La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Hippolyte et Aricie" au Palais Garnier : Catabase, catastrophes et autres complications !

Une catabase ? C’est une descente aux enfers dans le jargon de l’analyse littéraire. C’est un des ingrédients de cet ouvrage musical. C’est aussi mon expérience vendredi soir à l’Opéra de Paris : celle des enfers de l’Ennui pour tout dire.



© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
La faute à qui ? Tout d’abord à Jean-Philippe Rameau, dont c’est le premier opéra, communément considéré comme un coup de maître. Ce n’est pas mon avis. L’histoire, on la connaît. Le librettiste, l’abbé Pellegrin (encore un membre du clergé sentimental comme ce n’est pas permis !) la tire - soi-disant - des pièces d’Euripide et de Jean Racine. La bonne blague.

Vendredi, je n’ai vu et entendu que l’adaptation galante, précieuse, style rocaille, ou tirée des tableaux de François Boucher - que je ne prise guère - des amours éminemment enquiquinantes de Hippolyte-Céladon et de la bergère Aricie - euh, je veux dire de la princesse captive Aricie. Tous deux tyrannisés par une affreuse belle-mère (mais en connaissez-vous de gentilles ?). Pellegrin et Rameau ne se sont guère embarrassé de tragédie dans cette "tragédie lyrique" du cocu le plus célèbre de l’Antiquité fabuleuse, Thésée et de son épouse Phèdre, la fameuse "fille de Minos et de Pasiphaé".

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Rameau, ce peut être beau. Citons "Les Boréades" et "Platée". Et même, ce musicien a été porté aux nues par Claude Debussy dans les fameuses chroniques de M. Croche. Contre Christoph Willibald Gluck par exemple, préféré - selon Debussy - par l’Autrichienne Marie-Antoinette, qui ne fait plus guère jouer le compositeur français, mort depuis 1764. Claude Debussy écrit entre 1870 et 1914 - vous voyez ce que je veux dire. Et il lui faut s’imposer contre la domination jugée ogresse de la musique allemande post-wagnérienne. Pourtant, il se moquera cruellement de "Hippolyte et Aricie".

Qu’ai-je entendu et vu vendredi soir ? Un opéra de trois heures - trois heures qui en paraissent trente ! - à la musique plate, sans brillant, sans relief où seuls quelques moments à partir du quatrième acte m’ont arraché à une irrépressible somnolence. Rameau, est-ce aussi mortel, attendu, naphtaliné ? Sans doute pas. La faute en revient à la direction plombante d’Emmanuelle Haïm qui recouvre toute cette fantaisie et cette pseudo pompe antique d’une épaisse couche de cendres.

Certes ! je goûte peu ces ballets, ces afféteries, ces pleurs, ces personnages archétypaux, ces monstres marins de toile peinte, bref tout ce baroque encore assaisonné des romans précieux décrivant l’Arcadie au Grand Siècle. Tout comme Voltaire à l’époque, que cet opéra "fatigu(ait)" et comme en témoigne plus tard "Le Mercure", il nous faut supporter "la fureur du tintamarre".

Parmi les chanteurs, nous retiendrons tout de même la charmante soprano Anne-Catherine Gillet en Aricie (un peu trop charmante ?), ainsi que la Phèdre de Sarah Connolly. Nous ne sommes pas déçue du Thésée de Stéphane Degout - le très bon Pelléas de cet hiver justement. Une bonne note aussi pour le chœur du Concert d’Astrée.

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Et, heureusement, la mise en scène d’Ivan Alexandre est archéologiquement passionnante, renseignée aux documents et aux théoriciens d’époque. Il est fortement secondé par les géniaux décors d’Antoine Fontaine, des beaux costumes de Jean-Daniel Vuillermoz, des lumières d’Hervé Gary, sans oublier la chorégraphie très Ancien Régime de Natalie Van Parys. Ce voyage dans le temps émaillé de dieux à machines, de trappes ingénieuses, de Parques et d’Amours chantants est le seul motif de notre héroïque insistance à demeurer jusqu’au bout de la soirée.

Si vous avez toujours rêvé d’assister à un opéra à Versailles du temps de Louis XV, vous devez vivre cette expérience spectaculaire à Garnier. À défaut d’entendre du grand Rameau. Reste à savoir si vous supporterez cette cohorte de touristes fatigants qui hantent les loges de cette noble institution.

"Hippolyte et Aricie"

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Tragédie en cinq actes et un prologue (1733).
Musique de Jean-Philippe Rameau.
Paroles de l'Abbé Simon Joseph Pellegrin.
En langue française.
Durée : 3 h 20 (avec entracte).

Direction musicale : Emmanuelle Haïm.
Mise en scène : Ivan Alexandre.
Décors : Antoine Fontaine.
Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz.
Lumières : Hervé Gary.
Chorégraphie : Natalie Van Parys.

© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
© Agathe Poupeney/Opéra de Paris.
Avec : Sarah Connolly (Phèdre), Anne-Catherine Gillet (Aricie), Andrea Hill (Diane), Jaël Azzaretti (L’Amour/Une Prêtresse/Une Matelote), Salomé Haller (Œnone), Marc Mauillon (Tisiphone), Aurélia Legay (La Grande Prêtresse de Diane/Une Chasseresse/Une Prêtresse), Topi Lehtipuu (Hippolyte), Stéphane Degout (Thésée), François Lis (Pluton/Jupiter), Aimery Lefèvre (Arcas/Deuxième Parque), Manuel Nuñez Camelino (Un Suivant/Mercure), Jérôme Varnier (Neptune/Troisième Parque).
Orchestre et chœur du Concert d’Astrée.

Jusqu’au 9 juillet 2012.
Mercredi 4, samedi 7 et lundi 9 à 19 h 30.
Palais Garnier, Opéra national de Paris, Paris 9e.
>> operadeparis.fr

Christine Ducq
Vendredi 29 Juin 2012


1.Posté par Antoine le 07/09/2012 16:42
Nous n'avons pas vu le même opéra apparemment..
Je trouve votre critique extrêmement dure. Vous parlez de"catabase", vous devez être terriblement blasé.
"Reste à savoir si vous supporterez cette cohorte de touristes fatigants qui hantent les loges de cette noble institution". Quelle méprise. "Touristes fatigants", cela n'a absolument aucune signification.
Quel dommage de terminer votre critique sur un élément extérieur à cet opéra.
Ce spectacle était splendide. J'ai adoré l'orchestre, les chœurs, les décors, les costumes, etc.
Ce fut envoutant, émouvant, splendide.

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022