La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• La Cerisaie Que reste-t-il de nos amours ? Une Cour d'honneur faisant s'écrouler le (quatrième) mur…

Ce soir-là, il pleuvait à seaux sur la Cour d'Honneur, retardant d'une bonne heure le début de la représentation… Comme si, de l'Olympe, le dieu des arts et de la musique, Apollon, s'était allié à Dionysos, dieu de la folie et de la démesure, pour laver l'affront des critiques de la veille. À onze heures, Tiago Rodrigues était là, géant serein tenant la barre, pour annoncer en bord de scène que la représentation aurait bien lieu… Applaudissements nourris des spectateurs encapuchonnés saluant l'engagement collectif d'une troupe pour qui jouer relève d'une nécessité occultant tout obstacle.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Lopakhine, l'ancien moujik, costume trois pièces impeccable, un livre à la main (il n'y comprend rien, dit-il), occupe en maître - avant l'arrivée de Lioubov, propriétaire de La Cerisaie - l'espace de la Cour mythique. Une foultitude de chaises, alignées face aux gradins, signe une autre promesse, celle d'une adresse directe aux spectateurs. Quant au décor minimaliste dans ce lieu grandiose, décor avec lequel les personnages joueront pour déplacer symboliquement les cloisons ou abattre les murs de cette propriété (s'é)croulant sous les dettes, il dévoile les intentions d'une mise en jeu s'affranchissant du cadre réaliste dédié ordinairement au théâtre de Tchekhov.

Le décor planté, les rapports de forces dévoilés en filigrane, le dispositif incluant le public esquissé, la tragi-comédie va pouvoir se dérouler… L'arrivée en musique et fanfare de Lioubov, entourée de ses filles aimantes, est à prendre comme une annonce à rebours des heures difficiles qui se profilent dans l'ombre, un répit lumineux avant la tempête mettant à mal la pérennité du domaine. La Cerisaie est en effet plus qu'une propriété, c'est un objet d'amour cristallisant les récits familiaux, leur cortège de désirs et blessures à jamais béantes.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Aussi n'est-il nullement surprenant qu'Isabelle Huppert (alias Lioubov) prenne son air de petite fille émerveillée en ouvrant la chambre des enfants, la porte ouvrant sur un passé heureux… Après l'enthousiasme poussé à son incandescence dans les embrassades chorégraphiées des retrouvailles - on est dans l'univers de la comédie musicale euphorisante, la météo aidant, on se mettrait presque à chantonner "Singin' in the Rain" -, la dramaturgie fera alterner les pauses musicales régénérantes et les solos porteurs de menaces diffuses.

Deux mondes se dessinent, pour ne parler que du premier cercle de "la familia". Celui de Lioubov, généreuse invétérée s'attachant mordicus au rêve personnel (et aristocratique…), si fou soit-il, intriquant son existence et celle de La Cerisaie dans la même entité. Celui de Gaev, son frère, jurant son attachement au domaine… avant de devenir plus prosaïque, gagné au fond de lui-même par les arguments déployés par l'ancien moujik devenu marchand ; consentir à louer les terres de La Cerisaie pour y construire des datchas destinées aux riches estivants pourrait sauver des dettes…

Au-delà de ces points de vue dénotant une vision du monde marquée par des horizons d'attentes opposées, d'autres personnages mêleront leur problématique aux enjeux en cours. Chacun, prioritairement en position frontale, les développera avec sa personnalité propre. De l'éternel étudiant philosophe aux idées généreuses au propriétaire lourdement terrien intéressé, de la bonne au cœur d'artichaut à la fille adoptive amoureuse, du jeune homme imbu de sa valeur à la gouvernante électron libre pétillante de créativité, c'est toute une galerie de portraits sortis des cartons de Tchekhov qui se mettent à vivre pour nous parler directement, yeux dans les yeux.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Alors, comment ne pas être troublé par les visions de sa mère vivante ou de son petit garçon mort noyé s'imposant à Lioubov, quand celle-ci est incarnée par une actrice tout aussi solaire quand elle parle ou lorsqu'elle se tait, le visage illuminé par la joie ou la souffrance ? Comment ne pas être saisi d'émotion par l'interprétation de Firs, vieillard confondu aux murs, et prononçant ces mots à allure définitive "la vie, elle a passé, on a comme pas vécu" ?

