La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Iolanta/Perséphone" dans les ténèbres du monde…

Reprise au Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence d'un spectacle de 2012, "Iolanta/Perséphone", une des dernières commandes du grand Gerard Mortier comme directeur au Teatro Real de Madrid - peu avant sa disparition. Cette magistrale production du duo formé par le metteur en scène Peter Sellars et le chef Teodor Currentzis sera reprise à l'Opéra de Lyon en mai 2016. À voir absolument.



© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
C'est un étrange message de l'au-delà que semble nous envoyer Gerard Mortier avec ce diptyque tout à fait inédit à Aix (et donc en France) formé par deux oeuvres méconnues - et souvent mésestimées par les spécialistes - de deux compositeurs russes : "Iolanta" de Piotr Ilitch Tchaïkovski, un opéra de chambre en un acte de 1892, et "Perséphone" de Igor Feodorovitch Stravinski, un court mélodrame chorégraphique (1) de 1934. Qu'est-ce qui peut rapprocher ces deux partitions aux sujets si dissemblables jouées ici dans la même soirée et avec le même décor (2) ? Tout ! Comme le démontre brillamment le travail des deux enfants terribles de l'opéra : le jeune chef grec Teodor Currentzis et le brillant metteur en scène Peter Sellars, révélateur d'artistes pour le monde entier (tel le vidéaste Bill Viola).

L'argument de chacune des œuvres telles qu'elles nous sont présentées à nouveau à Aix pourrait se résumer ainsi : la princesse Iolanta, aveugle de naissance, recouvre la vue grâce à l'amour du comte Vaudémont pour mieux accéder au paradis des "chérubins", dans une mystique et extatique contemplation du divin, quand la princesse Perséphone consent à séjourner dans les ténèbres en renonçant à la lumière et à la vitalité du monde des vivants une partie de l'année par charité pour le peuple des ombres affligées, éternellement condamnées aux enfers (qu'elle console). Une phrase du livret de Modeste Tchaîkovski (frère de Piotr) pourrait servir de sous-titre à cette superbe production : "Il est possible que le désir fasse naître la lumière dans l'obscurité."

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
Visuellement à couper le souffle, vocalement excellente, musicalement envoûtante, on n'est pas prêt d'oublier cette production d'une force assez peu commune et qui se révèle être une expérience émotionnelle et sensible très riche. Quatre portiques et une utilisation virtuose de la lumière et des couleurs (due au vieux complice de Sellars James, F. Ingalls) suffisent à nous enlever de notre réalité et à nous précipiter dans les hauteurs métaphysiques de cette fable en deux volets. Qui se veut aussi une réflexion sur les ténèbres de l'âme et ses possibles salut ou consolation.

La soirée est inoubliable aussi grâce à la merveilleuse partition élégiaque de Tchaïkovski - et comme il s'agit d'expression lyrique du vertige intérieur, nous sommes souvent en larmes (comme il le voulait). La musique est servie avec art par l'orchestre de l'opéra national de Lyon dirigé en cette dernière représentation par Andréi Danilov (Currentzis étant souffrant) et une distribution de chanteurs tous remarquables.

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
Si la prononciation russe de Sir Willard White en docteur Ibn-Hakia n'est pas toujours convaincante, son charisme n'a d'égal que celui de la basse Dmitry Ulianov dans le rôle du roi René, père de Iolanta - dont l'incroyable tessiture est digne des plus grands rôles. Leurs ariosos ont été acclamés à juste titre comme ceux du duo formé par la grande Ekaterina Scherbachenko, lumineuse Iolanta avec son parfait soprano legato, et le ténor polonais Arnold Rutkowski - qui réussit à donner force et émotion à un personnage bien fade (le chevalier Vaudémont). Tout le reste de la distribution est à l'avenant - et la performance du chœur et de la maîtrise de l'opéra de Lyon dans les deux œuvres est fabuleuse.

Car cette "Perséphone" de Stravinski (sur un livret de Gide) est un objet musical des plus insolites : un chanteur-narrateur (le ténor Paul Groves), un double chœur et une danseuse-récitante dans le rôle de la fille de Déméter soutenus par un orchestre plutôt sage pour le compositeur du "Sacre du printemps". Cette œuvre hybride (en fait peu opératique), considérée par beaucoup comme mineure, est ici transcendée par une idée géniale : doubler les personnages principaux par des danseurs classiques khmers. Ce ballet que d'aucuns dénigrent dans l'œuvre devient alors quasiment l'enjeu central.

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
C'est si éblouissant qu'on ne voit pas les cinquante minutes de ce petit mélodrame passer (on en oublie qu'il est plus faible que l'opéra de Tchaïkovski). Et le metteur en scène a la bonne idée d'amplifier la voix de Dominique Blanc récitante, réglant ainsi les problèmes de mince volume de la voix et de manque de souffle, constatés dans sa "Phèdre" chez Chéreau, pour rehausser cette diction chantante gracieuse qui lui est si particulière. Cette "Iolanta/Perséphone" est bien un souverain cadeau venu du ciel pour nous consoler.

(1) Le genre du mélodrame chorégraphique date du XVIIIe siècle.
(2) Les deux héroïnes portent la même robe bleue aux plissés qui rappellent l'antique.


Reprise en mai 2016 à l'Opéra national de Lyon.

"Iolanta" (1892).
Opéra en un acte.
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski.
Livret : Modeste Tchaïkovski.
Livret russe en français surtitré.

"Perséphone" (1934).
Mélodrame en trois scènes.
Musique : Igor Stravinski.
Livret : André Gide.
En français.

Andréi Danilov, direction musicale.
Peter Sellars, mise en scène.
George Tsypin, décors.
Martin Pakledinaz, costumes.
James F. Ingalls, lumières.

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
Ekaterina Scherbachenko, Iolanta.
Dmitry Ulianov, le roi René.
Maxim Aniskin, Robert.
Arnold Rutkowski, Vaudémont.
Willard White, Ibn-Hakia.
Diana Montague, Martha.

Dominique Blanc, Perséphone.
Paul Groves, Eumolpe.
Amrita Performing Arts, danseurs (Sathya Sam, Sodhachivy Chumvan, Chan Sithyka Khon, Narim Nam).
Orchestre, chœur et maîtrise de l'Opéra de Lyon.
Bohdan Shved, Chef des chœurs.

Christine Ducq
Mercredi 22 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019