La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Hippolyte et Aricie" au Palais Garnier : Catabase, catastrophes et autres complications !

Une catabase ? C’est une descente aux enfers dans le jargon de l’analyse littéraire. C’est un des ingrédients de cet ouvrage musical. C’est aussi mon expérience vendredi soir à l’Opéra de Paris : celle des enfers de l’Ennui pour tout dire.



© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
La faute à qui ? Tout d’abord à Jean-Philippe Rameau, dont c’est le premier opéra, communément considéré comme un coup de maître. Ce n’est pas mon avis. L’histoire, on la connaît. Le librettiste, l’abbé Pellegrin (encore un membre du clergé sentimental comme ce n’est pas permis !) la tire - soi-disant - des pièces d’Euripide et de Jean Racine. La bonne blague.

Vendredi, je n’ai vu et entendu que l’adaptation galante, précieuse, style rocaille, ou tirée des tableaux de François Boucher - que je ne prise guère - des amours éminemment enquiquinantes de Hippolyte-Céladon et de la bergère Aricie - euh, je veux dire de la princesse captive Aricie. Tous deux tyrannisés par une affreuse belle-mère (mais en connaissez-vous de gentilles ?). Pellegrin et Rameau ne se sont guère embarrassé de tragédie dans cette "tragédie lyrique" du cocu le plus célèbre de l’Antiquité fabuleuse, Thésée et de son épouse Phèdre, la fameuse "fille de Minos et de Pasiphaé".

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Rameau, ce peut être beau. Citons "Les Boréades" et "Platée". Et même, ce musicien a été porté aux nues par Claude Debussy dans les fameuses chroniques de M. Croche. Contre Christoph Willibald Gluck par exemple, préféré - selon Debussy - par l’Autrichienne Marie-Antoinette, qui ne fait plus guère jouer le compositeur français, mort depuis 1764. Claude Debussy écrit entre 1870 et 1914 - vous voyez ce que je veux dire. Et il lui faut s’imposer contre la domination jugée ogresse de la musique allemande post-wagnérienne. Pourtant, il se moquera cruellement de "Hippolyte et Aricie".

Qu’ai-je entendu et vu vendredi soir ? Un opéra de trois heures - trois heures qui en paraissent trente ! - à la musique plate, sans brillant, sans relief où seuls quelques moments à partir du quatrième acte m’ont arraché à une irrépressible somnolence. Rameau, est-ce aussi mortel, attendu, naphtaliné ? Sans doute pas. La faute en revient à la direction plombante d’Emmanuelle Haïm qui recouvre toute cette fantaisie et cette pseudo pompe antique d’une épaisse couche de cendres.

Certes ! je goûte peu ces ballets, ces afféteries, ces pleurs, ces personnages archétypaux, ces monstres marins de toile peinte, bref tout ce baroque encore assaisonné des romans précieux décrivant l’Arcadie au Grand Siècle. Tout comme Voltaire à l’époque, que cet opéra "fatigu(ait)" et comme en témoigne plus tard "Le Mercure", il nous faut supporter "la fureur du tintamarre".

Parmi les chanteurs, nous retiendrons tout de même la charmante soprano Anne-Catherine Gillet en Aricie (un peu trop charmante ?), ainsi que la Phèdre de Sarah Connolly. Nous ne sommes pas déçue du Thésée de Stéphane Degout - le très bon Pelléas de cet hiver justement. Une bonne note aussi pour le chœur du Concert d’Astrée.

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Et, heureusement, la mise en scène d’Ivan Alexandre est archéologiquement passionnante, renseignée aux documents et aux théoriciens d’époque. Il est fortement secondé par les géniaux décors d’Antoine Fontaine, des beaux costumes de Jean-Daniel Vuillermoz, des lumières d’Hervé Gary, sans oublier la chorégraphie très Ancien Régime de Natalie Van Parys. Ce voyage dans le temps émaillé de dieux à machines, de trappes ingénieuses, de Parques et d’Amours chantants est le seul motif de notre héroïque insistance à demeurer jusqu’au bout de la soirée.

Si vous avez toujours rêvé d’assister à un opéra à Versailles du temps de Louis XV, vous devez vivre cette expérience spectaculaire à Garnier. À défaut d’entendre du grand Rameau. Reste à savoir si vous supporterez cette cohorte de touristes fatigants qui hantent les loges de cette noble institution.

"Hippolyte et Aricie"

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Tragédie en cinq actes et un prologue (1733).
Musique de Jean-Philippe Rameau.
Paroles de l'Abbé Simon Joseph Pellegrin.
En langue française.
Durée : 3 h 20 (avec entracte).

Direction musicale : Emmanuelle Haïm.
Mise en scène : Ivan Alexandre.
Décors : Antoine Fontaine.
Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz.
Lumières : Hervé Gary.
Chorégraphie : Natalie Van Parys.

