La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Le Vaisseau fantôme" jette l'ancre à l'Opéra de Lyon

Depuis le 11 et jusqu'au 26 octobre 2014, l'Opéra de Lyon propose une nouvelle production de "Der Fliegende Hollände", le quatrième opéra de Richard Wagner, avec un plateau à se damner. Simon Neal, Magdalena Anna Hoffmann et Falk Struckmann y sont emportés par la Fura dels Baus.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
C'est en 1841 que Wagner compose le livret de cet opéra romantique en trois actes lors de son premier voyage à Paris. Il s'inspire d'une œuvre lue en 1838 du poète Heinrich Heine qu'il va rencontrer à Paris justement - avec Liszt. Déçu par l'accueil qu'il reçoit, acculé par les nombreuses dettes qui le grèvent comme toujours, il se voit dans l'obligation d'en vendre la version française tout en se réservant le droit d'exploiter la version originale allemande. L'opéra est créé sans grand succès au Hofoper de Dresde en 1843 et il retouchera la partition en 1860 pour y ajouter une ouverture grandiose, entre autres.

L'histoire avait de quoi lui plaire : "Le Vaisseau fantôme" contient déjà tous les thèmes qui hanteront son œuvre : la mer, l'errance, l'amour rédempteur et la mort. L'argument ? Le capitaine hollandais a blasphémé, il est condamné à errer pour l'éternité sur toutes les mers avec son équipage de spectres. Seul espoir pour l'errant, il peut jeter l'ancre tous les sept ans pour tenter de trouver l'amour inconditionnel d'une femme et être ainsi sauvé de la malédiction. Quand le premier acte commence nous sommes justement cette septième année-là.

© Opéra de Lyon.
© Opéra de Lyon.
Dans un port niché sur la côte norvégienne et alors que la tempête menace de fracasser tous les navires, le Hollandais promet la fortune au capitaine Daland s'il le laisse épouser sa fille, Senta. Celle-ci se réserve depuis toujours au fameux Hollandais (sans l'avoir jamais vu mais elle idolâtre son portrait) et sa sublime ballade au deuxième acte - une pure déclaration d'amour - est un des climax de l'œuvre. Cet amour partagé ne débouchera cependant pas sur le bonheur et comme la Lorelei du même Heine, Senta se jettera du haut d'une falaise - pour sauver le damné. Ce n'est que dans l'autre monde qu'ils pourront se retrouver.

"Le Vaisseau fantôme" est un opéra de son époque appartenant à une esthétique toute romantique mais il constitue une étape importante dans l'écriture d'un compositeur encore jeune, qui s'identifie sans aucun doute au capitaine maudit à la recherche de l'amour absolu. Si l'œuvre est encore traditionnelle par certains côtés avec ses airs et ses chœurs, elle présente pour la première fois les fameux leitmotiv, ces thèmes qui jaillissent et rejaillissent dans un véritable continuum symphonique. Le tropisme wagnérien est déjà là.

Avec la mise en scène de Alex Ollé de la Fura dels Baus, dont les images qui nous sont parvenues évoquent la peinture d'un Delacroix et la direction du chef lyonnais Kazushi Ono, nul doute que cette production est à voir absolument. Les premières critiques sont d'ailleurs excellentes. Avec le Hollandais du baryton Simon Neal, la Senta de Magdalena Anna Hoffmann - dont on connaît le travail au long cours avec la maison lyonnaise - et le Daland de Falk Struckmann, nous sommes tous prêts à les suivre et à plonger !

© Opéra de Lyon.
© Opéra de Lyon.
Du 11 octobre au 26 octobre 2014.

Opéra national de Lyon, 04 69 85 54 54.
Place de la Comédie Lyon (69).
>> opera-lyon.com

"Der Fliegende Holländer" (1843).
Opéra romantique en trois actes.
Livret et musique de Richard Wagner.
En allemand surtitré en français.
Durée : 2 h 15 avec entracte.

Kazushi Ono, direction musicale.
Alex Ollé/La Fura dels Baus, mise en scène.
Alfons Flores, décors.
Joseph Abril, costumes.
Urs Schönebaum, lumières.
Franc Alen, vidéo.

Simon Neal, Le Hollandais.
Falk Struckmann, Daland.
Magdalena Anna Hoffmann, Senta.
Tonislav Muzek, Erik.
Luc Robert, Le Timonier.
Eve-Maud Hubeaux, Mary.

Orchestre et Chœurs de l'Opéra de Lyon.
Allan Woodbridge, Chef des Chœurs.

Christine Ducq
Vendredi 17 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020