La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Ils nous réservent encore des Surprises !

L'ensemble Les Surprises, créé par Juliette Guignard et Louis-Noël Bestion de Camboulas, occupe une place singulière dans le paysage baroque français. Dédié depuis ses débuts à la redécouverte d'œuvres ou de compositeurs français méconnus des XVIIe et XVIIIe siècles, cet ensemble à géométrie variable multiplie désormais les incursions sur d'autres terres. Rencontre avec un très jeune chef et directeur artistique heureux.



© Sébastien Laval.
© Sébastien Laval.
L'envie de rencontrer Louis-Noël Bestion de Camboulas remonte à un concert un peu particulier donné par Les Surprises le 22 mars dernier dans la superbe Galerie Dorée (due en 1635 à Mansart) de l'Hôtel de Toulouse (1) devenu le siège de la Banque de France en 1808. Dans la série de concerts mensuels réservés aux employés, celui donné par l'ensemble - intitulé "Concert Royal" - a manifestement ébloui et les acclamations du public ont en toute justice salué une magnifique soirée.

Dans un très beau programme mêlant des airs tirés de tragédies lyriques de Rebel et Francoeur, de Destouches, d'opéras de Rameau, de cantates de Campra, d'extraits de spectacles de cours de Lully ou de Montéclair, et même d'airs à boire ou sérieux de Boismortier, chanteurs et instrumentistes ont brillé. Le baryton élégant à la diction parfaite d'Étienne Bazola, le soprano subtil d'Eugénie Lefebvre ont déclenché l'enthousiasme, bien soutenus par de fort talentueux complices (2) ; tous dirigés au clavecin par Louis-Noël Bestion de Camboulas.

Christine Ducq - Pouvez-vous nous rappeler les circonstances de création de votre ensemble ?

Louis-Noël Bestion de Camboulas - Cet ensemble est né à Lyon alors que nous étions au Conservatoire. Je l'ai fondé avec des amis pour la plupart étudiants comme moi en classe de musique ancienne : Juliette Guignard (gambiste), devenue depuis mon épouse, Étienne Galletier (théorbiste) et Étienne Bazola (baryton). Dès 2010, j'ai organisé une série de concerts dans des églises lyonnaises avec peu de moyens. Il s'agissait de faire de la musique ensemble, mais aussi d'inviter des musiciens pas forcément baroques (des pianistes, des quatuors et choeurs).
Notre ambition a toujours été de faire (re)vivre la musique baroque française - c'est ma passion et la raison de mon engagement artistique.

© Elda Papa.
© Elda Papa.
Il s'agissait dès vos débuts d'exhumer un répertoire peu ou pas connu ?

Louis-Noël - En effet. Très vite, nous avons programmé des œuvres méconnues ou disparues. Mon projet de Master au CNSMD était d'ailleurs déjà orienté sur un opéra, "Le Ballet de la Paix", des deux François Rebel et Francoeur. Une œuvre dont nous avons assuré la recréation pour mon examen de fin d'études (nous étions cinquante sur scène). C'était l'achèvement d'un travail musicologique, d'un travail de recréation de la partition pour le diriger sur scène. Notre communauté s'est fondée à ce moment-là. Le conservatoire de Lyon est depuis des années un vivier reconnu de jeunes baroqueux. Tenez, au moment où j'y étais, Nicolas Bucher, désormais directeur du Centre de Musique Baroque de Versailles, y assumait les fonctions de directeur des études - des études qu'il avait lui-même suivies quinze ans auparavant.

Quelles ont été les étapes déterminantes de votre évolution en tant qu'ensemble ?

Louis-Noël - Après le conservatoire, des lieux de résidence nous ont accueillis. Le Centre d'Ambronay d'abord comme "Jeune Ensemble" avec qui nous enregistrons toujours (pour le label Ambronay nous en sommes au cinquième disque, qui sort cet automne). Nous avons également une relation longue et étroite avec la Cité de la Voix à Vézelay ; nous avons été les premiers à inaugurer sa résidence. Ces soutiens ont en effet été déterminants pour notre émergence sur la scène baroque.

