La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Enchanteresse "Alcione" à l'Opéra Comique

Pour la réouverture de la Salle Favart, le vieux rêve de Jordi Savall se réalise avec cette nouvelle version scénique de l'opéra de Marin Marais, jamais redonné à Paris depuis 1771. Dans une production originale de Louise Moaty, qui fait la part belle aux arts du cirque, une troupe de jeunes chanteurs formidables et Le Concert des Nations dirigés par le Maître revivifient ce chef-d'œuvre du baroque français.



© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Dès l'ouverture, "Alcione", tragédie lyrique de Marin Marais en un Prologue et cinq actes, déploie la magnificence de sa texture Grand Siècle et ravive les prestiges de l'opéra baroque dans la mise en scène pleine de fougue et de jeunesse de Louise Moaty. Ce spectacle, si éloigné pouvait-on craindre a priori de notre goût (à tort), revit de surcroît dans le nouvel écrin d'un Opéra Comique rénové, petit bijou fastueux d'or et de pourpre.

À la pure élévation suscitée par le chant de belles âmes emportées par les passions avec le souci du naturel annonçant le grand opéra du XVIIIe siècle, ce chef-d'œuvre créé en 1706 témoigne encore de l'héroïsme mythologique en vogue dans ceux de Lully : un héroïsme fait de sentiments pourtant touchants dans cette intrigue pleine de magiciennes, de faunes, de bergers, de dieux et de nymphes entourées de dryades.

Pour le public du "plus grand roi de l'univers" (Louis XIV, l'Apollon du Prologue), Marin Marais a brodé une partition toute de grandeur, de tendresse et de raffinement, entre allégresse des danses, déchaînement des éléments (avec une Tempête restée fameuse) et mélancolie des plaintes amoureuses - dont les préludes entre les actes se font aussi l'écho.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Tombé amoureux du violiste et compositeur dès 1965, Jordi Savall rêvait de redonner vie à sa tragédie sur scène, lui qui en avait enregistré les suites instrumentales au disque. C'est chose faite dans une collaboration fructueuse avec Louise Moaty, qui a elle-même fait appel à la chorégraphe et circassienne Raphaëlle Boitel pour une quasi recréation d'"Alcione".

Le résultats se savoure dans cette production contemporaine et pourtant subtilement irriguée par les allégories baroques picturales qu'on peut admirer à Versailles ou à Marly. On pense ici à cette joute initiale entre Pan et Apollon, aux luthistes aux manches nuageuses du Temple de Junon ou à l'apparition du Sommeil tout droit descendu des cintres et de l'"Atys" de Lully.

Avec une troupe de danseurs et de circassiens qui réinterprète pour notre époque (un Cirque du Soleil façon Illustre Théâtre) avec énergie et grâce les ballets de la tragédie lyrique, les trouvailles et tableaux marquants ne manquent pas sur une scène nue envahie par les cordes et filins rappelant ceux du théâtre à machines et le bateau sur lequel doit embarquer le roi des Trachines et amant d'Alcione, Ceix. Amours contrariées, intrigues malfaisantes, interventions divines et déplorations des amants acquièrent aussi une nouvelle jeunesse grâce à une distribution d'une incroyable fraîcheur.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
La mezzo Léa Desandre, à seulement vingt-trois ans, déploie dans le rôle-titre un talent de tragédienne inné. Son chant noble coule comme une eau pure auquel nul ne peut résister. Ni son amoureux sur scène, Cyril Auvity, Ceix élégant et raffiné, ni le Pélée du baryton Marc Mauillon, dont le charisme et la voix d'une séduction exceptionnelle sauvent le personnage convenu de rival malheureux.

Le chœur et les seconds rôles cueillent sans peine nos faveurs tels Hanna Bayodi-Hirt en Prêtresse de Junon, Sebastian Monti (Apollon - Le Sommeil) et Gabriel Jublin (Phosphore) - pour ne citer qu'eux - tandis que le Concert des Nations impose de la fosse sa science musicienne et l'invention mélodique idoine sous la baguette de son mythique chef, Jordi Savall.

Spectacle vu le 28 avril 2017.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Prochaines dates : jeudi 4, samedi 6 mai à 20 h. Dimanche 7 mai à 15 h.

Diffusion en direct sur Culture Box et Mezzo Live HD le 6 mai 2017.
Diffusion sur France Musique le 21 mai 2017.

Opéra Comique - Salle Favart.
1, place Boieldieu Paris 2e.
Tél. : 0 825 01 01 23.
>> opera-comique.com

"Alcione" (1706).
Tragédie lyrique en cinq actes.
Musique de Marin Marais (1656-1728).
Livret d'Antoine Houdar de la Motte d'après Ovide.
En langue française surtitrée en français.
Durée : 3 h avec un entracte.

© Vincent Pontet.
© Vincent Pontet.
Jordi Savall, direction musicale.
Louise Moaty, mise en scène et décors.
Tristan Baudoin, décors.
Raphaëlle Boitel, chorégraphie.
Alain Blanchot, costumes.
Armand Lavisse, lumières.

Léa Desandre, Alcione.
Cyril Auvity, Ceix.
Marc Mauillon, Pélée.
Lisandro Abadie, Pan, Phorbas.
Antonio Abete, Tmole, Grand-Prêtre, Neptune.
Hasna Bennani, Ismène, Première Matelote.
Hanna Bayodi-Hirt, Bergère, Deuxième Matelote, Prêtresse.

Chœur et Orchestre : Le Concert des Nations.

À l'Opéra Royal de Versailles du 8 au 11 juin 2017.

Christine Ducq
Jeudi 4 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022