La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• "Hamlet à l'impératif !" "Un point c'est tout" Petites et grandes controverses autour d'un point de détail…

Acte 1 du feuilleton théâtral en dix épisodes et cinq représentations d'"Hamlet". La citation emblématique du Théâtre universellement connue, "To be or not to be", ouvre de manière tonitruante la série… Doit-elle être entendue comme une vérité ontologique (la vie ou la mort, "ou" exclusif, point final à admettre) ou bien encore comme une question eschatologique (la vie et la mort, "ou" inclusif, point d'horizon à questionner). C'est autour de cette problématique éminemment sémantique que la boîte de Pandore théâtrale s'ouvre, laissant s'échapper les situations les plus burlesques servant d'écrins aux références savantes les plus pointues.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Midi sonnant, le Jardin Ceccano se met dans l'instant à vibrer sous l'effet de l'énergie trop longtemps contenue des personnages de "la pièce des pièces" et de leurs exégètes. Des acteurs de tous horizons - élèves de l'École régionale de Cannes et Marseille, comédiens professionnels, amateurs passionnés - vont arpenter "en tous sens" ce théâtre de tréteaux pour être (et non ne pas être) les insolents porte-parole non seulement des Hamlet, Horatio, Marcellus, Ophélie, sans oublier Yorick et sa prise de tête, mais aussi de leurs non moins célèbres commentateurs, Heidegger, Wittgenstein, Derrida, Sartre, Jankélévitch, Nietzsche, Freud, Lacan, Bonnefoy, un aréopage d'épatants penseurs patentés.

Effervescence corporelle et triturage de méninges garantis, ça dépote grave sur l'estrade autour de laquelle se sont pressés les chanceux ayant trouvé place… Un vent de folie créative déferle plus d'une heure durant sans jamais faiblir, faisant tourbillonner mots, citations et abracadabrantes improvisations corporelles. C'est que vouloir s'attaquer au sens de la réplique la plus rebattue de toute la littérature n'est pas de tout repos… D'ailleurs, cette question récurrente à jamais sans réponse - qui en recouvre d'autres, voir plus haut - n'est pas posée à Yorick auquel Hamlet semble s'adresser, son crâne en mains, mais à nous les vivants.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Alors, pour tenter d'y voir plus clair ensemble dans ce maelstrom, la rescousse de penseurs surtitrés peut être utile… à moins que la densité des cerveaux en surchauffe ajoute encore à la complexité de la situation (mais aucune frustration à avoir, le texte complet d'"Hamlet à l'impératif" est disponible chez Actes Sud à l'usage de ceux qui ressentiraient la nécessité d'une remise à niveau). Ce qui est en jeu, en plus du réel débat de fond étayé par des éclairages "sur-plombants", c'est la vitalité débridée des comédiens et comédiennes qui se livrent à l'exercice livresque avec une fougue héritée du théâtre populaire comique.

Plongeant la tête la première dans la genèse (celle d'"Hamlet", aussi monumentale et encore plus passionnée que la biblique), les irrésistibles baladins en exhument les trois éditions originales, deux quartos et un folio, pour tenter d'y trouver le sésame de la diction idoine de la réplique des répliques. En effet, c'est là dans l'intonation tombante (point final essentiellement tragique) ou montante (point d'interrogation ouvrant sur une énigme existentielle) que se love le point d'achoppement. L'être ou le non-être, l'être ou le néant, l'être de l'étant, etc. Et c'est "justement" au Théâtre que Shakespeare confie cette mission aussi essentielle qu'existentielle de fournir… une réponse… ouverte…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Alors, les saltimbanques missionnaires vont s'en donner à cœur joie, n'épargnant aucune malice pour retenir notre attention. De la magistrale interprétation chantée de "To be or not to be" (Opéra d'Ambroise Thomas), à l'interprétation fracassante d'un Heidegger très Parti national-socialiste accoutré d'une salopette munichoise en cuir et s'empiffrant cuillère à la main tout en éructant afin de réveiller la question de l'être, en passant par un Derrida coiffé d'une perruque blanche d'une beauté redoutable, sans oublier l'inénarrable Lacan barré par la chaîne du signifiant disant toujours la vérité, tout est objet de ravissements.

Une fête "des sens" que l'exégèse collective de ce point (d'orgue) dont l'interprétation demeurera pour l'éternité une énigme. Intonation essentielle révélant en miroir l'essence du théâtre : lieu non dédié aux réponses prêt-à-porter, mais espace ouvert créant les conditions collectives d'une page blanche à écrire, réécrire toujours avec la même rage… de vivre. Ce premier épisode d'un feuilleton s'annonçant - en tout point - haletant, est porteur de promesses himalayennes : rappeler au distrait que le théâtre est "essentiel", à ce titre aucun ne doit plus fermer… sous aucun "pré-texte".

"Un point c'est tout", épisode 1 du feuilleton théâtral, vu au jardin de la bibliothèque Ceccano, le mardi 6 juillet 2021 à midi (durée 1 h 15).

"Hamlet à l'impératif !"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Feuilleton théâtral en 10 épisodes.
Traduction, texte original : Olivier Py.
Mise en scène : Olivier Py.
Assistant à la mise en scène : Bertrand de Roffignac aidé de Julien Masso.
Avec : Moustafa Benaïbout, Damien Bigourdan, Céline Chéenne, Redwane Rajel, Bertrand de Roffignac, Youssef Zendji, des citoyens amateurs de théâtre.
Des élèves de l'ERACM : Zélie Gillet, Laurie Iversen, Roméo Mariani, Gaspard Raymond, Alexis Tieno, Sébastien Weber.
Musicien : Julien Jolly.
Composition, percussions : Julien Jolly.
Durée : 2 h.

•Avignon In 2021•
Du 6 au 23 juillet 2021.
Voir les horaires sur le site du festival.
Jardin de la Bibliothèque Ceccano.
Entrée libre sur réservation.
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14 .

6 juillet - Épisode 1 – Un point c'est tout.
7 juillet - Épisode 2 – L'impératif moral.
9 juillet - Épisode 3 – Le temps est anachronique
10 juillet - Épisode 4 – Exercice de métathéâtralité.
13 juillet - Épisode 5 – La limite des mots.
15 juillet - Épisode 6 – Procrastination.
17 juillet - Épisode 7 – Œdipe et Gertrude.
19 juillet - Épisode 8 – Ophélie ne s'est pas tuée.
21 juillet - Épisode 9 – Encore un memento mori.
22 juillet - Épisode 10 – La douleur suspendue.
Les 8, 12, 16, 20 et 23 juillet - Tout Hamlet en 1 h 30.

Yves Kafka
Vendredi 9 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024