La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Kassya" de Delibes, un opéra réinventé au Festival Radio France

Le Festival Radio France - Occitanie - Montpellier, fidèle à sa vocation défricheuse de raretés, a programmé la recréation de l'ultime opéra inachevé de Léo Delibes, "Kassya". Grâce à une distribution éblouissante et un Orchestre national Montpellier Occitanie transcendé par son génial chef Michael Schonwandt, le public a vécu un moment enchanteur.



© Festival Radio France.
© Festival Radio France.
L'histoire de "Kassya", opéra inachevé par le compositeur de "Lakmé" disparu deux ans avant sa création à l'Opéra Comique dans une version orchestrée par Massenet, est celle d'une série de rendez-vous manqués. C'est celle d'un concours effarant de circonstances défavorables ayant abouti à l'effacement d'une œuvre maudite, que le Festival Radio France contribue à faire redécouvrir au public d'aujourd'hui.

Et maudite, "Kassya" semble l'avoir été dès sa genèse. Après le triomphe international de "Lakmé" en 1883, Léo Delibes est un compositeur célèbre, très occupé, et qui ne songe qu'en 1885 à donner un autre succès à l'Opéra comique. Il récolte l'été suivant un matériau musical non négligeable au cours d'un voyage officiel effectué en Hongrie. Ces thèmes du folklore populaire d'Europe centrale ne contribueront pas peu au charme de la partition telle qu'on a pu la découvrir au Corum de Montpellier. L'incendie tragique de l'Opéra Comique le vingt-cinq mai 1887 interdit toute possibilité de la création de l'œuvre, prévue pour la saison 1887-1888. Découragés, Delibes et ses librettistes tardent à la terminer.

Malheur supplémentaire, la santé de Léo Delibes se dégrade dès 1886 et il n'achèvera la version chant-piano qu'en juin 1890. Le compositeur meurt brusquement en janvier 1891 à l'âge de cinquante quatre ans, n'ayant que partiellement orchestré son opéra comique (avec ses airs et ses dialogues parlés) mettant en scène, dans les montagnes des Carpathes, les amours contrariées de l'ambitieuse bohémienne Kassya et de Cyrille, un paysan à qui elle préfère le terrible et cruel Comte de Zévale. L'exotisme est une garantie de succès auprès du public de la Troisième République des années quatre-vingt. Mais cinq ans plus tard, tout a changé.

© Festival Radio France.
© Festival Radio France.
En mars 1893, Léon Carvalho, redevenu directeur de l'Opéra Comique, met en scène cette "Kassya" dans une version que le grand Massenet a entièrement revue. S'il se peut que Delibes ait pu orchestrer le premier et une partie du deuxième acte, Massenet a, quant à lui, transformé l'opéra comique en un drame lyrique (avec récitatifs) davantage dans l'air du temps (et donc orchestré les trois autres actes). Ce n'est pas un des moindres plaisirs offerts par cette "Kassya" que de chercher dans la partition ce qui procède de l'art charmant de l'un (Delibes) et du riche métier de l'autre (Massenet).

L'opéra en 1893, à la scénographie démodée, mal défendu par certains chanteurs, ne tiendra l'affiche que huit soirées pour disparaître dans les limbes du temps - jusqu'à son exhumation au festival. Non seulement le séisme wagnérien est passé par là mais les critiques de l‘époque n'ont pas eu de mots assez durs pour une œuvre qu'ils trouvent datée - avec ses nombreux numéros, ensembles et chœurs sans réelle fonction dramatique, son livret naïf et son pittoresque qui a vécu, selon eux. Plus d'un siècle après, donné au festival dans une version de concert réduite à quatre actes pour deux heures et demie de spectacle, l'opéra retrouve pourtant son charme et ses belles couleurs natives.

