La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Off d'Avignon 2017… Éco-responsabilité et nouveaux publics à l'ordre du jour !

Les nouveaux objectifs de l'association Avignon Festival & Compagnies - 2e partie

Lors de la rencontre "conférence de presse" organisée en mars dernier par l'association Avignon Festival & Compagnies, le sujet le plus important concernait la création du fonds de soutien, mais les autres projets présentés - gestion de l'affichage, développement des publics et maison commune aux artistes et au public -, mis en œuvre dès cette année, valent qu'on s'y arrête un peu.



Tout d'abord, la réflexion sur l'affichage entamé en 2016 se poursuit. Celui-ci coûte très cher aux compagnies. Les membres du Conseil d’Administration ont donc validé pour cet été la proposition d’un service d’impression des affiches des spectacles afin de réduire les charges des compagnies en mutualisant celui-ci.

Éco-festival et affichage

© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
Cela signifie travailler avec un seul imprimeur et proposer un pack type à l'ensemble des compagnies intéressées à un coût plus faible que ce qu'elles payent habituellement du fait de la quantité d'impressions générées pour l'imprimeur. Il s'agit du système classique du "plus la quantité est grande moins c'est cher".

Chaque spectacle qui souscrira à ce service aura 200 affiches format A2 cartonnées (350 g) et perforées sur papier 100 % recyclé, imprimées avec des encres végétales ; et 100 affiches A2 avec les mêmes caractéristiques écologiques mais en 90 g (pour diffusion dans les magasins notamment).

Cela mène directement à la notion d'éco-festival. Comme chacun sait, l'affichage représente un gaspillage important de papier et un problème de recyclage. Pour les supports, il y a ceux qui sont en papier recyclé et ceux qui ne le sont pas. Techniquement, leur identification n'est pas facile (pour une centrale de traitement comme celle de la Communauté d'Agglo du Grand Avignon) et leur traitement en matière de déchets n'est pas identique. Pour un maximum d'efficacité, un cahier des charges sera élaboré pour les imprimeurs qui travailleront pour le service d'impression du Off. Le conseil d'administration ne souhaitant pas l'imposer à toutes les compagnies, cela est évidemment une solution partielle, de nombreuses compagnies arrivant avec leurs affiches (imprimées en quantité pour l'ensemble de leurs dates), n'ajoutant alors qu'un bandeau spécifique au festival.

En complément de ces propositions, a été décidé que l'impression de tous les documents de communication d’AF&C se fera sur papier 100 % recyclé avec encres végétales. Des actions seront également menées en faveur de l’écologie au Village du OFF avec une buvette/restaurant travaillant avec des fournisseurs locaux (tendant vers le bio), des informations générales à destination du public avec stand éco-conseils. La suppression de la climatisation générale est envisagée au profit de brumisateurs, ainsi que la mise en place systématique du tri sélectif des déchets.

Attirer de nouveaux publics, notamment les jeunes

© AF&C.
© AF&C.
Un chiffre choc, sorti d'une enquête ayant été menée en 2014, a présidé aux réflexions sur ce sujet. Celle-ci a été réalisée sur 12 991 personnes (soit 27 % des abonnés 2014), et il apparaît que plus de 60 % des abonnés sont des femmes entre 50 et 70 ans ! Avignon, festival de "Ces dames aux chapeaux verts"… Non bien sûr. Mais il est néanmoins nécessaire de réfléchir sur une ouverture à toutes les tranches d'âge, surtout lorsque l'on sait que les propositions des 1 400 et quelques spectacles sont variés, de la petite enfance ((166 spectacles "jeune public" en 2016) aux adultes confirmés en passant par les ados.

Le Conseil d’Administration d’Avignon Festival & Compagnies a donc décidé de faire évoluer la communication globale de l’événement, centrée depuis 10 ans sur la “marque OFF” vers une communication spécifique en direction des publics recherchés. La première cible visée est la tranche "jeunesse". La grande nouveauté sera cette année une carte 12/25 ans au tarif de 9 € donnant accès aux mêmes réductions que la carte d’abonnement "public" (plein tarif 16 €). C'est-à-dire : 30 % de réduction sur tous les spectacles du festival OFF d’Avignon, réduction à l’entrée des musées du Grand Avignon (dont le Palais des Papes et le Pont d’Avignon), tarifs réduits dans les théâtres partenaires du OFF toute la saison suivante, accès aux soirées concerts au Village du OFF, etc.

Une simplification des recherches sur le site du Off (sur l’application iPhone et Android) devrait permettre une meilleure identification des besoins, en particulier ceux des jeunes, cela pour faciliter l'achat de la carte à tarif réduit, la réservation des places sur la billetterie en ligne ticket’OFF, la consultation du plan interactif, la recherche d'un logement ou un covoiturage… En bref, planifier tout son séjour à Avignon.

Enfin, pour dynamiser la communication du OFF sur les réseaux sociaux, des jeux-concours seront lancés avec différents partenaires (Le Parisien, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, etc). Ceux-ci, destinés aux 18/25 ans, se déclineront sous plusieurs formes au printemps 2017 (photos, vidéos, GIF, tweets) et à travers différents médias sociaux : facebook, snapchat, instagram, twitter. Les gagnants se verront offrir un séjour au festival : transport, hébergement, carte 12/25 ans, etc.

D'autres actions en direction des familles et des tout-petits sont également prévues : création d'un site "Jeune Public", diffusion d'une plaquette informant de ce dernier dans les manifestations dédiées comme Paris Mômes, un jeu (intitulé "Dessine-moi le festival d'Avignon") afin de faire gagner un week-end pour une famille, des ateliers de sensibilisation (masque, conte, marionnettes, etc.) en association avec des compagnies ayant l'expérience de ce type de pratique (lieu : lycée Joseph Viala), etc.

Le Village du OFF et la maison commune

Conférence, Village du Off 2016 © AF&C.
Conférence, Village du Off 2016 © AF&C.
La particularité du festival Off d'Avignon est la rencontre possible des artistes et du public. Le Village Off doit être le coeur de ses échanges et le nouveau conseil d’administration veut développer ceux-ci en multipliant les débats, les conférences, avec des personnalités politiques, des artistes, des professionnels du festival ou du spectacle en général. En 2016, la commission Village du OFF a entièrement repensé la scénographie du Village qui est désormais un espace ouvert à tous. Le Village est un véritable lieu d’échanges et un espace de convivialité pour tous les acteurs du festival.

Les compagnies du Off sont invitées à proposer des thèmes de débats autour de la culture, des arts ou plus largement des thèmes de société. Des reportages courts seront réalisés par les équipes de la TV du Off qui captent également les rencontres organisées à l’agora. Pour les compagnies qui n’ont pas de bande-annonce de leur spectacle, des vidé’Off seront tournées quotidiennement et gratuitement au Village avec un concept simple : une minute pour présenter son spectacle. Ces vidéos seront ensuite diffusées sur les supports numériques du Off (site internet, application et chaîne YouTube).

À suivre…

>> Lire la 1ère partie de l'article : Soutenir et développer la professionnalisation du Festival Off d'Avignon

Gil Chauveau
Jeudi 20 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022