La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Le porteur d’histoire… De belles histoires qui font du beau théâtre

"Le porteur d’histoire", Studio des Champs-Élysées, Paris

Les différentes histoires racontées à différentes époques dans différents lieux par différentes personnes oscillent entre réalité et imaginaire. Le vrai du faux ne se séparent plus dans un moment théâtral de très belle qualité.



© Alejandro Guererro.
© Alejandro Guererro.
C’est du théâtre, du vrai théâtre avec des histoires qui s'enchaînent, s'enfilent, s'imbriquent, qui font intervenir des personnages historiques ou inventés, des romanciers, voire avec des conteurs de différents pays et de différentes époques. Le tout savamment orchestré dans un périple qui fait rencontrer Eugène Delacroix et Alexandre Dumas, Polignac et Saxe de Bourville, la fable à la réalité, la poésie à l’esprit.

La pièce traite de l’histoire avec un petit et un grand H. Qu'est-ce qu'une histoire ? À partir de quel moment une histoire, réelle ou imaginaire, peut flirter autant avec la réalité qu'avec l’imagination de son auteur ? Autour de cette histoire, de ces histoires, c’est le regard croisé des différents personnages qui sont tenus par un même fil, celui des livres. Des livres que les personnages retrouvent de façon récurrente, dans un cercueil au fin fond d’un petit cimeterre de province, dans une voiture compressée ou dans une maisonnée perdue dans la nature.

© Alejandro Guererro.
© Alejandro Guererro.
Les livres et leurs contes, quand ils tombent dans les mains d'un conteur de talent qui d’une fable en fait une réalité, sont au cœur de la pièce. C’est une première histoire qui démarre en Kabylie. Puis, c’est ailleurs, bien loin de la Kabylie, pendant une nuit, ce conteur, Martin Martin, qui se trouve perdu dans une petite ville de province pour enterrer son père. Il appelle son frère Henri Martin qui habite au Canada. Ces deux récits se recoupent à l’entame de la pièce autour desquelles viennent se greffer durant toute la pièce d’autres histoires qui apportent chacune leurs reflets, leurs échos, leurs lumières dans une résonance et une homogénéité théâtrale de très bel acabit.

Ces chroniques sont tenues par le même souffle d’un conteur qui appartient pourtant à des époques différentes situées dans des lieux différents. Presque omniscient. Les époques et les lieux s’entrecroisent dans des récits qui se recoupent, portés par des personnages multiples.

© Alejandro Guererro.
© Alejandro Guererro.
Le jeu des comédiens est varié et multiple. Chaque aventure leur donne l’occasion d’incarner différents personnages dans une scénographie, composée de six chaises et d’un jeu de lumières froides, qui déploie chaque contexte scénique avec une musique oscillant entre des mélodies orientales et occidentales. Les récits sont découpés en séquences avec des clairs-obscurs, des lumières qui délimitent les scènes. C’est l’Algérie et la France qui se rencontrent dans ces histoires autant vécues que racontées. Elles sont tissées, comme un macramé, avec des fils réels et imaginaires.

L’écriture de la pièce est joliment littéraire avec un style soutenu dans un phrasé bien appuyé où les mots ne sont pas avares de leurs épithètes et attributs. La pièce est déclamée dans une belle élocution. La poésie, la réalité et la fable font cause commune.

Le jeu des comédiens, la pièce et la mise en scène sont un régal.

"Le Porteur d’Histoire"

© Alejandro Guererro.
© Alejandro Guererro.
Texte et mise en scène : Alexis Michalik.
Assistante à la mise en scène : Camille Blouet.
Avec : (en alternance) Fadila Belkebla, Patrick Blandin, Emilie Blon Metzinger, Benjamin Brenière, Stéphanie Caillol, Marc Citti, Amaury de Crayencour, Vincent Deniard, Évelyne El Garby Klai, Magali Genoud, Charles Lelaure, Éric Herson-Macarel, Justine Moulinier, Benjamin Penamaria, François Raffenaud, Régis Vallée.
Lumières et régie générale : Anaïs Souquet.
Costumes : Marion Rebmann.
Son : Clément Laruelle.
Musique Originale : Manuel Peskine.
Durée : 1 h 50.

Jusqu’au 13 juillet 2014.
Du mardi au samedi à 20 h 30
, dimanche à 16 h.

Studio des Champs-Élysées, Paris 8e, 01 53 23 99 19.
>> comediedeschampselysees.com

Alexis Michalik : Molière du meilleur auteur et Molière du meilleur metteur en scène.

Safidin Alouache
Jeudi 19 Juin 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020