Quant au parti pris d'une scénographie minimaliste réduite essentiellement à des chaises alignées qui, au gré des heures comptées du domaine, s'entassent ou se disloquent, écho métaphorique d'un mode qui s'écroule, son itération compulsive pourrait la ranger au rang d'accessoire "un peu lourd", encombrant paradoxalement un plateau devenant lumineux… lorsque, entièrement nu, il transcende la présence de Lioubov, seule en scène, silhouette fragile perdue au milieu d'une immensité de ruines et faisant des adieux émouvants, à sa jeunesse, à son bonheur, définitivement seule (avant de se ressaisir, appelée par ses filles).

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Tiago Rodrigues, s'il n'a peut-être pas réussi ici l'intégralité du coup de maître auquel il a eu sans doute le tort de nous habituer, a atteint pleinement l'essentiel… Mettre en jeu, au travers de cette tragi-comédie aussi grinçante qu'enjouée, un questionnement adressé directement à chacun… S'attacher aux héritages, fût-ce pour de touchantes raisons affectives, n'est-ce pas vouloir perpétuer un monde fait d'inégalités consubstantielles… Peut-être le destin du moujik esclave devenu marchand, si avide apparaît-il, est-il l'annonce d'une société où les richesses héritées auront moins de valeurs que celles acquises… À moins que, là encore, ce ne soit que la perpétuation du même, la répétition inversée du même scandale.

"La Cerisaie", spectacle créé le 5 juillet 2021 dans le cadre du Festival d'Avignon, vu le 6 juillet à 23 h (il était prévu 22 h…) dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes.

"La Cerisaie"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Texte : Anton Tchekhov.
Traduction : André Markowicz, Françoise Morvan.
Mise en scène : Tiago Rodrigues.
Assistante à la mise en scène : Ilyas Mettioui.
Avec : Isabelle Huppert, Isabel Abreu, Tom Adjibi, Nadim Ahmed, Suzanne Aubert, Marcel Bozonnet, Océane Caïraty, Alex Descas, Adama Diop, David Geselson, Grégoire Monsaingeon, Alison Valence.
Musiciens : Manuela Azevedo, Hélder Gonçalves.
Collaboration artistique : Magda Bizarro.
Scénographie : Fernando Ribeiro.
Lumière : Nuno Meira.
Costumes : José António Tenente.
Maquillage, coiffure : Sylvie Cailler, Jocelyne Milazzo.
Musique : Hélder Gonçalves (composition), Tiago Rodrigues (paroles).
Son : Pedro Costa.
Durée : 2 h 30.

•Avignon In 2021•
Du 5 au 17 juillet 2021.
Tous les jours à 22 h, relâche les 7 et 13 juillet.
Cour d'Honneur du Palais des Papes, Avignon.
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14 .

Tournée
23 au 25 juillet 2021 : Teatro Stabile di Napolilien, Naples.
9 au 19 décembre 2021 : Teatro Nacional Dona Maria II, Lisbonne.
7 janvier au 20 février 2022 : Odéon-Théâtre de l'Europe, Paris.
26 au 27 février 2022 : Théâtre de Liège, Liège.
10 au 19 mars 2022 : Comédie de Genève, Genève.
26 au 29 mai 2022 : Wiener Festwochen, Vienne (Autriche).
3 au 5 juin 2022 : La Comédie de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand.
10 au 12 juin 2022 : Holland Festival, Amsterdam.
3 au 16 septembre 2022 : Théâtre National Populaire (TNP), Villeurbanne.
23 au 25 septembre 2022 : La Coursive, La Rochelle.

Yves Kafka
Jeudi 8 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022