La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Laurent Gérard : quand un comédien se fait show man !

"Gérard, comme le prénom", reprise au Théâtre des Mathurins, Paris

[Reprise] De Guitry à Tardieu en passant par Boudard, Courteline, Jarry, Labiche, Musset ou Goldoni, Laurent Gérard use ses semelles depuis 1996 sur les planches, passant d’un personnage à l’autre avec une grâce aérienne. Quinze ans de théâtre et, un jour, l’envie d’écrire… Écrire, oui ! Mais un "seul en scène", et le jouer.



© DR.
© DR.
Un comédien dans l’univers du One Man Show, cela pourrait paraître normal ou du moins une évidence. Pourtant, ce n’est pas chose si courante, si on considère le rapport comédien/personnalité (forte ?) dont l’équilibre n’est pas toujours parfait dans le monde des nouveaux talents du rire ! Et on peut aussi se poser les questions : Un comédien expérimenté peut-il devenir un bon comique "seul en scène" ? Le poids de textes classiques ou de mises en scènes théâtrales n’est-il pas un frein ?

Dès les premières minutes du spectacle de Laurent Gérard, on se rend compte que cela est possible, mais différemment, et que l’expérience offre ici un remarquable champ de possibilités. Pour commencer, Laurent Gérard fait une mise au point concernant Laurent Gerra (d’où le titre du spectacle) : Non, ce n’est pas lui et il a bien l’intention de se faire un nom… Cela reviendra comme un leitmotiv tout au long de la soirée avec une petite dose non désagréable d’autodérision. La confusion avec le susnommé n’est de toute façon guère possible, tant du point de vue de l’écriture (pas une once de vulgarité) et de l’humour (ici rien du potache boutonneux ou de l’ambiance fin de banquet).

Tout est ciselé avec finesse et le rire n’est jamais gras même si l’hilarité nous envahit souvent. Les premières secondes nous font entendre un phrasé structuré et fluide, une diction parfaite ; voir une gestuelle précise et élaborée, la précision du mime n’est pas loin. Les bases sont posées et on peut confortablement s’installer pour laisser nos zygomatiques entamer leurs exercices, Laurent Gérard ayant même prévu d’aller crescendo dans l’humour afin de laisser nos muscles faciaux effectuer leurs échauffements.

© DR.
© DR.
Cela démarre avec le personnage (récurrent) du "beau gosse/bobo/bodybuildé" - associé ici au "j’assume mon côté féminin" - effectuant son entretien physique, accompagné de son coach. En finesse, Laurent Gérard navigue entre une préciosité élégante d’un "antiquaire homo tendance Village Suisse" et le "bellâtre gendre parfait". Ce premier personnage est l’exemple type de cette capacité qu’a Laurent Gérard à jouer d’une fausse fragilité alors que tout est parfaitement maîtrisé. Le sexe est abordé sans aucune vulgarité, la mécanique comique se déroule avec précision et la scène du "string" en est un des sommets…

Et les personnages (Yvonne, présentateur du JT, la tante suisse, le membre d'un groupe de parole, etc.) se suivent avec, pour fil conducteur, la raison d’être même du spectacle : Pourquoi étant comédien, je veux être un show man et, plus profondément, l’histoire de la crise identitaire d'un jeune homme dans un contexte familial et social ayant du mal à accepter les différences d’un homme "pas comme les autres" ! On touche évidemment à l'intime mais abordé avec intelligence, donnant ainsi une épaisseur particulière aux personnages... L'humour devient sensible et la gestuelle burlesque... Petit à petit, Laurent Gérard, au fil des "sketchs", empreinte, tel un funambule, la posture d'un Buster Keaton, mêlant par petites touches successives énergie et densité... Son étonnante aisance scénique, son écriture ciselée lui permettent de donner énormément de relief à chacun de ses personnages.

Mais, hormis toutes ses qualités scéniques et techniques, s’il faut garder deux points forts de Laurent Gérard, c’est son indéniable et sincère plaisir à imiter ses contemporains (comme un gosse imite les adultes) et sa propension à nous parler de nous, avec un sens de l’observation rare et une profonde sensibilité. Alors, si Avignon version "souk" ne vous tente pas et que vous êtes à Paris cet été, ne manquer de découvrir un artiste "seul en scène" qui est en train de se faire un nom… qui sonne comme un prénom : Gérard !

"Gérard, comme le prénom"

© DR.
© DR.
Texte : Laurent Gérard.
Mise en scène : Christophe Luthringer.
Avec : Laurent Gérard.
Mise en lumière : Antonio de Carvalho.

Du 1er avril au 31 août 2011.
Du mercredi au samedi à 21 h 30.
La Comédie des Boulevards, Paris 2e, 01 42 36 85 24.
www.comediedesboulevards.com

Reprise à partir du 24 janvier 2012.
Du mardi au vendredi à 21 h, samedi à 16 h 30 et 21 h.
Théâtre des Mathurins, Paris 8e, 01 42 65 90 00.
>> theatredesmathurins.com

Gil Chauveau
Lundi 27 Juin 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020