La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La Réunification des deux Corées : Le roman des évitements amoureux

"La Réunification des deux Corées", Odéon Ateliers Berthier, Paris

[Reprise] C’est par un long corridor que vont et viennent les personnages de la dernière pièce de Pommerat, "La Réunification des deux Corées", qu’en tant qu’artiste associé il présente au théâtre de l’Odéon salle Berthier. Pommerat avec une forme de cruauté égrène les tableaux des destins contrariés et des hasards farceurs de tragédie.



© Élisabeth Carecchio.
© Élisabeth Carecchio.
Passants, hommes et femmes, ils sont de ceux et celles que l’on rencontre tous les jours. Anodins, quotidiens, à la recherche, banalement, d’une stabilité amoureuse. Retrouvés séparés. Un tiers malin réel ou imaginaire les empêche de fusionner leurs mondes opposés. Chacun y retrouve ses petits.

Un petit rien de retour du passé, un mot déplacé font s’échapper le rêve qui se cristallisait, occasionnent drames et ruptures. Mariage brisé juste avant la présentation au maire, scène primitive des amours de fête foraine sur les autos tamponnantes, cancans des uns et des autres, foire aux vérités pas bonnes à dire. Solitudes sordides des enfants de baloche fascinés par les sosies rock-pop ou des bourgeois délirants mangés par le maintien de leur réputation.

Les duos amoureux achoppent au quotidien et dégénèrent en duels coriaces et acharnés qu’aucun effort diplomatique ne peut empêcher. Un échange de prisonnier à la frontière coréenne semble, en effet, plus facile à réaliser que l’échange des sentiments en occident…

© Élisabeth Carecchio.
© Élisabeth Carecchio.
Très ingénieux dans leur grand talent à détruire leurs rêves à l’instant même où ils se réalisent, les héros de Pommerat, dans une pauvreté apparente de moyens, voient s’échapper sans cesse ce qu’ils acquièrent.

Le dispositif en bi-frontal, plongé dans une ombre nocturne, dessine un "no man’s land", tout à la fois pont d’une fuite éperdue vers la liberté, podium de gloire ou fosse aux lions, ou… galerie de genre d’un musée des beaux-arts.

Les épisodes alternent sans autre lien apparent que de se situer dans ce point de passage.

Toutes les scènes sont des instantanés, des tranches de vie. Prises sur le vif. Au hasard semble-t-il. Et très précisément orchestrées.

© Élisabeth Carecchio.
© Élisabeth Carecchio.
Pleins de vie, à la fois pittoresques et minutieux, que ce soit dans le registre de la langue ou de la représentation de l’apparence sociale, les portraits sont frappés au coin de l’ironie.
Pourtant, à l’opposé de toute moquerie ou sarcasme, le croquis, le miroir tendu au public de manière étrange prennent les voies d’un irrésistible comique.

Dans le rythme tendu de son spectacle, dans la chaleur d’un noir et d’un blanc, d’un clair obscur qui atteint des niveaux de perfection, l’auteur (et metteur en scène) installe son spectateur en observateur impliqué. Le public applaudit devant la justesse des mots qui font mouche, des images qui font tilt, pleinement complice d’une forme d’humour dévastateur qui installe sur scène l’homme se prenant les pieds dans le tapis de sa propre ruse.
À la manière de Guardi, la lorgnette est pointée à ce point de tension qui donne à chacun son instant et son instinct de beauté.

Et comme ce galopin d’Éros, éternel enfant errant sans domicile fixe qui tient de sa mère le sens de l’indigence et de son père une habileté ardente, Joël Pommerat propose une comédie. Sitôt apparu, sitôt disparu, l’effet théâtre joue en effet à plein.

"La Réunification des deux Corées"

Une création de Joël Pommerat.
Mise en scène : Joël Pommerat.
Scénographie et lumière : Éric Soyer.
Avec : Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Philippe Frécon, Ruth Olaizola, Marie Piemontese, Anne Rotger, David Sighicelli, Maxime Tshibangu.
Costumes : Isabelle Deffin.
Son : François Leymarie.
Vidéo : Renaud Rubiano.
Musique originale : Antonin Leymarie.
Durée : 1 h 50.

Du 17 janvier au 3 mars 2013.
Mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Odéon Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu
Puis tournée...

Reprise
Du 10 décembre 2014 au 31 janvier 2015.
Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h.
Le mercredi 24 décembre à 19 h 30. Relâche exceptionnelle le jeudi 25 décembre.
Mercredi 31 décembre à 20 h : avec coupe de champagne.
Représentations avec audiodescription :
18 janvier à 15 h et mardi 20 janvier à 20 h.
Odéon Théâtre de l'Europe, Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Jean Grapin
Lundi 4 Février 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022