La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Royan - La professeure de français Ô implacable miroir, suis-je le monstre que je m'emploie à "par-être" ?

Exilée volontairement à Royan, petite station balnéaire "sans histoire", cette professeure d'un lycée privé - où la bourgeoisie s'est donné rendez-vous afin d'assurer à sa progéniture le confort aseptisé de n'avoir pas à subir la promiscuité populaire - va se trouver face à face avec le double flouté d'elle-même. Autour du drame vécu, et dont elle sera à son corps défendant la confidente, surgiront plusieurs voix intérieures mettant en abyme le présent tragique et son passé à elle, refoulé au prix d'efforts sans rémission.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Une femme, la cinquantaine sûre d'elle-même, endossant la panoplie de la professeure parfaite, impeccablement coiffée et vêtue de manière "étudiée", portant à la main l'inévitable serviette de cuir patinée par les années d'enseignement, arrive dans le hall de son immeuble cossu. Là, elle perçoit, venant du haut de l'escalier menant à son appartement, des cris et chuchotements, ceux des parents de son élève suicidée pour échapper au harcèlement pour le moins carnassier de ses camarades, les "héritiers" (cf. Bourdieu) aux rangées de dents impeccables grâce au recours à une orthodontie coûteuse.

Le hall et ses boîtes aux lettres en bois d'acajou, échos des correspondances laissées lettre morte, constituent l'espace du huis clos. De sa tête explosant sous l'effet des fragments d'un passé faisant irruption pour recouvrir un présent vacillant, "elle" - incarnée par Nicole Garcia égale à elle-même - tentera de ne rien laisser paraître de son trouble. Mais l'humain est ainsi fait que plus sa volonté se ligue pour écarter l'impensable, plus ce dernier tonitrue à en faire écrouler les digues savamment construites pour s'en protéger.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Une femme volontaire venue ici pour se mettre à distance de son passé marseillais et n'ayant aucunement l'intention de s'en laisser "conter" par ces parents en détresse dont la douleur l'importune jusqu'à la nausée, jusqu'à ressentir pour eux une haine "sans objet"… si ce n'est qu'entre elle et leur fille suicidée, son élève, cette épaisseur de non-dits qu'elle veut taire à elle-même. Alors, fuyant ce qui la trouble et dont la morte était le miroir vivant, elle s'adressera indirectement à eux du hall qu'elle ne quittera pas de toute la représentation. D'une "voix d'outre-passé".

Qu'aurait-elle à leur dire présentement, elle qui n'est pas une femme aimante, pas une femme aimée… S'invitent les souvenirs d'Oran la radieuse, Oran la ville des libertés adolescentes, souvenirs heureux vite oblitérés par ceux de Marseille où, pour être accueillie au lycée, elle dut se construire une apparence irréprochable, depuis devenue sa seconde peau… Marseille où, à la sortie du lycée, elle retrouvait les sempiternelles disputes explosives avec sa mère, dépressive terrée dans leur appartement minuscule…

Et lui revient le souvenir de ce soir particulier où sa mère en prise avec une crise d'asthme l'étouffant, exaspérée, elle eut la tentation d'abréger ces sifflements insupportables en l'étranglant de ses mains de fille. Elle n'en garde aucune culpabilité, alors comment pourrait-elle maintenant se sentir coupable de la mort de son élève avec laquelle - pourtant - elle se découvrait des correspondances électives ?

Les élèves, ses élèves, de grands fauves à l'appétit féroce dont l'intensité pouvait se mesurer au fardeau des bonnes manières s'étant accumulées sur leurs frêles épaules d'enfants de la bourgeoisie "bien élevés". Le professeur - elle en l'occurrence – eût été leur proie toute désignée si ce n'était qu'elle avait quelques armes pour se défendre. Alors, il leur était plus aisé de s'en prendre à une autre victime, expiatoire de leur mal-être… la "pas comme les autres", Daniella, parfait ersatz du professeur, son double inoffensif. Et elle, le professeur, de s'être sentie soulagée de n'avoir plus à subir sarcasmes et effronteries cruelles ; une autre, son élève dans laquelle, sans jamais lui avoir dit, elle se reconnaissait, l'en déchargeait…

Et de refuser de lire les messages d'appel au secours - elle les a conservés dans son sac, les mots griffonnés sur des pages pliées en quatre -, refuser d'entendre la détresse de son élève trop en phase avec d'autres souffrances enfouies désormais au creux de son passé… Et ces derniers mots échappés alors que la tête fracassée sur le bitume de la cour perdait son sang, il faut bien qu'elle les entende, eux qui n'en finissent pas de résonner dans sa tête à elle…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Ainsi, du déni complet à la reconnaissance du processus à l'œuvre, la parole empruntera les voix du passé pour mieux faire entendre ce qui se joue au présent de la représentation. Est-il bien nécessaire de dire qu'à ce jeu en eaux troubles, Nicole Garcia excelle, (re)trouvant-là un rôle taillé à sa mesure. Quant à la langue de Marie NDiaye, elle transforme un fait divers tragique en "pavé" littéraire propre à susciter les intérêts. La mise en jeu, dans un décor design flattant les goûts contemporains des spectateurs avertis, est tout autant au-dessus de tout soupçon…

Et c'est peut-être justement là, à ce point précis de "perfection", qu'un questionnement surgit… Ce travail, impeccablement propre, que nous apprend-il - tant dans sa forme que dans son fond - que nous ne sachions déjà ? Quels "risques" y avait-il pour un metteur en scène à présenter sur le plateau choisi de Villeneuve-lez-Avignon une forme aussi lissée provoquant sans coup férir l'adhésion du public… en mettant en haut de l'affiche deux noms vedettes, celui d'une autrice prix Goncourt et d'une actrice reconnue ?

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Cette représentation, "de qualité" certes, aurait sans doute plus vocation à trouver sa place dans un théâtre privé parisien, que dans la programmation d'un festival IN annonçant - au son des trompettes de Maurice Jarre - l'événement théâtral comme "le lieu d'une effraction du possible", "le lieu de la folie artistique".

Vu, lors de la création, à La Chartreuse-CNES de Villeneuve-lez-Avignon, le mardi 20 juillet 2021 à 16 h.

"Royan - La professeure de français"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Texte : Marie Ndiaye.
Mise en scène : Frédéric Bélier-Garcia.
Avec : Nicole Garcia.
Lumière : Dominique Bruguière.
Son : Sébastien Trouvé.
Décor : Jacques Gabel.
Costumes : Camille Janbon.
Collaboration artistique : Sandra Choquet, Vincent Deslandres, Caroline Gonce.
Assistant lumière : Pierre Gaillardot.
Durée : 1 h 15.

•Avignon In 2021•
Du 17 au 25 juillet 2021.
À 16 h, relâche le 21 juillet.
La Chartreuse-CNES, Villeneuve-lez-Avignon (30).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Yves Kafka
Jeudi 22 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021