La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Fantasio" d'Offenbach, fantaisie charmante… et oubliable ?

Pour lancer en fanfare la nouvelle saison de l'Opéra Comique, a été choisie une partition rare (partiellement perdue et reconstituée par Jean-Christophe Scheck) du roi de la fête impériale Jacques Offenbach. Une fête devenue gueule de bois en 1872 quand le compositeur retire de la scène son opéra-comique en trois actes, "Fantasio", boudé par le public.



© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Aujourd'hui, avec un livret partiellement réécrit par le metteur en scène Thomas Jolly, et malgré une mise en scène enlevée et pleine de trouvailles, emmenée par une troupe de grande qualité, l'œuvre peine plutôt à convaincre. La mezzo Marianne Crebassa y est extraordinaire dans le rôle-titre.

D'une pièce en deux actes, "Fantasio", comédie désenchantée (1) publiée en 1834 par un dramaturge de vingt-deux ans, Alfred de Musset, ce héraut d'une "génération ardente, pâle, nerveuse" (2), Jacques Offenbach, génie indiscipliné (3) et empereur de l'opéra-bouffe, voulut faire un opéra-comique près de quarante ans plus tard. Parce que boudé par le public, le compositeur ne prit même pas la peine d'en publier la partition complète et en recycla certains morceaux ailleurs (4).

Ce manifeste du romantisme subtil et cruel était-il soluble dans l'œuvre du roi de la gaieté parisienne, même avec un livret dû à Paul de Musset ? On peut en douter, surtout au prix de la réécriture de l'intrigue par l'aîné d'Alfred, qui y ajouta une amourette et un éloge final de la paix (deux ans après la défaite de Sedan), plutôt incohérents d'avec la pièce d'origine.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Fantasio traîne si bien son ennui, en spirituel aigle d'un petit groupe de carabins fêtards, qu'il décide de prendre la place d'un bouffon récemment disparu, à la cour d'un roitelet germanique. Il se retrouve au cœur d'une affaire d'état : le mariage de la princesse Elsbeth avec un prince ridicule et vaniteux. Rien ne se passera évidemment comme prévu.

Si la pièce est l'occasion pour Musset cadet de lancer comme des bulles de savon ses brillants mais amers paradoxes et sa poésie délicate, l'opéra-comique (alternant passages chantés et parlés) court le fil d'une hétérogénie jamais résolue : joyeuse pochade dans un royaume de farce et poème mélancolique, incarné par Fantasio, qui a "le mois de mai aux joues" mais "l'hiver dans le cœur". Croyant bien faire, Thomas Jolly et sa dramaturge Katja Krüger, en injectant davantage de répliques de la pièce d'origine dans le livret, accentue de fait ce hiatus. C'est que le texte de la pièce surpasse partout ici les (souvent médiocres) airs chantés.

Non que cet opus d'Offenbach ne brille pas de-ci de-là de superbes passages (l'entrée de Fantasio et son "Voyez dans la nuit brune/Sur le clocher jauni/La lune…", le prélude du deuxième acte…), mais l'ensemble n'atteint jamais la verve, l'invention et la richesse orchestrale des chefs-d'œuvre de la maturité du compositeur. Comme le Prince de Mantoue, aurait-il dû s'écrier "Je ne serai jamais, non jamais/Aimé pour moi-même" ?

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Le spectacle (5) est, quant à lui, une superbe réussite - le plus bel écrin possible pour ranimer notre intérêt. Thomas Jolly puise à un imaginaire luxuriant, entre Méliès, le théâtre d'ombres chinoises et de tréteaux, et aux sources de l'image animée du XIXe siècle. Il a mille idées par scène et sa direction d'acteurs fait merveille. On rit souvent de ces grotesques que la comédie châtie bien. L'émotion surgit même à l'occasion, comme un sourire plein de larmes, quand par exemple Fantasio s'envole dans le O de son nom inscrit en lettres géantes. Il fait ce qu'il peut des longueurs du livret et on ne saurait mieux les occuper.

L'éloge vient tout droit du cœur aussi pour cette équipe artistique de première force. Seconds rôles précieux d'étudiants ou de conseillers (tels Enguerrand de Hys, Philippe Estèphe, Kevin Amiel, Flannan Obé), personnel princier solide prêt à passer à la postérité dans l'histoire de l'Opéra Comique (Franck Leguérinel, Jean-Sébastien Bou, Loïc Félix) et un Ensemble Aedes parfait, tous réveillent les spectateurs. Et puis "Fantasio" est grandement transcendé par le Fantasio de la mezzo Marianne Crebassa, littéralement extraordinaire. La chanteuse a tout : le charisme scénique et vocal, l'autorité, la mélancolie, la folie androgyne du personnage. Elle risque tout et nous aimante, bien au-delà des possibilités de son rôle. Offenbach aurait sans doute tout réécrit pour elle.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
(1) "Ce fut comme une dénégation de toutes choses du ciel et de la terre, qu'on peut nommer désenchantement, ou, s'il on veut, désespérance (…)." La Confession d'un enfant du siècle, 1836.
(2) Ibid.
(3) Entré à quatorze ans au Conservatoire de Paris, il en est exclu un an plus tard pour indiscipline. Il entre alors à l'orchestre de l'Opéra Comique.
(4) Par exemple dans "Les Contes d'Hoffmann" créé après sa mort en 1881.
(5) Les travaux de la salle Favart ayant pris du retard (réouverture de la salle en avril 2017), "Fantasio" est présenté au Théâtre du Châtelet.


Spectacle présenté jusqu'au 27 février 2017.
Retransmis en soirée sur la chaîne Culturebox le 22 février 2017.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Théâtre du Châtelet.
Place du Châtelet, 75001 Paris.
Tel : 01 40 28 28 28.
>> chatelet-theatre.com

"Fantasio" (1872).
Opéra en trois actes.
Musique de J. Offenbach (1819-1880).
Livret de Paul de Musset.
Durée : 2 h 50 avec un entracte.
En français surtitré.

© Pierre Grosbois.
© Pierre Grosbois.
Laurent Campellone, direction musicale.
Thomas Jolly, mise en scène et décors.
Thibaut Fack, décors.
Christophe Danchaud, chorégraphie.
Sylvette Dequest, costumes.
T. Jolly, Antoine Travert, Philippe Berthomé, lumières.

Marianne Crebassa, Fantasio.
Franck Leguérinel, Le roi de Bavière.
Marie-Eve Hunger, La princesse Elsbeth.
Jean-Sébastien Bou, Le prince de Mantoue.
Loïc Félix, Marinoni.
Alix Le Saux, Flamel.
Philippe Estèphe, Spark.
Enguerrand de Hys, Facio.
Kevin Amiel, Max.
Flannan Obé, Hartmann.

Orchestre Philharmonique de Radio-France.
Ensemble Aedes, chœur.

Christine Ducq
Mercredi 22 Février 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021