Nous sommes maintenant implantés à Bordeaux, soutenus par quelques tutelles qui nous permettent de proposer des projets. L'an prochain, en 2020, nous commencerons une résidence de quatre ans au Festival Sinfonia en Périgord (dirigé par David Theodorides, NDLR) en collaboration avec le CMBV - ce dernier nous soutient depuis l'enregistrement de notre CD "Les Éléments" de Destouches (Label Ambronay), un opéra que nous jouerons en novembre à Singapour - et dont j'ai dû tout réécrire.

Les Surprises, l'orchestre © Ludo Leleu.
Les Surprises, l'orchestre © Ludo Leleu.
Pourquoi avoir décidé de mettre à l'honneur la musique baroque française ? Etait-elle mal représentée sur les scènes ?

Louis-Noël - Absolument, et encore aujourd'hui. Nous voulons faire connaître des compositeurs de talent oubliés mais aussi exhumer des œuvres jamais jouées depuis des siècles de compositeurs connus comme Rameau. Le nom de notre ensemble est d'ailleurs celui d'un de ses opéras ballets. Je souhaite aussi combattre certains préjugés qui s'attachent absurdement à ce répertoire. La musique française serait trop codifiée, elle ferait peur au public car ennuyeuse : trop raffinée. Tout cela est faux. Cette musique est très dansante, très belle, jouissive et bien reçue dans nos concerts par le public. Je veux montrer qu'elle est variée avec ses climats et registres très différents. Mes interprétations visent à en montrer la consistance "musclée". On y entend un son rond, très plein, toujours relié à la vocalité, avec beaucoup de raffinements et de légèreté mais dont les ornementations délicates reposent sur une base solide.

Pouvez-vous nous parler de votre dernier enregistrement ?

Louis-Noël - Il s'agit de "Issé" de André-Cardinal Destouches (avec une partition recomposée par les musicologues du CMBV). Un opéra que nous avons recréé sur scène, l'été dernier, au Festival Radio France de Montpellier et en 2019 à l'Opéra Royal de Versailles - où nous l'avons enregistré. Le CD sortira en novembre ; c'est un gros projet qui a réuni plus de vingt musiciens, le Chœur des Chantres du Versailles et une distribution de haute volée - dont naturellement Étienne Bazola et Eugénie Lefebvre.

Nous travaillons aussi sur d'autres répertoires avec un projet autour de Purcell, par exemple. Après le Collège des Bernardins cet hiver, nous donnerons cet été un nouveau programme (entre autres) intitulé "De Profundis", qui confronte plusieurs compositeurs de différents pays et appartenant à diverses époques - autour de la très belle œuvre de Philippe Hersant - ce "Psaume 130" qui dialogue avec la Cantate 38 de Bach.

(1) Le Comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV et Mme de Montespan, acheta cet hôtel en 1713 au Marquis de La Vrillière.
(2) Xavier Miquel, hautbois. Gabriel Ferry, violon. Juliette Guignard, viole de gambe. Anaïs Ramage, flûte et basson. Etienne Galletier, théorbe et guitare.

Prochains concerts
13 juillet 2019 : Festival Les Traversées à l'Abbaye de Noirlac, Bruère-Allichamps (18).
24 juillet 2019 : Rencontre Musicales de Vézelay en l'église de Vault-de-Lugny (89).
30 juillet 2019 : Festival Valloire Baroque, Valloire (73).
26 août 2019 : Festival de La Chaise-Dieu, La Chaise-Dieu plus différents lieux (43).
27 aout 2019 : Festival Lumières du Baroque, Celles-sur-Belle (79).
19 septembre 2019 : Festival d'Ambronay au Prieuré de Blyes (01).

>> les-surprises.fr

Christine Ducq
Samedi 29 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023