La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Eugène Onéguine", un cœur en hiver à l'Opéra de Vienne

L'Opéra de Vienne remet à l'affiche la production de Falk Richter pour trois représentations. Sous la direction brûlante de Louis Langrée et avec la remarquable Tatiana d'Olga Bezsmertna, l'opéra de Tchaïkovski survit au cercueil de glace que lui a réservé le metteur en scène allemand.



© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
Quel opéra plus personnel que ces "Scènes lyriques" en trois actes de Piotr Ilitch Tchaïkovski ? Refusant la forme altière de l'opéra traditionnel, le compositeur invente pour ce drame de l'amour bafoué sept tableaux où les solos et ensembles caractérisent des personnages purs comme du cristal (Tatiana, Lenski) ou à jamais énigmatiques (Eugène Onéguine), et des passions qui se déchirent aux yeux de tous. Écrivant à un des moments les plus difficiles de sa vie, cette tragédie de l'amour non réciproque et de la solitude, Tchaïkovski y livre le chant le plus troublant et sans doute la confidence la plus intime de toute son œuvre vocale.

Les interprétations font rage mais le mystère demeure : Eugène Onéguine est-il le double du compositeur ? Tue-t-il le poète Lenski par amour honteux ? Tchaïkovski se retrouve-t-il passionnément dans le beau personnage de la naïve Tatiana, amoureuse éconduite par le vaniteux Eugène ? Sans doute tout cela à la fois, et à n'en pas douter chacun des personnages (sauf la légère Olga) possède-t-il un peu de son âme.

Les circonstances de la composition de l'opéra sont connues : au moment où Tchaïkovski en commence l'écriture en 1877, concevant d'abord la fameuse scène de la lettre où Tatiana Larina avoue son amour à Eugène Onéguine, il en a lui-même reçu une qui va bouleverser sa vie. C'est celle d'Antonina Milioukova qu'il décide d'épouser en quelques semaines, lui offrant "un amour fraternel" - comme Eugène à la fin de l'acte I mais lui, à ce titre, repousse brutalement Tatiana.

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
Le mariage ne tiendra pas un mois, mais l'opéra conçu dans la fièvre d'un drame existentiel et de la découverte du poème narratif de Pouchkine (paru en 1831) est achevé en janvier 1878 ; l'acteur K. S. Chilovski lui apportant une aide substantielle pour le livret. D'une richesse orchestrale et mélodique enivrante, la partition comporte aussi quelques-uns des plus beaux airs de l'opéra russe reliés par des récitatifs raffinés enchâssés dans le plus limpide discours musical qui soit. Disons-le d'emblée, l'orchestre de l'Opéra de Vienne (issu des forces du Wiener Philharmoniker), dirigé par le chef Louis Langrée, offre un miracle de clarté et de souffle lyrique.

Le chef français distille une bouleversante version du drame en obtenant le meilleur des cordes (si vantées à juste titre) et des bois de l'orchestre avec une confondante souplesse de lignes et un sens inné du chant. Ce dernier est bien ce personnage à part entière de l'œuvre, dévoilant les pensées secrètes et les mouvements du cœur, mais aussi ce chœur antique annonciateur et commentateur du drame.

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
Un nectar brûlant qui ranime la vision glaciale (dans tous les sens de l'adjectif) de Falk Richter. Le metteur en scène allemand, friand de ce genre d'images dans son théâtre, livre en effet une interprétation ironique et comme paralysée de l'opéra. Le plateau figure un énorme trou noir sans plus de fond que ces quelques couples immobiles qu'on retrouvera dans plusieurs scènes (posant au passage de sérieux problèmes d'équilibre entre scène et fosse dès que les artistes ne chantent pas en bord de plateau - ce qu'ils font souvent fort heureusement).

