La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Eugène Onéguine", un cœur en hiver à l'Opéra de Vienne

L'Opéra de Vienne remet à l'affiche la production de Falk Richter pour trois représentations. Sous la direction brûlante de Louis Langrée et avec la remarquable Tatiana d'Olga Bezsmertna, l'opéra de Tchaïkovski survit au cercueil de glace que lui a réservé le metteur en scène allemand.



© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
Quel opéra plus personnel que ces "Scènes lyriques" en trois actes de Piotr Ilitch Tchaïkovski ? Refusant la forme altière de l'opéra traditionnel, le compositeur invente pour ce drame de l'amour bafoué sept tableaux où les solos et ensembles caractérisent des personnages purs comme du cristal (Tatiana, Lenski) ou à jamais énigmatiques (Eugène Onéguine), et des passions qui se déchirent aux yeux de tous. Écrivant à un des moments les plus difficiles de sa vie, cette tragédie de l'amour non réciproque et de la solitude, Tchaïkovski y livre le chant le plus troublant et sans doute la confidence la plus intime de toute son œuvre vocale.

Les interprétations font rage mais le mystère demeure : Eugène Onéguine est-il le double du compositeur ? Tue-t-il le poète Lenski par amour honteux ? Tchaïkovski se retrouve-t-il passionnément dans le beau personnage de la naïve Tatiana, amoureuse éconduite par le vaniteux Eugène ? Sans doute tout cela à la fois, et à n'en pas douter chacun des personnages (sauf la légère Olga) possède-t-il un peu de son âme.

Les circonstances de la composition de l'opéra sont connues : au moment où Tchaïkovski en commence l'écriture en 1877, concevant d'abord la fameuse scène de la lettre où Tatiana Larina avoue son amour à Eugène Onéguine, il en a lui-même reçu une qui va bouleverser sa vie. C'est celle d'Antonina Milioukova qu'il décide d'épouser en quelques semaines, lui offrant "un amour fraternel" - comme Eugène à la fin de l'acte I mais lui, à ce titre, repousse brutalement Tatiana.

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
Le mariage ne tiendra pas un mois, mais l'opéra conçu dans la fièvre d'un drame existentiel et de la découverte du poème narratif de Pouchkine (paru en 1831) est achevé en janvier 1878 ; l'acteur K. S. Chilovski lui apportant une aide substantielle pour le livret. D'une richesse orchestrale et mélodique enivrante, la partition comporte aussi quelques-uns des plus beaux airs de l'opéra russe reliés par des récitatifs raffinés enchâssés dans le plus limpide discours musical qui soit. Disons-le d'emblée, l'orchestre de l'Opéra de Vienne (issu des forces du Wiener Philharmoniker), dirigé par le chef Louis Langrée, offre un miracle de clarté et de souffle lyrique.

Le chef français distille une bouleversante version du drame en obtenant le meilleur des cordes (si vantées à juste titre) et des bois de l'orchestre avec une confondante souplesse de lignes et un sens inné du chant. Ce dernier est bien ce personnage à part entière de l'œuvre, dévoilant les pensées secrètes et les mouvements du cœur, mais aussi ce chœur antique annonciateur et commentateur du drame.

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
Un nectar brûlant qui ranime la vision glaciale (dans tous les sens de l'adjectif) de Falk Richter. Le metteur en scène allemand, friand de ce genre d'images dans son théâtre, livre en effet une interprétation ironique et comme paralysée de l'opéra. Le plateau figure un énorme trou noir sans plus de fond que ces quelques couples immobiles qu'on retrouvera dans plusieurs scènes (posant au passage de sérieux problèmes d'équilibre entre scène et fosse dès que les artistes ne chantent pas en bord de plateau - ce qu'ils font souvent fort heureusement).

