La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le chef Alain Altinoglu à la Monnaie… "Je me suis engagé pour rester longtemps"

À la veille de l'annonce mi-mars de la prochaine saison de l'Opéra sis à Bruxelles, rouvert depuis septembre 2017 après d'importants travaux de rénovation, nous avons rencontré son directeur musical depuis 2016. L'excellent chef français a entrepris avec Peter de Caluwe de redonner à la maison lyrique une des premières places en Europe. Avec succès.



Orchestre de La Monnaie © Hugo Segers.
Orchestre de La Monnaie © Hugo Segers.
Christine Ducq - Revenons sur votre nomination en 2016. Pouvez-vous nous en rappeler les circonstances ?

Alain Altinoglu - Après une dizaine d'années d'une vie de nomade à diriger un peu partout, j'ai eu envie d'initier un travail avec un orchestre sur le long terme. Être invité dans le monde entier en tant que chef, c'est profiter du travail opéré par d'autres directeurs musicaux ; un travail toujours très différent puisqu'un orchestre ne sonne jamais comme un autre - citons par exemple celui d'Antonio Pappano au Royal Opera House ou celui de James Levine au Met (1). Question intéressante : pourquoi ? Parce que le travail du directeur musical est très important pour forger un son. J'ai donc su qu'il était temps pour moi d'avoir ma propre maison et mon propre orchestre. Or, dès 2011, l'alchimie avait opéré avec l'orchestre de la Monnaie quand je l'ai dirigé dans le "Cendrillon" de Massenet.

Étant donné les expériences passées avec les deux précédents chefs, votre arrivée n'avait pourtant rien d'évident, n'est-ce pas ?

Alain Altinoglu - Je ne sais pas. Quand Ludovic Morlot est parti au bout de trois ans (sur les cinq de son contrat, NDLR), Peter de Caluwe (2) m'a appelé pour me proposer le poste. J'étais très intéressé par cette proposition, et après réflexion, j'ai accepté. J'avais une telle relation avec l'orchestre et je me sentais si bien dans cette maison que j'ai eu envie de travailler avec eux sur le long terme. Je me suis engagé pour rester longtemps.

© Hugo Segers.
© Hugo Segers.
Il s'agit aussi de redonner une identité forte à l'orchestre et à la Monnaie en tant que maison lyrique ?

Alain Altinoglu - En effet. Cet orchestre a été recréé par Gerard Mortier dans les années quatre-vingt (avec comme chef Sylvain Cambreling) et les progrès ont été fulgurants. Puis Bernard Foccroulle a amené Antonio Pappano puis Kazushi Ono, et l'orchestre a continué à progresser. Cela s'est peut-être bien moins passé avec les deux chefs suivants, ce qui peut entraîner rapidement une baisse de niveau et de motivation.

Nous sommes aujourd'hui au début d'un nouveau cycle. De nombreux musiciens partent en retraite, ce qui génère un recrutement important. Beaucoup de très jeunes musiciens ou d'autres plus expérimentés se présentent au concours ; ceux qui le réussissent sont brillants, alliant virtuosité et expérience de l'orchestre.

Dans quelle proportion allez-vous recruter pour l'orchestre ?

Alain Altinoglu - Au terme de mon mandat, nous aurons procédé au remplacement d'un tiers de l'orchestre, ce qui représente presque une trentaine de personnes.

Construire l'équilibre de l'orchestre est donc déjà engagé depuis près de deux ans ?

Alain Altinoglu - Ce travail de fond passionnant commence réellement cette année grâce à la réouverture du site historique de la Monnaie. Auparavant, nous avons joué à Tour et Taxis (un site industriel recyclé pour des événements culturels, NDLR) sous un chapiteau dans le quartier de Molenbeek et l'orchestre était sonorisé là-bas. Nous n'avions pas le choix. Pour les concerts symphoniques que j'ai souhaités plus nombreux, nous jouons au Palais Bozar, qui est aussi par conséquent une salle très importante pour nous, et parfois à la Salle Flagey. Les deux acoustiques de l'opéra et du Palais Bozar sont très différentes, ce qui représente un défi intéressant pour nous.

