Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"La Ville morte" superbe et mortifère au Théâtre du Capitole

Perle parmi les belles œuvres au programme de la première saison de Christophe Ghristi au Capitole de Toulouse, l'opéra d'Erich Korngold dispense ses noirs sortilèges dans la production de Philipp Himmelmann. Avec une distribution homogène dominée par les éblouissants Torsten Kerl et Evgenia Muraveva et un orchestre souvent troublant, le chef-d'œuvre du compositeur autrichien ravit et captive.



© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
"Die tote Stadt", opéra le plus joué dans les années vingt dans le monde germanique (et dirigé par les plus grands tels Szell, Schalk et autres Knappertsbusch) connaît une exceptionnelle double création en 1920 - à Hambourg par Egon Pollack et à Cologne par Otto Klemperer.

C'est qu'après trois ans de travail sur la partition, le "wunderkind" Korngold - au précoce talent admiré tant par Mahler que par Puccini - est très attendu dans son adaptation du roman du symboliste belge Georges Rodenbach, Bruges-la-Morte. Avec un livret offrant une intrigue entièrement réécrite (à quatre mains avec son père Julius), l'opéra connaît donc un succès qui ne se démentira pas jusqu'à l'arrivée au pouvoir des nazis.

Paul, inconsolable depuis la mort de son épouse Marie, a fait de sa maison un temple dédié à son souvenir. Il rencontre une jeune danseuse, Marietta, qui semble la réincarnation de la morte dans une ville désertée et brumeuse - cette Bruges qu'on retrouvera dans le "Nosferatu" de Werner Herzog. Paul saura-t-il s'arracher au souvenir morbide de son amour perdu et à l'atmosphère oppressante d'une ville traversée de fantômes et de processions religieuses ?

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Korngold imagine pour cette intrigue mêlant fantasmagorie, cauchemar et névroses, une partition somptueuse pour cent vingt musiciens au croisement esthétique de réminiscences wagnérienne, malhérienne mais aussi influencée par le travail de son maître A. von Zemlinsky (très Apocalypse viennoise fin de siècle) ; avec une écriture expressionniste parfois, que traversent aussi quelques lignes mélodiques et motifs pucciniens.

Partition-creuset des tendances et avant-gardes au tournant des dix-neuvième et vingtième siècles, "Die tote Stadt" offre son lyrisme sensuel et élégiaque mais prend parfois aussi les accents terribles d'un chaos aux couleurs inouïes ; autant dire un plaisir de chaque instant pour le spectateur, quasiment aussi parfait que celui prodigué par l'"Elektra" de R. Strauss (Korngold est cependant moins novateur).

Le chef anglais Leo Hussain parvient à entraîner l'Orchestre national du Capitole sur ces terres étrangères avec un bonheur un peu irrégulier. Si la fosse dans l'acte un déçoit un peu dans le choix de traiter les événements musicaux avec des sections de petite et grande harmonie pas toujours stables (et des entrées de pupitres parfois à contretemps), elle ensorcelle cependant (et quelle magnificence dans les actes suivants) avec un discours musical généreux en sonorités voluptueuses (et des cordes d'une belle intensité). Ce travail symphonique à la hauteur des enjeux dramatiques convient comme un gant à la mise en scène de Philipp Hammelmann.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Chaque personnage est isolé dans une niche reproduisant à l'identique le même décor ténu, exposant ainsi la solitude irrémédiable de chacun de même que les conflits de perception entre Paul et Marietta ou Franck (l'ami du veuf). Tous prisonniers du cadre et des lumières changeantes d'un théâtre mental.

La vidéo réussit à figurer la véritable hantise dont sont victimes les personnages - en premier lieu Paul. Belle idée de P. Hammelmann d'entraîner la troupe de comédiens (de l'acte deux) en une danse macabre (de zombies) du plus bel effet. Une danse sur le fond de laquelle la vitalité et la sensualité de Marietta se dessinent nettement.

Le metteur en scène allemand fait le choix d'une conclusion pessimiste dans cette intelligente vision, qui tourne le dos au symbolisme initial pour nous offrir une traduction intemporelle de l'expérience mélancolique.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
La distribution luxueuse est de celles des plus grandes maisons. On ne présente plus le remarquable ténor Torsten Kerl, le meilleur Paul de sa génération. Il affronte aisément les incroyables difficultés de son rôle (avec ses graves et ses aigus impossibles) et tient tête à l'imposant dispositif orchestral avec une élégance et une sensibilité bouleversantes.

La révélation pourrait bien être la Marietta/Marie de Evgenia Muraveva absolument étourdissante de maîtrise, de charisme et de subtilité dans un rôle à peine moins écrasant que celui de Paul. La voix est belle, le phrasé idéal et la caractérisation des personnages toujours fouillée dans cette conversation musicale qui évoque irrésistiblement l'art d'un Richard Strauss.

Retenons aussi le Fritz de Thomas Dolié aussi fin que lyrique dans son superbe air du deuxième acte comme le Franck de Matthias Winckhler vraiment émouvant. Dans de petits rôles pleins de charme brillent aussi Norma Nahoun (Juliette) et Julie Pasturaud (Lucienne). Pour cet opéra, qui fut visible très tardivement en France, cette reprise d'une production de l'Opéra national de Lorraine s'impose sur la scène toulousaine en référence incontournable.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Du 22 novembre au 4 décembre 2018 à 20 h.

Théâtre du Capitole.
Place du Capitole, Toulouse (31).
Tél. : 05 61 63 13 13.
>> theatreducapitole.fr

"Die tote Stadt" (1920).
Musique de E. W. Korngold (1897-1957).
Livret de Paul Schott (J. et E. Korngold).
En langue allemande surtitrée en français.
Durée : 2 h sans entracte.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Leo Hussain, direction musicale.
Phlipp Himmelmann, mise en scène.
Raimund Bauer, décors.
Bettina Walter, costumes.
Gerard Cleven, lumières.
Martin Eidenberger, vidéo.

Torsten Kerl, Paul.
Evgenia Muraveva, Marietta/Marie.
Thomas Dolié, Fritz.
Matthias Winckhler, Franck.
Katharine Goeldner, Brigitta.

Orchestre national du Capitole.
Chœur et maîtrise du Capitole.

Christine Ducq
Mercredi 28 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020