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Avec : Sarah Connolly (Phèdre), Anne-Catherine Gillet (Aricie), Andrea Hill (Diane), Jaël Azzaretti (L’Amour/Une Prêtresse/Une Matelote), Salomé Haller (Œnone), Marc Mauillon (Tisiphone), Aurélia Legay (La Grande Prêtresse de Diane/Une Chasseresse/Une Prêtresse), Topi Lehtipuu (Hippolyte), Stéphane Degout (Thésée), François Lis (Pluton/Jupiter), Aimery Lefèvre (Arcas/Deuxième Parque), Manuel Nuñez Camelino (Un Suivant/Mercure), Jérôme Varnier (Neptune/Troisième Parque).
Orchestre et chœur du Concert d’Astrée.

Jusqu’au 9 juillet 2012.
Mercredi 4, samedi 7 et lundi 9 à 19 h 30.
Palais Garnier, Opéra national de Paris, Paris 9e.
>> operadeparis.fr

Christine Ducq
Vendredi 29 Juin 2012


1.Posté par Antoine le 07/09/2012 16:42
Nous n'avons pas vu le même opéra apparemment..
Je trouve votre critique extrêmement dure. Vous parlez de"catabase", vous devez être terriblement blasé.
"Reste à savoir si vous supporterez cette cohorte de touristes fatigants qui hantent les loges de cette noble institution". Quelle méprise. "Touristes fatigants", cela n'a absolument aucune signification.
Quel dommage de terminer votre critique sur un élément extérieur à cet opéra.
Ce spectacle était splendide. J'ai adoré l'orchestre, les chœurs, les décors, les costumes, etc.
Ce fut envoutant, émouvant, splendide.

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !

Ce projet, mené par l'association He le'ale'a qui initie des actions culturelles d'envergure tout au long de l'année dans les Hautes-Alpes, se déroulera le 13 et le 20 août. La première date sera dédiée à la danse et au blues. Un événement à vivre sur l'eau sous le regard protecteur du Grand Morgon et de son pic trônant à 2324 m.

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !
He le'ale'a n'en est pas à sa première expérience pour ce qui est d'inviter les pratiques artistiques et les artistes de renom dans des lieux insolites. Il y a eu récemment la deuxième édition de "Musique au Sommet" des concerts de musiques actuelles (swing, jazz, rock, soul, folk, etc.) dans un village de 300 habitants, Prunières, en dehors des lieux touristiques… une scène comme suspendue entre les crêtes du domaine skiable de la station de Réallon et le Lac de Serre-Ponçon pour 3 concerts à des altitudes différentes…

Et, aujourd'hui, l'îlot Saint-Michel qui s'inscrit dans ces propositions alliant cadre exceptionnel, valorisation du patrimoine - qu'il soit bâti ou environnemental - et excellence artistique. L'îlot deviendra ainsi une scène naturelle qui se prêtera à partir de 19 h à un Drive-in Boat accueillant des artistes de la musique et de la danse.

Une distanciation de fait, à l'heure du COVID, pour un coucher de soleil inoubliable. Le 13 août, c'est l'artiste international de blues, Cisco Herzhaftet qui sera sur scène et jouera les morceaux de son nouvel albu. En première partie, la Compagnie Isabelle Mazuel, de Briançon, présentera un spectacle de danse contemporaine intitulée "Fauteuil d'extérieur". Le 20 août, la couleur musicale sera Pop-Jazz.

Gil Chauveau
06/08/2020
Spectacle à la Une

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire

C'est du 8 au 15 août 2020 que se déroulera cette nouvelle édition avec la présence sur scène de Natasha St-Pier, du groupe de rock Mes souliers sont rouges, du Trio Sortilège, du Morand Cajun Band, de Pascal Periz (ex-chanteur du groupe Pow Wow), entre autres.

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire
Créée en 2006 pour rendre hommage aux soldats Acadiens ayant débarqué en 1944 sur la Côte de Nacre, la Semaine Acadienne est aujourd'hui un festival qui perpétue ces commémorations mais surtout s'est révélé être l'une des manifestations phares consacrées à la musique traditionnelle et d'aujourd'hui de l'Acadie, avec des artistes venant des deux rives de l'Atlantique.

Malgré un contexte difficile dû à la crise du Covid-19, a Semaine Acadienne revient pour souffler ses quinze bougies avec de grands artistes mais également avec ateliers, animations, conférences, projections de documentaires, cérémonies commémoratives en hommage aux soldats Acadiens, bal country, randonnée pédestre sur les traces des soldats canadiens, défilé de voitures anciennes. Tous les incontournables du festival seront bien au rendez-vous.

Gil Chauveau
04/08/2020
Sortie à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020