Alain Altinoglu (au deuxième plan) © Hugo Segers.
Alain Altinoglu (au deuxième plan) © Hugo Segers.
Avez-vous apporté un esprit français à cet orchestre ?

Alain Altinoglu - L'orchestre est constitué de francophones et de néerlandophones, exactement comme le reste de la Belgique - même si de nombreuses nationalités y sont représentées comme dans tout grand orchestre. Deux cultures coexistent ici avec les deux langues. Lors de notre concert à destination des enfants autour du thème de "Shéhérazade" donné dernièrement, je me suis longuement adressé à eux pour leur parler des compositeurs, des œuvres et des instruments de l'orchestre, tout en étant traduit simultanément. C'est la même chose pour la pratique instrumentale dans l'orchestre.

Certains musiciens appartiennent à une culture plutôt germanique et d'autres sont plutôt de culture française - car la Belgique est vraiment traversée de cette double identité. De même que le grand Eugène Ysaïe a initié une école de violon à Liège caractérisée par un son ni tout à fait français, ni tout à fait germanique, j'entends construire avec l'orchestre une sonorité entre les deux traditions - difficile à définir peut-être mais qui serait moins transparent qu'en France et moins épais qu'en Allemagne.

Une sorte de compromis entre Liszt et Wagner d'un côté et Ravel et Berlioz de l'autre ?

Alain Altinoglu - Exactement. Nous donnons entre autres des concerts consacrés à Liszt et Bartok en écho à la programmation lyrique ("Journey to Bluebeard" en février, Ndlr). Mais je voudrais avant tout que l'orchestre ait la flexibilité, la volubilité qui lui permette de briller dans tous les répertoires. Un orchestre d'opéra doit pouvoir passer de Verdi à Puccini et savoir aussi produire un son très différent dans Wagner et Bartok.

À votre nomination, vous avez donc souhaité redonner sa première place à La Monnaie. Qu'avez-vous de surcroît spécifiquement mis en place ?

Alain Altinoglu - D'abord une programmation innovante avec Peter de Caluwe (car l'esprit d'innovation habite cette maison depuis longtemps) avec une ouverture sur des répertoires très différents, des mises en scène originales révélatrices de jeunes talents. Comme la mise à l'affiche, il y a peu, du "Il Prigioniero" de Luigi Dallapiccola couplé au "Das Gehege" de Wolfgang Rihm dans la production d'Andrea Breth, un des grands noms actuels du Regie-Theater.

Mais il faut donner des bases solides à l'orchestre, aussi avons-nous mis en place les concerts symphoniques avec des cycles consacrés à de grands compositeurs comme Brahms et bientôt ce sera Beethoven.

Cependant avant notre ré-installation en septembre à La Monnaie, quelques productions ont dû attendre cette saison pour être programmées, tels ce "Lohengrin" qui sera créé en avril dans la vision d'Olivier Py ou "Le Château de Barbe-Bleue" de Bartok, couplé au "Mandarin merveilleux". Cette saison sera donc très marquante si on la considère dans sa totalité.

© Simon Van Boxtel.
© Simon Van Boxtel.
Vous avez aussi voulu proposer un concert annuel au jeune public, en plus des concerts symphoniques ?

Alain Altinoglu - Il s'agit, outre les séries de concerts destinés au plus grand nombre (une huitaine par an désormais), d'offrir aux enfants un concert gratuit pour les initier à la musique - avec distribution de goûters ! Pour le concert "Shéhérazade" dont je parlais plus haut, mille cinq cents à mille six cents places vendues sur deux mille deux cents étaient occupées par le jeune public, âgé de trois à dix-huit ans. Ce fut donc une réussite essentielle à mes yeux - cet auditoire constitue notre futur public d'opéra, de même peut-être nos musiciens de demain. Notre souci est d'élargir par tous les moyens l'aire sociale et culturelle de notre public habituel, y compris en allant dans les écoles.

