La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

I’m Still Here : théâtre filmé...

Comment finir dans les égouts de la gloire du jour au lendemain quand on est une star de Hollywood ? Devant la caméra de Casey Affleck, Joaquin Phoenix paye de sa personne pour nous fournir le mode d’emploi détaillé. Et les deux complices de cette énorme mystification livrent par la même occasion un film-concept, qui prouve que théâtre et cinéma peuvent ne faire qu’un.



Joaquin Phoenix © DR.
Joaquin Phoenix © DR.
On a beaucoup disserté, lors de sa présentation aux festivals de Toronto et de Venise, puis de sa sortie en salles, sur le fantastique canular que constitue I’m Still Here. Il est vrai que la farce est goûteuse. Résumons. En 2008, alors qu’il fait désormais partie du tout-Hollywood, qu’il a décroché un Golden Globe et un Grammy Award pour son interprétation de Johnny Cash dans Walk The Line, que la critique l’encense pour ses rôles dans La Nuit nous appartient et Two Lovers, Joaquin Phoenix annonce qu’il met un terme à sa carrière d’acteur pour se lancer dans le rap. Suite à quoi, il se laisse pousser une barbe de gourou indien et une ceinture abdominale en graisse de hamburger, avant d’enchaîner les apparitions publiques gênantes et les prestations lamentables.

Fringues improbables, allure cradingue, narines ostensiblement poudrées, aisselles odorantes, comportement tantôt éteint, tantôt agressif, bafouillant plutôt que parlant, l’ex-chouchou du showbiz se transforme en objet de dérision pour le public et en embarras pour ses proches. Le tout sous l’objectif de la caméra de son beau-frère Casey Affleck, qui immortalise la déchéance de la star au jour le jour, pour en tirer, dit-il, un témoignage sur une reconversion. Avant d’avouer, une fois le film bouclé et monté, qu’il s’agit évidemment d’une supercherie. Comme le titre l’indique, Joaquin Phoenix est "toujours là". I’m Still Here n’est pas le journal intime de son suicide professionnel, mais bien son dernier rôle en date, un rôle de loser grandiose et émouvant, pour lequel, au passage, il mériterait largement un autre Golden Globe.

Joaquin Phoenix © DR.
Joaquin Phoenix © DR.
Bobard gigantesque, donc, mais pas seulement. Au-delà du pied de nez crotté au système hollywoodien et du faux-docu trash qui voit une vedette reconnue et acclamée par ses pairs bousiller son image et sa carrière, I’m Still Here est d’abord une expérience inédite, qui mêle jusqu’à la symbiose les deux arts vivants que sont le cinéma et le théâtre. Pour son premier passage derrière la caméra, Casey Affleck filme une double performance. Une performance d’acteur, bien sûr, qui ferait presque passer les techniques de l’Actor Studio pour de l’amateurisme, mais aussi une performance au sens purement théâtral du terme.

Pendant deux ans, Joaquin Phoenix a fait de sa vie intime et publique un spectacle de théâtre de rue. Avec la complicité de ses proches, de ses amis et, sans doute, de quelques confrères complices - Ben Stiller, Natalie Portman et P. Diddy sont probablement dans le coup -, il a joué au public et à toute la profession une magistrale représentation live, au cours de laquelle comédiens incognito et spectateurs étaient sur la même scène itinérante, sans que l’on sache vraiment qui faisait quoi. Exercice périlleux, puisqu’au cours de ces longs mois où ce work in progress se jouait, il n’était bien entendu pas question pour quiconque, dans la "troupe", de laisser transparaître un quelconque signe de faiblesse ou de connivence qui aurait compromis la crédibilité du projet. Certes, l’éventualité d’un canular a été parfois avancée par les médias, mais sans que ceux-ci parviennent, au bout du compte, à trancher.

"I’m Still Here" © DR.
"I’m Still Here" © DR.
De son côté, Casey Affleck s’imposait les règles très strictes du faux documentaire - rien ne demande plus de précision que de feindre l’improvisation - pour mettre en boîte cette expérimentation théâtrale in vivo, qu’il parvient à transformer, par le regard qu’il pose sur son personnage principal, en véritable film d’auteur.

Double succès, donc, pour un objet filmique déroutant et pas toujours confortable à regarder, c’est vrai, mais indéniablement unique. Ne serait-ce que parce qu’avec l’expérience I’m Still Here, Joaquin Phoenix et Casey Affleck ont battu le record du spectacle le plus long de l’histoire : deux ans sans entracte, qui dit mieux ?

● I’m Still Here,
un film de Casey Affleck.
Scénario : Casey Affleck et Joaquin Phoenix.
Avec : Joaquin Phoenix, Antony Langdon, Carey Perloff, et tout Hollywood dans son propre rôle.
Édité en DVD et en Blu-ray par CTV International.
Disponible depuis le 24 novembre 2011.

Gérard Biard
Mardi 20 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019