La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

L'Orchestre de Paris de A(brahamsen) à B(erlioz) !

L'Orchestre de Paris sous la direction de son chef Daniel Harding a donné la création française de "Let's me tell you" de Hans Abrahamsen et la belle deuxième symphonie de Berlioz, "Harold en Italie".



Daniel Harding et l'Orchestre de Paris © DR.
Daniel Harding et l'Orchestre de Paris © DR.
Composé en 2013 pour la soprano Barbara Hannigan et le Philharmonique de Berlin, et créé la même année dans la capitale allemande, le cycle de chants "Let's me tell you" (et la première œuvre vocale) de Hans Abrahamsen, né en 1952, a été largement inspiré par le roman éponyme de Paul Griffiths ; un roman qui donne la parole à Ophélie - l'héroïne shakespearienne évidemment - pour faire le récit de son histoire. Avec le défi pour le romancier comme pour le "librettiste" malgré lui du cycle de n'utiliser que les quatre-cent quatre-vingts mots que lui assigne le dramaturge élisabéthain dans son "Hamlet". Trois parties et sept chansons pour tester les limites de la tessiture de la soprano canadienne (dédicataire de l'œuvre), sa maestria à varier les modes de chant et sa capacité impressionnante d'incarnation.

Précédé d'une flatteuse réputation et couronné de prix prestigieux, le cycle dans la performance de l'Orchestre de Paris donne à entendre à la Philharmonie de Paris pour sa création française une œuvre séduisante mais qui ne brille guère par son originalité dans le paysage de la création de la génération des compositeurs nés dans les années cinquante.

Barbara Hannigan © Ede Haas.
Barbara Hannigan © Ede Haas.
On y reconnaît cette écriture caractéristique d'une époque avec son extrême difficulté vocale pour une chanteuse parfois sommée de parcourir des intervalles acrobatiques, son orchestration mettant à l'honneur des mariages de timbres raffinés en écho aux lignes de chant ou les explosions bruitistes, ses événements musicaux confiés à différents pupitres en de labyrinthiques chemins - ceux d'une conscience éclatée menacée par la folie. Les rapprochements et tutti se feront plus nombreux dans les parties deux et trois pour une texture fine (dans les aigus en de longues phrases suspendues) roulant en vague jusqu'aux rechutes dans les graves. Une dramaturgie qui fait la part belle à la suavité et à l'acidité évoquant parfois l'héritage d'un Benjamin Britten.

Les solistes de l'Orchestre de Paris sont admirables comme la soprano canadienne (pour ses débuts avec l'orchestre) : sa subtilité ne fait pas défaut dans les jeux prosodiques comme dans la mélancolie habitée du personnage. L'émotion très intériorisée - que ne méprise pas le compositeur dans ses effets, c'est sa force - point de loin en loin dans un climat à la lisière du fantastique. Climat et personnage mélancolique sont sans doute un des points de rencontre avec la deuxième symphonie de Berlioz donnée après l'entracte, outre l'alliage de timbres inédits (au XIXe siècle) faisant naître d'originales possibilités acoustiques.

Cet opus 16, conçu en 1834 par un compositeur alors trentenaire, pour alto solo et orchestre, est une commande de Paganini que l'interprète vedette ne créa pas (déçu de la place laissée à l'instrument) mais auquel il finit par rendre hommage. Berlioz compose, nous dira-t-il, "une suite de scènes auxquelles l'alto solo se trouve mêlé comme un personnage (…) mélancolique dans le genre de Childe Harold de Byron". L'instrument se voit ainsi confier une "idée fixe" (un thème cyclique) qui parcourt la symphonie au sein d'un orchestre développant son propre discours. Avec ses quatre parties aux titres évocateurs l'œuvre exige du soliste un solide talent, celui de faire exister son romantique personnage au sein de l'ensemble. L'altiste Antoine Tamestit y est passé maître.

Apparaissant et disparaissant sur la scène en une dramaturgie étudiée, l'altiste expose d'abord le thème d'Harold dans le climat mystérieux que le chef Daniel Harding sait installer avec une belle conviction dans l'adagio initial ("Harold aux montagnes"). Les "scènes de bonheur et de joie" qui suivent montrent une belle maîtrise des contrastes. Les effets d'approche puis d'éloignement de la "Marche des Pélerins" ravissent tandis que l'altiste impressionne avec l'émouvante reprise de son thème.

Antoine Tamestit © Julien Mignot.
Antoine Tamestit © Julien Mignot.
Dans la troisième partie, le "Mahler" riche de sonorité d'Antoine Tamestit (un Stradivarius de 1672) se fond dans une Sérénade enjouée. On aurait aimé plus de clarté dans les plans sonores que dessine le chef anglais, mais ce dernier tire les plus beaux effets des pupitres - comme celui des bois rappelant un motif populaire italien.

Pour "l'Orgie" finale, l'altiste solo en formation de quatuor ira se placer en haut des gradins (côté cour) mais sa mélodie devra céder le pas à un orchestre déchaîné (qui aurait peut-être pu rugir avec plus de sauvagerie, quoique tranchant) jusqu'à une conclusion explosive dont l'entrain laissera en joie le cœur de l'auditoire. Rivalisant de couleurs, l'Orchestre de Paris et l'altiste n'auront pas économisé leurs efforts dans ce beau concert - un des plus intéressants de la saison.

Concert entendu le 28 février 2019.

Orchestre de Paris.
Philharmonie de Paris.
Avenue Jean Jaurès Paris (19e).
>> orchestredeparis.com

Christine Ducq
Mercredi 6 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020