© Festival Radio France.
© Festival Radio France.
La partition se révèle ainsi souvent superbe avec ses belles mélodies, sa fraîcheur et sa grâce, et son orchestration aux effets dramatiques efficaces ou au lyrisme passionné. Les Chœurs de la Radio Lettone et de Montpellier, et l'orchestre se révèlent magnifiques sous la baguette de leur directeur musical, Michael Schonwandt. Ce dernier dessine énergiquement mais non sans subtilité duos amoureux, climats contrastés et antagonismes douloureux en de très belles pages symphoniques, qui culminent avec génie dans les musiques de ballets du quatrième acte. Et, ce faisant, nous rappelle en une extraordinaire séquence que Léo Delibes a donné ses lettres de noblesse à la musique de ballet.

S'il est vrai que certaines scènes se révèlent plus faibles, sans enjeu réellement dramaturgique (à l'acte deux), la plupart déroulent avec brio le double conflit d'une héroïne qui évoque parfois Carmen - sans doute grâce à Henri Meilhac, l'un des deux librettistes. Femme fatale et manipulatrice, elle est incarnée par Véronique Gens, dont la tessiture de soprano falcon (entre soprano et mezzo) va comme un gant à cette ingrate qui préfère les bijoux et le titre de comtesse à l'amour sincère d'un paysan. Elle est une Kassya de grande classe - malgré un manque de rondeur dans les aigus.

© Festival Radio France.
© Festival Radio France.
Les deux personnages masculins qui se disputent ses faveurs sont défendus par deux de nos meilleurs chanteurs actuels. Cyrille Dubois est un Cyrille (le paysan) qui nous enchante à son habitude. L'art du récit, la délicatesse des sonorités au spectre large, l'élégance du phrasé et sa vocalité sensuelle font de chacune de ses interventions une fête qui suspend le temps et nous soustrait à nos tourments.

Dans le rôle du terrible Comte de Zévale, Alexandre Duhamel est son exact opposé mais non moins délectable. Le baryton sait donner une intensité effrayante à son personnage. Son timbre de bronze et la versatilité parfaite de son intonation en font un méchant d'anthologie. Grâce à lui, on se souvient que le livret est lointainement inspiré d'un roman de Sacher-Masoch.

Le reste de la distribution montre une belle homogénéité. Citons Anne-Catherine Gillet, une idéale jeune première, et la mezzo Nora Gubisch qui marque durablement la soirée avec sa bohémienne pittoresque. Elle est une diseuse d'aventures provocante au chant corsé, qui vole la vedette à une excellente troupe - malgré la brièveté de son rôle. On regrette vraiment que son personnage ne réapparaisse pas après l'entracte. Les seconds rôles masculins nous rappellent aussi qu'aucun opéra ne saurait être réussi sans le concours de leur talent.

© Festival Radio France.
© Festival Radio France.
Spectacle donné le 21 juillet 2018.
Disponible à l'écoute pendant plusieurs mois sur le site de France Musique.

"Kassya" (1893).
Opéra posthume en quatre actes achevé par Jules Massenet.
Musique de Léo Delibes (1836-1891).
Livret d'H. Meilhac et de P. Gille.
Version de concert.
Durée : 2 h 30 avec un entracte.

Véronique Gens, Kassya.
Cyrille Dubois, Cyrille.
Anne-Catherine Gillet, Sonia.
Nora Gubisch, Une Bohémienne.
Alexandre Duhamel, Le Comte de Zévale.
Renaud Delaigue, Kostska.
Jean-Gabriel Saint-Martin, Kolenati.
Rémy Mathieu, Mochkou.
Anas Seguin, Un sergent recruteur.
Luc Bertin-Hugault, Un Buveur, Un Vieillard, Premier Seigneur.

Chœur Opéra Montpellier Occitanie.
Noëlle Gény, cheffe de chœur.

Chœur de la Radio Lettone.
Sigvards Klava, chef de chœur.

Orchestre national Montpellier Occitanie.
Michael Schonwandt, direction.

Christine Ducq
Jeudi 26 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021