La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Iolanta/Perséphone" dans les ténèbres du monde…

Reprise au Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence d'un spectacle de 2012, "Iolanta/Perséphone", une des dernières commandes du grand Gerard Mortier comme directeur au Teatro Real de Madrid - peu avant sa disparition. Cette magistrale production du duo formé par le metteur en scène Peter Sellars et le chef Teodor Currentzis sera reprise à l'Opéra de Lyon en mai 2016. À voir absolument.



© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
C'est un étrange message de l'au-delà que semble nous envoyer Gerard Mortier avec ce diptyque tout à fait inédit à Aix (et donc en France) formé par deux oeuvres méconnues - et souvent mésestimées par les spécialistes - de deux compositeurs russes : "Iolanta" de Piotr Ilitch Tchaïkovski, un opéra de chambre en un acte de 1892, et "Perséphone" de Igor Feodorovitch Stravinski, un court mélodrame chorégraphique (1) de 1934. Qu'est-ce qui peut rapprocher ces deux partitions aux sujets si dissemblables jouées ici dans la même soirée et avec le même décor (2) ? Tout ! Comme le démontre brillamment le travail des deux enfants terribles de l'opéra : le jeune chef grec Teodor Currentzis et le brillant metteur en scène Peter Sellars, révélateur d'artistes pour le monde entier (tel le vidéaste Bill Viola).

L'argument de chacune des œuvres telles qu'elles nous sont présentées à nouveau à Aix pourrait se résumer ainsi : la princesse Iolanta, aveugle de naissance, recouvre la vue grâce à l'amour du comte Vaudémont pour mieux accéder au paradis des "chérubins", dans une mystique et extatique contemplation du divin, quand la princesse Perséphone consent à séjourner dans les ténèbres en renonçant à la lumière et à la vitalité du monde des vivants une partie de l'année par charité pour le peuple des ombres affligées, éternellement condamnées aux enfers (qu'elle console). Une phrase du livret de Modeste Tchaîkovski (frère de Piotr) pourrait servir de sous-titre à cette superbe production : "Il est possible que le désir fasse naître la lumière dans l'obscurité."

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
Visuellement à couper le souffle, vocalement excellente, musicalement envoûtante, on n'est pas prêt d'oublier cette production d'une force assez peu commune et qui se révèle être une expérience émotionnelle et sensible très riche. Quatre portiques et une utilisation virtuose de la lumière et des couleurs (due au vieux complice de Sellars James, F. Ingalls) suffisent à nous enlever de notre réalité et à nous précipiter dans les hauteurs métaphysiques de cette fable en deux volets. Qui se veut aussi une réflexion sur les ténèbres de l'âme et ses possibles salut ou consolation.

La soirée est inoubliable aussi grâce à la merveilleuse partition élégiaque de Tchaïkovski - et comme il s'agit d'expression lyrique du vertige intérieur, nous sommes souvent en larmes (comme il le voulait). La musique est servie avec art par l'orchestre de l'opéra national de Lyon dirigé en cette dernière représentation par Andréi Danilov (Currentzis étant souffrant) et une distribution de chanteurs tous remarquables.

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
Si la prononciation russe de Sir Willard White en docteur Ibn-Hakia n'est pas toujours convaincante, son charisme n'a d'égal que celui de la basse Dmitry Ulianov dans le rôle du roi René, père de Iolanta - dont l'incroyable tessiture est digne des plus grands rôles. Leurs ariosos ont été acclamés à juste titre comme ceux du duo formé par la grande Ekaterina Scherbachenko, lumineuse Iolanta avec son parfait soprano legato, et le ténor polonais Arnold Rutkowski - qui réussit à donner force et émotion à un personnage bien fade (le chevalier Vaudémont). Tout le reste de la distribution est à l'avenant - et la performance du chœur et de la maîtrise de l'opéra de Lyon dans les deux œuvres est fabuleuse.

Car cette "Perséphone" de Stravinski (sur un livret de Gide) est un objet musical des plus insolites : un chanteur-narrateur (le ténor Paul Groves), un double chœur et une danseuse-récitante dans le rôle de la fille de Déméter soutenus par un orchestre plutôt sage pour le compositeur du "Sacre du printemps". Cette œuvre hybride (en fait peu opératique), considérée par beaucoup comme mineure, est ici transcendée par une idée géniale : doubler les personnages principaux par des danseurs classiques khmers. Ce ballet que d'aucuns dénigrent dans l'œuvre devient alors quasiment l'enjeu central.

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
C'est si éblouissant qu'on ne voit pas les cinquante minutes de ce petit mélodrame passer (on en oublie qu'il est plus faible que l'opéra de Tchaïkovski). Et le metteur en scène a la bonne idée d'amplifier la voix de Dominique Blanc récitante, réglant ainsi les problèmes de mince volume de la voix et de manque de souffle, constatés dans sa "Phèdre" chez Chéreau, pour rehausser cette diction chantante gracieuse qui lui est si particulière. Cette "Iolanta/Perséphone" est bien un souverain cadeau venu du ciel pour nous consoler.

(1) Le genre du mélodrame chorégraphique date du XVIIIe siècle.
(2) Les deux héroïnes portent la même robe bleue aux plissés qui rappellent l'antique.


Reprise en mai 2016 à l'Opéra national de Lyon.

"Iolanta" (1892).
Opéra en un acte.
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski.
Livret : Modeste Tchaïkovski.
Livret russe en français surtitré.

"Perséphone" (1934).
Mélodrame en trois scènes.
Musique : Igor Stravinski.
Livret : André Gide.
En français.

Andréi Danilov, direction musicale.
Peter Sellars, mise en scène.
George Tsypin, décors.
Martin Pakledinaz, costumes.
James F. Ingalls, lumières.

© Festival d'Aix-en-Provence.
© Festival d'Aix-en-Provence.
Ekaterina Scherbachenko, Iolanta.
Dmitry Ulianov, le roi René.
Maxim Aniskin, Robert.
Arnold Rutkowski, Vaudémont.
Willard White, Ibn-Hakia.
Diana Montague, Martha.

Dominique Blanc, Perséphone.
Paul Groves, Eumolpe.
Amrita Performing Arts, danseurs (Sathya Sam, Sodhachivy Chumvan, Chan Sithyka Khon, Narim Nam).
Orchestre, chœur et maîtrise de l'Opéra de Lyon.
Bohdan Shved, Chef des chœurs.

Christine Ducq
Mercredi 22 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019