La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

La superbe "Invitation au Voyage" de Stéphanie d'Oustrac

La mezzo-soprano Stéphanie d'Oustrac et son complice le pianiste Pascal Jourdan nous offrent un très beau cadeau avant Noël avec un troisième opus chez Ambronay dédié cette fois à la mélodie française au mitan des dix-neuvième et vingtième siècles.



© DR.
© DR.
Ces mélodies de Henri Duparc à Reynaldo Hahn en passant par Jacques de la Presle, Claude Debussy et Lili Boulanger proposent un dialogue unique entre poèmes (Baudelaire se taillant la part du lion - mais aussi Mallarmé ou le baroque Théophile de Viau) et musique. Un dialogue magnifié par l'admirable interprétation de Stéphanie d'Oustrac et de son pianiste.

Nous avons eu envie d'entendre la mezzo nous parler de son amour pour ce répertoire et son enthousiasme pour l'aventure humaine et artistique que représente cet enregistrement. Simple, rieuse et généreuse à son habitude elle a bien voulu nous accorder cet entretien.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment est né ce projet d'un enregistrement de mélodies françaises ?

Stéphanie d'Oustrac - Nous avons été sollicités avec Pascal Jourdan pour un récital autour de 1913 en 2009 à la Cité de la Musique. Suite à cette invitation, nous nous sommes lancés dans des recherches dont le résultat constitue ce programme. Nous nous sommes ainsi intéressés à Jacques de la Presle, un de mes grands oncles ! Je suis fière de le faire découvrir d'autant plus qu'il a obtenu en 1921 le Prix de Rome pour la composition. Ce qui n'est pas rien ! Pour Lili Boulanger (Prix de Rome 1913 Ndlr), son œuvre vocale n'est pas souvent chantée mais un peu plus que celle de Jacques de la Presle. On redécouvre ce dernier grâce aux travaux de sa petite fille Alix Evesque.

© Laurent Lagarde.
© Laurent Lagarde.
Ce rapprochement entre ces compositeurs reconnus ou pas est très fécond.

Stéphanie d'Oustrac - Oui, nous avons organisé ce "voyage" dans un certain ordre. Dans cet ordre que nous avons choisi, je crois qu'on peut constater de vrais rapprochements. Ces compositeurs se connaissaient en général et ils avaient des admirations en commun. Une admiration pour Richard Wagner qui a souvent été leur point commun et aussi de poètes tels Charles Baudelaire, Henri de Régnier ou Stéphane Mallarmé. Voilà, il existait entre eux une véritable émulation à cette époque grâce aux salons. Une émulation incroyable entre les artistes. C'est passionnant. J'ai fait d'autres récitals autour des salons.

On retrouve une communauté artistique très École Française.

Stéphanie d'Oustrac - Ah oui ! Davantage Debussy peut-être qui a essayé une autre voie, qui a beaucoup cherché. Quoi qu'on dise, l'École Française est quand même très admirative de Wagner. C'est amusant comme tous ces compositeurs ont été très fascinés par lui. C'est le cas de Jacques de la Presle chez qui on retrouve quelques couleurs wagnériennes. On en a aussi dans les Baudelaire de Debussy. Chez Henri Duparc, on remarque une certaine écriture assez dense, riche et en même temps très française. Comme Berlioz qui fait montre de cette richesse de couleurs. Mais il s'agit bien chez nos compositeurs d'une couleur française puisqu'il y a bien une certaine clarté. Cela est dû à la langue française - une clarté de prononciation et de couleurs. Même si cette écriture est très dense, elle se caractérise toujours par cette clarté. C'est cela la spécificité française selon moi.

Vous défendez admirablement ce répertoire.

Stéphanie d'Oustrac - (riant) En tout cas avec tout mon amour !

© Bertrand Pichene.
© Bertrand Pichene.
Vous travaillez depuis longtemps avec le pianiste Pascal Jourdan.

Stéphanie d'Oustrac - Cela fait vingt ans. Je suis entrée au Conservatoire à Lyon en 1994 et Pascal m'a proposé de faire une tournée de récitals en Alsace-Lorraine ! Nous avons chanté un répertoire allemand - Liszt, Schumann, Brahms, Schubert. Un répertoire romantique.

C'est votre troisième CD avec le label Ambronay.

