La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

La poésie charmante de "Lakmé" à l’Opéra Comique

Si vous voulez "cueillir des lotus bleus" et redécouvrir certains des airs français les plus charmants, précipitez-vous à l’Opéra Comique qui présente en ce moment "Lakmé" (opéra de Léo Delibes) dans une mise en scène de Lilo Baur "et avec Sabine Devieilhe dans le rôle-titre.



© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Musique charmante disais-je ? Assurément. Certains des airs (comme ceux de "La Chauve-souris" de Johann Strauss fils) sont les hits de nos arrière-grand-mères qui les chantaient à nos aïeuls au coucher ou aux repas de famille. Tradition qui se perpétua parfois pour notre génération. "Lakmé" est un des opéras français les plus joués au monde, ouvrage d’un compositeur modeste et qui assuma bien sa fonction de pourvoyeur des agréments sous la Troisième République. L’Opéra Comique en fit la création en 1883 pour les beaux yeux d’une soprano américaine Marie Van Zandt et le distribue régulièrement. La dernière fois, c’était en 1995 avec notre star bien aimée Nathalie Dessay.

L’argument ? Une improbable histoire d’amour condamnée (of course) entre Lakmé, une jeune indienne fille de brahmane consacrée aux dieux, et un fringant militaire anglais Gerald, au XIXe siècle dans les Indes victoriennes. Époque oblige : le père brahmane en question, du haut de son autorité incontestée, va tout tenter pour occire le jeune impétrant. Entre opéra sérieux et opéra comique, l’œuvre ne choisit pas tout à fait et certains critiques critiquèrent ce mélange des tons à sa création, cette "satura" entre lyrisme et bouffe : l’extase amoureuse des amants, la colère du père trahi côtoyant le burlesque des caractères féminins anglais du livret.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Cependant, la poésie du livret (un peu vieillot quand même) et la beauté indéniable de la mélodie ne manquent pas, non plus qu’une très riche orchestration tissée de motifs (pseudo) orientalistes pour l’époque. Rien n’a été oublié par Léo Delibes pour assurer la réussite de son opéra : des airs fatals (comme la fameuse barcarolle "Viens Mallika" alias "Duo des Fleurs" inoubliable ou "Ô Fantaisie aux ailes d’or"), et même un ballet de danseuses indiennes au deuxième acte pour parachever cette peinture d’un Orient fantasmé et délectable.

Rôle écrasant pour un soprano léger, on nous avait promis une Lakmé digne des souvenirs d’incarnations les plus marquantes. La jeune chanteuse Sabine Devieilhe n’est pas tout à fait la nouvelle Mady Mesplé ou (plus près de nous) Nathalie Dessay, contrairement à ce qu’on a pu lire (presque) partout. Et ce, malgré des moyens réels dans les aigus et une capacité acrobatique plus qu’estimable pour les roulades et autres vocalises. Que lui manque-t-il ? Pas l’émotion. Mais quid de la sensualité ? Quid du caractère trempé d’une Dessay brillante (et ses facilités vocales entrées dans la légende) ? Arrêtons de la comparer à ce bel oiseau de paradis qu’est Sabine Devieilhe, qui a d’ailleurs suscité les acclamations d’un public conquis.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Le reste de la distribution est séduisant. Retenons Frédéric Antoun, le ténor qui nous vient du Québec, dans le rôle de Gerald. Ce jeune chanteur nous a ravis par sa fougue et la rondeur de son timbre. Le baryton-basse Paul Gay dans le rôle du père de Lakmé est un beau et imposant chanteur, capable de nous émouvoir aussi. Et n’oublions pas notre baryton préféré, Jean-Sébastien Bou, qui confirme tout le bien qu’on écrit sur lui depuis son Claude à l’Opéra de Lyon et son Mârouf dans ce même Opéra Comique l’an dernier. Le chef François-Xavier Roth n’a pas fait l’unanimité et son orchestre "Les Siècles" gagnera sans doute en justesse aux représentations suivantes. Le chœur Accentus a récolté à bon droit nos applaudissements.

Pour la mise en scène, on a connu Lilo Baur plus inspirée à l’Opéra de Dijon avec "Ariane et Barbe-Bleue", mais on peut saluer sa vision plutôt symboliste du troisième acte. Un acte lyrique où les amants malheureux scellent leurs amours pour l’éternité. L’œuvre trouve alors son accomplissement poétique avec cette lumière bleue qui nimbe une scène dominée par un arbre gigantesque au pied duquel s’épanouit leur duo. On pense au "Tristan" (dont "Lakmé" est l’exact contre-pied) et au futur "Pelléas et Mélisande" de Debussy, cet aboutissement de l’esprit français.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Mardi 14, jeudi 16, samedi 18 et lundi 20 janvier 2014 à 20 h.
Diffusion le 18 janvier 2014 sur France Musique.

Opéra Comique, Place Boieldieu, Paris 2e, 0825 01 01 23.
>> opera-comique.com

"Lakmé"
Opéra en trois actes.
Musique de Léo Delibes.
Livret de Edmond Gondinet, Philippe Gille.
Durée : 2 h 50 avec entracte.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Direction musicale : François-Xavier Roth.
Mise en scène : Lilo Baur.
Décors : Caroline Ginet.
Costumes : Hanna Sjödin.
Lumières : Gilles Gentner.
Chorégraphie : Olia Lydaki.
Chef de chœur : Christophe Grapperon.
Chœur Accentus.
Orchestre Les Siècles.

Sabine Devieilhe, Lakmé.
Frédéric Antoun, Gerald.
Élodie Méchain, Mallika.
Paul Gay, Nilakantha.
Jean-Sébastien Bou, Frédéric.
Antoine Normand, Hadji.
Mai Ishiwata, Olia Lydaki, Anna Dimitratou, danseuses.

Christine Ducq
Lundi 13 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021