La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

I’m Still Here : théâtre filmé...

Comment finir dans les égouts de la gloire du jour au lendemain quand on est une star de Hollywood ? Devant la caméra de Casey Affleck, Joaquin Phoenix paye de sa personne pour nous fournir le mode d’emploi détaillé. Et les deux complices de cette énorme mystification livrent par la même occasion un film-concept, qui prouve que théâtre et cinéma peuvent ne faire qu’un.



Joaquin Phoenix © DR.
Joaquin Phoenix © DR.
On a beaucoup disserté, lors de sa présentation aux festivals de Toronto et de Venise, puis de sa sortie en salles, sur le fantastique canular que constitue I’m Still Here. Il est vrai que la farce est goûteuse. Résumons. En 2008, alors qu’il fait désormais partie du tout-Hollywood, qu’il a décroché un Golden Globe et un Grammy Award pour son interprétation de Johnny Cash dans Walk The Line, que la critique l’encense pour ses rôles dans La Nuit nous appartient et Two Lovers, Joaquin Phoenix annonce qu’il met un terme à sa carrière d’acteur pour se lancer dans le rap. Suite à quoi, il se laisse pousser une barbe de gourou indien et une ceinture abdominale en graisse de hamburger, avant d’enchaîner les apparitions publiques gênantes et les prestations lamentables.

Fringues improbables, allure cradingue, narines ostensiblement poudrées, aisselles odorantes, comportement tantôt éteint, tantôt agressif, bafouillant plutôt que parlant, l’ex-chouchou du showbiz se transforme en objet de dérision pour le public et en embarras pour ses proches. Le tout sous l’objectif de la caméra de son beau-frère Casey Affleck, qui immortalise la déchéance de la star au jour le jour, pour en tirer, dit-il, un témoignage sur une reconversion. Avant d’avouer, une fois le film bouclé et monté, qu’il s’agit évidemment d’une supercherie. Comme le titre l’indique, Joaquin Phoenix est "toujours là". I’m Still Here n’est pas le journal intime de son suicide professionnel, mais bien son dernier rôle en date, un rôle de loser grandiose et émouvant, pour lequel, au passage, il mériterait largement un autre Golden Globe.

Joaquin Phoenix © DR.
Joaquin Phoenix © DR.
Bobard gigantesque, donc, mais pas seulement. Au-delà du pied de nez crotté au système hollywoodien et du faux-docu trash qui voit une vedette reconnue et acclamée par ses pairs bousiller son image et sa carrière, I’m Still Here est d’abord une expérience inédite, qui mêle jusqu’à la symbiose les deux arts vivants que sont le cinéma et le théâtre. Pour son premier passage derrière la caméra, Casey Affleck filme une double performance. Une performance d’acteur, bien sûr, qui ferait presque passer les techniques de l’Actor Studio pour de l’amateurisme, mais aussi une performance au sens purement théâtral du terme.

Pendant deux ans, Joaquin Phoenix a fait de sa vie intime et publique un spectacle de théâtre de rue. Avec la complicité de ses proches, de ses amis et, sans doute, de quelques confrères complices - Ben Stiller, Natalie Portman et P. Diddy sont probablement dans le coup -, il a joué au public et à toute la profession une magistrale représentation live, au cours de laquelle comédiens incognito et spectateurs étaient sur la même scène itinérante, sans que l’on sache vraiment qui faisait quoi. Exercice périlleux, puisqu’au cours de ces longs mois où ce work in progress se jouait, il n’était bien entendu pas question pour quiconque, dans la "troupe", de laisser transparaître un quelconque signe de faiblesse ou de connivence qui aurait compromis la crédibilité du projet. Certes, l’éventualité d’un canular a été parfois avancée par les médias, mais sans que ceux-ci parviennent, au bout du compte, à trancher.

"I’m Still Here" © DR.
"I’m Still Here" © DR.
De son côté, Casey Affleck s’imposait les règles très strictes du faux documentaire - rien ne demande plus de précision que de feindre l’improvisation - pour mettre en boîte cette expérimentation théâtrale in vivo, qu’il parvient à transformer, par le regard qu’il pose sur son personnage principal, en véritable film d’auteur.

Double succès, donc, pour un objet filmique déroutant et pas toujours confortable à regarder, c’est vrai, mais indéniablement unique. Ne serait-ce que parce qu’avec l’expérience I’m Still Here, Joaquin Phoenix et Casey Affleck ont battu le record du spectacle le plus long de l’histoire : deux ans sans entracte, qui dit mieux ?

● I’m Still Here,
un film de Casey Affleck.
Scénario : Casey Affleck et Joaquin Phoenix.
Avec : Joaquin Phoenix, Antony Langdon, Carey Perloff, et tout Hollywood dans son propre rôle.
Édité en DVD et en Blu-ray par CTV International.
Disponible depuis le 24 novembre 2011.

Gérard Biard
Mardi 20 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019