Stéphanie d'Oustrac - Cet enregistrement et cette collaboration ressemblent à ce que je suis - la fidélité, le travail dans le temps. C'est cette complicité qui compte. Bien sûr, il peut exister des rencontres fulgurantes. Mais pour le récital avec Pascal, c'est comme si nous formions un couple de musique. Nous travaillons ce répertoire depuis très longtemps. Je le chante et le travaille depuis mes seize ou dix-sept ans. Il est des œuvres comme cela qui nécessite de la maturité. Parce qu'elles sont tellement difficiles ! Les Baudelaire de Debussy sont d'une difficulté redoutable. Pour passer outre cela et qu'elle ne s'entende pas, il faut une vraie maturation de l'interprétation. Et c'est cela qui est possible avec Pascal. D'ailleurs, c'est un répertoire aussi difficile pour le piano que pour la voix. Ce n'est pas du simple accompagnement. Et cela s'entend je crois.

On peut parler d'un vrai dialogue.

Stéphanie d'Oustrac - Un vrai dialogue, voilà ! Pascal a énormément de personnalité. Moi aussi. Nous nous comprenons tous les deux. C'est extraordinaire ! Un vrai bonheur !
De temps en temps, j'entends dire à propos de la mélodie que c'est un répertoire trop difficile pour le public. La mélodie qu'elle soit française ou pas n'a malheureusement pas assez d'audience. Je le sais et je le déplore. Avec Pascal, nous faisons des récitals mais peut-être pas assez parce que l'opéra me prend beaucoup. J'adore cependant le récital et je crois que le public peut suivre - ma fille de treize ans a écouté le CD et à sa grande surprise elle a beaucoup aimé !

Il faut donc continuer à défendre ce répertoire ?

Stéphanie d'Oustrac - Évidemment. Il faut avant tout l'aimer et on ne défend bien que ce que l'on aime ! Outre l‘amitié avec Pascal, le récital permet une complicité avec le public car nous présentons toujours les œuvres. Le récital est vraiment une affaire d'amitié pour moi. Le texte du livret qui accompagne le disque est dû à un ami, un écrivain Cesare Liverani. Lui adore la musique baroque et n'est a priori pas du tout fan de ce répertoire ! Il est venu avec ses idées se confronter à notre travail et cela a donné ce beau texte. Nous formons vraiment un cercle d'amis désireux de partager nos doutes, notre amour de la mélodie avec cette expérience artistique.

Un salon moderne en quelque sorte ?

Stéphanie d'Oustrac - (riant) Oui, c'est vrai ! C'est joli. J'aimerais assez recréer cet esprit !

Allez-vous reprendre ce récital en tournée ?

Stéphanie d'Oustrac - Oui, nous allons le reprendre en Angleterre puisque j'y travaille à l'été 2015. À l'étranger, le public apprécie la mélodie française. J'ai défendu la musique française à Moscou et j'y ai senti un véritable engouement pour elle. Peut-être même plus à l'étranger qu'en France parfois !

Vous enchaînez les rôles à Stuttgart, Bruxelles et Strasbourg.

Stéphanie d'Oustrac - Pour Stuttgart et Bruxelles en décembre, ce sont des versions concert ("L'Heure Espagnole" et "L'Enfance du Christ" Ndlr). Ce sont des engagements courts. Fin décembre commencent les répétitions à Strasbourg de "La Clémence de Titus" (Mozart Ndlr) et nous aurons un bon mois et demi de travail avant la première en février 2015.

Vous retournez également à Glyndebourne cet été. Vous aimez ce festival ?

Stéphanie d'Oustrac - Je l'adore ! D'abord c'est la belle campagne anglaise et cela j'y suis très sensible ! Nous avons en outre de très bonnes conditions de travail. Il s'agira d'une reprise de "Carmen". J'y retournerai aussi à l'été 2016 pour Berlioz. Si je puis être une ambassadrice de la culture française je suis ravie !

Pour "La Clémence de Titus" en février 2015, vous reprenez le rôle de Sesto.

Stéphanie d'Oustrac - Sesto (un rôle de travesti Ndlr) est un de mes rôles préférés parce qu'il défend des choses extraordinaires. J'ai l'habitude des rôles de tragédiennes et ce rôle l'est aussi tragique. C'est un rôle intense, un personnage entier. C'est cela que j'aime. Sesto est toujours bouleversé par ses sentiments et ceux-ci sont toujours entiers et sincères. Et puis vocalement, c'est du Mozart ! Il nous ouvre des portes et dans sa musique quelque chose nous dépasse. Cela fait du bien et chanter du Mozart fait un bien fou ! Ce rôle de Sesto permet de défendre de belles valeurs, de belles idées et de beaux sentiments. Quand je le chante je suis au paradis !

● "Invitation au Voyage - Mélodies françaises".
Label : Ambronay.
Distribution : harmonia mundi.
Sortie : 21 octobre 2014.
Durée - 71'10.

Stéphanie d'Oustrac, mezzo-soprano.
Pascal Jourdan, piano.

Christine Ducq
Vendredi 28 Novembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022