Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

I’m Still Here : théâtre filmé...

Comment finir dans les égouts de la gloire du jour au lendemain quand on est une star de Hollywood ? Devant la caméra de Casey Affleck, Joaquin Phoenix paye de sa personne pour nous fournir le mode d’emploi détaillé. Et les deux complices de cette énorme mystification livrent par la même occasion un film-concept, qui prouve que théâtre et cinéma peuvent ne faire qu’un.



Joaquin Phoenix © DR.
Joaquin Phoenix © DR.
On a beaucoup disserté, lors de sa présentation aux festivals de Toronto et de Venise, puis de sa sortie en salles, sur le fantastique canular que constitue I’m Still Here. Il est vrai que la farce est goûteuse. Résumons. En 2008, alors qu’il fait désormais partie du tout-Hollywood, qu’il a décroché un Golden Globe et un Grammy Award pour son interprétation de Johnny Cash dans Walk The Line, que la critique l’encense pour ses rôles dans La Nuit nous appartient et Two Lovers, Joaquin Phoenix annonce qu’il met un terme à sa carrière d’acteur pour se lancer dans le rap. Suite à quoi, il se laisse pousser une barbe de gourou indien et une ceinture abdominale en graisse de hamburger, avant d’enchaîner les apparitions publiques gênantes et les prestations lamentables.

Fringues improbables, allure cradingue, narines ostensiblement poudrées, aisselles odorantes, comportement tantôt éteint, tantôt agressif, bafouillant plutôt que parlant, l’ex-chouchou du showbiz se transforme en objet de dérision pour le public et en embarras pour ses proches. Le tout sous l’objectif de la caméra de son beau-frère Casey Affleck, qui immortalise la déchéance de la star au jour le jour, pour en tirer, dit-il, un témoignage sur une reconversion. Avant d’avouer, une fois le film bouclé et monté, qu’il s’agit évidemment d’une supercherie. Comme le titre l’indique, Joaquin Phoenix est "toujours là". I’m Still Here n’est pas le journal intime de son suicide professionnel, mais bien son dernier rôle en date, un rôle de loser grandiose et émouvant, pour lequel, au passage, il mériterait largement un autre Golden Globe.

Joaquin Phoenix © DR.
Joaquin Phoenix © DR.
Bobard gigantesque, donc, mais pas seulement. Au-delà du pied de nez crotté au système hollywoodien et du faux-docu trash qui voit une vedette reconnue et acclamée par ses pairs bousiller son image et sa carrière, I’m Still Here est d’abord une expérience inédite, qui mêle jusqu’à la symbiose les deux arts vivants que sont le cinéma et le théâtre. Pour son premier passage derrière la caméra, Casey Affleck filme une double performance. Une performance d’acteur, bien sûr, qui ferait presque passer les techniques de l’Actor Studio pour de l’amateurisme, mais aussi une performance au sens purement théâtral du terme.

Pendant deux ans, Joaquin Phoenix a fait de sa vie intime et publique un spectacle de théâtre de rue. Avec la complicité de ses proches, de ses amis et, sans doute, de quelques confrères complices - Ben Stiller, Natalie Portman et P. Diddy sont probablement dans le coup -, il a joué au public et à toute la profession une magistrale représentation live, au cours de laquelle comédiens incognito et spectateurs étaient sur la même scène itinérante, sans que l’on sache vraiment qui faisait quoi. Exercice périlleux, puisqu’au cours de ces longs mois où ce work in progress se jouait, il n’était bien entendu pas question pour quiconque, dans la "troupe", de laisser transparaître un quelconque signe de faiblesse ou de connivence qui aurait compromis la crédibilité du projet. Certes, l’éventualité d’un canular a été parfois avancée par les médias, mais sans que ceux-ci parviennent, au bout du compte, à trancher.

"I’m Still Here" © DR.
"I’m Still Here" © DR.
De son côté, Casey Affleck s’imposait les règles très strictes du faux documentaire - rien ne demande plus de précision que de feindre l’improvisation - pour mettre en boîte cette expérimentation théâtrale in vivo, qu’il parvient à transformer, par le regard qu’il pose sur son personnage principal, en véritable film d’auteur.

Double succès, donc, pour un objet filmique déroutant et pas toujours confortable à regarder, c’est vrai, mais indéniablement unique. Ne serait-ce que parce qu’avec l’expérience I’m Still Here, Joaquin Phoenix et Casey Affleck ont battu le record du spectacle le plus long de l’histoire : deux ans sans entracte, qui dit mieux ?

● I’m Still Here,
un film de Casey Affleck.
Scénario : Casey Affleck et Joaquin Phoenix.
Avec : Joaquin Phoenix, Antony Langdon, Carey Perloff, et tout Hollywood dans son propre rôle.
Édité en DVD et en Blu-ray par CTV International.
Disponible depuis le 24 novembre 2011.

Gérard Biard
Mardi 20 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021