La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

De la persistance rétinienne dans "Jephtha" ou l'admirable théâtre d'ombres de Claus Guth

L'Opéra de Paris propose, jusqu'au 30 janvier 2018 à Garnier, l'oratorio "Jephtha" de Haendel mis en scène par Claus Guth. Avec le sémillant William Christie à la tête des Arts Florissants (orchestre et chœur) et une superbe distribution emmenée par le ténor Ian Bostridge, le spectacle est une réussite totale.



© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
Quand Georg Friedrich Haendel compose en 1751 son dernier oratorio, "Jephtha", dont il doit interrompre la composition pendant plusieurs mois (il souffre des premiers ravages de la cécité après un accident de voiture en 1750), il a soixante-six ans. Depuis 1738, lassé des querelles de tous ordres qui minent la création de ses opéras et du désastre financier qui a suivi lui faisant perdre son théâtre (la Royal Academy of Music à Haymarket), il a choisi de se consacrer à l'oratorio. Il écrira une trentaine (quasi exclusivement en langue anglaise) de ces drames lyriques à sujet religieux, non destinés à être mis en scène - et qu'on peut faire chanter pendant le Carême, de quoi faire taire la concurrence.

Principal propagateur de l'opera seria italien dans le royaume de Sa Très Gracieuse Majesté (il est naturalisé anglais en 1726), Haendel fait de ses oratorios un genre anglais en soi dont se souviendront ses héritiers.

"Jephtha", dont le sujet est tiré du "Livre des Juges" de l'Ancien Testament, se signale dans son énorme production non seulement par les circonstances dramatiques de sa composition mais aussi par l'évident accomplissement des moyens mis en œuvre : le soin apporté aux personnages et à l'écriture vocale témoignant de leur évolution dans l'intrigue, l'importance centrale des interventions du chœur et un orchestre labile, propre à peindre des atmosphères très variées. Bref, le drame humain l'intéresse davantage ici que la signification religieuse d'une partition moins sacrée qu'écrite à hauteur d'homme.

© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
C'est à cet émouvant humanisme que la superbe vision de Claus Guth rend justice. Jephtha, fils d'une prostituée et d'un des Juges d'Israël, a été chassé près de vingt ans dans le désert par son frère Zebul, héritier de la charge paternelle (i.e sauveur). Alors que le peuple se détourne de Yahvé, les désastres s'abattent sur lui. Zebul se voit alors obligé de rappeler son frère pour défaire l'armée des Ammonites qui menace.

Jephtha, enivré par cette possibilité de reconquérir sa vraie place (la première), fait le vœu solennel qu'il sacrifiera la première personne qu'il rencontrera s'il gagne la bataille. Revenu vainqueur du combat, la victime expiatoire sur son chemin sera sa fille unique, Iphis. Une enfant adorée qu'il devra non sans tourments affreux égorger de sa propre main. Cet acte entraînant la colère et le désespoir des autres protagonistes : épouse, fiancé de sa fille, frère, et même le peuple qu'incarne le chœur.

Choisissant d'exposer les prémisses de la tragédie qui a chassé le héros vingt ans auparavant - pendant la belle ouverture orchestrale - derrière un voile-écran où s'affiche la première phrase chantée (par Zebul) "It must be so", le metteur en scène allemand a pris le parti d'explorer la psyché du héros à l'aune de ce fatum écrasant.

© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
Les lettres géantes qui forment ce programme ("Il doit en être ainsi") hanteront le plateau en ordre ou en désordre dans une mise en scène splendide et épurée, magnifiée par les ombres et les lumières de Bernd Purkrabek. La proposition de Claus Guth emprunte à la dramaturgie d'un Caravage, mais dans une vision pourtant contemporaine déclinée en une série de tableaux habités de signes qui rythment les scènes jusqu'à sa conclusion amère et ambiguë (que nous ne dévoilerons pas).

D'une œuvre, un peu conventionnelle dans sa première partie et qui paraît très éloignée de nos préoccupations, le metteur en scène nous ouvre l'accès : ce père déchiré, ces personnages traumatisés nous ressemblent et nous parlent, et ce malgré la succession attendue d'arias, de passage ariosos, de récitatifs et d'ensembles propres au genre. La direction savante et précise de William Christie à la tête de son orchestre au son opulent et de son chœur (homogène, lyrique, puissant) fait le reste : une vague émotionnelle irrépressible nous étreint dans une deuxième partie à tout le moins sublime grâce à la peinture haendélienne des passions, incarnées par des chanteurs superlatifs.

© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
Au tout premier rang, le ténor anglais Ian Bostridge, dans le rôle titre, est admirable d'engagement et de magnétisme. Son chant, à la beauté polychrome, saisit et fascine avec une élégance et une profondeur jamais démenties. Katherine Watson est une Iphis noble et sensible tandis que son fiancé, Hamor (le contre-ténor Tim Mead) récolte les applaudissements mérités par une belle ligne vocale et un jeu habité. Tous trois font des débuts remarqués à l'Opéra de Paris.

Philippe Sly est un Zebul un peu gêné aux entournures au tout début (angoisse des premières), mais très vite le baryton-basse canadien l'habite et le colore des effets les plus convaincants. Dans le rôle de l'épouse, Storgé, Marie-Nicole Lemieux offre son mezzo de velours sombre, sans pareil. L'intervention finale de l'Ange du contre-ténor Valer Sabadus constitue un événement, telle une apparition salvatrice au-delà du plateau. Un spectacle décidément qui imprime l'oreille et la rétine.

Spectacle vu le 13 janvier 2018.

Prochaines représentations :
lundi 15, mercredi 17, samedi 20, mercredi 24 et mardi 30 janvier à 19 h 30.
Dimanche 28 janvier 2018 à 14 h 30.


Diffusion sur France Musique le 28 janvier à 20 h.

© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
Opéra national de Paris - Palais Garnier.
Place de l'Opéra, Paris 9e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Jephtha" (1752).
Oratorio en trois actes.
Musique de G. F. Haendel (1685-1759).
Livret de Thomas Morell.
En langue anglaise surtitrée en français et en anglais.
Durée : 3 h 05 avec un entracte.

William Christie, direction musicale.
Claus Guth, mise en scène.

© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
© Monika Rittershaus/Opéra national de Paris.
Katrin Lea Tag, décors et costumes.
Bernd Purtrabek, lumières.
Arian Andiel, vidéo.
Sommer Ulrichson, chorégraphie.
Yvonne Gebauer, dramaturgie.

Ian Bostridge, Jephtha.
Marie-Nicole Lemieux, Storgé.
Katherine Watson, Iphis.
Tim Mead, Hamor.
Philippe Sly, Zebul.
Valer Sabadus, Angel.

Orchestre et Chœur des Arts Florissants.

Christine Ducq
Lundi 15 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019