La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"L'Élixir d'amour", un cocktail euphorisant à Bastille

Le chef-d'œuvre comique de Gaetano Donizetti revient à Paris dans la brillante production de Laurent Pelly jusqu'au 25 novembre. Cet "Élixir d'amour", créé en 2006, se révèle toujours aussi euphorisant, relevé en cette saison anniversaire de l'Opéra de Paris par les saveurs intenses d'une équipe artistique de choix.



© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Il est des œuvres qui rencontrent un jour le metteur en scène qui fixe pour longtemps leur proposition scénique idéale. Cet "Elisir d'amore" bucolique transposé dans une campagne qui semble tout droit sortie d'une comédie italienne ("Pain, amour et fantaisie" de Luigi Comencini selon l'aveu même de Laurent Pelly) en est un exemple brillant. On n'a guère envie aujourd'hui d'imaginer un autre écrin pour cet "opera buffa", œuvre superbe de gaieté et d'ironie légère, conçue en 1832 par un compositeur dont la vie aurait pu inspirer quelques décennies plus tard à un Zola un de ses romans naturalistes tristes à pleurer.

Mais reprenons : dans la bouffonnerie irrésistible d'une intrigue pleine de tendresse se retrouve (entre autres) le thème de la pauvreté du "contadinesco" - avec Nemorino, son héros un peu fruste. Un déterminisme social d'ailleurs joyeusement transcendé par l'imagination d'un librettiste, Felice Romani, plus créatif qu'on ne l'a dit dans cette parodie de la légende de Tristan et Iseut.

Laurent Pelly a ainsi choisi la transposition à la fois universelle (un paysage rural familier d'ici ou d'ailleurs) et fortement suggestive (avec des costumes et objets ressuscitant une mythologie des années soixante) en déclinant les thèmes du jeu (Adina et Nemorino sont amis d'enfance) et du marivaudage amoureux dans une esthétique évoquant clairement le cinéma (italien donc).

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Dans le beau décor de Chantal Thomas, la pyramide de bottes de foin à l'acte un rappelle les rapports de classe régissant les relations entre les personnages. Adina, cette riche fermière coquette qui mène son monde à la baguette, se joue avec cruauté du petit paysan illettré et amoureux.

Mais cette montagne de foin permet aussi aux protagonistes d'esquisser un ballet enjoué et comique à force de chutes et de glissades. Un ridicule qui illustre et disqualifie d'entrée de jeu (par exemple) la prétention du matamore Belcore. On rit vraiment beaucoup grâce aux nombreux gags visuels (tel ce chien qui traverse deux fois le plateau avec un succès indéniable) qui émaillent le spectacle.

Cette pyramide disparaîtra au deuxième acte au profit de deux tas de foin aux dimensions équivalentes côté cour et côté jardin quand les relations entre Nemorino et Adina se rééquilibrent au profit du premier - qui a pris de l'assurance en même temps qu'il a bu de cet élixir miraculeux (un vin de Bordeaux en fait).

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Les jeux de lumière superbes de Joël Adam ne rythment pas seulement les heures ; elles marquent subtilement l'évolution des états d'âme, des sentiments et des caractères. Bref, la mise en scène brille encore de tous ses feux ; son comique explosif (douze ans après sa création) scellant la force (ou vis comica) inégalée de la lecture de Laurent Pelly.

Les interprètes de cette reprise ne brillent pas moins, succédant pourtant à tant de beaux artistes dans l'histoire de cette production. Étienne Dupuis est un Sergent Belcore parfaitement campé, même si les aléas de ses placements sur la scène ne favorisent pas toujours la projection de sa voix (seul petit bémol de ce spectacle).

Gabriele Viviani est un Docteur Dulcamara au burlesque étudié, très au point dans ce numéro irrésistible de basse bouffe. La Giannetta de la soprano Adriana Gonzalez (issue des rangs de l'Académie maison) ne manque ni de charme ni d'abattage, ornant avec talent un chœur aux interventions non moins délectables.

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Mais le plaisir que dispense le couple formé par Lisette Oropesa et Vittorio Grigolo dans les rôles principaux est à marquer dans les annales des meilleures interprétations. Avec la générosité de leur incarnation, la ductilité de leur expression dans les registres comique ou lyrique, ils nous ravissent en nous soustrayant tout de bon aux gris soucis du quotidien.

La soprano américaine, après sa mémorable prise de rôle de la reine Marguerite dans "Les Huguenots", impressionne une fois de plus tant sa performance subjugue en une fascinante Adina, dotée décidément d'une agilité phénoménale.

Vittorio Grigolo rappelle, quant à lui, qu'il est un des meilleurs ténors aujourd'hui. Avec l'évidence du charisme scénique le plus ravageur, son Nemorino à la vocalité enchanteresse (un "dadais" au début évoluant en un personnage plus sûr de lui) est un bonheur de chaque instant. C'est que l'ivresse joyeuse du chanteur rejoint idéalement celle du personnage.

Tous sont soutenus par la direction pleine de fougue du jeune chef Giacomo Sagripanti, qui semble faire parler à l'orchestre sa langue natale - une langue au rythme et aux couleurs éminemment donizettiennes.

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Du 25 octobre au 25 novembre 2018.

Opéra de Paris,
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"L’Élixir d'amour" (1832).
Melodramma giocoso en deux actes.
Musique de Gaetano Donizetti (1797-1848).
Livret de Felice Romani.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h 45 avec un entracte.

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Giacomo Sagripanti, direction musicale.
Laurent Pelly, costumes et mise en scène.
Chantal Thomas, décors.
Joël Adam, lumières.

Lisette Oropesa, Adina.
Vittorio Grigolo, Nemorino.
Étienne Dupuis, Belcore.
Gabriele Viviani, Il Dottor Dulcamara.
Adriana Gonzalez, Giannetta.

Orchestre et Chœurs de l'Opéra de Paris.
Alessandro di Stefano, Chef des chœurs.

Christine Ducq
Mardi 30 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018