La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

La poésie charmante de "Lakmé" à l’Opéra Comique

Si vous voulez "cueillir des lotus bleus" et redécouvrir certains des airs français les plus charmants, précipitez-vous à l’Opéra Comique qui présente en ce moment "Lakmé" (opéra de Léo Delibes) dans une mise en scène de Lilo Baur "et avec Sabine Devieilhe dans le rôle-titre.



© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Musique charmante disais-je ? Assurément. Certains des airs (comme ceux de "La Chauve-souris" de Johann Strauss fils) sont les hits de nos arrière-grand-mères qui les chantaient à nos aïeuls au coucher ou aux repas de famille. Tradition qui se perpétua parfois pour notre génération. "Lakmé" est un des opéras français les plus joués au monde, ouvrage d’un compositeur modeste et qui assuma bien sa fonction de pourvoyeur des agréments sous la Troisième République. L’Opéra Comique en fit la création en 1883 pour les beaux yeux d’une soprano américaine Marie Van Zandt et le distribue régulièrement. La dernière fois, c’était en 1995 avec notre star bien aimée Nathalie Dessay.

L’argument ? Une improbable histoire d’amour condamnée (of course) entre Lakmé, une jeune indienne fille de brahmane consacrée aux dieux, et un fringant militaire anglais Gerald, au XIXe siècle dans les Indes victoriennes. Époque oblige : le père brahmane en question, du haut de son autorité incontestée, va tout tenter pour occire le jeune impétrant. Entre opéra sérieux et opéra comique, l’œuvre ne choisit pas tout à fait et certains critiques critiquèrent ce mélange des tons à sa création, cette "satura" entre lyrisme et bouffe : l’extase amoureuse des amants, la colère du père trahi côtoyant le burlesque des caractères féminins anglais du livret.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Cependant, la poésie du livret (un peu vieillot quand même) et la beauté indéniable de la mélodie ne manquent pas, non plus qu’une très riche orchestration tissée de motifs (pseudo) orientalistes pour l’époque. Rien n’a été oublié par Léo Delibes pour assurer la réussite de son opéra : des airs fatals (comme la fameuse barcarolle "Viens Mallika" alias "Duo des Fleurs" inoubliable ou "Ô Fantaisie aux ailes d’or"), et même un ballet de danseuses indiennes au deuxième acte pour parachever cette peinture d’un Orient fantasmé et délectable.

Rôle écrasant pour un soprano léger, on nous avait promis une Lakmé digne des souvenirs d’incarnations les plus marquantes. La jeune chanteuse Sabine Devieilhe n’est pas tout à fait la nouvelle Mady Mesplé ou (plus près de nous) Nathalie Dessay, contrairement à ce qu’on a pu lire (presque) partout. Et ce, malgré des moyens réels dans les aigus et une capacité acrobatique plus qu’estimable pour les roulades et autres vocalises. Que lui manque-t-il ? Pas l’émotion. Mais quid de la sensualité ? Quid du caractère trempé d’une Dessay brillante (et ses facilités vocales entrées dans la légende) ? Arrêtons de la comparer à ce bel oiseau de paradis qu’est Sabine Devieilhe, qui a d’ailleurs suscité les acclamations d’un public conquis.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Le reste de la distribution est séduisant. Retenons Frédéric Antoun, le ténor qui nous vient du Québec, dans le rôle de Gerald. Ce jeune chanteur nous a ravis par sa fougue et la rondeur de son timbre. Le baryton-basse Paul Gay dans le rôle du père de Lakmé est un beau et imposant chanteur, capable de nous émouvoir aussi. Et n’oublions pas notre baryton préféré, Jean-Sébastien Bou, qui confirme tout le bien qu’on écrit sur lui depuis son Claude à l’Opéra de Lyon et son Mârouf dans ce même Opéra Comique l’an dernier. Le chef François-Xavier Roth n’a pas fait l’unanimité et son orchestre "Les Siècles" gagnera sans doute en justesse aux représentations suivantes. Le chœur Accentus a récolté à bon droit nos applaudissements.

Pour la mise en scène, on a connu Lilo Baur plus inspirée à l’Opéra de Dijon avec "Ariane et Barbe-Bleue", mais on peut saluer sa vision plutôt symboliste du troisième acte. Un acte lyrique où les amants malheureux scellent leurs amours pour l’éternité. L’œuvre trouve alors son accomplissement poétique avec cette lumière bleue qui nimbe une scène dominée par un arbre gigantesque au pied duquel s’épanouit leur duo. On pense au "Tristan" (dont "Lakmé" est l’exact contre-pied) et au futur "Pelléas et Mélisande" de Debussy, cet aboutissement de l’esprit français.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Mardi 14, jeudi 16, samedi 18 et lundi 20 janvier 2014 à 20 h.
Diffusion le 18 janvier 2014 sur France Musique.

Opéra Comique, Place Boieldieu, Paris 2e, 0825 01 01 23.
>> opera-comique.com

"Lakmé"
Opéra en trois actes.
Musique de Léo Delibes.
Livret de Edmond Gondinet, Philippe Gille.
Durée : 2 h 50 avec entracte.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Direction musicale : François-Xavier Roth.
Mise en scène : Lilo Baur.
Décors : Caroline Ginet.
Costumes : Hanna Sjödin.
Lumières : Gilles Gentner.
Chorégraphie : Olia Lydaki.
Chef de chœur : Christophe Grapperon.
Chœur Accentus.
Orchestre Les Siècles.

Sabine Devieilhe, Lakmé.
Frédéric Antoun, Gerald.
Élodie Méchain, Mallika.
Paul Gay, Nilakantha.
Jean-Sébastien Bou, Frédéric.
Antoine Normand, Hadji.
Mai Ishiwata, Olia Lydaki, Anna Dimitratou, danseuses.

Christine Ducq
Lundi 13 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019