La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Eldorado, un festival pour et par les adolescents de Lorient

C'est la sixième édition de ce festival organisé par le Centre Dramatique National de Lorient. Après deux années d'absence pour la raison que vous connaissez, le rendez-vous annuel a pu avoir lieu du 26 au 30 avril. Un rendez-vous entièrement tourné à ce vaste âge qu'est le passage de l'enfant à l'adulte qui propose une programmation dédiée, mais qui est aussi l'occasion de présenter la restitution de spectacles impliquant directement la jeunesse Lorientaise.



"Errance" © Enzo Berthier Klapp.
"Errance" © Enzo Berthier Klapp.
Une participation artistique, encadrée par des professionnels et des associations donc, mais aussi une participation logistique, un engagement dans l'organisation même des événements où les jeunes prennent une part importante. L'occasion pour eux de s'immerger dans les rouages de la production d'événements, la gestion de spectacles et la mise en œuvre de différents forums qui forment le fond du festival Eldorado. Rencontres professionnelles, débats, mises à disposition de structures pour les associations de toutes sortes s'ajoutent à la programmation d'une dizaine d'événements théâtre, danse ou musique.

Le Théâtre de Lorient, dirigé par Rodolphe Dana, accueille ainsi tout au long de la journée des discussions, stages, rencontres autour des métiers du spectacle en plus d'une programmation artistique qui mêle spectacles professionnels invités et spectacles créés pour l'occasion par les jeunes comédiens amateurs Lorientais. Nous avons vu deux de ces créations. L'une sous l'égide du Stage Ado a été menée par Marie-Hélène Roig, artiste du Collectif Artistique : "Errance" en est la restitution. Le second, "Et nos enfants seront des philosophes rois", mis en scène par Antoine Kahan, fait appel à neuf enfants et adolescents de 11 à 18 ans.

"Errance" se déroule sur la vaste mezzanine qui entoure, comme une large coursive, le hall du Théâtre de Lorient. Dans un angle, un comptoir de buvette, des fauteuils clubs et des tables basses au premier plan et, au lointain, des fenêtres, donnant sur l'extérieur et aussi, invisible, un escalier descendant, un décor d'espace vide que les onze comédiennes et comédiens du Stage Ado vont transformer en coin de hall d'aéroport. C'est là que leur imagination nous transporte vite. Lieu de rencontres improbables, de transit, où la contemplation devient un sport de combat, lieu où se croisent indifféremment employées des compagnies, langages énigmatiques, rituels étranges, voire phantasmes égarés.

Visuel Festival Eldorado © Aglaé Bory pour le Théâtre de Lorient.
Visuel Festival Eldorado © Aglaé Bory pour le Théâtre de Lorient.
C'est à partir d'improvisations faites lors de quelques ateliers que ce spectacle a été conçu, inventé et écrit par ces jeunes comédiens en herbe sous la supervision de Marie-Hélène Roig, et le résultat est bluffant. Fait de courtes scénettes parlées, mais aussi de passages muets, voire chorégraphiés, théâtralement chorégraphiés, "Errance" développe une sorte d'impossibles échanges, d'impossibles dialogues, sur fond d'absurde, de dérision et d'humour profond. Une belle performance que de présenter une douzaine de personnages à la fois baroque, touchant, un peu fou, d'où émerge une solitude comique étonnante.

"Et nos enfants seront des philosophes rois" est d'une tout autre facture. Présentée sur la grande scène du CDN de Lorient, avec toute la technique possible de décors, de mise en lumière, de son, de vidéo, cette pièce a l'allure des grandes productions théâtrales. Douze interprètes au plateau pour cette pièce librement inspirée du film "Captain Fantastic" de Matt Ross dont neuf jeunes dont l'âge va de 11 à 22 ans pour incarner les enfants présents dans cette histoire de retour à la nature.

C'est le récit d'un couple qui décide d'élever leurs six enfants dans la forêt, totalement éloigné de toute vie sociale mais enrichie de la proximité avec la nature et de l'étude des grands philosophes, des grands textes, des grandes sciences. La pièce commence juste après le décès de la mère, lorsque la famille de celle-ci cherche à faire réintégrer ces enfants dans la société. Elle raconte la lutte entre ces deux choix, ces deux univers.

Dirigé par Antoine Kahan, ce spectacle très ambitieux nous fait découvrir les belles énergies et la belle rigueur de tous ces enfants comédiens. Mais le rythme pâtit souvent de longueurs un peu inutiles et de répétitions qui auraient pu être coupées à l'adaptation.

Dans les autres spectacles programmés lors de cette édition, à noter "Robins - Expérience Sherwood" par Le Grand Cerf Bleu, vu au théâtre 13 Bibliothèque, "Ne pas finir comme Roméo et Juliette" de Métilde Weyergans et Samuel Hercule, et "La chanson [reboot]", mise en scène de Tiphaine Raffier.

>> Lire aussi "Robins - Expérience Sherwood" Une lecture écologiste de la figure de Robin des Bois

"Et nos enfants seront des philosophes rois" © Agathe Poupeney.
"Et nos enfants seront des philosophes rois" © Agathe Poupeney.
Festival Eldorado 6e édition
Un festival par et pour la jeunesse. Temps fort du Théâtre de Lorient.
Il s'est déroulé du 26 au 30 avril 2022.


"Errance"
Mise en scène Marie-Hélène Roig.
Écriture collective et jeu : Marie Le Guellec, Bertille du Boucher, Lucie Lebas, Lola Goapper, Cyann Volson, Eduart Doda, Ivan Duval, Ewen Averty Le Bloa, Romane Togni, Anaëlle Brossard, Valentin Jezequel, Léah Menard.
Chorégraphie : Fabrice Dasse.
Scénographie : 404 - Collectif d'artistes plasticiennes lorientaises (Léa Vitally, Aurore Le Saux, Maïwenn Bouffos, Lorène Rouleau).

"Et nos enfants seront des philosophes rois"
Mise en scène : Antoine Kahan.
Adaptation : Antoine Kahan et Valérie Sigward.
Collaboration artistique : Valérie Sigward.
Avec : Mélan Auffret, Cécile Bikoï, Léonard Blais, Charlotte Bonnaffons, Jeanne Chavrial, Julien Chavrial, Camille Coatrieux, Rodolphe Dana, Elio Kerijaouen, Axel Lemaire, Yann Pompidou, Gustave Rivoallon Rose.
Composition et accompagnement musical : Yann Pompidou.
Scénographie : Karine Litchman.
Lumières : Jérôme Le Dimet.
Son : Yannick Auffret.

Bruno Fougniès
Mercredi 4 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022