La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Off d'Avignon 2017… Éco-responsabilité et nouveaux publics à l'ordre du jour !

Les nouveaux objectifs de l'association Avignon Festival & Compagnies - 2e partie

Lors de la rencontre "conférence de presse" organisée en mars dernier par l'association Avignon Festival & Compagnies, le sujet le plus important concernait la création du fonds de soutien, mais les autres projets présentés - gestion de l'affichage, développement des publics et maison commune aux artistes et au public -, mis en œuvre dès cette année, valent qu'on s'y arrête un peu.



Tout d'abord, la réflexion sur l'affichage entamé en 2016 se poursuit. Celui-ci coûte très cher aux compagnies. Les membres du Conseil d’Administration ont donc validé pour cet été la proposition d’un service d’impression des affiches des spectacles afin de réduire les charges des compagnies en mutualisant celui-ci.

Éco-festival et affichage

© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
Cela signifie travailler avec un seul imprimeur et proposer un pack type à l'ensemble des compagnies intéressées à un coût plus faible que ce qu'elles payent habituellement du fait de la quantité d'impressions générées pour l'imprimeur. Il s'agit du système classique du "plus la quantité est grande moins c'est cher".

Chaque spectacle qui souscrira à ce service aura 200 affiches format A2 cartonnées (350 g) et perforées sur papier 100 % recyclé, imprimées avec des encres végétales ; et 100 affiches A2 avec les mêmes caractéristiques écologiques mais en 90 g (pour diffusion dans les magasins notamment).

Cela mène directement à la notion d'éco-festival. Comme chacun sait, l'affichage représente un gaspillage important de papier et un problème de recyclage. Pour les supports, il y a ceux qui sont en papier recyclé et ceux qui ne le sont pas. Techniquement, leur identification n'est pas facile (pour une centrale de traitement comme celle de la Communauté d'Agglo du Grand Avignon) et leur traitement en matière de déchets n'est pas identique. Pour un maximum d'efficacité, un cahier des charges sera élaboré pour les imprimeurs qui travailleront pour le service d'impression du Off. Le conseil d'administration ne souhaitant pas l'imposer à toutes les compagnies, cela est évidemment une solution partielle, de nombreuses compagnies arrivant avec leurs affiches (imprimées en quantité pour l'ensemble de leurs dates), n'ajoutant alors qu'un bandeau spécifique au festival.

En complément de ces propositions, a été décidé que l'impression de tous les documents de communication d’AF&C se fera sur papier 100 % recyclé avec encres végétales. Des actions seront également menées en faveur de l’écologie au Village du OFF avec une buvette/restaurant travaillant avec des fournisseurs locaux (tendant vers le bio), des informations générales à destination du public avec stand éco-conseils. La suppression de la climatisation générale est envisagée au profit de brumisateurs, ainsi que la mise en place systématique du tri sélectif des déchets.

Attirer de nouveaux publics, notamment les jeunes

© AF&C.
© AF&C.
Un chiffre choc, sorti d'une enquête ayant été menée en 2014, a présidé aux réflexions sur ce sujet. Celle-ci a été réalisée sur 12 991 personnes (soit 27 % des abonnés 2014), et il apparaît que plus de 60 % des abonnés sont des femmes entre 50 et 70 ans ! Avignon, festival de "Ces dames aux chapeaux verts"… Non bien sûr. Mais il est néanmoins nécessaire de réfléchir sur une ouverture à toutes les tranches d'âge, surtout lorsque l'on sait que les propositions des 1 400 et quelques spectacles sont variés, de la petite enfance ((166 spectacles "jeune public" en 2016) aux adultes confirmés en passant par les ados.

Le Conseil d’Administration d’Avignon Festival & Compagnies a donc décidé de faire évoluer la communication globale de l’événement, centrée depuis 10 ans sur la “marque OFF” vers une communication spécifique en direction des publics recherchés. La première cible visée est la tranche "jeunesse". La grande nouveauté sera cette année une carte 12/25 ans au tarif de 9 € donnant accès aux mêmes réductions que la carte d’abonnement "public" (plein tarif 16 €). C'est-à-dire : 30 % de réduction sur tous les spectacles du festival OFF d’Avignon, réduction à l’entrée des musées du Grand Avignon (dont le Palais des Papes et le Pont d’Avignon), tarifs réduits dans les théâtres partenaires du OFF toute la saison suivante, accès aux soirées concerts au Village du OFF, etc.

Une simplification des recherches sur le site du Off (sur l’application iPhone et Android) devrait permettre une meilleure identification des besoins, en particulier ceux des jeunes, cela pour faciliter l'achat de la carte à tarif réduit, la réservation des places sur la billetterie en ligne ticket’OFF, la consultation du plan interactif, la recherche d'un logement ou un covoiturage… En bref, planifier tout son séjour à Avignon.

Enfin, pour dynamiser la communication du OFF sur les réseaux sociaux, des jeux-concours seront lancés avec différents partenaires (Le Parisien, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, etc). Ceux-ci, destinés aux 18/25 ans, se déclineront sous plusieurs formes au printemps 2017 (photos, vidéos, GIF, tweets) et à travers différents médias sociaux : facebook, snapchat, instagram, twitter. Les gagnants se verront offrir un séjour au festival : transport, hébergement, carte 12/25 ans, etc.

D'autres actions en direction des familles et des tout-petits sont également prévues : création d'un site "Jeune Public", diffusion d'une plaquette informant de ce dernier dans les manifestations dédiées comme Paris Mômes, un jeu (intitulé "Dessine-moi le festival d'Avignon") afin de faire gagner un week-end pour une famille, des ateliers de sensibilisation (masque, conte, marionnettes, etc.) en association avec des compagnies ayant l'expérience de ce type de pratique (lieu : lycée Joseph Viala), etc.

Le Village du OFF et la maison commune

Conférence, Village du Off 2016 © AF&C.
Conférence, Village du Off 2016 © AF&C.
La particularité du festival Off d'Avignon est la rencontre possible des artistes et du public. Le Village Off doit être le coeur de ses échanges et le nouveau conseil d’administration veut développer ceux-ci en multipliant les débats, les conférences, avec des personnalités politiques, des artistes, des professionnels du festival ou du spectacle en général. En 2016, la commission Village du OFF a entièrement repensé la scénographie du Village qui est désormais un espace ouvert à tous. Le Village est un véritable lieu d’échanges et un espace de convivialité pour tous les acteurs du festival.

Les compagnies du Off sont invitées à proposer des thèmes de débats autour de la culture, des arts ou plus largement des thèmes de société. Des reportages courts seront réalisés par les équipes de la TV du Off qui captent également les rencontres organisées à l’agora. Pour les compagnies qui n’ont pas de bande-annonce de leur spectacle, des vidé’Off seront tournées quotidiennement et gratuitement au Village avec un concept simple : une minute pour présenter son spectacle. Ces vidéos seront ensuite diffusées sur les supports numériques du Off (site internet, application et chaîne YouTube).

À suivre…

>> Lire la 1ère partie de l'article : Soutenir et développer la professionnalisation du Festival Off d'Avignon

Gil Chauveau
Jeudi 20 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019