfiques, entre le Rhin où nagent des ondines et le Walhalla - l’Olympe germanique. C’est l’exposition du drame où le mal prend racine : l’or dont on va forger un anneau donne un pouvoir absolu que Wotan, roi des dieux, le nain Alberich - le Nibelung - et les géants se disputent. Les mensonges, les trahisons, les meurtres signalent la fin d’une ère harmonieuse, et l’abandon de l’Amour (ou union heureuse dans le cosmos). À la fin des quatre opéras de la tétralogie, seul le sacrifice de Brünnehilde, dans "Le Crépuscule des Dieux", mettra un terme à la malédiction ; prélude peut-être à une ère humaine de bonheur et d’amour. N’oublions pas que Richard Wagner a participé à la Révolution de 1848 à Dresde, avant de devoir fuir la répression policière ! La longue période de conception du Ring induit évidemment des infléchissements au projet, en particulier à cause de l’évolution des conceptions du génie protégé par Louis II de Bavière, après maintes tribulations et avanies.

© Opéra national de Paris.
© Opéra national de Paris.
Ce Ring comporte quelques unes des plus belles pages de la musique occidentale. Les 137 mesures qui ouvrent le prologue sont si géniales - un accord de mi glissant en bémol - qu’on les réentend souvent ailleurs. Dernier exemple en date : elles accompagnent l’introduction du grand film de Terrence Malick, "Le Nouveau Monde". Comme l’écrivait l’incomparable poète**, on croirait sombrer "dans les vertigineuses conceptions de l’opium".

Une reprise donc de la production de l’an passé : dans la mise en scène de Günter Krämer, décriée à l’époque et que j’avais pourtant appréciée. Je sais : j’aime être à contre-courant. Peu convaincue par certains épisodes de "Siegfried", néanmoins la plupart des propositions du metteur en scène allemand m’ont semblé pertinentes pour les quatre opéras, parfois magnifiques, souvent épiques, offrant des images inoubliables à notre rêverie de l’œuvre. Les thèmes musicaux grandioses du Walhalla, de Loge dieu du feu ou celui, déchirant, du Renoncement à l’Amour trouvent leur traduction dans des scènes fulgurantes. Citons les apparitions de la déesse mère Erda et des trois Nornes, sœurs grises de la Destinée, ou encore l’apothéose finale des dieux, déjà illusoire. Des machineries gigantesques transcendent la représentation du Nibelheim souterrain où travaillent péniblement les Nibelungen. Espérons qu’on réévaluera cette vision du Ring, grâce aux décors de Jürgen Bäckmann et aux lumières de Diego Leetz. Une vision d’ailleurs qui ne manque pas d’ironie ici ou là : la hiérarchie de fer entre les dieux et les autres protagonistes étant toujours soulignée, comme leur naïve duplicité. Antique et éternelle lutte des classes ?

La distribution se retrouve presque à l’identique. Mais le rôle de Wotan sera chanté selon les soirées par le baryton Thomas Johannes Mayer et la basse lettone Egils Silins, à la place de Falk Struckmann qui n’avait pas tout à fait convaincu. Notons que la basse Lars Wodt (dans le rôle du géant Fasolt) et la soprano Edith Haller (en déesse Freia) feront leur début à Paris à cette occasion. Surtout, quel bonheur de retrouver la direction subtile et puissante du directeur musical Philippe Jordan, à juste titre désigné à la tête de la Philharmonie de Vienne en 2014 ! Comptez sur moi, j’y serai !

Notes :
* D’après Julien Gracq.
** Charles Baudelaire, qui d’autre ?

© Opéra national de Paris.
© Opéra national de Paris.
Du 29 janvier au 12 février 2013.
Lundi 4, mardi 29 et 12, jeudi 7, vendredi 1 à 19 h 30 ; dimanche 10 à 14 h 30.
Opéra Bastille, Paris 12, 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"L’Or du Rhin"
Prologue en quatre scènes au festival scénique "L’Anneau du Nibelung" (1869).
Musique de Richard Wagner (1813 - 1883).
Livret en allemand du compositeur.
Durée : 2 h 29 sans entracte.

Philippe Jordan, direction musicale.
Günter Krämer, mise en scène.
Jürgen Bäckmann, décors.
Falk Bauer, costumes.
Diego Leetz, lumières.
Otto Pichler, chorégraphie.

Thomas Johannes Mayer (29 janvier, 4, 10 février) / Egils Silins (1er, 7, 12 février), Wotan.
Samuel Youn, Donner.
Bernard Richter, Froh.
Kim Begley, Loge.
Peter Sidhom, Alberich.
Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Mime.
Lars Woldt, Fasolt.
Günther Groissböck, Fafner.
Sophie Koch, Fricka.
Edith Haller, Freia.
Qiu Lin Zhang, Erda.
Caroline Stein, Woglinde.
Louise Callinan, Wellgunde.
Wiebke Lehmkuhl, Flosshilde.

Orchestre de l’Opéra national de Paris.

Prochaines représentations à Bastille :
"La Walkyrie" : du 17 février au 10 mars 2013.
"Siegfried" : du 21 mars au 15 avril 2013.
"Le Crépuscule des Dieux" : du 21 mai au 16 juin 2013.

"Wagner Festival"
"L’Or du Rhin" : le 18 juin 2013 à 19 h 30.
"La Walkyrie" : le 19 juin 2013 à 19 h 30.
"Siegfried" : le 23 juin 2013 à 14 h.
"Le Crépuscule des Dieux" : le 26 juin 2013 à 18 h.

Jeune Public (à partir de sept ans).
"Siegfried et l’anneau maudit", arrangement de Cyrille Lehn : du 26 mars au 6 avril 2013 à 20 h.
Amphithéâtre Bastille.

Christine Ducq
Lundi 21 Janvier 2013

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022