La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"De la Maison des Morts", une humanité offensée et bouleversante vue par Patrice Chéreau

Temps fort de la saison de l'Opéra de Paris, la magnifique et bouleversante production du dernier opéra de Leos Janàcek, imaginée par le metteur en scène disparu en 2013, est à l'affiche pour six représentations. Un spectacle à voir absolument.



© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
Aller voir ou revoir cette production de l'opéra de Janàcek, la perfection scénique de ses tableaux, son humanité bouleversante, son intelligence supérieure, permet de mesurer - s'il le fallait encore - à quel point Patrice Chéreau nous manque. Peu de créateurs donnent un tel sentiment, des années après leur disparition, d‘un deuil inconsolable tant artistique qu'humain.

Nous ne l'avons approché qu'à travers ses films, ses mises en scène au théâtre et à l'opéra, et pourtant il figure à jamais dans l'aréopage de ces grands artistes qui ont su nous parler intimement. C'est donc avec une grande joie que nous avions appris que Stéphane Lissner avait décidé de programmer cette année à Paris le travail commandé par ses soins en 2007 pour les Wiener Festwochen, repris ensuite au Festival d'Aix-en-Provence.

Fruit de la troisième collaboration entre Pierre Boulez et Patrice Chéreau (après leurs Ring commencé en 1976 et "Lulu" en 1978), "De la Maison des Morts" était un spectacle passionnant d'une heure quarante où se conjuguaient les talents des deux hommes : le présentisme expressionniste absolu de la musique dirigée par le premier et, pour le second, le travail sur la lisibilité pour le spectateur des relations complexes entre quelques "morts" (ces bagnards condamnés au goulag à de longues peines), dans une splendide série de tableaux très dynamiques arrachés aux lisières de l'horreur concentrationnaire.

© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
Nul temps mort dans cet enfer gris, où les hommes souvent coupables des meurtres les plus atroces tentent de survivre entre remords et désespoir. Alors que la rédemption et la lumière agonisent dans des dortoirs cernés par l'hiver sibérien que rappellent les hauts murs aveugles du scénographe Richard Peduzzi, les mots seuls peuvent ressusciter le passé et tenter d'exorciser en vain la culpabilité et la mort. Force d'un drame dont la nécessité s'impose : c'est l'honneur de l'opéra contemporain qu'une vision de cette classe puisse rencontrer une œuvre du patrimoine.

Les détenus conjurent l'ennui comme ils peuvent dans le beau ballet tragique que Chéreau a imaginé avec le chorégraphe Thierry Thieû Niang : jeu de football improvisé, soin apporté à un aigle blessé, vol d'un manteau chaud alors qu'un nouveau détenu est promptement déshabillé, bagarres, pantomimes burlesques donnant chair aux souvenirs bons ou mauvais.

Pas d'action dramatique à proprement parler dans le livret de Leos Janàcek, largement extrait du récit de Fédor Dostoïevski (1) ; un livret dont le sens apparaît dans l'architecture générale avec la juxtaposition des narrations de quatre détenus, le symbole de l'aigle à qui on rendra la liberté, sans oublier la relation entretenue entre le prisonnier politique Goriantchikov, un noble instruit, et le jeune Alieïa à qui il apprend à lire.

© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
Dans une unité de temps et de lieu étouffante (2), soulignée par le très beau dispositif de Richard Peduzzi superbement éclairé par Bertrand Couderc, ces hommes entre eux se cognent, s'aident, se séparent, s'élancent et meurent entre travail forcé inepte (ces milliers de déchets qui tombent des cintres, à ramasser) et crises de folie sans issue (Le Petit Prisonnier, Louka Kouzmich). Chéreau rend à ces humiliés et offensés, à ces repris de justice méprisables leur humanité poignante en nous tendant un miroir fraternel.

La distribution vocale est à la hauteur des enjeux de ce cauchemar intemporel. Outre les très beaux chœurs, on appréciera l'art de la plupart des quinze chanteurs reprenant à Paris leur rôle de 2007 : le Louka de Stefan Margita impressionne toujours en brute pas tout à fait impavide. L'Aleïa d'Eric Stoklossa au chant clair incarne subtilement l'innocence outragée touchée par la grâce. Face aux autres détenus (dont le pitoyable Chapkine d'un Peter Hoare inspiré en autre victime de la misère sociale), il brille vraiment de "cette étincelle divine" présente en chaque homme (3).

Pour les nouveaux venus, le ténor Ladislav Elgr (Skouratov), les basses Willard White (Goriantchikov) et Peter Mattei sont bouleversants d'humanité troublée. Ce dernier, avec son long récit du troisième acte, défend admirablement cette "mélodie du parler" qu'a créée Janàcek. Un Janàcek soucieux de rénover la vocalité à l'opéra en s'inspirant des chants et de la langue tchèques.

© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
Dans la fosse, Esa-Pekka Salonen marche sur les traces de Pierre Boulez en soulignant les tensions, les rythmes sauvages, toujours inattendus et les couleurs orchestrales polarisées de ce "primitivisme puissant" (imprégné de folklore morave) que relevait le maître français. Compassionnelle ou sarcastique, cette musique mobilise musiciens et spectateurs en une intense expérience existentielle.

Pour les amoureux (nombreux) du travail révolutionnaire de Patrice Chéreau, l'Opéra de Paris organise avec la Bibliothèque Nationale de France une exposition au Palais Garnier sur ses mises en scène lyriques jusqu'au 3 mars 2018.

(1) D'après "Souvenirs de la Maison des Morts" (1861).
(2) Pas de deuxième acte en extérieur ici "sur les rives de l'Irtych".
(3) Citation de Dostoïevski qu'avait recopiée Janàcek sur sa partition.

© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
Du 18 novembre au 2 décembre 2017.
Vendredi 24 à 20 h, dimanche 26 à 14 h 30, mercredi 29 et samedi 2 à 20 h.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille Paris (12e).
Tel : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"De la Maison des Morts" (1930).
Opéra en trois actes.
Musique et livret de Leos Janàcek (1854-1928).
En langue tchèque surtitrée en français et en anglais.
Durée : 1 h 40 sans entracte.

© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
© Élisa Haberer/Opéra national de Paris.
Esa-Pekka Salonen, direction musicale.
Patrice Chéreau, mise en scène.
Peter Mc Clintock, Vincent Huguet, réalisation de la mise en scène.
Thierry Thieû Niang, collaboration artistique.
Richard Peduzzi, décors.
Caroline de Vivaise, costumes.
Bertrand Couderc, lumières.

Willard White, Alexandre Petrovitch Goriantchikov.
Eric Stoklossa, Alieïa.
Stefan Margita, Louka Kouzmich/Filka Morosov.
Ladislav Elgr, Skouratov.
Susannah Haberfeld, Une Prostituée.
Peter Hoare, Chapkine.
Peter Mattei, Chichkov.

Orchestre et Chœurs de l'Opéra national de Paris.
José Luis Basso, Chef des Chœurs.

Christine Ducq
Jeudi 23 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019