La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

L'éternelle jeunesse d'"Orphée" par l'Académie de l'Opéra de Paris

Les jeunes artistes en résidence à l'Académie de l'Opéra de Paris revivifient pour cinq représentations le premier chef-d'œuvre de l'opéra, "La Favola d'Orfeo" de Claudio Monteverdi. Les jeunes chanteurs, accompagnés de l'ensemble Les Cris de Paris, font souffler un vent de fraîcheur sur l'antique légende par leur talent mais aussi grâce à une mise en scène inventive et poétique.



© Studio J'adore ce que vous faites.
© Studio J'adore ce que vous faites.
"La légende d'Orphée" n'est pas le premier opéra de l'histoire occidentale quand il est créé à Mantoue à la cour des Gonzague en 1607, mais il s'impose assurément comme le premier chef-d'œuvre du genre. S'inspirant des innovations des compositeurs de la Camerata florentine (1), Claudio Monteverdi va surpasser ses devanciers en soumettant complètement pour la première fois la musique au drame. Confiant le livret à un musicien (auteur d'intermèdes chantés), Alessandro Striggio, il opère une synthèse entre les pratiques vocales de son temps (en les enrichissant) et une manière nouvelle : l'importance accordée à l'orchestre, l'utilisation subtile à des fins expressives et dramatiques des instruments dans l'écriture et le renforcement du rôle du chœur.

Le choix du compositeur et du librettiste se porte ainsi sur le mythe d'Orphée, ce poète, fils de la Muse Calliope et du dieu Apollon - cette rêverie sur la perte irrémédiable comme signe et nécessité de l'art. Orphée, capable d'émouvoir toute la création avec sa lyre, aime la nymphe Eurydice et la perd. Grâce à son chant, ce mortel sera autorisé au mépris de la loi divine à l'arracher à l'Erèbe - à la condition de ne jamais se retourner pour la regarder. Nous connaissons tous la suite.

Julie Bérès, assistée du scénographe Julien Peissel, nous emmène sur les traces du Poète dans une très belle proposition de mise en scène à la fois onirique et poétique. Dans un superbe clair-obscur dû aux lumières de Cathy Olive, l'allégorie de la Musique du prologue cache sous son immense jupe les protagonistes du drame. Quand cet ingénieux tissu se retrousse sur un plateau entièrement recouvert de vrai gazon, la pastorale du premier acte peut débuter avec ses bergers et ses nymphes. Évoquant la magie du théâtre baroque à machines tout en empruntant aux arts visuels les plus modernes, une série de tableaux à l'invention renouvelée exaltent la beauté de l'opéra.

© Studio J'adore ce que vous faites.
© Studio J'adore ce que vous faites.
Et on ne peut qu'admirer la performance parfaite des Cris de Paris (musiciens, chanteurs et danseurs). L'ensemble sur instruments anciens dirigé par leur chef Geoffroy Jourdain recrée avec une rare intelligence du texte une des plus admirables partitions qui soient. Dans l'intimité de l'Amphithéâtre de Bastille, les riches sonorités des instruments comme les voix des chanteurs nous invitent à un voyage sensible dans le temps et dans l'espace : dépaysement garanti.

Le baryton polonais Tomasz Kumiega, au charisme vocal incontestable, est un Orphée tout de douleur intériorisée. Si l'agilité pour les fioritures du chant n'est pas tout à fait évidente (2), sa très belle voix nous emporte aisément sur les plaines de Thrace ou aux Enfers. Elle forme avec le soprano délicieux de Laure Poissonnier un duo des plus réussis. Dans leur sillage, tous les chanteurs de l'Académie nous charment : la Musique délicate de Pauline Texier, la Proserpine passionnée de Gemma Ni Bhrlain ou le Pluton inquiétant de Mikhail Timoshenko. Après celle du Charon de Andriy Gnatiuk, l'apparition finale d'Apollon (intense Damien Pass) achève de nous ravir - tout droit au ciel. Petit conseil : installez-vous au premier rang et laissez vos pieds nus fouler ce frais tapis de verdure…

(1) À la fin du XVIe siècle, une élite de nobles cultivés à Florence accueille et encourage les compositeurs Jacopo Peri, Giulio Caccini, Emilio de Cavalieri ou encore Vicenzo Galilei (Galilée donc), favorisant ainsi la création des premiers opéras, inspirés du théâtre antique. C'est la fameuse Camerata florentine.
(2) Le rôle d'Orphée a été créé par un castrat.

© Studio J'adore ce que vous faites.
© Studio J'adore ce que vous faites.
Prochaines représentations les 17, 19 et 21 mai 2016 à 20 h.
Opéra national de Paris,
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"La Favola d'Orfeo" (1607).
Légende en musique en un prologue et cinq actes.
Musique de Claudio Monteverdi (1567-1643).
Livret d'Alessandro Striggio fils.
En italien surtitré en français.
Durée : 2 h 15 avec entracte.

