La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Gilles Cailleau… Attention fragile, nouvelle création en cours !

Gilles Cailleau (et la Compagnie Attention Fragile), dans le cadre d'une résidence à la Gare Franche (Marseille), présente "Gilles et Bérénice" et poursuit les répétitions publiques de sa nouvelle création "Le Nouveau Monde". Cette dernière sera présentée en janvier 2017 pour la deuxième biennale des Arts du Cirque de Marseille Creac Archaos.



"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
Gilles Cailleau est en gestation d'une nouvelle œuvre artistique... et un nouveau monde devrait naître ! Cela a commencé il y a quelques mois, à la Passerelle à Gap notamment. Puis il s'est installé à la Gare Franche à Marseille. Amoureux du lieu, il a décidé de s'y poser durant un mois afin de répéter dans l'Usine (voir ci-dessous détail sur la Gare Franche) "Le Nouveau Monde", un projet encore en construction dont la naissance, l'apparition au monde, devrait avoir lieu à l'occasion de la deuxième biennale des Arts du Cirque de Marseille en février 2017.

En cohérence avec sa démarche habituelle d'élaboration créative ouverte au public, aux gens d'où qu'ils soient, socialement, professionnellement, ethniquement, quel que soit leur univers d'origine, il investit cette fabrique, métamorphose entre théâtre et plateau de cinéma, où tous peuvent se croiser, s'arrêter pour voir l'artiste créer, explorer, essayer. Là, Gilles Cailleau élabore une histoire générale et poétique du XXIe siècle, une création comme un voyage pour imaginer la suite de ce qu'est le monde aujourd'hui, ce qui va venir, l'après cet inconnu ; et, comme un enfant, émettre des hypothèses.

"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
En complément de ce temps d'exploration, d'écoute, d'échanges et de conception, il présente le soir dans son chapiteau parapluie "Gilles et Bérénice". Créé en 2011 au Quai des Rêves à Lamballe (22), ce spectacle est un parcours solo d'une étonnante tonicité où Gilles Cailleau nous donne à découvrir une version d'une étrange modernité, entre cirque et déambulatoire en espace clos (un joli paradoxe !), des amours adolescentes qu'offre à lire en alexandrins Racine dans son "Bérénice".

"C'est ça qui est magnifique et mystérieux dans Bérénice, l’implacable adresse du langage de Racine, dans laquelle s’incarne la maladresse incroyable de ses héros. Dans cette langue si pure, ces 2 garçons et cette fille bafouillent. Ils cafouillent en alexandrin. La poésie de la pièce, ce n’est pas la pureté de son langage, c’est le mariage improbable entre des contraires : la perfection du langage et le bredouillage des sentiments." Gilles Cailleau.

La Gare Franche

"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
La Gare Franche est un lieu atypique situé dans le XVe arrondissement de Marseille, dans le "village" de Saint-Antoine, dédié aux créations et événements pluridisciplinaires, allant du théâtre aux arts de la rue en passant par le cirque, la musique, les arts plastiques et la danse. C'est un espace composé d'une usine de 1 250 m² (intégrant un théâtre de 689 m²), d'une bastide de 350 m² (lieu social et de vie des artistes, des invités et autres, avec chambres, cuisine, salle à manger, bureaux, etc.) et un jardin de 1 000 m²… plus un poulailler avec oies, poules, lapins ; et plus si affinités !

Elle a été fondée en 2001 par Wladyslaw Znorko (avec sa compagnie Le Cosmos Kolej) et fut pensée dès le départ par celui-ci comme une enclave poétique ouverte qui doit participer au désenclavement du quartier. Avec les jardins qui deviennent rapidement un territoire de partage pour les résidents de la cité et l'ouverture des lieux de répétitions, de recherches artistiques aux voisins et au public en général, la Gare Franche devient un lieu de rencontres et d'échanges… et une zone de passage pour les habitants entre la cité de Plan d'Aou et le noyau villageois de Saint-Antoine.

Aujourd'hui, et après la disparition de Wladyslaw le 5 mars 2013, elle reste une fabrique artistique basée sur le système des résidences. Les durées et les types de résidence peuvent être très variables, ainsi que les modalités d’accueil. Trois modes principaux coexistent. Premièrement "Les Habitants" qui peuvent y résider de manière intensive et dans la durée. L’accompagnement est pensé de manière globale et adapté à chaque projet (aide au montage de production, visibilité du projet, espaces de travail, etc.). L’équipe de la Gare Franche sera coproducteur et/ou chef de file des productions et travaillera avec une attention soutenue à la mise en réseau de ces projets.

Ensuite, le "Port d'attache" est un cycle de trois ans. L'artiste est à l’a(e)ancre et la Gare Franche devient son port d’attache, point de départ d’un dialogue poétique avec les voisins. Il y pose ses valises, imagine des projets pour le lieu et y poursuit son travail de création. C'est le cas actuellement de la Compagnie Vol Plané d'Alexis Moati. Il imagine comme matière première à leur prochaine création une adaptation du film de Sydney Lumet, "À bout de course". La présence à la Gare Franche permet à la compagnie d’affirmer un processus de création expérimental qui devrait aboutir en 2018.

"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
La porte reste ouverte à d’autres projets sur des formes plus légères d’accompagnement. Les artistes accueillis comme Gilles Cailleau peuvent mêler plusieurs modes d’expressions artistiques : théâtre, danse, cinéma, arts plastiques, marche, création sonore ou vidéo. Les durées de résidence sont variables et dépendent de la nature et de l’avancement du projet : de quelques jours de retrait propice à l’écriture, au travail de plateau, de l’immersion dans le quartier à la confrontation avec un public ; tous les types de résidence peuvent être pensés à la Gare Franche !

"Gilles et Bérénice"
Écriture et scénographie : Gilles Cailleau et Jean Racine.
Avec : Gilles Cailleau.
Grand accoucheur : André Gighlione.
Costumes : Virginie Breger avec la participation de Patou Bondaz.
Décor et accessoires : Christophe Brot.
Lumières : Nils Brimeur.
Avec l’aide musicale involontaire de : Nick Cave, Richard Cocciante, P. J. Harvey, Kylie Minogue, Cat Power.
Cie Attention fragile.
Durée : 2 h.
Tout public à partir de 13 ans.

L'Usine, Gare Franche, Marseille © DR.
L'Usine, Gare Franche, Marseille © DR.
Du 30 septembre au 16 octobre 2016.
Vendredi et samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Samedi 8 octobre soirée spéciale : à 18 h, un bon moment avec "Le Nouveau Monde", création en cours et à 21 h, "Gilles et Bérénice".
La Gare Franche, sous chapiteau, 7, Chemin des Tuileries, Marseille 15e, 04 91 65 17 77.
>> lagarefranche.org

"Le Nouveau Monde"
Nouvelle création de Gilles Cailleau.
Cie Attention Fragile.
Pôle Jeune Public - Scène conventionnée.
Sous le chapiteau de l’École Fragile, 1140 avenue Pablo Picasso, La Valette-du-Var (83).
Réservation >> Pôle Jeune Public
Tél. : 06 17 45 84 59.

Lundi 30, mardi 31 janvier 2017 et jeudi 2 février 2017 à 14 h 30 (représentation scolaire).
Vendredi 3 février à 10 h (représentation scolaire).
Biennale Internationale des Arts du Cirque de Marseille Creac Archaos.
Samedi 4 février à 14 h, première tout public.
Dimanche 5 février à 17 h.

Gil Chauveau
Vendredi 14 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019