La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• "Hamlet à l'impératif !" "Un point c'est tout" Petites et grandes controverses autour d'un point de détail…

Acte 1 du feuilleton théâtral en dix épisodes et cinq représentations d'"Hamlet". La citation emblématique du Théâtre universellement connue, "To be or not to be", ouvre de manière tonitruante la série… Doit-elle être entendue comme une vérité ontologique (la vie ou la mort, "ou" exclusif, point final à admettre) ou bien encore comme une question eschatologique (la vie et la mort, "ou" inclusif, point d'horizon à questionner). C'est autour de cette problématique éminemment sémantique que la boîte de Pandore théâtrale s'ouvre, laissant s'échapper les situations les plus burlesques servant d'écrins aux références savantes les plus pointues.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Midi sonnant, le Jardin Ceccano se met dans l'instant à vibrer sous l'effet de l'énergie trop longtemps contenue des personnages de "la pièce des pièces" et de leurs exégètes. Des acteurs de tous horizons - élèves de l'École régionale de Cannes et Marseille, comédiens professionnels, amateurs passionnés - vont arpenter "en tous sens" ce théâtre de tréteaux pour être (et non ne pas être) les insolents porte-parole non seulement des Hamlet, Horatio, Marcellus, Ophélie, sans oublier Yorick et sa prise de tête, mais aussi de leurs non moins célèbres commentateurs, Heidegger, Wittgenstein, Derrida, Sartre, Jankélévitch, Nietzsche, Freud, Lacan, Bonnefoy, un aréopage d'épatants penseurs patentés.

Effervescence corporelle et triturage de méninges garantis, ça dépote grave sur l'estrade autour de laquelle se sont pressés les chanceux ayant trouvé place… Un vent de folie créative déferle plus d'une heure durant sans jamais faiblir, faisant tourbillonner mots, citations et abracadabrantes improvisations corporelles. C'est que vouloir s'attaquer au sens de la réplique la plus rebattue de toute la littérature n'est pas de tout repos… D'ailleurs, cette question récurrente à jamais sans réponse - qui en recouvre d'autres, voir plus haut - n'est pas posée à Yorick auquel Hamlet semble s'adresser, son crâne en mains, mais à nous les vivants.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Alors, pour tenter d'y voir plus clair ensemble dans ce maelstrom, la rescousse de penseurs surtitrés peut être utile… à moins que la densité des cerveaux en surchauffe ajoute encore à la complexité de la situation (mais aucune frustration à avoir, le texte complet d'"Hamlet à l'impératif" est disponible chez Actes Sud à l'usage de ceux qui ressentiraient la nécessité d'une remise à niveau). Ce qui est en jeu, en plus du réel débat de fond étayé par des éclairages "sur-plombants", c'est la vitalité débridée des comédiens et comédiennes qui se livrent à l'exercice livresque avec une fougue héritée du théâtre populaire comique.

Plongeant la tête la première dans la genèse (celle d'"Hamlet", aussi monumentale et encore plus passionnée que la biblique), les irrésistibles baladins en exhument les trois éditions originales, deux quartos et un folio, pour tenter d'y trouver le sésame de la diction idoine de la réplique des répliques. En effet, c'est là dans l'intonation tombante (point final essentiellement tragique) ou montante (point d'interrogation ouvrant sur une énigme existentielle) que se love le point d'achoppement. L'être ou le non-être, l'être ou le néant, l'être de l'étant, etc. Et c'est "justement" au Théâtre que Shakespeare confie cette mission aussi essentielle qu'existentielle de fournir… une réponse… ouverte…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Alors, les saltimbanques missionnaires vont s'en donner à cœur joie, n'épargnant aucune malice pour retenir notre attention. De la magistrale interprétation chantée de "To be or not to be" (Opéra d'Ambroise Thomas), à l'interprétation fracassante d'un Heidegger très Parti national-socialiste accoutré d'une salopette munichoise en cuir et s'empiffrant cuillère à la main tout en éructant afin de réveiller la question de l'être, en passant par un Derrida coiffé d'une perruque blanche d'une beauté redoutable, sans oublier l'inénarrable Lacan barré par la chaîne du signifiant disant toujours la vérité, tout est objet de ravissements.

Une fête "des sens" que l'exégèse collective de ce point (d'orgue) dont l'interprétation demeurera pour l'éternité une énigme. Intonation essentielle révélant en miroir l'essence du théâtre : lieu non dédié aux réponses prêt-à-porter, mais espace ouvert créant les conditions collectives d'une page blanche à écrire, réécrire toujours avec la même rage… de vivre. Ce premier épisode d'un feuilleton s'annonçant - en tout point - haletant, est porteur de promesses himalayennes : rappeler au distrait que le théâtre est "essentiel", à ce titre aucun ne doit plus fermer… sous aucun "pré-texte".

"Un point c'est tout", épisode 1 du feuilleton théâtral, vu au jardin de la bibliothèque Ceccano, le mardi 6 juillet 2021 à midi (durée 1 h 15).

"Hamlet à l'impératif !"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Feuilleton théâtral en 10 épisodes.
Traduction, texte original : Olivier Py.
Mise en scène : Olivier Py.
Assistant à la mise en scène : Bertrand de Roffignac aidé de Julien Masso.
Avec : Moustafa Benaïbout, Damien Bigourdan, Céline Chéenne, Redwane Rajel, Bertrand de Roffignac, Youssef Zendji, des citoyens amateurs de théâtre.
Des élèves de l'ERACM : Zélie Gillet, Laurie Iversen, Roméo Mariani, Gaspard Raymond, Alexis Tieno, Sébastien Weber.
Musicien : Julien Jolly.
Composition, percussions : Julien Jolly.
Durée : 2 h.

•Avignon In 2021•
Du 6 au 23 juillet 2021.
Voir les horaires sur le site du festival.
Jardin de la Bibliothèque Ceccano.
Entrée libre sur réservation.
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14 .

6 juillet - Épisode 1 – Un point c'est tout.
7 juillet - Épisode 2 – L'impératif moral.
9 juillet - Épisode 3 – Le temps est anachronique
10 juillet - Épisode 4 – Exercice de métathéâtralité.
13 juillet - Épisode 5 – La limite des mots.
15 juillet - Épisode 6 – Procrastination.
17 juillet - Épisode 7 – Œdipe et Gertrude.
19 juillet - Épisode 8 – Ophélie ne s'est pas tuée.
21 juillet - Épisode 9 – Encore un memento mori.
22 juillet - Épisode 10 – La douleur suspendue.
Les 8, 12, 16, 20 et 23 juillet - Tout Hamlet en 1 h 30.

Yves Kafka
Vendredi 9 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024