Geoffroy Jourdain, direction musicale.
Julie Bérès, mise en scène.
Mirabelle Ordinaire, assistante à la mise en scène.
Julien Peissel, scénographie.
Aurore Thibout, costumes.
Cathy Olive, lumières.
Stéphanie Chène, chorégraphie.
Christian Archambeau, vidéo.
Leslie Six, dramaturgie.
Philippe Dupuy, dessin.

Chanteurs de l'Académie de l'Opéra national de Paris.
Orchestre et chœur Les Cris de Paris.

Christine Ducq
Vendredi 20 Mai 2016


1.Posté par josette le 20/05/2016 23:22
le rôle d'Orfeo n'a pas été créé par un castrat, vous confondez certainement avec celui de Luigi Rossi

2.Posté par GF le 21/05/2016 10:33
C'est le célèbre ténor Francesco Rasi, musicien renommé et élève de Caccini, qui a créé le rôle d'Orfeo : je ne vois pas comment un castrat pourrait chanter les trois strophes du fameux Possente spirto comme le voulait Monteverdi. Vous confondez sans doute avec le rôle de la Musica qui fut créé effectivement par un castrat!

3.Posté par christine ducq le 21/05/2016 11:17
Cher Monsieur, chère Madame
D'abord merci de votre intérêt.
Mon article est écrit à partir de recherches minutieuses (et de mes années d'études). Vous pouvez par exemple vérifier ce fait chez le musicologue François-René Tranchefort - qui rappelle dans son "Opéra" (Seuil) que :
1) Le rôle de la Musica est bien réservé à un soprano
2) Le rôle de Orfeo est distribuable pour un ténor ou un baryton (avec la réécriture qui s'impose naturellement). Il a bien été créé à l'origine par un castrat.
Ce fait est avéré chez certains chercheurs. Bonne journée

4.Posté par christine ducq le 21/05/2016 11:20
Nb : Le castrat en question était Giovanni Gualberto (création chez les Gonzague).

5.Posté par GF le 22/05/2016 18:56
Depuis 1978, date de l'ouvrage de François-René Tranchefort, de l'eau a coulé sous les ponts et la recherche musicologique a un peu avancé. René Jacobs, grand connaisseur de l'opéra vénitien devant l'Éternel et spécialiste incontesté de Monteverdi, affirme de façon catégorique que c'est bien Francesco Rasi qui a interprété le rôle-titre d'Orfeo. Si on a supposé pendant longtemps que Giovanni Gualberto Magli était le créateur de l'Orfeo, c'est parce que Francesco Gonzaga, commanditaire de l'oeuvre, n'avait fait, dans deux lettres adressées à son frère, que l'éloge que d'un seul interprète, celui que vous mentionnez. Mais ce dernier était à l'époque un tout jeune castrat venu de Florence, tandis que Rasi était le célèbre chanteur attaché à la cour de Mantoue depuis plus de 10 ans. Si Francesco Gonzaga a mis l'accent dans sa correspondance sur Giovanni Gualberto, c'est sans doute parce qu'il a voulu informer son frère, en constante relation avec la cour des Médicis, que le jeune chanteur prêté par Florence avait fait merveille dans les deux, voire trois, seconds rôles qu'il créa et qui firent de lui la vedette du chant: celui de la Musica, celui de la Sperenza et enfin celui de Proserpina. Pour votre information, le contre-ténor Raffaele Pe a remis à l'honneur le répertoire de Giovanni Gualberto Magli dans un disque hommage au castrat florentin et, si cela peut vous intéresser, il est bien précisé dans cet article (en italien) quels sont les trois rôles qu'il a créés dans l'Orfeo de Monteverdi : http://www.gbopera.it/2014/03/la-lira-di-orfeo-raffaele-pe-e-gualberto-magli/ Bonne soirée!

6.Posté par christine ducq le 23/05/2016 19:18
Si ce n'était le ton méprisant que vous employez (et l'anonymat des posts), je vous remercierais de cette mise au point musicologique, comme de votre charitable intention didactique à mon encontre. Mes articles ont cependant comme principale ambition de donner (ou pas) envie d'aller voir les spectacles actuels. Et ce, en fournissant au plus grand nombre quelques informations que j'espère intéressantes, sans aucune prétention. Vous n'êtes pas obligé(e) de les lire, évidemment !

7.Posté par Gil Chauveau le 28/05/2016 00:25
J'ai retiré ce dernier commentaire cette nuit car le débat devient stérile avec cette personne qui cherche plus la polémique qu'autre chose (les commentaires ne sont pas un forum défouloir) ; et je te laisse le dernier mot en toute logique (avec ta dernière réponse). Je déclare donc le débat clos.
Je te souhaite plein de courage et une bonne journée.
Gil

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021