J'ai par ailleurs créé une académie d'orchestre pour les musiciens qui finissent leurs études dans les conservatoires ; une structure qui est opérationnelle depuis septembre en collaboration avec le Belgium Federal Orchestra. Enfin, il faut que nous entrions de plein pied dans le XXIe siècle en développant la présence numérique de l'orchestre pour le faire connaître. Les orchestres américains ont vingt ans d'avance sur l'Europe sur ce point.

Vous avez déclaré un jour que le chef avait un rôle éthique. En quoi consiste précisément pour vous la responsabilité d'un directeur musical ?

Alain Altinoglu - Cette responsabilité morale se situe à plusieurs niveaux, philosophiquement, musicalement, et bien-sûr d'un point de vue personnel. Musicalement, une partition doit être dirigée sans trahir l'esprit du compositeur. Je suis très surpris parfois par certaines interprétations, qui donnent l'impression que le chef n'a rien lu sur les œuvres en en proposant une version aux antipodes de ce qui est écrit sur la partition. Une vraie trahison selon moi. Notre première responsabilité en tant que chef relève d'une indispensable intégrité musicale vis-à-vis des compositeurs.

Elle s'impose aussi en ce qui concerne les musiciens. Nous travaillons avec des personnes qui travaillent leur instrument depuis la prime enfance, et ce, parfois huit heures par jour. L'orchestre, constitué de grands professionnels, n'est donc pas un jouet. Musiciens ou chef, nous avons une grande responsabilité devant notre public en termes d'investissement et de concentration, que nous soyons sur scène ou dans la fosse. Nous travaillons énormément sur cela. Il est vrai que jouer à l'opéra et pour le concert symphonique représente des défis très différents, et les deux expériences se nourrissent l'une de l'autre. Je suis très fier du travail que nous avons déjà accompli.

© De Gobert/La Monnaie De Munt.
© De Gobert/La Monnaie De Munt.
Que pouvez-vous nous dire sur ce "Lohengrin" qui sera bientôt créé à La Monnaie sous votre direction ?

Alain Altinoglu - Après la collaboration avec Olivier Py sur ses très beaux "Dialogues des Carmélites" donnés ici en automne dernier, je suis pressé de retravailler avec lui. Nous nous sommes très bien entendus. Ce sera son premier "Lohengrin" et je sais qu'il se passionne pour cette œuvre. Tout est en place pour offrir une très belle production.

Quant à vous, vous connaissez intimement cette œuvre que vous avez dirigée à Bayreuth ?

Alain Altinoglu - En effet, diriger à Bayreuth a été une de mes plus fortes expériences en tant que chef. J'adore Richard Wagner et "Lohengrin" est la première de ses œuvres vraiment personnelles, car libérée de l'influence des opéras italiens. C'est une partition incroyablement riche où l'écriture devient spécifiquement wagnérienne avec ses transformations de leitmotive. Chez Wagner d'ailleurs (comme chez Verdi) l'écriture musicale se modifie à chaque fois avec le livret. On parle toujours du chromatisme et de l'accord de Tristan mais qu'on regarde de près les partitions des "Maîtres Chanteurs", de "Tristan" ou de "Parsifal", le langage est à chaque fois très différent.

Dans "Lohengrin", il faut retrouver cette couleur magique, ces sons éthérés, transparents, uniques dans son œuvre et qui manifestent le surnaturel. C'est ce que je rechercherai avec l'orchestre.

(1) Metropolitan Opera de New York.
(2) Directeur de l'opéra de Bruxelles depuis 2007.

© De Gobert/La Monnaie De Munt.
© De Gobert/La Monnaie De Munt.
Interview réalisée le 14 février 2018.

Prochains spectacles à La Monnaie :
"Cavalleria Rusticana" & "Pagliacci" (E. Pido - D. Michieletto) du 6 au 22 mars 2018.
"Lohengrin" (Alain Altinoglu - Olivier Py) du 19 avril au 6 mai 2018.

Programme complet et réservations :
>> lamonnaie.be

La Monnaie (De Munt),
5, Place de la Monnaie, Bruxelles.
Tél. : + 32 (0)2 229 12 11.

Christine Ducq
Dimanche 4 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019