La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Y aller voir de plus près Maguy Marin nous mène en trière… Invitation au voyage (au bout de la nuit)…

"Là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté", écrivait Charles Baudelaire dans son "Invitation au voyage"… Des rivages du Péloponnèse où la guerre gronde avant de faire rage entre les Cités, aux conflits récurrents traçant l'histoire de l'Humanité et venant s'inviter dans la trame narrative, tout sur le plateau de Maguy Marin n'est qu'agitation fébrile et bruit de bottes, branle-bas de combat et désastre annoncé. "Ah [Zeus] ! Que la guerre est jolie, avec ses chants, ses longs loisirs…", ainsi parlait Guillaume Apollinaire en 1918.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Une colonne ionique, des lances et boucliers hoplites, voisinant avec un rétroprojecteur et des écrans où seront projetées les archives vidéo réifiant la mémoire contemporaine, accueillent le public 2021. Dans ce décor hétéroclite, clin d'œil où l'antiquité et la modernité sont réunies dans la même galère (trière), des acteurs portant toges et masques font leur apparition au rythme des percussions. Mettant bas leur accoutrement de scène, ils se saisissent d'exemplaires omniprésents de "La Guerre du Péloponnèse" de Thucydide pour articuler, une heure et demie durant, les tenants et aboutissants de la guerre fratricide ayant opposé au Ve siècle avant notre ère les Cités prospères de Sparte et d'Athènes.

Le cadre planté, l'électron libre de l'art chorégraphié fait déferler, par le canal de la voix de quatre aèdes contemporains accompagnés de leurs percussions, la folie destructrice des hommes. Et pas que la folie des antiques, mais la folie intemporelle des gouvernants… Tels des morceaux éclatés d'un puzzle à reconstruire par la mémoire mise à vif de chacun, les mots de l'historien grec se mêlent à d'autres exégètes, s'entremêlent à la projection de cartes du Péloponnèse animées en direct, ou encore aux images sauvages de guerres modernes. Un maelstrom documenté, décortiqué, propre à rendre sensible - parfois avec humour - la guerre dans tous ses "états", époques et lieux confondus dans le même voyage au bout de la nuit.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Si on peut parfois se perdre dans la complexité des alliances entre cités grecques et trahisons en chaîne - sempiternellement justifiées par ceux qui ont en charge la marche du monde -, si le défilement accéléré des images des "grands hommes" (Reagan, Bush, Obama, Poutine, Thatcher, Blair, Mitterrand, Hollande, Sarkozy, Macron, etc.), intercalées avec celles du champignon atomique d'Hiroshima, des guerres du Vietnam, de Corée, de Yougoslavie, d'Afrique, leurs œuvres, risque de saturer notre capacité d'attention, l'essentiel est ailleurs.

Immergés dans ce foutoir universel et atemporel de course à l'échalote des puissants pour, testostérone oblige (mais pas que, cf. Margaret Thatcher chantée par Renaud), imposer "coûte que coûte" leur soif démentielle de puissance, nous sommes terrassés par les injustices faites aux peuples victimes de guerres qui ne sont jamais les leurs. La minutie de la narration rendue explosive par la mise en abyme des images projetées et des percussions sonores, nous précipite dans les arcanes de la petite fabrique de l'Histoire des guerres.

Cependant, de ce carnage à ciel ouvert, nous ne sortons pas abattus, mais la tête bouillonnante de révolte salvatrice. "Le printemps est inexorable", cette saillie de Pablo Neruda, poète sacrifié par la junte chilienne, affichée au frontispice des théâtres en mai dernier après avoir voulu être récupérée par les pouvoirs institutionnels, est là pour nous le rappeler. Toute élucidation de l'oppression est porteuse d'à-venir.

Aussi quand, pour clore cette traversée guerrière orchestrée par Thucydide, les percussions se déchaînent crescendo crevant les tympans, que la mer rougie du sang des victimes déferle en fond de scène, et que défile en surimpression le répertoire des guerres ayant ensanglanté les continents, on se retrouve dans en état de transe, hypnotisé par le fracas du monde, fracassé… mais heureux d'être là, témoin d'une désacralisation ô combien bénéfique.

Maguy Marin, fidèle à elle-même, agitée par un constant débat heuristique, crée une "indiscipline", "révolutionnant" l'art chorégraphié pour l'inscrire définitivement du côté de l'humain.

Vu au Théâtre Benoît-XII, le samedi 10 juillet à 18 h.

"Y aller voir de plus près"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Création 2021 Festival d'Avignon
Conception : Maguy Marin.
Avec : Antoine Besson, Kais Chouibi, Daphné Koutsafti, Louise Mariotte.
Film : Anca Bene, David Mambouch.
Scénographie : Balyam Ballabeni, Benjamin Lebreton.
Lumière et direction technique : Alexandre Béneteaud.
Musique : David Mambouch.
Son : Chloé Barbe.
Maquettes : Paul Pedebidau.
Iconographie : Benjamin Lebreton, Louise Mariotte.
Costumes : Nelly Geyres.
Durée : 1 h 30.

•Avignon In 2021•
Du 7 au 15 juillet 2021.
Tous les jours à 18 h, relâche le 11 juillet.
Théâtre Benoît-XII, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14 .

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Tournée
21 au 29 octobre 2021 : Théâtre de la Ville, Paris.
16 au 20 novembre 2021 : TNB - Théâtre National de Bretagne, Rennes (35).
24 au 26 novembre 2021 : Théâtre de Lorient, Lorient (56).
30 novembre 2021 : Théâtre + Cinéma, Narbonne (11).
1er décembre 2021 : Le Parvis, Ibos (65).
14 au 15 décembre 2021 : Points communs, Cergy-Pontoise (95).
11 au 12 janvier 2022 : Pôle Sud - CDCN Strasbourg, Strasbourg (67).
1er au 5 mars 2022 : Théâtre Dijon Bourgogne, Dijon (21).
8 au 10 mars 2022 : Les Halles de Schaerbeek, Bruxelles (Belgique).
5 au 6 avril 2022 : Les Quinconces-L'Espal, Le Mans (72).

Yves Kafka
Mardi 13 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021