La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Off d'Avignon 2017… Éco-responsabilité et nouveaux publics à l'ordre du jour !

Les nouveaux objectifs de l'association Avignon Festival & Compagnies - 2e partie

Lors de la rencontre "conférence de presse" organisée en mars dernier par l'association Avignon Festival & Compagnies, le sujet le plus important concernait la création du fonds de soutien, mais les autres projets présentés - gestion de l'affichage, développement des publics et maison commune aux artistes et au public -, mis en œuvre dès cette année, valent qu'on s'y arrête un peu.



Tout d'abord, la réflexion sur l'affichage entamé en 2016 se poursuit. Celui-ci coûte très cher aux compagnies. Les membres du Conseil d’Administration ont donc validé pour cet été la proposition d’un service d’impression des affiches des spectacles afin de réduire les charges des compagnies en mutualisant celui-ci.

Éco-festival et affichage

© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
Cela signifie travailler avec un seul imprimeur et proposer un pack type à l'ensemble des compagnies intéressées à un coût plus faible que ce qu'elles payent habituellement du fait de la quantité d'impressions générées pour l'imprimeur. Il s'agit du système classique du "plus la quantité est grande moins c'est cher".

Chaque spectacle qui souscrira à ce service aura 200 affiches format A2 cartonnées (350 g) et perforées sur papier 100 % recyclé, imprimées avec des encres végétales ; et 100 affiches A2 avec les mêmes caractéristiques écologiques mais en 90 g (pour diffusion dans les magasins notamment).

Cela mène directement à la notion d'éco-festival. Comme chacun sait, l'affichage représente un gaspillage important de papier et un problème de recyclage. Pour les supports, il y a ceux qui sont en papier recyclé et ceux qui ne le sont pas. Techniquement, leur identification n'est pas facile (pour une centrale de traitement comme celle de la Communauté d'Agglo du Grand Avignon) et leur traitement en matière de déchets n'est pas identique. Pour un maximum d'efficacité, un cahier des charges sera élaboré pour les imprimeurs qui travailleront pour le service d'impression du Off. Le conseil d'administration ne souhaitant pas l'imposer à toutes les compagnies, cela est évidemment une solution partielle, de nombreuses compagnies arrivant avec leurs affiches (imprimées en quantité pour l'ensemble de leurs dates), n'ajoutant alors qu'un bandeau spécifique au festival.

En complément de ces propositions, a été décidé que l'impression de tous les documents de communication d’AF&C se fera sur papier 100 % recyclé avec encres végétales. Des actions seront également menées en faveur de l’écologie au Village du OFF avec une buvette/restaurant travaillant avec des fournisseurs locaux (tendant vers le bio), des informations générales à destination du public avec stand éco-conseils. La suppression de la climatisation générale est envisagée au profit de brumisateurs, ainsi que la mise en place systématique du tri sélectif des déchets.

Attirer de nouveaux publics, notamment les jeunes

© AF&C.
© AF&C.
Un chiffre choc, sorti d'une enquête ayant été menée en 2014, a présidé aux réflexions sur ce sujet. Celle-ci a été réalisée sur 12 991 personnes (soit 27 % des abonnés 2014), et il apparaît que plus de 60 % des abonnés sont des femmes entre 50 et 70 ans ! Avignon, festival de "Ces dames aux chapeaux verts"… Non bien sûr. Mais il est néanmoins nécessaire de réfléchir sur une ouverture à toutes les tranches d'âge, surtout lorsque l'on sait que les propositions des 1 400 et quelques spectacles sont variés, de la petite enfance ((166 spectacles "jeune public" en 2016) aux adultes confirmés en passant par les ados.

Le Conseil d’Administration d’Avignon Festival & Compagnies a donc décidé de faire évoluer la communication globale de l’événement, centrée depuis 10 ans sur la “marque OFF” vers une communication spécifique en direction des publics recherchés. La première cible visée est la tranche "jeunesse". La grande nouveauté sera cette année une carte 12/25 ans au tarif de 9 € donnant accès aux mêmes réductions que la carte d’abonnement "public" (plein tarif 16 €). C'est-à-dire : 30 % de réduction sur tous les spectacles du festival OFF d’Avignon, réduction à l’entrée des musées du Grand Avignon (dont le Palais des Papes et le Pont d’Avignon), tarifs réduits dans les théâtres partenaires du OFF toute la saison suivante, accès aux soirées concerts au Village du OFF, etc.

Une simplification des recherches sur le site du Off (sur l’application iPhone et Android) devrait permettre une meilleure identification des besoins, en particulier ceux des jeunes, cela pour faciliter l'achat de la carte à tarif réduit, la réservation des places sur la billetterie en ligne ticket’OFF, la consultation du plan interactif, la recherche d'un logement ou un covoiturage… En bref, planifier tout son séjour à Avignon.

Enfin, pour dynamiser la communication du OFF sur les réseaux sociaux, des jeux-concours seront lancés avec différents partenaires (Le Parisien, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, etc). Ceux-ci, destinés aux 18/25 ans, se déclineront sous plusieurs formes au printemps 2017 (photos, vidéos, GIF, tweets) et à travers différents médias sociaux : facebook, snapchat, instagram, twitter. Les gagnants se verront offrir un séjour au festival : transport, hébergement, carte 12/25 ans, etc.

D'autres actions en direction des familles et des tout-petits sont également prévues : création d'un site "Jeune Public", diffusion d'une plaquette informant de ce dernier dans les manifestations dédiées comme Paris Mômes, un jeu (intitulé "Dessine-moi le festival d'Avignon") afin de faire gagner un week-end pour une famille, des ateliers de sensibilisation (masque, conte, marionnettes, etc.) en association avec des compagnies ayant l'expérience de ce type de pratique (lieu : lycée Joseph Viala), etc.

Le Village du OFF et la maison commune

Conférence, Village du Off 2016 © AF&C.
Conférence, Village du Off 2016 © AF&C.
La particularité du festival Off d'Avignon est la rencontre possible des artistes et du public. Le Village Off doit être le coeur de ses échanges et le nouveau conseil d’administration veut développer ceux-ci en multipliant les débats, les conférences, avec des personnalités politiques, des artistes, des professionnels du festival ou du spectacle en général. En 2016, la commission Village du OFF a entièrement repensé la scénographie du Village qui est désormais un espace ouvert à tous. Le Village est un véritable lieu d’échanges et un espace de convivialité pour tous les acteurs du festival.

Les compagnies du Off sont invitées à proposer des thèmes de débats autour de la culture, des arts ou plus largement des thèmes de société. Des reportages courts seront réalisés par les équipes de la TV du Off qui captent également les rencontres organisées à l’agora. Pour les compagnies qui n’ont pas de bande-annonce de leur spectacle, des vidé’Off seront tournées quotidiennement et gratuitement au Village avec un concept simple : une minute pour présenter son spectacle. Ces vidéos seront ensuite diffusées sur les supports numériques du Off (site internet, application et chaîne YouTube).

À suivre…

>> Lire la 1ère partie de l'article : Soutenir et développer la professionnalisation du Festival Off d'Avignon

Gil Chauveau
Jeudi 20 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021