La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Kingdom Rêve et folie… il y a quelque chose de pourri au royaume…

Les auteurs et autrices se caractérisent - avant même les sujets qui les "pré-occupent" - par une écriture qui leur est propre. Celle d'Anne-Cécile Vandalem ("Tristesses", "Arctique") est reconnaissable entre toutes… Personnages immergés dans une atmosphère inquiétante flottant entre réel et fiction, tableaux nimbés de lumières inspirées de "La nuit américaine" de François Truffaut. Écriture à proprement "parler" ciselée. Caméra addictive pour donner à voir sous un quelconque prétexte - ici le tournage d'un film validant l'expérience "vivaliste" - ce qui se trame derrière les apparences, y compris derrière les murs de la maison en bois où nous ne pénètrerons jamais, mais dont nous percevrons tout.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Un chalet construit au milieu de la taïga par une famille en rupture avec la marche du monde, s'étant retirée là naguère sous l'impulsion du père - devenu depuis patriarche - pour "écrire le livre de sa vie" (à entendre de manière polysémique) au titre évocateur : "Kingdom". Royaume construit par lui (et pour lui) afin que ses enfants mènent une vie saine et vertueuse, en autonomie, au plus près de la nature, loin des vicissitudes et turpitudes de la civilisation marchande. Rêve écolo-équitable que les "autonomistes" contemporains ne démentiraient pas, mais qui, sous ses dehors séduisants, recèle ici sa part d'ombres terrifiantes.

Les secrets familiaux, tapis dans les tréfonds où on s'est éreinté à les reléguer, finissent souvent (comme les histoires d'amour qui finissent mal, en général) par faire surface, emportant alors comme une lame de fond les fragiles équilibres construits à force de dénis. Si tout avait débuté dans l'atmosphère vivifiante d'une nature rude, voire dangereuse, avec en prime les paysages d'une beauté ineffable et les rires éclatants d'enfants grandissant sous le regard aimant des adultes, très vite un "je-ne-sais-quoi presque rien" va faire dérailler, de l'optimisme raisonné affiché à l'angoisse vécue.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Pourquoi cette défiance, jusqu'au rejet absolu, à l'égard de la famille voisine honnie dont cette grande famille est séparée par une barrière interdite sur laquelle pèse un tabou imprescriptible ? Pourquoi la mère porte-t-elle sur son visage l'empreinte animale d'une mutilation ? Pourquoi le Sioux, petit frère de huit ans, est-il parti au ciel après avoir plumé un canard vivant lui ayant arraché l'œil ? Pourquoi l'autre frère ne donne-t-il plus de nouvelles, depuis un mois, parti à la chasse dit-on ? Et pourquoi la fille aînée, refusant à mi-mot la loi oppressante de la tribu, interprète-t-elle différemment l'empoisonnement supposé de leur chien par les voisins ? Mais qui est-il, ce clan, détesté et redouté, constitué d'individus dont on ne verra jamais les visages ? Pourquoi tant de haine ?

Sur fond de thriller naturaliste, dans le bruit du vent qui enfle, des crissements du bois de la cabane qui geint, de l'hélicoptère assourdissant des braconniers qui chassent sans vergogne les élans, ours et autres faunes (bruits mixés en live), le tout soutenu par une musique idoine orchestrant autant l'infinie mélancolie de ces lieux baignés d'une poésie troublante que les tensions montantes, on se précipite vers un dénouement embrasé. Que restera-t-il pour les temps futurs de cette utopie se cognant à l'appétit d'humains ayant transportés avec eux, dans ce lieu vierge, leurs problématiques anciennes d'affrontements ?

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Outre la beauté plastique des tableaux présentés, où la lumière joue avec les ombres de la nuit dans des effets hypnotiques saisissants, outre la force des sujets mis en jeu, un élément ne peut passer inaperçu… En invitant sur le plateau de tous jeunes enfants (ils ont l'âge des parents quand ils sont arrivés au "Royaume") et en leur confiant l'initiative de l'acte ultime, Anne-Cécile Vandalem pose en filigrane une question aussi lourde de résonances tragiques que de pertinence épiphanique ouvrant sur des horizons d'attentes insoupçonnables… Quel avenir pour le futur ? C'est à l'insoupçonnable légèreté de la jeunesse que la réponse désormais appartient.

Vu dans la Cour du Lycée Saint-Joseph à Avignon, le samedi 10 juillet à 22 h.

"Kingdom"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Création, librement inspiré de "Braguino" de Clément Cogitore.
Texte et mise en scène : Anne-Cécile Vandalem.
Assistantes à la mise en scène : Pauline Ringeade et Mahlia Theismann.
Avec : Arnaud Botman, Laurent Caron, Philippe Grand'Henry, Épona Guillaume, Zoé Kovacs,
et Federico d'Ambrosio, Leonor Malamatenios (équipe de réalisation) ; et, en alternance, Juliette Goossens/Ida Mühleck, Lea Swaeles/Léonie Chaidron, Isaac Mathot/Noa Staes, Daryna Melnyk/Eulalie Poucet.
Dramaturgie : Sarah Seignobosc.
Musique : Vincent Cahay, Pierre Kissling.
Scénographie : Ruimtevaarders.
Lumière : Amélie Géhin.
Vidéo : Frédéric Nicaise.
Son : Antoine Bourgain.
Costumes : Laurence Hermant.
Maquillage : Sophie Carlier.
Durée : 1 h 40.
"Kingdom" d'Anne-Cécile Vandalem est publié chez Actes-Sud Papiers.

•Avignon In 2021•
Du 6 au 14 juillet 2021.
Tous les jours à 22 h, relâche le 11 juillet.
Cour du Lycée Saint-Joseph, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

Tournée
24 septembre au 1er octobre 2021 : Théâtre de Liège, Liège (Belgique).
7 au 14 octobre 2021 : Théâtre National Wallonie-Bruxelles, Bruxelles (Belgique).
19 au 22 octobre 2021 : Théâtre du Nord, Lille (59).
27 au 28 octobre 2021 : Maison de la Culture de Tournai, Tournai (Belgique).
9 au 12 novembre 2021 : Le Quai - CDN Angers Pays de la Loire, Angers (49).
18 au 19 novembre 2021 : Théâtre de Lorient, Lorient (56).
20 au 22 janvier 2022 : Théâtre de Namur, Namur (Belgique).
28 au 29 janvier 2022 : Les Théâtres, Ville de Luxembourg.
9 au 10 mars 2022 : Le Volcan, Le Havre (76).
30 mars au 3 avril 2022 : Célestins, Lyon (69).
9 au 10 avril 2022 : Schaubühne, Berlin (Allemagne).
29 au 30 avril 2022 : Le Tangram, Évreux (27).

Yves Kafka
Mercredi 14 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022