La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Jonas Kaufmann : Le ténor qui renverse les foules

Une soirée magique lundi dernier, au théâtre des Champs-Élysées, en compagnie d’un artiste exceptionnel. Jonas Kaufmann porte aux sommets l’art du chant et nous entraîne très haut sur le mont Parnasse de l’excellence musicale !



Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
Une fois de plus, le ténor dramatique bavarois a enivré le public des accents de sa sublime voix orphique, au timbre de baryton, entre force expressive, puissance vocale et romantisme noir, dans un programme de lieder*. Il est rare d’assister à un tel miracle et s’il ne nous avait pas été donné d’entendre le ténor dans le rôle-titre de Werther à l’Opéra Bastille en 2010, nous n’en aurions pas cru nos oreilles !

L’interprète de lied – ou interprète d’une mélodie intimiste – comme l’acteur de théâtre, se doit d’être brillant pour éviter l’ennui à l’auditoire – "Ennui" tant décrié et à juste raison par C. Baudelaire et C. Debussy ! Et miracle : avec Kaufmann, le lied, vraie pépite d’or, délivre intensément "la poésie du moment"** et a rendu cette soirée inoubliable.

L’engagement de l’artiste en faveur de ce chant se vérifie dans toutes ses entrevues**. C’est l’alliance d’un texte écrit par un grand poète (Goethe, Heine ou Baudelaire) et d’une mélodie, retrouvant les accents de la poésie lyrique grecque chantée. Le programme de lieder, choisi pour cette tournée, compte ceux de F. Liszt, H. Duparc (Ô le caressant legato du phrasé impeccable pour chanter les vers des deux poèmes de C. Baudelaire !) et R. Strauss. Le récital a été l’occasion de délivrer le charme irrépressible, la subtile magie de la présence scénique du chanteur lyrique.

Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
Helmut Deutsch, Jonas Kaufmann lors d'un récital à l'Opéra de Los Angeles © Robert Millard/LA Opera.
La complicité avec le pianiste Helmut Deutsch a frappé le public (il était son professeur à l’Académie de musique de Munich). Jonas Kaufmann a souvent fait l’éloge de la difficulté, de la nécessaire subtilité de l’art du chant accompagné d’un seul piano, et aussi de la solitude du liedersänger (ou interprète). Vertus seules qui le font accéder à la "royal class of singing"**. "Royal" est bien l’adjectif qui convient ici, car étonnante est la complicité qui se noue avec l’auditoire.

Jonas Kaufmann a choisi de rendre populaire le lied sur toutes les scènes du monde, parallèlement à sa carrière d’enfant chéri de la Muse de l’opéra. Carrière qui lui a permis d’être ovationné mondialement (du Metropolitan Opera de New York à Bayreuth l’été dernier, où il a chanté le rôle-titre du Lohengrin de R. Wagner).

Donc ce ténor ne veut pas se contenter d’être "un simple" chanteur d’opéra**, même s’il a révolutionné l’interprétation de bien des rôles célèbres. Il n’est qu’à se remémorer son magnifique Don José (dans un Carmen somptueux à Covent Garden à Londres, plus schaupenhauerien que jamais, et récemment son Carlo dans le Don Carlo de G. Verdi à Munich). Il s’est imposé rapidement parmi les tout premiers chanteurs de sa génération par l’intelligence et la compréhension fine de ses prises de rôles, sa présence magnétique et son humanité chaleureuse et sensible. Et Ô Souvenir Pieux et Sacré : son Werther !

Jonas Kaufmann © Uli Webber/Decca.
Jonas Kaufmann © Uli Webber/Decca.
Une demi-heure de rappels et de bis lundi soir au théâtre des Champs-Élysées, voilà qui n’est guère habituel à ce public un brin compassé. Véritable moment de dévotion de la salle, dont certains spectateurs venaient parfois de très loin pour l’applaudir. La soirée a permis une fois de plus de vérifier l’ensorcellement de cette voix sombre, aux capacités semble-t-il infinies, subtile, qui tient les notes comme dans un rêve, agile entre pianissimo et fortissimo.

Quant à la présence sur scène, elle est sobre, à mille lieues des rodomontades fatigantes du ténor gominé d’Epinal – toute en intériorité dense. Quand cette voix s’éteint, quand le piano se tait, un silence impressionnant plane dans la belle salle art déco du théâtre. L’émotion qu’on pourrait toucher … La partie du récital consacrée à G. Mahler fut à mon avis la plus grande.

Comme jamais ont résonné les accents sublimes et déchirants du célèbre lied (grâce au Mort à Venise de L. Visconti) : "Ich bin der welt abhanden gekommen" ("Me voilà coupé du monde"). Moment suspendu pendant le concert, vrai chant de la réminiscence d’un ailleurs introuvable, vrai cri d’une résignation surnaturelle… "Je suis mort au monde et à son tumulte", dont le chanteur bavarois a porté au plus haut la noble formule magique.

Bref ! Auditeur et amant de la musique, vous devez courir entendre Jonas Kaufmann si vous ne le connaissez pas encore. C’est un homme et un artiste hors du commun, le plus exaltant : LE Chanteur du Siècle !


* lieder : ou un lied au singulier est un poème germanique chanté par une voix, accompagné par un piano ou un ensemble instrumental.
** Interview à regarder sur le site officiel du chanteur :
www.jonaskaufmann.com

« Les grandes voix : Jonas Kaufman »

(Vu le lundi 20 février 2012)

Pianiste : Helmut Deutsch.
Ténor : Jonas Kaufman.
Théâtre des Champs-Élysées, Paris 8e.
Tournée de ce récital dans toute l’Europe : www.jonaskaufmann.com

Prochain concert au Théâtre des Champs-Elysées : le 12 mars 2012 avec l’Orchestre symphonique de Birmingham, sous la direction de A. Nelsons (Mahler, Strauss).
>> theatrechampselysees.fr

Christine Ducq
Vendredi 24 Février 2012


1.Posté par Lysiane le 25/02/2012 19:41
Merci merci merci pour ce magnifique article, intelligent, savant, documenté sur ce fabuleux ténor dont je suis la carrière depuis son Werther
parisien. J'avoue à ma grande honte que j'ignorais tout de lui jusqu'à ce fameux soir où, assise dans mon salon devant Arte, est apparu sous
mes yeux écarquillés Werther en personne. Et quand il a commencé à chanter: je ne sais si je veille où si je rêve encore, le plafond m'est tombé
sur la tête; j'ai vécu là un véritable coup de foudre artistique. A la fin de l'opéra, j'étais en larmes...
Le lendemain, j'ai voulu tout savoir sur ce chanteur exceptionnel, j'ai acheté ses CD, ses DVD. Depuis, je suis allée l'écouter à Saarbrück dans
Le Chant de la Terre, à Zurich dans La Bohème, à Londres dans un concert d'arias avec orchestre. Je vais aller à Baden baden où il va donner
la même soirée de Lieder qu' au TCE, et si j'en crois votre article, la soirée sera exceptionnelle. L'écouter en live est une expérience unique, ce
ténor a tout pour lui, et reste simple et très sympathique. Il recueille enfin les fruits d'un travail de longue haleine, creusant son sillon patiemment
et choisissant son répertoire avec discernement. Encore merci à vous d'inciter les mélomanes français à découvrir cet artiste unique.

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024