La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

La poésie charmante de "Lakmé" à l’Opéra Comique

Si vous voulez "cueillir des lotus bleus" et redécouvrir certains des airs français les plus charmants, précipitez-vous à l’Opéra Comique qui présente en ce moment "Lakmé" (opéra de Léo Delibes) dans une mise en scène de Lilo Baur "et avec Sabine Devieilhe dans le rôle-titre.



© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Musique charmante disais-je ? Assurément. Certains des airs (comme ceux de "La Chauve-souris" de Johann Strauss fils) sont les hits de nos arrière-grand-mères qui les chantaient à nos aïeuls au coucher ou aux repas de famille. Tradition qui se perpétua parfois pour notre génération. "Lakmé" est un des opéras français les plus joués au monde, ouvrage d’un compositeur modeste et qui assuma bien sa fonction de pourvoyeur des agréments sous la Troisième République. L’Opéra Comique en fit la création en 1883 pour les beaux yeux d’une soprano américaine Marie Van Zandt et le distribue régulièrement. La dernière fois, c’était en 1995 avec notre star bien aimée Nathalie Dessay.

L’argument ? Une improbable histoire d’amour condamnée (of course) entre Lakmé, une jeune indienne fille de brahmane consacrée aux dieux, et un fringant militaire anglais Gerald, au XIXe siècle dans les Indes victoriennes. Époque oblige : le père brahmane en question, du haut de son autorité incontestée, va tout tenter pour occire le jeune impétrant. Entre opéra sérieux et opéra comique, l’œuvre ne choisit pas tout à fait et certains critiques critiquèrent ce mélange des tons à sa création, cette "satura" entre lyrisme et bouffe : l’extase amoureuse des amants, la colère du père trahi côtoyant le burlesque des caractères féminins anglais du livret.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Cependant, la poésie du livret (un peu vieillot quand même) et la beauté indéniable de la mélodie ne manquent pas, non plus qu’une très riche orchestration tissée de motifs (pseudo) orientalistes pour l’époque. Rien n’a été oublié par Léo Delibes pour assurer la réussite de son opéra : des airs fatals (comme la fameuse barcarolle "Viens Mallika" alias "Duo des Fleurs" inoubliable ou "Ô Fantaisie aux ailes d’or"), et même un ballet de danseuses indiennes au deuxième acte pour parachever cette peinture d’un Orient fantasmé et délectable.

Rôle écrasant pour un soprano léger, on nous avait promis une Lakmé digne des souvenirs d’incarnations les plus marquantes. La jeune chanteuse Sabine Devieilhe n’est pas tout à fait la nouvelle Mady Mesplé ou (plus près de nous) Nathalie Dessay, contrairement à ce qu’on a pu lire (presque) partout. Et ce, malgré des moyens réels dans les aigus et une capacité acrobatique plus qu’estimable pour les roulades et autres vocalises. Que lui manque-t-il ? Pas l’émotion. Mais quid de la sensualité ? Quid du caractère trempé d’une Dessay brillante (et ses facilités vocales entrées dans la légende) ? Arrêtons de la comparer à ce bel oiseau de paradis qu’est Sabine Devieilhe, qui a d’ailleurs suscité les acclamations d’un public conquis.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Le reste de la distribution est séduisant. Retenons Frédéric Antoun, le ténor qui nous vient du Québec, dans le rôle de Gerald. Ce jeune chanteur nous a ravis par sa fougue et la rondeur de son timbre. Le baryton-basse Paul Gay dans le rôle du père de Lakmé est un beau et imposant chanteur, capable de nous émouvoir aussi. Et n’oublions pas notre baryton préféré, Jean-Sébastien Bou, qui confirme tout le bien qu’on écrit sur lui depuis son Claude à l’Opéra de Lyon et son Mârouf dans ce même Opéra Comique l’an dernier. Le chef François-Xavier Roth n’a pas fait l’unanimité et son orchestre "Les Siècles" gagnera sans doute en justesse aux représentations suivantes. Le chœur Accentus a récolté à bon droit nos applaudissements.

Pour la mise en scène, on a connu Lilo Baur plus inspirée à l’Opéra de Dijon avec "Ariane et Barbe-Bleue", mais on peut saluer sa vision plutôt symboliste du troisième acte. Un acte lyrique où les amants malheureux scellent leurs amours pour l’éternité. L’œuvre trouve alors son accomplissement poétique avec cette lumière bleue qui nimbe une scène dominée par un arbre gigantesque au pied duquel s’épanouit leur duo. On pense au "Tristan" (dont "Lakmé" est l’exact contre-pied) et au futur "Pelléas et Mélisande" de Debussy, cet aboutissement de l’esprit français.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Mardi 14, jeudi 16, samedi 18 et lundi 20 janvier 2014 à 20 h.
Diffusion le 18 janvier 2014 sur France Musique.

Opéra Comique, Place Boieldieu, Paris 2e, 0825 01 01 23.
>> opera-comique.com

"Lakmé"
Opéra en trois actes.
Musique de Léo Delibes.
Livret de Edmond Gondinet, Philippe Gille.
Durée : 2 h 50 avec entracte.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Direction musicale : François-Xavier Roth.
Mise en scène : Lilo Baur.
Décors : Caroline Ginet.
Costumes : Hanna Sjödin.
Lumières : Gilles Gentner.
Chorégraphie : Olia Lydaki.
Chef de chœur : Christophe Grapperon.
Chœur Accentus.
Orchestre Les Siècles.

Sabine Devieilhe, Lakmé.
Frédéric Antoun, Gerald.
Élodie Méchain, Mallika.
Paul Gay, Nilakantha.
Jean-Sébastien Bou, Frédéric.
Antoine Normand, Hadji.
Mai Ishiwata, Olia Lydaki, Anna Dimitratou, danseuses.

Christine Ducq
Lundi 13 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019