La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"La Ville morte" superbe et mortifère au Théâtre du Capitole

Perle parmi les belles œuvres au programme de la première saison de Christophe Ghristi au Capitole de Toulouse, l'opéra d'Erich Korngold dispense ses noirs sortilèges dans la production de Philipp Himmelmann. Avec une distribution homogène dominée par les éblouissants Torsten Kerl et Evgenia Muraveva et un orchestre souvent troublant, le chef-d'œuvre du compositeur autrichien ravit et captive.



© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
"Die tote Stadt", opéra le plus joué dans les années vingt dans le monde germanique (et dirigé par les plus grands tels Szell, Schalk et autres Knappertsbusch) connaît une exceptionnelle double création en 1920 - à Hambourg par Egon Pollack et à Cologne par Otto Klemperer.

C'est qu'après trois ans de travail sur la partition, le "wunderkind" Korngold - au précoce talent admiré tant par Mahler que par Puccini - est très attendu dans son adaptation du roman du symboliste belge Georges Rodenbach, Bruges-la-Morte. Avec un livret offrant une intrigue entièrement réécrite (à quatre mains avec son père Julius), l'opéra connaît donc un succès qui ne se démentira pas jusqu'à l'arrivée au pouvoir des nazis.

Paul, inconsolable depuis la mort de son épouse Marie, a fait de sa maison un temple dédié à son souvenir. Il rencontre une jeune danseuse, Marietta, qui semble la réincarnation de la morte dans une ville désertée et brumeuse - cette Bruges qu'on retrouvera dans le "Nosferatu" de Werner Herzog. Paul saura-t-il s'arracher au souvenir morbide de son amour perdu et à l'atmosphère oppressante d'une ville traversée de fantômes et de processions religieuses ?

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Korngold imagine pour cette intrigue mêlant fantasmagorie, cauchemar et névroses, une partition somptueuse pour cent vingt musiciens au croisement esthétique de réminiscences wagnérienne, malhérienne mais aussi influencée par le travail de son maître A. von Zemlinsky (très Apocalypse viennoise fin de siècle) ; avec une écriture expressionniste parfois, que traversent aussi quelques lignes mélodiques et motifs pucciniens.

Partition-creuset des tendances et avant-gardes au tournant des dix-neuvième et vingtième siècles, "Die tote Stadt" offre son lyrisme sensuel et élégiaque mais prend parfois aussi les accents terribles d'un chaos aux couleurs inouïes ; autant dire un plaisir de chaque instant pour le spectateur, quasiment aussi parfait que celui prodigué par l'"Elektra" de R. Strauss (Korngold est cependant moins novateur).

Le chef anglais Leo Hussain parvient à entraîner l'Orchestre national du Capitole sur ces terres étrangères avec un bonheur un peu irrégulier. Si la fosse dans l'acte un déçoit un peu dans le choix de traiter les événements musicaux avec des sections de petite et grande harmonie pas toujours stables (et des entrées de pupitres parfois à contretemps), elle ensorcelle cependant (et quelle magnificence dans les actes suivants) avec un discours musical généreux en sonorités voluptueuses (et des cordes d'une belle intensité). Ce travail symphonique à la hauteur des enjeux dramatiques convient comme un gant à la mise en scène de Philipp Hammelmann.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Chaque personnage est isolé dans une niche reproduisant à l'identique le même décor ténu, exposant ainsi la solitude irrémédiable de chacun de même que les conflits de perception entre Paul et Marietta ou Franck (l'ami du veuf). Tous prisonniers du cadre et des lumières changeantes d'un théâtre mental.

La vidéo réussit à figurer la véritable hantise dont sont victimes les personnages - en premier lieu Paul. Belle idée de P. Hammelmann d'entraîner la troupe de comédiens (de l'acte deux) en une danse macabre (de zombies) du plus bel effet. Une danse sur le fond de laquelle la vitalité et la sensualité de Marietta se dessinent nettement.

Le metteur en scène allemand fait le choix d'une conclusion pessimiste dans cette intelligente vision, qui tourne le dos au symbolisme initial pour nous offrir une traduction intemporelle de l'expérience mélancolique.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
La distribution luxueuse est de celles des plus grandes maisons. On ne présente plus le remarquable ténor Torsten Kerl, le meilleur Paul de sa génération. Il affronte aisément les incroyables difficultés de son rôle (avec ses graves et ses aigus impossibles) et tient tête à l'imposant dispositif orchestral avec une élégance et une sensibilité bouleversantes.

La révélation pourrait bien être la Marietta/Marie de Evgenia Muraveva absolument étourdissante de maîtrise, de charisme et de subtilité dans un rôle à peine moins écrasant que celui de Paul. La voix est belle, le phrasé idéal et la caractérisation des personnages toujours fouillée dans cette conversation musicale qui évoque irrésistiblement l'art d'un Richard Strauss.

Retenons aussi le Fritz de Thomas Dolié aussi fin que lyrique dans son superbe air du deuxième acte comme le Franck de Matthias Winckhler vraiment émouvant. Dans de petits rôles pleins de charme brillent aussi Norma Nahoun (Juliette) et Julie Pasturaud (Lucienne). Pour cet opéra, qui fut visible très tardivement en France, cette reprise d'une production de l'Opéra national de Lorraine s'impose sur la scène toulousaine en référence incontournable.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Du 22 novembre au 4 décembre 2018 à 20 h.

Théâtre du Capitole.
Place du Capitole, Toulouse (31).
Tél. : 05 61 63 13 13.
>> theatreducapitole.fr

"Die tote Stadt" (1920).
Musique de E. W. Korngold (1897-1957).
Livret de Paul Schott (J. et E. Korngold).
En langue allemande surtitrée en français.
Durée : 2 h sans entracte.

© Patrice Nin.
© Patrice Nin.
Leo Hussain, direction musicale.
Phlipp Himmelmann, mise en scène.
Raimund Bauer, décors.
Bettina Walter, costumes.
Gerard Cleven, lumières.
Martin Eidenberger, vidéo.

Torsten Kerl, Paul.
Evgenia Muraveva, Marietta/Marie.
Thomas Dolié, Fritz.
Matthias Winckhler, Franck.
Katharine Goeldner, Brigitta.

Orchestre national du Capitole.
Chœur et maîtrise du Capitole.

Christine Ducq
Mercredi 28 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020