La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Liebestod - Histoire(s) du Théâtre III Mourir d'aimer… Aimer jusqu'à la déchirure, quand bien même devrions-nous en mourir…

"El olor a sangre no se me quita de los ojos/l'odeur du sang ne me quitte pas des yeux" (Francis Bacon) - "sous-ligne" à plus d'un titre ce qui va suivre… Un brûlot où s'entrecroisent l'hommage brûlant au toreo Juan Belmonte, omniprésent sous la forme d'un taureau noir monumental se détachant sur les couleurs "jaune rouge orangé" de l'arène ; et le goût de la performeuse catalane pour un théâtre incandescent transformant la création artistique en viatique existentiel. Le tout sous l'égide de la musique de Wagner à qui elle emprunte le titre évocateur de "Liebestod/l'amour à mort", final de "Tristan et Iseult".



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Du sang et des larmes, de la rage et de l'émotion à fleur de peau, le soleil noir de la mélancolie éclabousse de ses éclats acérés le plateau de l'Opéra Confluence. Les spectateurs, avertis par une mention spéciale du programme, "des scènes sont susceptibles de heurter la sensibilité de certains spectateurs", supportent le choc, en silence… Il faut dire que l'engagement total de l'artiste, sa sensibilité au-dessus de tout soupçon et son exigence esthétique, sont les garants d'une réception "artistique" ouverte. En effet, si ces médiateurs, faisant tampon entre la violence des tableaux au plateau et le public en salle, n'édulcorent en rien les forces telluriques en jeu, ils créent la distanciation propice à leur écoute.

Après quelques mises en bouche liminaires destinées à déconditionner de la pensée commune, l'artiste assise remonte ses jupes pour s'adonner à un rituel de scarifications où un quignon de pain, imbibé de son hémoglobine, servira la célébration eucharistique. L'odeur du sang, aussi de celui qui coule entre ses cuisses, se renifle. Pacte scellé entre le sang du toreo, du taureau, couple uni à la vie à la mort, et elle, son art et Heysel, son homme à qui est dédié le "spectacle". Et ceux qui verraient là de l'exhibitionnisme provocateur récurrent, seraient - elle le proclamera par la suite - de vils hypocrites s'indignant d'un art à l'état vif, alors que les mêmes, à visage couvert, pratiquent et/ou cautionnent les plus abjectes des turpitudes.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Le ton est donné. Fragile et hiératique face à la musculation massive du taureau, encensoir en main, elle torée la mort en devenir, sa façon à elle de s'en libérer en la désirant… Celle qui ne peut souffrir d'être privée d'amour, celle qui a choisi pour sa compagnie le nom évocateur d'Atra Bilis - humeur épaisse et âcre, bile noire sécrétant mélancolie et génie - clame à la face du monde, la maladie de la mort et la fatigue d'être soi, Duras et Cioran réunis en une seule salve. Confondant, dans le même tout, sa pratique de la scène à laquelle elle se donne corps et âme, et les risques de l'art toréé où le danger est absolu, elle devient sous nos yeux Juan Belmonte : on joue et torée comme on aime, jusqu'à mort s'ensuive si l'amour s'absente.

La mort, hypothèse à prendre en compte, lorsque, par un dédoublement porteur d'une inquiétante étrangeté, faisant front à la salle, elle se parle à elle-même pour décliner ses failles béantes avec une violence mortelle n'ayant d'égale que celle qu'elle développe vis-à-vis du monde du théâtre en décomposition. Quant aux gentils spectateurs rejetant son putain d'ego après l'avoir démasquée, elle et ses idées qui, même hurlées, s'apparentent à une pourriture médiocre, qu'ils aillent se faire voir…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Mais de quelle histoire du théâtre documentée par Milo Rau veut-elle violemment témoigner, elle la rejetée d'elle-même et de tous ? Celle des Belmonte, Fassbinder, Klaus Kinski, Artaud, et non celle des fonctionnaires crispés sur leurs droits et jouant Céline sans Céline, Genet sans Genet, Rimbaud sans Rimbaud. Elle, son propos, c'est de donner corps et chair au théâtre, un corps incarné comme celui présent sur le plateau d'un homme mutilé qu'elle chérit.

Jusqu'au final transfigurant - sur fond d'un paysage embrasé vibrant sous l'effet d'accents wagnériens - l'amour à mort de "Tristan et Iseult" (elle et le taureau), elle sera telle qu'en elle-même, écorchée vive, rebelle vis-à-vis des institutions, de ceux qui les font vivre et qui vivent d'elles, mais aussi vis-à-vis d'elle-même, décadente médiocre, dit-elle…

Nous ne la croirons pas, elle qui s'est exposée ce soir comme nul autre pareil, dans toute la vérité de ce qu'elle n'a jamais cessé d'être, une femme artiste engageant son existence sans calcul. Un regret cependant à cette "mise en jeu" d'une vie dans tous ses états… Pourquoi, après avoir tant vilipendé toutes les églises, artistiques et pas que, est-elle venue se soumettre sagement à la cérémonie du salut ? Il aurait sans doute été plus pertinent qu'elle la boycotte… ou qu'elle y sacrifie, mais en lui tournant le dos.

Vu à l'Opéra Confluence à Avignon, le mardi 13 juillet 2021 à 17 h.

"Liebestod, El olor a sangre no se me quita de los ojos"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
"Juan Belmonte - Histoire(s) du Théâtre III"
Spectacle en espagnol surtitré en français et en anglais.
Texte, mise en scène, scénographie, costumes : Angélica Liddell.
Assistant à la mise en scène : Borja López.
Avec : Angélica Liddell, Borja López, Gumersindo Puche, Palestina de los Reyes, Patrice Le Rouzic et la participation de figurants.
Lumière : Mark Van Denesse.
Son : Antonio Navarro.
Costumes : Justo Algaba.
Régie plateau : Nicolas Guy, Michel Chevallier
Régie lumière : Sander Michiels
Machinerie : Eddy De Schepper
Réalisation décor et costumes : Ateliers NTGent
Dramaturgie projet "Histoire(s) du théâtre" : Carmen Hornbostel (NTGent).
Durée : 1 h 45.

•Avignon In 2021•
Du 8 au 14 juillet 2021.
Tous les jours à 17 h, relâche le 10 juillet.
Opéra Confluence, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Tournée
23 au 25 juillet 2021 : GREC Festival de Barcelona, Barcelone (Espagne).
13 au 16 octobre 2021 : NTGent, Gand (Belgique).
15 au 16 novembre 2021 : TANDEM - Scène nationale Arras-Douai, Douai (59).
10 au 11 décembre 2021 : CDN Orléans - Centre-Val de Loire, Orléans (45).


Yves Kafka
Samedi 17 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022