Le spectateur en est réduit à imaginer le jardin des Larina comme il doit bien accepter le fait que Tatiana dorme dans une sorte de lit igloo ou que la scène de bal du deuxième acte s'organise autour d'une table de banquet de glace. Transposée au vingtième siècle, l'histoire nous emmène de surcroît dans la boîte de nuit des Grémine au troisième acte et bizarrerie amusante mais guère motivée au deuxième, Triquet le précepteur français est un nouveau Karl Lagerfeld venu signer des autographes.

Sans parler des ridicules pitreries des serfs du chœur campagnard au "I" ou des invités de Madame Larina à la fête de Tatiana au "II" (du beau chœur maison), la proposition de Falk Richter se contente de montrer des personnages qui luttent contre le risque de glaciation de leurs sentiments dans cette société aux mœurs qu'il n'épargne pas (donnant au fond raison au mépris d'Onéguine) - une vison des plus originales (dirons-nous charitablement) de "l'habitude" qui remplace "le bonheur" chantée par la mère de Tatiana dans la première scène, et qui donne le fin mot de la destinée de tous dans une sorte de société du spectacle à l'ère glaciaire.

Reste une très belle idée que de représenter sur un écran-voile le nom en russe d'Onéguine extrait de la lettre de Tatiana pendant le premier prélude, montrant cette lettre intégrale au début du deuxième acte devant laquelle l'héroïne éprouvera ensuite les pires tourments - pressentant dans un accès de lucidité le refus d'Onéguine.

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
La brillante distribution vocale se montre par ailleurs à même de réchauffer ce tableau désespérant. Si l'Onéguine de Mariusz Kwiecien demeure dans ce spectacle une énigme de bout en bout, promenant pendant tout l'opéra son absence hautaine (n'arrivant cependant jamais à éclipser le souvenir de l'indépassable Hvorostovsky malgré un riche baryton aisé en projection), la Tatiana d'Olga Bezsmertna ravit tous les cœurs par sa fraîcheur et sa spontanéité.

Capable des nuances les plus variées comme des élans les plus émouvants, y compris puissants, la soprano ukrainienne offre la plus belle déclamation qui soit avec l'agilité idoine. Le Lenski du ténor Pavel Cernoch est beau, sans être inoubliable. Il compose un personnage un peu transparent dont on se demande un peu ce que peut lui trouver la mutine Olga (la fine soprano Margarita Gritskova).

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
À côté de la Madame Larina jeune et sexy de Stephanie Houtzeel, mezzo toujours impeccable qui fait ses débuts dans ce rôle à Vienne, le Prince Grémine de Ferruccio Furlanetto est tout simplement extraordinaire. La basse italienne, qui possède une voix précieuse aux profondes harmoniques (il fut lancé par Karajan en son temps), récolte à raison les acclamations du public dans son air touchant de vieil amoureux.


Prochaines dates : mercredi 28 février et samedi 3 mars 2018 à 19 h 30.

Opéra de Vienne.
Opernring 2, Vienne, Autriche.
Tel : + 43 1 513 1 513.
>> wiener-staatsoper.at

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
"Eugène Onéguine" (1879).
Scènes lyriques en trois actes.
Musique et livret de P. I. Tchaïkovski (1840-1893).
En russe surtitré en plusieurs langues.
Durée : 3 h avec un entracte.

Louis Langrée, direction musicale.
Falk Richter, mise en scène.
Martin Kraemer, costumes.
Carsten Sander, lumières.
Joanna Dudley, chorégraphie.

Stephanie Houtzeel, Mme Larina.
Olga Bezsmertna, Tatiana.
Margarita Gritskova, Olga.
Aura Twarowska, Filipevna.
Mariusz Kwiecien, Eugène Onéguine.
Pavel Cernoch, Lenski.
Ferruccio Furlanetto, Prince Grémine.
Pavel Kolgatin, Triquet.

Orchestre et Chœur de l'Opéra de Vienne.
Thomas Lang, Chef des chœurs.

Christine Ducq
Mercredi 28 Février 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019