La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"L'Ange de feu" grunge et cinétique de Mariusz Trelinski au Festival d'Aix-en-Provence

Le plus dérangeant des opéras de Sergueï Prokofiev est programmé cette année sur la scène du Grand Théâtre de Provence. Cet "Ange de feu" violent, troublant et rare, est porté avec force par la superbe vision du metteur en scène Mariusz Trelinski. La soprano Ausrine Stundyté s'y distingue dans le rôle écrasant de Renata.



© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Quel objet opératique curieux que cet "Ange de feu" ! Prokofiev le compose durant huit ans entre les États-Unis, la France et au cours de ses nombreux voyages entre 1919 et 1927. L'opéra est accepté par Bruno Walter pour l'Opéra de Berlin en 1926, sans être produit finalement. Il faut attendre 1954 pour qu'il sorte de l'oubli, mais seule une version de concert est donnée au Théâtre des Champs-Élysées pour sa création.

Reconnaissons qu'on sort quelque peu bousculé de cet étrange opéra développant une histoire pleine de bruit et de fureur tirée d'un roman de Valery Brioussov. Sergueï Prokofiev reprend dans le livret qu'il rédige lui-même en sept tableaux une intrigue tissée des fantômes et des démons qui hantent Renata, une jeune fille insaisissable. Poursuivie par les assiduités du Chevalier Ruprecht, elle traque quant à elle un jeune homme, Heinrich. Celui-ci est peut-être l'incarnation d'un ange qui l'a visitée dans l'enfance et dont elle est tombée amoureuse.

On peut s'interroger sur ce qui a pu fasciner le compositeur russe dans cette histoire médiévale complexe, tout imprégnée d'occultisme et de sorcellerie. Si l'imaginaire russe est bien présent avec un fond dostoïevskien d'angoisse et de culpabilité des personnages, l'influence du romantisme germanique se révèle déterminante aussi.

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Faust et Méphistophélès y côtoient une sorcière, un mage inquiétant Agrippa von Nettesheim et d'autres figures hautes en couleurs dans un périple qui mène les protagonistes à travers l'Allemagne. Dans cette œuvre d'une violence musicale sans précédent (dont certains passages nourriront la troisième symphonie) aux exaspérations expressionnistes, tragique et burlesque se mêlent en une sarabande apocalyptique qui va crescendo.

Mariusz Trelinski, directeur artistique de l'Opéra national de Pologne, propose pour sa première mise en scène au Festival d'Aix une réécriture noire et rock du chef-d'œuvre de Prokofiev. Une proposition qui ancre ses références dans le cinéma d'un David Lynch, d'un Krzystof Kieslowski ou d'un Andrzej Zulawski (période "Possession"), mais aussi dans un certain cinéma américain grunge des années quatre-vingt-dix (comme "The Crow" ou "Strange Days").

Renata y est une paumée hystérique et toxicomane (le libraire Jakob Glock est son dealer) n'hésitant pas à se scarifier. Son Ruprecht est ici un représentant de commerce sans envergure, un looser cynique puis amoureux qui va tenter de la sauver (en vain) de ses souvenirs traumatiques.

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Dans un superbe et sombre décor urbain troué par les néons des enseignes (dû à Boris Kudlicka) où les espaces mouvants séparent plus qu'ils ne réunissent les personnages (somptueusement éclairés par Felice Ross), le metteur en scène polonais décrit l'errance de naufragés de la vie et de l'amour. Dans ce théâtre mental de la folie traversé d'hallucinations et de terreur, il suggère que face à ces solitaires "l'on s'émerveille de notre impuissance face à la vie" (Note d'intention). Un propos en totale adéquation avec l'esprit de l'opéra, qui se voit ici conférer une résonance très contemporaine - exactement dans la ligne éditoriale du festival qui fête ses soixante-dix ans cette année.

Si le chef Kazushi Ono ne parvient que de loin en loin à insuffler à la partition la sauvagerie et la violence idoines, les pupitres de l'Orchestre de Paris se montrent souvent remarquables en maintenant une tension et une énergie rythmique, en parsemant cette grande traversée symphonique d'événements sonores puissants. Mais l'ennui s'installe aussi parfois - par manque de vision de cet excellent chef ?

Parmi les chanteurs aux prestations de bonne tenue, la soprano Ausrine Stundyté (remarquée à Lyon en Lady Macbeth de Minsk) domine un des rôles les plus épuisants du répertoire dramatique. Ce rôle d'une étendue diabolique lui permet de montrer ses qualités d'incarnation, d'engagement, de labilité vocale (essentielle ici) et d'endurance. On notera aussi le talent du Chœur de l'Opéra de Varsovie dans une scène finale d'anthologie offrant une des scènes les plus impressionnantes qu'on ait vues. Nous ne sommes pas prêts d'oublier ce désastre explosif comme le vénéneux univers cinétique si particulier de Mariusz Trelinski.

Du 5 au 15 juillet 2018 à 19 h 30.
Diffusion en direct sur France Musique le 13 juillet 2018 à 19 h 30.
Diffusion en léger différé sur Culturebox le 15 juillet à 20 h 30.
Concert le 22 juillet 2018 à 17 h de l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée (direction Kazushi Ono) en direct sur la chaîne Youtube du Festival d'Aix.

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.
Grand Théâtre de Provence.
Avenue Max Juvénal Aix-en-Provence (13).
Tel : 08 20 922 923.
>> festival-aix.com

"L'Ange de feu" (1954).
Opéra en cinq actes.
Musique et livret de S. Prokofiev (1891-1953).
En russe surtitré en français et en anglais.
Durée : 3 h (avec un entracte).

© Pascal Victor/artcompress.
© Pascal Victor/artcompress.

Christine Ducq
Samedi 7 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019