La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La sextape de Darwin" Le sexe sous toutes ses formes… un autre révélateur de biodiversité !

Trans, bisexuel, homo, hétéro, hermaphrodite, fécondation croisée ou autogamie, vivipare, ovipare, etc., tous les goûts sont dans la nature ! La biodiversité, construite patiemment au fil de l'évolution et caractérisant notre planète, vaut tant pour l'incroyable nombre des espèces que pour leurs comportements sexuels et leurs modes de reproduction. Et dans ces domaines, les règnes animal et végétal ont une imagination sans limites.



© Bekir Aysan.
© Bekir Aysan.
Dans une manière décomplexée, voire joyeusement délurée, une conférencière (Brigitte Mounier) s'enquiert de nos savoirs sur la chose (the sex of course), ses multiples et divertissantes pratiques, tire un rapide constat de nos silencieuses interrogations, puis effectue une brève remise en contexte historique, étymologique et biologique.

Tout cela avant de nous conter dans une narration enthousiaste - mais non dénuée d'une volonté militante engageant tant une analyse féministe nécessaire qu'une réaction à la résurgence actuelle de l'homophobie partout dans le monde, y compris en Europe à deux pas de chez nous - les innombrables comportements amoureux et/ou reproducteurs des espèces vivantes.

Deux danseurs comédiens (Sarah Nouveau et Antoine Chediny) viennent rapidement, dans un jeu mêlant intimement grâce, expressivité et burlesque, représenter les différentes bestioles et leurs ébats. La représentation animalière a fait l'objet d'un soin tout particulier - toute à la fois bigarrée, suggestive et humoristique - grâce aux "costumes/déguisements" créés avec un talent réellement imaginatif par Émilie Cottam.

© Bekir Aysan.
© Bekir Aysan.
Quatrième complice de ce divertissement hautement et plaisamment pédagogique, Marie-Paule Bonnemason, chanteuse douée à la fois pour les envolées lyriques, les douces et ensorcelantes mélopées de la canopée et pour la vocalisation des plus improbables chants sauvages de la faune explorée, complète cette composition iconoclaste d'une nature bien vivante.

Et le sexe dans tout ça me direz-vous ? Limaces hermaphrodites, lucioles mouches de feu, lampyres aux femelles éclairantes et séduisantes, oiseaux aux robes chamarrées et aux chorégraphies provocatrices, mammifères aux mœurs dissolues, grenouilles aux positions de coït spectaculaire et acrobatiques, tous sont là, et d'autres, pour concrétiser cette fabuleuse danse planétaire sexuelle et nous mettre le nez dans notre ignorance et dans notre manque d'imagination et de tolérance sur le sujet.

Depuis la séparation des sexes datant d'au moins 1 milliard d'années, la nature - via le concept de l'évolution cher à Darwin - n'a eu de cesse de faire montre de créativité quand, de son côté, le mâle humain (homo sapiens il y a environ 200 000 ans), dans sa revendication sociétaire et civilisatrice, appauvrissait ses "possibles"… et surtout son acceptation de la "différenciation" tout en développant son machisme.

© Bekir Aysan.
© Bekir Aysan.
Certes, cela peut paraître un raccourci mais c'est dans celui-ci que réside l'intérêt de la démonstration effectuée par la "sextape de Darwin" qui, dans une subtile seconde lecture possible, revendique un acte de résistance politique contre l'homophobie* et rappelle que le corps des femmes est, dans bon nombre de pays mais aussi en Europe, toujours entouré d'interdits, de tabous, d'une répugnance à prononcer des mots comme vagin, vulve, menstruation, règle, clitoris, jouissance, plaisir féminin, etc. Sans oublier que celles-ci sont encore victimes de viol, de violences, de discriminations et font l'objet de domination en raison de leur sexe, dans le couple, dans le travail, dans la société d'une manière générale.

Sous prétexte d'en rire, mais aussi sous couvert d'exploration animalière ludique, "La sextape de Darwin" propose une intelligente réflexion sur nos certitudes étriquées et bouscule la conviction que véhiculent encore nos sociétés occidentales que la prévalence de l'hétérosexualité et de la famille est nécessaire, voire obligatoire.

* Certains gouvernements, à peine deux heures d'avion de chez nous, ont demandé récemment aux familles de tuer leurs enfants homosexuels pour ne pas déshonorer la nation.

"La sextape de Darwin"

© Bekir Aysan.
© Bekir Aysan.
Mise en scène : Brigitte Mounier.
Avec : Brigitte Mounier, Marie-Paule Bonnemason, Antonin Chediny et Sarah Nouveau. Chorégraphie : Philippe Lafeuille.
Création Lumière : Nicolas Bignan.
Construction : Ettore Marchica.
Costumes : Émilie Cottam.
Par la Compagnie des Mers du Nord.
Durée : 1 h 30.

Du 17 janvier au 26 mars 2020.
Du mardi au samedi à 21 h, matinée le samedi à 16 h 45.
Théâtre La Bruyère, Paris 9e, 01 48 74 76 99.
>> theatrelabruyere.com

Gil Chauveau
Dimanche 8 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020