Le spectateur en est réduit à imaginer le jardin des Larina comme il doit bien accepter le fait que Tatiana dorme dans une sorte de lit igloo ou que la scène de bal du deuxième acte s'organise autour d'une table de banquet de glace. Transposée au vingtième siècle, l'histoire nous emmène de surcroît dans la boîte de nuit des Grémine au troisième acte et bizarrerie amusante mais guère motivée au deuxième, Triquet le précepteur français est un nouveau Karl Lagerfeld venu signer des autographes.

Sans parler des ridicules pitreries des serfs du chœur campagnard au "I" ou des invités de Madame Larina à la fête de Tatiana au "II" (du beau chœur maison), la proposition de Falk Richter se contente de montrer des personnages qui luttent contre le risque de glaciation de leurs sentiments dans cette société aux mœurs qu'il n'épargne pas (donnant au fond raison au mépris d'Onéguine) - une vison des plus originales (dirons-nous charitablement) de "l'habitude" qui remplace "le bonheur" chantée par la mère de Tatiana dans la première scène, et qui donne le fin mot de la destinée de tous dans une sorte de société du spectacle à l'ère glaciaire.

Reste une très belle idée que de représenter sur un écran-voile le nom en russe d'Onéguine extrait de la lettre de Tatiana pendant le premier prélude, montrant cette lettre intégrale au début du deuxième acte devant laquelle l'héroïne éprouvera ensuite les pires tourments - pressentant dans un accès de lucidité le refus d'Onéguine.

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
La brillante distribution vocale se montre par ailleurs à même de réchauffer ce tableau désespérant. Si l'Onéguine de Mariusz Kwiecien demeure dans ce spectacle une énigme de bout en bout, promenant pendant tout l'opéra son absence hautaine (n'arrivant cependant jamais à éclipser le souvenir de l'indépassable Hvorostovsky malgré un riche baryton aisé en projection), la Tatiana d'Olga Bezsmertna ravit tous les cœurs par sa fraîcheur et sa spontanéité.

Capable des nuances les plus variées comme des élans les plus émouvants, y compris puissants, la soprano ukrainienne offre la plus belle déclamation qui soit avec l'agilité idoine. Le Lenski du ténor Pavel Cernoch est beau, sans être inoubliable. Il compose un personnage un peu transparent dont on se demande un peu ce que peut lui trouver la mutine Olga (la fine soprano Margarita Gritskova).

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
À côté de la Madame Larina jeune et sexy de Stephanie Houtzeel, mezzo toujours impeccable qui fait ses débuts dans ce rôle à Vienne, le Prince Grémine de Ferruccio Furlanetto est tout simplement extraordinaire. La basse italienne, qui possède une voix précieuse aux profondes harmoniques (il fut lancé par Karajan en son temps), récolte à raison les acclamations du public dans son air touchant de vieil amoureux.


Prochaines dates : mercredi 28 février et samedi 3 mars 2018 à 19 h 30.

Opéra de Vienne.
Opernring 2, Vienne, Autriche.
Tel : + 43 1 513 1 513.
>> wiener-staatsoper.at

© Opéra de Vienne.
© Opéra de Vienne.
"Eugène Onéguine" (1879).
Scènes lyriques en trois actes.
Musique et livret de P. I. Tchaïkovski (1840-1893).
En russe surtitré en plusieurs langues.
Durée : 3 h avec un entracte.

Louis Langrée, direction musicale.
Falk Richter, mise en scène.
Martin Kraemer, costumes.
Carsten Sander, lumières.
Joanna Dudley, chorégraphie.

Stephanie Houtzeel, Mme Larina.
Olga Bezsmertna, Tatiana.
Margarita Gritskova, Olga.
Aura Twarowska, Filipevna.
Mariusz Kwiecien, Eugène Onéguine.
Pavel Cernoch, Lenski.
Ferruccio Furlanetto, Prince Grémine.
Pavel Kolgatin, Triquet.

Orchestre et Chœur de l'Opéra de Vienne.
Thomas Lang, Chef des chœurs.

Christine Ducq
Mercredi 28 Février 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022