La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•In 2023• "By Heart" Tiago Rodrigues de tout cœur avec le public qui, en retour, lui fait la Cour…

Même le mistral, hier au soir, à la nuit tombée, entendait être de la fête en ajoutant une fantaisie exquise à son puissant souffle, feuilletant passionnément les ouvrages posés en bordure de plateau. Comme si un oracle avait voulu là, inspiré par Dionysos, dieu du Théâtre et de l'Ivresse, saluer "bien bas" le tout nouveau directeur du Festival. Une 77ᵉ édition qui fera sans nul doute date par ses choix de programmation et son atmosphère "humaine"… ouvrant sur un "à-venir" des plus excitants.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
"By heart", c'est toute une histoire personnelle, une histoire qui tient à cœur à Tiago lié à sa grand-mère par les liens que l'amour d'un sonnet de Shakespeare, appris par cœur, a rendu pérenne. Près de deux heures durant qui paraîtront une poignée de minutes tant l'énergie est contagieuse, le comédien dramaturge, assisté de dix spectateurs volontaires sortis spontanément des rangs du public, nous contera avec sensibilité, humour et fougue, cette belle histoire de littérature filiale… et autres.

Sur l'immense plateau de la Cour mythique habituée à recevoir des décors somptueux, démentiels même pour certains, quelques pauvres cageots de livres jetés là en vrac et dix chaises dépareillées, alignées en arc de cercle, constituent l'unique dispositif (dont les écologistes – et qui ne l'est pas aujourd'hui ? – salueront au passage l'impact carbone difficilement égalable). Prenant les devants d'une critique toujours prête à surgir, le maître de cérémonie précisera qu'il n'a rien changé à sa scénographie – la pièce a été créée en 2013 dans des lieux plus intimistes –, et si l'espace démesuré de la Cour pose effectivement un défi… c'est au public de s'y coller en trouvant sa propre réponse. Humour bienveillant et intelligence naturelle qui, d'emblée, créent une connivence entre salle et plateau.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Si l'expression "briser le quatrième mur" a encore un sens, elle trouve ici toute sa place. En effet, entre les phases d'apprentissage du Sonnet 30 – celui que, à sa demande, il a appris à sa grand-mère devenant aveugle pour qu'elle continue à voyager dans sa tête entre les lignes du poème – et celles qui viendront trouer le sonnet par la mise en abyme d'autres textes littéraires, les saillies de l'auteur de "By Heart", fuseront, déclenchant les éclats de rire de la Cour aspirée littéralement par l'Avant-scène, et annihilant toutes frontières entre l'espace de la création et celui de la réception.

"De la beauté et de la consolation" – à elle seule cette expression délivre l'essence de la poésie, littérature et théâtre réunis dans la même entité – était le titre d'une émission de la TV hollandaise où le journaliste interviewait le professeur de littérature George Steiner, il va devenir le fil rouge de l'épopée shakespearienne en cours d'apprentissage. Que dit-il de nos sociétés, le très honorable professeur dont le visage imprimé au dos du T-shirt nous regarde ? "1937, congrès des écrivains soviétiques. Les gens tombaient comme des mouches"…

Alors qu'à la tribune les discours officiels clamaient en boucle des "Merci à Staline, notre frère et père !", l'écrivain Boris Pasternak montait sur la scène pour lancer un simple numéro, le chiffre 30… Pendant qu'il rappellera cet épisode d'une bravoure insensée, Tiago Rodrigues confiera à l'une des participantes au plateau le recueil des sonnets de Shakespeare ouvert à la page du sonnet 30… Ce poème traduit en russe qui dit combien la mémoire des "ombres du passé" ne pourra jamais être oblitérée, qui dit que Shakespeare survivra à tous les régimes d'enfermement et, avec lui, l'œuvre dissidente de Pasternak. Et lorsque, ajoutera-t-il, deux mille personnes ayant appris par cœur ce sonnet, se levèrent dans la salle du congrès soviétique pour le réciter en chœur, la chape de plomb de l'idéologie liberticide vola en éclats.

Traduisant les propos de Steiner – "Nous sommes ce dont nous nous souvenons. Et ce qui est en nous, ils ne peuvent pas nous le prendre. Ce que nous portons en nous, ces fils de putes ne peuvent pas l'atteindre" – Tiago Rodrigues prendra le soin de préciser que l'expression "fils de pute" lui est imputable… mais que si on préférait lui substituer des prénoms connus, libres à nous…

La lettre (fictive) au professeur George Steiner, lue au plateau, révèlera la signification des cageots remplis de livres sur l'avant-scène, ceux (réels) apportés par Tiego à sa grand-mère très friande de lectures jusqu'au jour où, sa vue déclinant avec l'annonce prochaine de sa cécité, elle demanda un livre à apprendre par cœur afin d'habiter ses rêveries. Et ce titre – le sonnet 30 de Shakespeare –, c'est Steiner qui en donna l'idée en souvenir de Boris Pasternak. Ainsi, en va-t-il de la transmission du "par cœur".

