La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Gilles Cailleau… Attention fragile, nouvelle création en cours !

Gilles Cailleau (et la Compagnie Attention Fragile), dans le cadre d'une résidence à la Gare Franche (Marseille), présente "Gilles et Bérénice" et poursuit les répétitions publiques de sa nouvelle création "Le Nouveau Monde". Cette dernière sera présentée en janvier 2017 pour la deuxième biennale des Arts du Cirque de Marseille Creac Archaos.



"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
Gilles Cailleau est en gestation d'une nouvelle œuvre artistique... et un nouveau monde devrait naître ! Cela a commencé il y a quelques mois, à la Passerelle à Gap notamment. Puis il s'est installé à la Gare Franche à Marseille. Amoureux du lieu, il a décidé de s'y poser durant un mois afin de répéter dans l'Usine (voir ci-dessous détail sur la Gare Franche) "Le Nouveau Monde", un projet encore en construction dont la naissance, l'apparition au monde, devrait avoir lieu à l'occasion de la deuxième biennale des Arts du Cirque de Marseille en février 2017.

En cohérence avec sa démarche habituelle d'élaboration créative ouverte au public, aux gens d'où qu'ils soient, socialement, professionnellement, ethniquement, quel que soit leur univers d'origine, il investit cette fabrique, métamorphose entre théâtre et plateau de cinéma, où tous peuvent se croiser, s'arrêter pour voir l'artiste créer, explorer, essayer. Là, Gilles Cailleau élabore une histoire générale et poétique du XXIe siècle, une création comme un voyage pour imaginer la suite de ce qu'est le monde aujourd'hui, ce qui va venir, l'après cet inconnu ; et, comme un enfant, émettre des hypothèses.

"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
En complément de ce temps d'exploration, d'écoute, d'échanges et de conception, il présente le soir dans son chapiteau parapluie "Gilles et Bérénice". Créé en 2011 au Quai des Rêves à Lamballe (22), ce spectacle est un parcours solo d'une étonnante tonicité où Gilles Cailleau nous donne à découvrir une version d'une étrange modernité, entre cirque et déambulatoire en espace clos (un joli paradoxe !), des amours adolescentes qu'offre à lire en alexandrins Racine dans son "Bérénice".

"C'est ça qui est magnifique et mystérieux dans Bérénice, l’implacable adresse du langage de Racine, dans laquelle s’incarne la maladresse incroyable de ses héros. Dans cette langue si pure, ces 2 garçons et cette fille bafouillent. Ils cafouillent en alexandrin. La poésie de la pièce, ce n’est pas la pureté de son langage, c’est le mariage improbable entre des contraires : la perfection du langage et le bredouillage des sentiments." Gilles Cailleau.

La Gare Franche

"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
La Gare Franche est un lieu atypique situé dans le XVe arrondissement de Marseille, dans le "village" de Saint-Antoine, dédié aux créations et événements pluridisciplinaires, allant du théâtre aux arts de la rue en passant par le cirque, la musique, les arts plastiques et la danse. C'est un espace composé d'une usine de 1 250 m² (intégrant un théâtre de 689 m²), d'une bastide de 350 m² (lieu social et de vie des artistes, des invités et autres, avec chambres, cuisine, salle à manger, bureaux, etc.) et un jardin de 1 000 m²… plus un poulailler avec oies, poules, lapins ; et plus si affinités !

Elle a été fondée en 2001 par Wladyslaw Znorko (avec sa compagnie Le Cosmos Kolej) et fut pensée dès le départ par celui-ci comme une enclave poétique ouverte qui doit participer au désenclavement du quartier. Avec les jardins qui deviennent rapidement un territoire de partage pour les résidents de la cité et l'ouverture des lieux de répétitions, de recherches artistiques aux voisins et au public en général, la Gare Franche devient un lieu de rencontres et d'échanges… et une zone de passage pour les habitants entre la cité de Plan d'Aou et le noyau villageois de Saint-Antoine.

Aujourd'hui, et après la disparition de Wladyslaw le 5 mars 2013, elle reste une fabrique artistique basée sur le système des résidences. Les durées et les types de résidence peuvent être très variables, ainsi que les modalités d’accueil. Trois modes principaux coexistent. Premièrement "Les Habitants" qui peuvent y résider de manière intensive et dans la durée. L’accompagnement est pensé de manière globale et adapté à chaque projet (aide au montage de production, visibilité du projet, espaces de travail, etc.). L’équipe de la Gare Franche sera coproducteur et/ou chef de file des productions et travaillera avec une attention soutenue à la mise en réseau de ces projets.

Ensuite, le "Port d'attache" est un cycle de trois ans. L'artiste est à l’a(e)ancre et la Gare Franche devient son port d’attache, point de départ d’un dialogue poétique avec les voisins. Il y pose ses valises, imagine des projets pour le lieu et y poursuit son travail de création. C'est le cas actuellement de la Compagnie Vol Plané d'Alexis Moati. Il imagine comme matière première à leur prochaine création une adaptation du film de Sydney Lumet, "À bout de course". La présence à la Gare Franche permet à la compagnie d’affirmer un processus de création expérimental qui devrait aboutir en 2018.

"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
"Gilles et Bérénice" © Sébastien Armengol.
La porte reste ouverte à d’autres projets sur des formes plus légères d’accompagnement. Les artistes accueillis comme Gilles Cailleau peuvent mêler plusieurs modes d’expressions artistiques : théâtre, danse, cinéma, arts plastiques, marche, création sonore ou vidéo. Les durées de résidence sont variables et dépendent de la nature et de l’avancement du projet : de quelques jours de retrait propice à l’écriture, au travail de plateau, de l’immersion dans le quartier à la confrontation avec un public ; tous les types de résidence peuvent être pensés à la Gare Franche !

"Gilles et Bérénice"
Écriture et scénographie : Gilles Cailleau et Jean Racine.
Avec : Gilles Cailleau.
Grand accoucheur : André Gighlione.
Costumes : Virginie Breger avec la participation de Patou Bondaz.
Décor et accessoires : Christophe Brot.
Lumières : Nils Brimeur.
Avec l’aide musicale involontaire de : Nick Cave, Richard Cocciante, P. J. Harvey, Kylie Minogue, Cat Power.
Cie Attention fragile.
Durée : 2 h.
Tout public à partir de 13 ans.

L'Usine, Gare Franche, Marseille © DR.
L'Usine, Gare Franche, Marseille © DR.
Du 30 septembre au 16 octobre 2016.
Vendredi et samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Samedi 8 octobre soirée spéciale : à 18 h, un bon moment avec "Le Nouveau Monde", création en cours et à 21 h, "Gilles et Bérénice".
La Gare Franche, sous chapiteau, 7, Chemin des Tuileries, Marseille 15e, 04 91 65 17 77.
>> lagarefranche.org

"Le Nouveau Monde"
Nouvelle création de Gilles Cailleau.
Cie Attention Fragile.
Pôle Jeune Public - Scène conventionnée.
Sous le chapiteau de l’École Fragile, 1140 avenue Pablo Picasso, La Valette-du-Var (83).
Réservation >> Pôle Jeune Public
Tél. : 06 17 45 84 59.

Lundi 30, mardi 31 janvier 2017 et jeudi 2 février 2017 à 14 h 30 (représentation scolaire).
Vendredi 3 février à 10 h (représentation scolaire).
Biennale Internationale des Arts du Cirque de Marseille Creac Archaos.
Samedi 4 février à 14 h, première tout public.
Dimanche 5 février à 17 h.

Gil Chauveau
Vendredi 14 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019