La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Lady Macbeth de Mzensk" à l'usine…

Débuts tonitruants du metteur en scène Dmitri Tcherniakov à l'Opéra de Lyon, avec une nouvelle version de sa production créée à Düsseldorf du sublime opéra de Dimitri Chostakovitch, "Lady Macbeth de Mzensk". Avec une Katerina Izmaïlova transcendée par l'étonnante soprano lituanienne Ausrine Stundyte, l'opéra expressionniste du compositeur russe déçoit pourtant ici dans cette version un rien trop ironique et clinique.



© Jean-Pierre Maurin.
© Jean-Pierre Maurin.
Voilà typiquement l'opéra que les amateurs d'art lyrique idolâtrent et qu'ils courraient voir où qu'il se joue - pour son livret noir et sulfureux, sa partition grandiose, sarcastique et sexuellement explicite, pour son histoire aussi. Créée en 1934 à Moscou et Leningrad avec le plus vif succès, l'œuvre est officiellement désavouée par le régime en 1936 après plus de deux cents représentations - prélude à une nouvelle vague de terreur dans la Russie soviétique et à une mise au pas des artistes et intellectuels n'ayant pas l'heur de plaire au petit père des peuples.

Dernier opéra achevé par Chostakovitch (1), accusé dans la "Pravda" de formalisme petit-bourgeois, il est interdit et connaît une seconde vie en 1962 dans une version plus sage désormais titrée "Ekaterina Izmaïlova". On sait ce que fut la vie du compositeur connaissant alternativement diatribes et honneurs avec une carrière façon montagnes russes.

© Jean-Pierre Maurin.
© Jean-Pierre Maurin.
"Lady Macbeth de Mzensk" devait à l'origine ouvrir la tétralogie qu'envisageait dès 1930 le compositeur, né à Saint-Pétersbourg, autour de la figure de la femme russe passée et future. Ayant frôlé l'arrestation, Chostakovitch se le tint pour dit et n'envisagea pas de suite à cette histoire d'une meurtrière provinciale au temps des tsars tirée d'un roman paru en 1865 de Nikolaï Leskov (2). Son succès ne se démentira cependant pas et l'opéra sera joué sur les scènes du monde entier (dans sa version originale). C'est que cette "tragédie-satire" a tout pour séduire quand elle est portée par une équipe artistique idoine. Elle constitue sans aucun doute un des chefs-d'œuvre du répertoire du XXe siècle.

Avec une chanteuse étonnante telle Ausrine Stundyte, le personnage de Katerina est assurément inoubliable. Engagement scénique total, pur éblouissement d'un soprano d'airain capable aussi d'émouvantes fêlures, son interprétation de la rébellion tragique d'une femme écrasée par une société mesquine, corrompue et patriarcale impressionne. Si la mise en scène de Tcherniakov se révèle à son habitude très pertinente dans la caractérisation précise des personnages, elle convainc moins quant au choix d'une transposition dans une usine moderne de l'ère Poutine. Les sarcasmes et les convulsions de cette parade sauvage sont clairement traduits sur le plateau avec la crudité qui convient mais le lyrisme y respire mal - à l'image de ce cube entièrement tapissé de tapis orientaux au centre de l'usine et de la scène où végète une héroïne sexuellement frustrée.

© Jean-Pierre Maurin.
© Jean-Pierre Maurin.
Quand au dernier acte, les protagonistes sont en route pour le goulag sibérien, l'épopée tragique des damnés (que célèbre la partition) avorte dans une cellule sordide sans aucun horizon : chez Tcherniakov plus de convoi, plus de lac régénérateur où se noyer. Le trio des amants Katerina, Sergeï et de la petite prostituée Sonietka se déchire comme des hyènes en cage. La direction de Kazushi Ono déçoit de même. Le motif de l'aliénation de l'héroïne, sa victoire (forcément condamnée) sur le destin, valait mieux que le choix de cette lenteur exaspérante du tempo venant régulièrement alourdir ce qui devrait être une partition de lave et de feu.

Notes :
(1) Après la parution d'un article assassin dans l'organe du pouvoir, Chostakovitch est sommé de se présenter au NKVD (ex KGB) où il échappe de justesse à une condamnation grâce à l'exécution de l'officier chargé d'instruire son dossier. Il échoue à terminer un autre opéra jusqu'à sa mort en 1975.
(2) Le roman de Leskov était tiré d'un fait-divers. Une femme de marchand avait assassiné mari et beau-fils pour épouser son amant.

© Jean-Pierre Maurin.
© Jean-Pierre Maurin.
Mercredi 27, vendredi 29 janvier, mardi 2, jeudi 4, samedi 6 février 2016 à 20 h.
Dimanche 31 janvier 2016 à 16 h.


Opéra national de Lyon, 1, place de la Comédie Lyon 1er.
Tél. : 04 69 85 54 54.
>> opera-lyon.com

"Lady Macbeth de Mzensk" (1934).
Opéra en quatre actes.
Musique de Dimitri Chostakovitch (1906-1975).
Livret du compositeur et d'Alexandre Preis.
En langue russe surtitrée en français.
Durée : 2 h 45 sans entracte.

Kazushi Ono, direction musicale.
Dmitri Tcherniakov, mise en scène et décors.
Elena Zaytseva, costumes.
Gleb Filshtinsky, lumières.

Ausrine Stundyte, Katerina.
Vladimir Ognovenko, Boris.
Peter Hoare, Zinovyi.
John Daszak, Sergeï.
Clare Presland, Aksinia.
Jeff Martin, l'Ivrogne.
Gennady Bezzubenkov, le Pope.
Almas Svilpa, le Chef de la Police.
Michaela Selinger, Sonietka.

Orchestre et chœur de l'Opéra de Lyon.
Philip White, chef des chœurs.

Christine Ducq
Mercredi 27 Janvier 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021