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Avec la pointe d'humour bienveillante qu'est la sienne, s'appuyant sur quelques bafouillages d'une participante, comme pour la rassurer, il commentera : "Si parfois vous oubliez un mot, ce n'est pas grave. Le public aime bien regarder la vulnérabilité des artistes sur scène". Sans y paraître, ce qui s'écrit là au travers d'anecdotes légères, c'est un manifeste pour le théâtre dont l'acteur fantasque écrit sous nos yeux, sans en avoir l'air, quelques lignes.

Le choix du roman de Ray Bradbury extrait de l'un des cageots avec, entre ses feuillets, le programme lisboète, confié là encore aux participants, annonçant la projection du film éponyme de François Truffaut, renverra à nouveau à l'importance primordiale de la mémoire. Faire survivre les mots destinés à être brûlés, imprimer dans la mémoire vive des hommes les livres afin que ces derniers survivent à tous les autodafés… "Si dix personnes connaissent un poème par cœur, le KGB, la CIA ou la Gestapo ne peuvent rien faire, ce poème survivra".

Des bataillons resteront donc à former pour apprendre "en résistance" des bibliothèques entières menacées de destruction par les totalitarismes de tous poils et de toutes époques… À cet instant, Tiago Rodrigues penserait-il à ce Président du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, retirant en mai dernier la totalité de ses subventions au TNG de Lyon, jugé trop critique, et faisant de la chasse aux livres "impies" dans les bibliothèques de sa région, l'ossature de sa politique culturelle ? Quant au bataillon des dix personnes réunies ce soir sur le plateau de la Cour d'Honneur, il aura "ingéré" le Sonnet 30 de Shakespeare pour faire corps avec lui… "Ingéré", au sens propre du terme, le sonnet ayant été imprimé avec une encre de qualité alimentaire sur une pâte comestible, à la différence des exemplaires distribués à la sortie aux autres spectateurs qui eux portaient la mention "sonnet immangeable".

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Ce qui aurait pu apparaître comme un show improvisé, tant le naturel et la spontanéité du comédien – metteur en jeu – directeur du festival semblaient au-dessus de tous soupçons, était en fait minutieusement écrit… Si bien qu'au-delà du plaisir immédiat partagé avec les dix récitants du plateau, ressort au terme de cette représentation de clôture du Festival, le sentiment fabuleux que le théâtre est vraiment une illusion plus fort encore que la vie ou, beaucoup mieux dit, que "Le monde entier est un théâtre, et les hommes et les femmes n'en sont que les acteurs" ("Comme il vous plaira", d'un certain Shakespeare).

Ainsi "By Heart", au-delà de l'histoire anecdotique touchante qu'il raconte (ce lien très fort entre une grand-mère et un jeune-homme, Tiago, réunis par Shakespeare), se pose comme un manifeste vivant pour le théâtre. Tel semble être en effet l'enjeu de cette forme qui, contre toute attente, a passé allègrement la rampe du gigantisme de la Cour d'Honneur pour venir nous réjouir dans un lâcher prise salutaire.

Vu le mardi 25 juillet 2023, dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes à Avignon.

"By Heart"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Spectacle en français surtitré en anglais
Texte : Tiago Rodrigues, "By Heart", traduction Thomas Resendes, est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs.
Mise en scène et interprétation : Tiago Rodrigues.
Traduction : Thomas Resendes.
Extraits et citations de William Shakespeare, Ray Bradbury, George Steiner et Joseph Brodsky.
Traduction du sonnet n°30 de William Shakespeare : Françoise Morvan.
Scénographie, costumes et accessoires : Magda Bizarro.
Régie générale : André Pato.
Régie son : Pedro Costa.
Durée : 1 h 45.

Créé le 19 novembre 2013 au Maria Matos Teatro Municipal à Lisbonne (Portugal).
Présenté pour la première fois en France le 3 novembre 2014, au Théâtre de la Bastille à Paris.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
•Avignon In 2023•
25 juillet 2023.
Représenté à 22 h.
Cour d'Honneur du Palais des Papes d'Avignon.
Réservations : 04 90 14 14 14 tous les jours de 10 h à 19 h.
>> festival-avignon.com

Tournée
23 et 24 septembre 2023 : Théâtre Garonne Scène européenne, Toulouse (31).

Yves Kafka
Vendredi 28 Juillet 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023