La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"La Ville morte" superbe et mortifère au Théâtre du Capitole

Perle parmi les belles œuvres au programme de la première saison de Christophe Ghristi au Capitole de Toulouse, l'opéra d'Erich Korngold dispense ses noirs sortilèges dans la production de Philipp Himmelmann. Avec une distribution homogène dominée par les éblouissants Torsten Kerl et Evgenia Muraveva et un orchestre souvent troublant, le chef-d'œuvre du compositeur autrichien ravit et captive.



© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
"Die tote Stadt", opéra le plus joué dans les années vingt dans le monde germanique (et dirigé par les plus grands tels Szell, Schalk et autres Knappertsbusch) connaît une exceptionnelle double création en 1920 - à Hambourg par Egon Pollack et à Cologne par Otto Klemperer.

C'est qu'après trois ans de travail sur la partition, le "wunderkind" Korngold - au précoce talent admiré tant par Mahler que par Puccini - est très attendu dans son adaptation du roman du symboliste belge Georges Rodenbach, Bruges-la-Morte. Avec un livret offrant une intrigue entièrement réécrite (à quatre mains avec son père Julius), l'opéra connaît donc un succès qui ne se démentira pas jusqu'à l'arrivée au pouvoir des nazis.

Paul, inconsolable depuis la mort de son épouse Marie, a fait de sa maison un temple dédié à son souvenir. Il rencontre une jeune danseuse, Marietta, qui semble la réincarnation de la morte dans une ville désertée et brumeuse - cette Bruges qu'on retrouvera dans le "Nosferatu" de Werner Herzog. Paul saura-t-il s'arracher au souvenir morbide de son amour perdu et à l'atmosphère oppressante d'une ville traversée de fantômes et de processions religieuses ?

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Korngold imagine pour cette intrigue mêlant fantasmagorie, cauchemar et névroses, une partition somptueuse pour cent vingt musiciens au croisement esthétique de réminiscences wagnérienne, malhérienne mais aussi influencée par le travail de son maître A. von Zemlinsky (très Apocalypse viennoise fin de siècle) ; avec une écriture expressionniste parfois, que traversent aussi quelques lignes mélodiques et motifs pucciniens.

Partition-creuset des tendances et avant-gardes au tournant des dix-neuvième et vingtième siècles, "Die tote Stadt" offre son lyrisme sensuel et élégiaque mais prend parfois aussi les accents terribles d'un chaos aux couleurs inouïes ; autant dire un plaisir de chaque instant pour le spectateur, quasiment aussi parfait que celui prodigué par l'"Elektra" de R. Strauss (Korngold est cependant moins novateur).

Le chef anglais Leo Hussain parvient à entraîner l'Orchestre national du Capitole sur ces terres étrangères avec un bonheur un peu irrégulier. Si la fosse dans l'acte un déçoit un peu dans le choix de traiter les événements musicaux avec des sections de petite et grande harmonie pas toujours stables (et des entrées de pupitres parfois à contretemps), elle ensorcelle cependant (et quelle magnificence dans les actes suivants) avec un discours musical généreux en sonorités voluptueuses (et des cordes d'une belle intensité). Ce travail symphonique à la hauteur des enjeux dramatiques convient comme un gant à la mise en scène de Philipp Hammelmann.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Chaque personnage est isolé dans une niche reproduisant à l'identique le même décor ténu, exposant ainsi la solitude irrémédiable de chacun de même que les conflits de perception entre Paul et Marietta ou Franck (l'ami du veuf). Tous prisonniers du cadre et des lumières changeantes d'un théâtre mental.

La vidéo réussit à figurer la véritable hantise dont sont victimes les personnages - en premier lieu Paul. Belle idée de P. Hammelmann d'entraîner la troupe de comédiens (de l'acte deux) en une danse macabre (de zombies) du plus bel effet. Une danse sur le fond de laquelle la vitalité et la sensualité de Marietta se dessinent nettement.

Le metteur en scène allemand fait le choix d'une conclusion pessimiste dans cette intelligente vision, qui tourne le dos au symbolisme initial pour nous offrir une traduction intemporelle de l'expérience mélancolique.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
La distribution luxueuse est de celles des plus grandes maisons. On ne présente plus le remarquable ténor Torsten Kerl, le meilleur Paul de sa génération. Il affronte aisément les incroyables difficultés de son rôle (avec ses graves et ses aigus impossibles) et tient tête à l'imposant dispositif orchestral avec une élégance et une sensibilité bouleversantes.

La révélation pourrait bien être la Marietta/Marie de Evgenia Muraveva absolument étourdissante de maîtrise, de charisme et de subtilité dans un rôle à peine moins écrasant que celui de Paul. La voix est belle, le phrasé idéal et la caractérisation des personnages toujours fouillée dans cette conversation musicale qui évoque irrésistiblement l'art d'un Richard Strauss.

Retenons aussi le Fritz de Thomas Dolié aussi fin que lyrique dans son superbe air du deuxième acte comme le Franck de Matthias Winckhler vraiment émouvant. Dans de petits rôles pleins de charme brillent aussi Norma Nahoun (Juliette) et Julie Pasturaud (Lucienne). Pour cet opéra, qui fut visible très tardivement en France, cette reprise d'une production de l'Opéra national de Lorraine s'impose sur la scène toulousaine en référence incontournable.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Du 22 novembre au 4 décembre 2018 à 20 h.

Théâtre du Capitole.
Place du Capitole, Toulouse (31).
Tél. : 05 61 63 13 13.
>> theatreducapitole.fr

"Die tote Stadt" (1920).
Musique de E. W. Korngold (1897-1957).
Livret de Paul Schott (J. et E. Korngold).
En langue allemande surtitrée en français.
Durée : 2 h sans entracte.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Leo Hussain, direction musicale.
Phlipp Himmelmann, mise en scène.
Raimund Bauer, décors.
Bettina Walter, costumes.
Gerard Cleven, lumières.
Martin Eidenberger, vidéo.

Torsten Kerl, Paul.
Evgenia Muraveva, Marietta/Marie.
Thomas Dolié, Fritz.
Matthias Winckhler, Franck.
Katharine Goeldner, Brigitta.

Orchestre national du Capitole.
Chœur et maîtrise du Capitole.

Christine Ducq
Mercredi 28 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018