Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Kâlila wa Dimna"… Entrez dans le monde !

Le Festival d'Aix-en-Provence a passé commande à l'artiste palestinien Moneim Adwan d'un opéra en arabe et en français, "Kâlila wa Dimna", proposé en création mondiale au festival d'art lyrique. Œuvre solaire dans une Histoire sombre témoignant de la rencontre des traditions des deux bords de la Méditerranée, c'est la très bonne surprise de cette 68e édition à ne rater sous aucun prétexte.



© Patrick Berger/Artcomart.
© Patrick Berger/Artcomart.
Kâlila, la conteuse et chanteuse, raconte les événements qui ont précédé la création d'un air de liberté qu'elle fredonne. Un chant qu'a composé le Poète Chatraba pour enseigner à son roi la justice, juste avant d'être mis à mort par ce dernier, abusé par les mensonges du conseiller Dimna - le frère de Kâlila. Une histoire universelle sur les relations dangereuses entre le Poète et le Tyran, sur la rivalité éternelle des pouvoirs de l'épée et du verbe : "Si vous tuez un poète, il en renaîtra mille chansons" est la première phrase et la clé de l'opéra.

La création réunit une troupe d'artistes venus d'horizons différents. Le compositeur, chanteur et joueur de oud palestinien Moneim Adwan (qui interprète avec gourmandise le rôle de Dimna, le méchant de l'histoire) et le metteur en scène Olivier Letellier ont fait appel pour le livret à un poète syrien, Fady Jomar (persécuté dans son pays et réfugié en Allemagne), et à la dramaturge Catherine Verlaguet. L'histoire de Kâlila, Dimna et Chatraba y est transposée d'un recueil fameux de fables animalières du VIIIe siècle, qui a influencé jusqu'à Jean de La Fontaine.

© Patrick Berger/Artcomart.
© Patrick Berger/Artcomart.
Cinq chanteurs, cinq musiciens et une équipe technique venus d'Europe, du Proche et Moyen-Orient sur scène accomplissent un travail formidable pour faire exister cette œuvre métisse originale à bien des égards, "un opéra avec une identité arabe" selon les propres mots de Moneim Adwan. Et, à tout le moins, c'est une expérience forte pour le spectateur, qui le fait voyager dans une autre temporalité et dans un ailleurs envoûtant.

La musique, prenant sa source dans la tradition savante arabe matinée de procédés occidentaux, et le chant avec ses mélismes tout autant traditionnels, produisent des climats, des sentiments, des sensations qui épousent les péripéties du livret - où les deux langues s‘épousent.

Dans cette tradition, la mélodie homophonique (toutes les parties vont à l'unisson) à l'incroyable richesse rythmique est construite sur des maqâms, ces modes ou échelles musicales renvoyant à une gamme de trois ou quatre notes, qui donnent donc leur couleur aux sentiments à faire sentir au spectateur. Ces maqâms ont des noms poétiques comme "ajam" (le plaisir), "saba" (ou tristesse) ou encore "sika" (pour la colère).

© Patrick Berger/Artcomart.
© Patrick Berger/Artcomart.
Le jeu des instruments, quant à lui, acquiert parfois une autonomie par rapport aux parties chantées et parlées - manière toute occidentale. Les sonorités du violon de Zied Zouari, du violoncelle, des percussions et du qanûm, sorte de cithare sur table (héritier du psaltérion médiéval), mariées aux percussions provoquent, dans une partition à l'invention constante, l'ivresse attendue (ce "tarab" renommé outre-Méditerranée) pour une musique dont les influences sont riches, de l'Afrique subsaharienne à l'Inde en passant par le Maghreb.

Et les choix de mise en scène d'Olivier Letellier d'une grande beauté dans sa simplicité font la part belle à la lisibilité de cette jolie fable au sujet philosophique. Ce "Kâlila wa Dimna", décidément très réussi, nous offre le monde sur un plateau.

16 juillet à 20 h et 17 juillet 2016 à 17 h.

Visible en replay sur la chaîne Arte Concert.

© Patrick Berger/Artcomart.
© Patrick Berger/Artcomart.
En tournée en France en 2016-2017.

Théâtre du Jeu de Paume.
21 rue de l'Opéra, Aix-en-Provence (13).
Tel : 08 20 922 923.

Festival d'Aix-en-Provence
Du 30 juin au 20 juillet 2016.
>> festival-aix.com

"Kâlila wa Dimna" (2016).
Opéra en arabe et en français.
Musique de Moneim Adwan (1970).
Livret de Fady Jomar et Catherine Verlaguet.

© Patrick Berger/Artcomart.
© Patrick Berger/Artcomart.
Surtitré en arabe et en français.
Durée : 1 h 30.

Zied Zouari, direction musicale.
Olivier Letellier, mise en scène.
Philippe Casaban, Eric Charbeau, décors.
Nathalie Prats, costumes.
Sébastien Revel, lumières.

Ranine Chaar, Kâlila.
Moneim Adwan, Dimna.
Mohamed Jebali, Le Roi.
Reem Talhami, La Mère du Roi.
Jean Chahid, Chatraba.

Zied Zaouri, violon.
Yassir Bousselam, violoncelle.
Selahattin Kabaci, clarinette.
Abdulsamet Celikel, qanûn.
Wassim Halal, percussions.

Christine Ducq
Vendredi 15 Juillet 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021