La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Jonas Kaufmann : Le ténor qui renverse les foules

Une soirée magique lundi dernier, au théâtre des Champs-Élysées, en compagnie d’un artiste exceptionnel. Jonas Kaufmann porte aux sommets l’art du chant et nous entraîne très haut sur le mont Parnasse de l’excellence musicale !



Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
Une fois de plus, le ténor dramatique bavarois a enivré le public des accents de sa sublime voix orphique, au timbre de baryton, entre force expressive, puissance vocale et romantisme noir, dans un programme de lieder*. Il est rare d’assister à un tel miracle et s’il ne nous avait pas été donné d’entendre le ténor dans le rôle-titre de Werther à l’Opéra Bastille en 2010, nous n’en aurions pas cru nos oreilles !

L’interprète de lied – ou interprète d’une mélodie intimiste – comme l’acteur de théâtre, se doit d’être brillant pour éviter l’ennui à l’auditoire – "Ennui" tant décrié et à juste raison par C. Baudelaire et C. Debussy ! Et miracle : avec Kaufmann, le lied, vraie pépite d’or, délivre intensément "la poésie du moment"** et a rendu cette soirée inoubliable.

L’engagement de l’artiste en faveur de ce chant se vérifie dans toutes ses entrevues**. C’est l’alliance d’un texte écrit par un grand poète (Goethe, Heine ou Baudelaire) et d’une mélodie, retrouvant les accents de la poésie lyrique grecque chantée. Le programme de lieder, choisi pour cette tournée, compte ceux de F. Liszt, H. Duparc (Ô le caressant legato du phrasé impeccable pour chanter les vers des deux poèmes de C. Baudelaire !) et R. Strauss. Le récital a été l’occasion de délivrer le charme irrépressible, la subtile magie de la présence scénique du chanteur lyrique.

Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
La complicité avec le pianiste Helmut Deutsch a frappé le public (il était son professeur à l’Académie de musique de Munich). Jonas Kaufmann a souvent fait l’éloge de la difficulté, de la nécessaire subtilité de l’art du chant accompagné d’un seul piano, et aussi de la solitude du liedersänger (ou interprète). Vertus seules qui le font accéder à la "royal class of singing"**. "Royal" est bien l’adjectif qui convient ici, car étonnante est la complicité qui se noue avec l’auditoire.

Jonas Kaufmann a choisi de rendre populaire le lied sur toutes les scènes du monde, parallèlement à sa carrière d’enfant chéri de la Muse de l’opéra. Carrière qui lui a permis d’être ovationné mondialement (du Metropolitan Opera de New York à Bayreuth l’été dernier, où il a chanté le rôle-titre du Lohengrin de R. Wagner).

Donc ce ténor ne veut pas se contenter d’être "un simple" chanteur d’opéra**, même s’il a révolutionné l’interprétation de bien des rôles célèbres. Il n’est qu’à se remémorer son magnifique Don José (dans un Carmen somptueux à Covent Garden à Londres, plus schaupenhauerien que jamais, et récemment son Carlo dans le Don Carlo de G. Verdi à Munich). Il s’est imposé rapidement parmi les tout premiers chanteurs de sa génération par l’intelligence et la compréhension fine de ses prises de rôles, sa présence magnétique et son humanité chaleureuse et sensible. Et Ô Souvenir Pieux et Sacré : son Werther !

Jonas Kaufmann © Uli Webber/Decca.
Jonas Kaufmann © Uli Webber/Decca.
Une demi-heure de rappels et de bis lundi soir au théâtre des Champs-Élysées, voilà qui n’est guère habituel à ce public un brin compassé. Véritable moment de dévotion de la salle, dont certains spectateurs venaient parfois de très loin pour l’applaudir. La soirée a permis une fois de plus de vérifier l’ensorcellement de cette voix sombre, aux capacités semble-t-il infinies, subtile, qui tient les notes comme dans un rêve, agile entre pianissimo et fortissimo.

Quant à la présence sur scène, elle est sobre, à mille lieues des rodomontades fatigantes du ténor gominé d’Epinal – toute en intériorité dense. Quand cette voix s’éteint, quand le piano se tait, un silence impressionnant plane dans la belle salle art déco du théâtre. L’émotion qu’on pourrait toucher … La partie du récital consacrée à G. Mahler fut à mon avis la plus grande.

Comme jamais ont résonné les accents sublimes et déchirants du célèbre lied (grâce au Mort à Venise de L. Visconti) : "Ich bin der welt abhanden gekommen" ("Me voilà coupé du monde"). Moment suspendu pendant le concert, vrai chant de la réminiscence d’un ailleurs introuvable, vrai cri d’une résignation surnaturelle… "Je suis mort au monde et à son tumulte", dont le chanteur bavarois a porté au plus haut la noble formule magique.

Bref ! Auditeur et amant de la musique, vous devez courir entendre Jonas Kaufmann si vous ne le connaissez pas encore. C’est un homme et un artiste hors du commun, le plus exaltant : LE Chanteur du Siècle !


* lieder : ou un lied au singulier est un poème germanique chanté par une voix, accompagné par un piano ou un ensemble instrumental.
** Interview à regarder sur le site officiel du chanteur :
www.jonaskaufmann.com

« Les grandes voix : Jonas Kaufman »

(Vu le lundi 20 février 2012)

Pianiste : Helmut Deutsch.
Ténor : Jonas Kaufman.
Théâtre des Champs-Élysées, Paris 8e.
Tournée de ce récital dans toute l’Europe : www.jonaskaufmann.com

Prochain concert au Théâtre des Champs-Elysées : le 12 mars 2012 avec l’Orchestre symphonique de Birmingham, sous la direction de A. Nelsons (Mahler, Strauss).
>> theatrechampselysees.fr

Christine Ducq
Vendredi 24 Février 2012


1.Posté par Lysiane le 25/02/2012 19:41
Merci merci merci pour ce magnifique article, intelligent, savant, documenté sur ce fabuleux ténor dont je suis la carrière depuis son Werther
parisien. J'avoue à ma grande honte que j'ignorais tout de lui jusqu'à ce fameux soir où, assise dans mon salon devant Arte, est apparu sous
mes yeux écarquillés Werther en personne. Et quand il a commencé à chanter: je ne sais si je veille où si je rêve encore, le plafond m'est tombé
sur la tête; j'ai vécu là un véritable coup de foudre artistique. A la fin de l'opéra, j'étais en larmes...
Le lendemain, j'ai voulu tout savoir sur ce chanteur exceptionnel, j'ai acheté ses CD, ses DVD. Depuis, je suis allée l'écouter à Saarbrück dans
Le Chant de la Terre, à Zurich dans La Bohème, à Londres dans un concert d'arias avec orchestre. Je vais aller à Baden baden où il va donner
la même soirée de Lieder qu' au TCE, et si j'en crois votre article, la soirée sera exceptionnelle. L'écouter en live est une expérience unique, ce
ténor a tout pour lui, et reste simple et très sympathique. Il recueille enfin les fruits d'un travail de longue haleine, creusant son sillon patiemment
et choisissant son répertoire avec discernement. Encore merci à vous d'inciter les mélomanes français à découvrir cet artiste unique.

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019