La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"L'Ange de feu" grunge et cinétique de Mariusz Trelinski au Festival d'Aix-en-Provence

Le plus dérangeant des opéras de Sergueï Prokofiev est programmé cette année sur la scène du Grand Théâtre de Provence. Cet "Ange de feu" violent, troublant et rare, est porté avec force par la superbe vision du metteur en scène Mariusz Trelinski. La soprano Ausrine Stundyté s'y distingue dans le rôle écrasant de Renata.



© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Quel objet opératique curieux que cet "Ange de feu" ! Prokofiev le compose durant huit ans entre les États-Unis, la France et au cours de ses nombreux voyages entre 1919 et 1927. L'opéra est accepté par Bruno Walter pour l'Opéra de Berlin en 1926, sans être produit finalement. Il faut attendre 1954 pour qu'il sorte de l'oubli, mais seule une version de concert est donnée au Théâtre des Champs-Élysées pour sa création.

Reconnaissons qu'on sort quelque peu bousculé de cet étrange opéra développant une histoire pleine de bruit et de fureur tirée d'un roman de Valery Brioussov. Sergueï Prokofiev reprend dans le livret qu'il rédige lui-même en sept tableaux une intrigue tissée des fantômes et des démons qui hantent Renata, une jeune fille insaisissable. Poursuivie par les assiduités du Chevalier Ruprecht, elle traque quant à elle un jeune homme, Heinrich. Celui-ci est peut-être l'incarnation d'un ange qui l'a visitée dans l'enfance et dont elle est tombée amoureuse.

On peut s'interroger sur ce qui a pu fasciner le compositeur russe dans cette histoire médiévale complexe, tout imprégnée d'occultisme et de sorcellerie. Si l'imaginaire russe est bien présent avec un fond dostoïevskien d'angoisse et de culpabilité des personnages, l'influence du romantisme germanique se révèle déterminante aussi.

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Faust et Méphistophélès y côtoient une sorcière, un mage inquiétant Agrippa von Nettesheim et d'autres figures hautes en couleurs dans un périple qui mène les protagonistes à travers l'Allemagne. Dans cette œuvre d'une violence musicale sans précédent (dont certains passages nourriront la troisième symphonie) aux exaspérations expressionnistes, tragique et burlesque se mêlent en une sarabande apocalyptique qui va crescendo.

Mariusz Trelinski, directeur artistique de l'Opéra national de Pologne, propose pour sa première mise en scène au Festival d'Aix une réécriture noire et rock du chef-d'œuvre de Prokofiev. Une proposition qui ancre ses références dans le cinéma d'un David Lynch, d'un Krzystof Kieslowski ou d'un Andrzej Zulawski (période "Possession"), mais aussi dans un certain cinéma américain grunge des années quatre-vingt-dix (comme "The Crow" ou "Strange Days").

Renata y est une paumée hystérique et toxicomane (le libraire Jakob Glock est son dealer) n'hésitant pas à se scarifier. Son Ruprecht est ici un représentant de commerce sans envergure, un looser cynique puis amoureux qui va tenter de la sauver (en vain) de ses souvenirs traumatiques.

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Dans un superbe et sombre décor urbain troué par les néons des enseignes (dû à Boris Kudlicka) où les espaces mouvants séparent plus qu'ils ne réunissent les personnages (somptueusement éclairés par Felice Ross), le metteur en scène polonais décrit l'errance de naufragés de la vie et de l'amour. Dans ce théâtre mental de la folie traversé d'hallucinations et de terreur, il suggère que face à ces solitaires "l'on s'émerveille de notre impuissance face à la vie" (Note d'intention). Un propos en totale adéquation avec l'esprit de l'opéra, qui se voit ici conférer une résonance très contemporaine - exactement dans la ligne éditoriale du festival qui fête ses soixante-dix ans cette année.

Si le chef Kazushi Ono ne parvient que de loin en loin à insuffler à la partition la sauvagerie et la violence idoines, les pupitres de l'Orchestre de Paris se montrent souvent remarquables en maintenant une tension et une énergie rythmique, en parsemant cette grande traversée symphonique d'événements sonores puissants. Mais l'ennui s'installe aussi parfois - par manque de vision de cet excellent chef ?

Parmi les chanteurs aux prestations de bonne tenue, la soprano Ausrine Stundyté (remarquée à Lyon en Lady Macbeth de Minsk) domine un des rôles les plus épuisants du répertoire dramatique. Ce rôle d'une étendue diabolique lui permet de montrer ses qualités d'incarnation, d'engagement, de labilité vocale (essentielle ici) et d'endurance. On notera aussi le talent du Chœur de l'Opéra de Varsovie dans une scène finale d'anthologie offrant une des scènes les plus impressionnantes qu'on ait vues. Nous ne sommes pas prêts d'oublier ce désastre explosif comme le vénéneux univers cinétique si particulier de Mariusz Trelinski.

Du 5 au 15 juillet 2018 à 19 h 30.
Diffusion en direct sur France Musique le 13 juillet 2018 à 19 h 30.
Diffusion en léger différé sur Culturebox le 15 juillet à 20 h 30.
Concert le 22 juillet 2018 à 17 h de l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée (direction Kazushi Ono) en direct sur la chaîne Youtube du Festival d'Aix.

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Grand Théâtre de Provence.
Avenue Max Juvénal Aix-en-Provence (13).
Tel : 08 20 922 923.
>> festival-aix.com

"L'Ange de feu" (1954).
Opéra en cinq actes.
Musique et livret de S. Prokofiev (1891-1953).
En russe surtitré en français et en anglais.
Durée : 3 h (avec un entracte).

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.

Christine Ducq
Samedi 7 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019