La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Royan - La professeure de français Ô implacable miroir, suis-je le monstre que je m'emploie à "par-être" ?

Exilée volontairement à Royan, petite station balnéaire "sans histoire", cette professeure d'un lycée privé - où la bourgeoisie s'est donné rendez-vous afin d'assurer à sa progéniture le confort aseptisé de n'avoir pas à subir la promiscuité populaire - va se trouver face à face avec le double flouté d'elle-même. Autour du drame vécu, et dont elle sera à son corps défendant la confidente, surgiront plusieurs voix intérieures mettant en abyme le présent tragique et son passé à elle, refoulé au prix d'efforts sans rémission.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Une femme, la cinquantaine sûre d'elle-même, endossant la panoplie de la professeure parfaite, impeccablement coiffée et vêtue de manière "étudiée", portant à la main l'inévitable serviette de cuir patinée par les années d'enseignement, arrive dans le hall de son immeuble cossu. Là, elle perçoit, venant du haut de l'escalier menant à son appartement, des cris et chuchotements, ceux des parents de son élève suicidée pour échapper au harcèlement pour le moins carnassier de ses camarades, les "héritiers" (cf. Bourdieu) aux rangées de dents impeccables grâce au recours à une orthodontie coûteuse.

Le hall et ses boîtes aux lettres en bois d'acajou, échos des correspondances laissées lettre morte, constituent l'espace du huis clos. De sa tête explosant sous l'effet des fragments d'un passé faisant irruption pour recouvrir un présent vacillant, "elle" - incarnée par Nicole Garcia égale à elle-même - tentera de ne rien laisser paraître de son trouble. Mais l'humain est ainsi fait que plus sa volonté se ligue pour écarter l'impensable, plus ce dernier tonitrue à en faire écrouler les digues savamment construites pour s'en protéger.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Une femme volontaire venue ici pour se mettre à distance de son passé marseillais et n'ayant aucunement l'intention de s'en laisser "conter" par ces parents en détresse dont la douleur l'importune jusqu'à la nausée, jusqu'à ressentir pour eux une haine "sans objet"… si ce n'est qu'entre elle et leur fille suicidée, son élève, cette épaisseur de non-dits qu'elle veut taire à elle-même. Alors, fuyant ce qui la trouble et dont la morte était le miroir vivant, elle s'adressera indirectement à eux du hall qu'elle ne quittera pas de toute la représentation. D'une "voix d'outre-passé".

Qu'aurait-elle à leur dire présentement, elle qui n'est pas une femme aimante, pas une femme aimée… S'invitent les souvenirs d'Oran la radieuse, Oran la ville des libertés adolescentes, souvenirs heureux vite oblitérés par ceux de Marseille où, pour être accueillie au lycée, elle dut se construire une apparence irréprochable, depuis devenue sa seconde peau… Marseille où, à la sortie du lycée, elle retrouvait les sempiternelles disputes explosives avec sa mère, dépressive terrée dans leur appartement minuscule…

Et lui revient le souvenir de ce soir particulier où sa mère en prise avec une crise d'asthme l'étouffant, exaspérée, elle eut la tentation d'abréger ces sifflements insupportables en l'étranglant de ses mains de fille. Elle n'en garde aucune culpabilité, alors comment pourrait-elle maintenant se sentir coupable de la mort de son élève avec laquelle - pourtant - elle se découvrait des correspondances électives ?

Les élèves, ses élèves, de grands fauves à l'appétit féroce dont l'intensité pouvait se mesurer au fardeau des bonnes manières s'étant accumulées sur leurs frêles épaules d'enfants de la bourgeoisie "bien élevés". Le professeur - elle en l'occurrence – eût été leur proie toute désignée si ce n'était qu'elle avait quelques armes pour se défendre. Alors, il leur était plus aisé de s'en prendre à une autre victime, expiatoire de leur mal-être… la "pas comme les autres", Daniella, parfait ersatz du professeur, son double inoffensif. Et elle, le professeur, de s'être sentie soulagée de n'avoir plus à subir sarcasmes et effronteries cruelles ; une autre, son élève dans laquelle, sans jamais lui avoir dit, elle se reconnaissait, l'en déchargeait…

Et de refuser de lire les messages d'appel au secours - elle les a conservés dans son sac, les mots griffonnés sur des pages pliées en quatre -, refuser d'entendre la détresse de son élève trop en phase avec d'autres souffrances enfouies désormais au creux de son passé… Et ces derniers mots échappés alors que la tête fracassée sur le bitume de la cour perdait son sang, il faut bien qu'elle les entende, eux qui n'en finissent pas de résonner dans sa tête à elle…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Ainsi, du déni complet à la reconnaissance du processus à l'œuvre, la parole empruntera les voix du passé pour mieux faire entendre ce qui se joue au présent de la représentation. Est-il bien nécessaire de dire qu'à ce jeu en eaux troubles, Nicole Garcia excelle, (re)trouvant-là un rôle taillé à sa mesure. Quant à la langue de Marie NDiaye, elle transforme un fait divers tragique en "pavé" littéraire propre à susciter les intérêts. La mise en jeu, dans un décor design flattant les goûts contemporains des spectateurs avertis, est tout autant au-dessus de tout soupçon…

Et c'est peut-être justement là, à ce point précis de "perfection", qu'un questionnement surgit… Ce travail, impeccablement propre, que nous apprend-il - tant dans sa forme que dans son fond - que nous ne sachions déjà ? Quels "risques" y avait-il pour un metteur en scène à présenter sur le plateau choisi de Villeneuve-lez-Avignon une forme aussi lissée provoquant sans coup férir l'adhésion du public… en mettant en haut de l'affiche deux noms vedettes, celui d'une autrice prix Goncourt et d'une actrice reconnue ?

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Cette représentation, "de qualité" certes, aurait sans doute plus vocation à trouver sa place dans un théâtre privé parisien, que dans la programmation d'un festival IN annonçant - au son des trompettes de Maurice Jarre - l'événement théâtral comme "le lieu d'une effraction du possible", "le lieu de la folie artistique".

Vu, lors de la création, à La Chartreuse-CNES de Villeneuve-lez-Avignon, le mardi 20 juillet 2021 à 16 h.

"Royan - La professeure de français"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Texte : Marie Ndiaye.
Mise en scène : Frédéric Bélier-Garcia.
Avec : Nicole Garcia.
Lumière : Dominique Bruguière.
Son : Sébastien Trouvé.
Décor : Jacques Gabel.
Costumes : Camille Janbon.
Collaboration artistique : Sandra Choquet, Vincent Deslandres, Caroline Gonce.
Assistant lumière : Pierre Gaillardot.
Durée : 1 h 15.

•Avignon In 2021•
Du 17 au 25 juillet 2021.
À 16 h, relâche le 21 juillet.
La Chartreuse-CNES, Villeneuve-lez-Avignon (30).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Yves Kafka
Jeudi 22 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022