La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"L'Élixir d'amour", un cocktail euphorisant à Bastille

Le chef-d'œuvre comique de Gaetano Donizetti revient à Paris dans la brillante production de Laurent Pelly jusqu'au 25 novembre. Cet "Élixir d'amour", créé en 2006, se révèle toujours aussi euphorisant, relevé en cette saison anniversaire de l'Opéra de Paris par les saveurs intenses d'une équipe artistique de choix.



© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Il est des œuvres qui rencontrent un jour le metteur en scène qui fixe pour longtemps leur proposition scénique idéale. Cet "Elisir d'amore" bucolique transposé dans une campagne qui semble tout droit sortie d'une comédie italienne ("Pain, amour et fantaisie" de Luigi Comencini selon l'aveu même de Laurent Pelly) en est un exemple brillant. On n'a guère envie aujourd'hui d'imaginer un autre écrin pour cet "opera buffa", œuvre superbe de gaieté et d'ironie légère, conçue en 1832 par un compositeur dont la vie aurait pu inspirer quelques décennies plus tard à un Zola un de ses romans naturalistes tristes à pleurer.

Mais reprenons : dans la bouffonnerie irrésistible d'une intrigue pleine de tendresse se retrouve (entre autres) le thème de la pauvreté du "contadinesco" - avec Nemorino, son héros un peu fruste. Un déterminisme social d'ailleurs joyeusement transcendé par l'imagination d'un librettiste, Felice Romani, plus créatif qu'on ne l'a dit dans cette parodie de la légende de Tristan et Iseut.

Laurent Pelly a ainsi choisi la transposition à la fois universelle (un paysage rural familier d'ici ou d'ailleurs) et fortement suggestive (avec des costumes et objets ressuscitant une mythologie des années soixante) en déclinant les thèmes du jeu (Adina et Nemorino sont amis d'enfance) et du marivaudage amoureux dans une esthétique évoquant clairement le cinéma (italien donc).

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Dans le beau décor de Chantal Thomas, la pyramide de bottes de foin à l'acte un rappelle les rapports de classe régissant les relations entre les personnages. Adina, cette riche fermière coquette qui mène son monde à la baguette, se joue avec cruauté du petit paysan illettré et amoureux.

Mais cette montagne de foin permet aussi aux protagonistes d'esquisser un ballet enjoué et comique à force de chutes et de glissades. Un ridicule qui illustre et disqualifie d'entrée de jeu (par exemple) la prétention du matamore Belcore. On rit vraiment beaucoup grâce aux nombreux gags visuels (tel ce chien qui traverse deux fois le plateau avec un succès indéniable) qui émaillent le spectacle.

Cette pyramide disparaîtra au deuxième acte au profit de deux tas de foin aux dimensions équivalentes côté cour et côté jardin quand les relations entre Nemorino et Adina se rééquilibrent au profit du premier - qui a pris de l'assurance en même temps qu'il a bu de cet élixir miraculeux (un vin de Bordeaux en fait).

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Les jeux de lumière superbes de Joël Adam ne rythment pas seulement les heures ; elles marquent subtilement l'évolution des états d'âme, des sentiments et des caractères. Bref, la mise en scène brille encore de tous ses feux ; son comique explosif (douze ans après sa création) scellant la force (ou vis comica) inégalée de la lecture de Laurent Pelly.

Les interprètes de cette reprise ne brillent pas moins, succédant pourtant à tant de beaux artistes dans l'histoire de cette production. Étienne Dupuis est un Sergent Belcore parfaitement campé, même si les aléas de ses placements sur la scène ne favorisent pas toujours la projection de sa voix (seul petit bémol de ce spectacle).

Gabriele Viviani est un Docteur Dulcamara au burlesque étudié, très au point dans ce numéro irrésistible de basse bouffe. La Giannetta de la soprano Adriana Gonzalez (issue des rangs de l'Académie maison) ne manque ni de charme ni d'abattage, ornant avec talent un chœur aux interventions non moins délectables.

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Mais le plaisir que dispense le couple formé par Lisette Oropesa et Vittorio Grigolo dans les rôles principaux est à marquer dans les annales des meilleures interprétations. Avec la générosité de leur incarnation, la ductilité de leur expression dans les registres comique ou lyrique, ils nous ravissent en nous soustrayant tout de bon aux gris soucis du quotidien.

La soprano américaine, après sa mémorable prise de rôle de la reine Marguerite dans "Les Huguenots", impressionne une fois de plus tant sa performance subjugue en une fascinante Adina, dotée décidément d'une agilité phénoménale.

Vittorio Grigolo rappelle, quant à lui, qu'il est un des meilleurs ténors aujourd'hui. Avec l'évidence du charisme scénique le plus ravageur, son Nemorino à la vocalité enchanteresse (un "dadais" au début évoluant en un personnage plus sûr de lui) est un bonheur de chaque instant. C'est que l'ivresse joyeuse du chanteur rejoint idéalement celle du personnage.

Tous sont soutenus par la direction pleine de fougue du jeune chef Giacomo Sagripanti, qui semble faire parler à l'orchestre sa langue natale - une langue au rythme et aux couleurs éminemment donizettiennes.

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Du 25 octobre au 25 novembre 2018.

Opéra de Paris,
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"L’Élixir d'amour" (1832).
Melodramma giocoso en deux actes.
Musique de Gaetano Donizetti (1797-1848).
Livret de Felice Romani.
En italien surtitré en français et en anglais.
Durée : 2 h 45 avec un entracte.

© Guergana Damianova/OnP.
© Guergana Damianova/OnP.
Giacomo Sagripanti, direction musicale.
Laurent Pelly, costumes et mise en scène.
Chantal Thomas, décors.
Joël Adam, lumières.

Lisette Oropesa, Adina.
Vittorio Grigolo, Nemorino.
Étienne Dupuis, Belcore.
Gabriele Viviani, Il Dottor Dulcamara.
Adriana Gonzalez, Giannetta.

Orchestre et Chœurs de l'Opéra de Paris.
Alessandro di Stefano, Chef des chœurs.

Christine Ducq
Mardi 30 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022