La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Dans les coulisses de la passion de "L'Opéra"

Le film de Jean-Stéphane Bron, tourné in loco à l'Opéra de Paris de janvier 2015 à juillet 2016, nous emmène dans le sillage des acteurs d'un monde souvent inconnu et fascinant. Passionnant de bout en bout, le travail du documentariste suisse, qui n'avait jamais mis un pied à l'opéra, pose un regard bienveillant et acéré sur une collectivité œuvrant quotidiennement avec ferveur, mais non sans conflits, à la plus haute idée du spectacle. Sortie le 5 avril.



© Les Films du Losange.
© Les Films du Losange.
Ancien directeur de la noble maison de 2004 à 2009, Gerard Mortier comparait souvent, non sans humour, sa fonction à celle du capitaine du Titanic, au vu des dangers quotidiens évités (ou non) pour faire avancer l'écrasant vaisseau amiral français de l'opéra et de la danse. Difficile de ne pas repenser à ce bon mot à la vision du dernier film de Jean-Stéphane Bron, remarqué (entre autres) pour son "Cleveland contre Wall Street" en 2010 et "L'Expérience Blocher" en 2013 (1).

Sur une proposition du producteur Philippe Martin, le documentariste suisse a réussi à imposer (en douceur) sa caméra à l'occasion de la prise de fonction du nouveau directeur Stéphane Lissner, pour un peu plus de cent trente jours de tournage, et ce, dans tous les services et lieux désirés. Tangage en effet assuré.

Le résultat séduit, amuse et émeut le spectateur, initié ou non au monde de l'Opéra de Paris, grâce au dispositif adopté par le réalisateur : médiatiser son incursion dans un univers qui lui est inconnu par le choix de figures qu'il parvient à rendre romanesques : le Directeur (S. Lissner donc), le Chanteur venu d'un village perdu de l'Oural récemment recruté à l'Académie Mikhail Timoshenko alias Micha (2), le Metteur en scène ou encore le Porte-parole grande gueule des Chœurs, entre nombreux autres.

© Les Films du Losange.
© Les Films du Losange.
Tout l'intéresse qui peut faire récit dans le plan, ce qui donne lieu à des scènes littéralement extraordinaires ou simplement incongrues, souvent symboliques et dans un large éventail de registres.

Pour les amateurs, familiers des spectacles de Garnier et de Bastille, le plaisir consiste à saisir ces moments normalement secrets des répétitions ou en marge des représentations - et les conflits qui peuvent en découler. Le taureau Easy Rider de "Moïse und Aaron" à qui on passe du Schönberg toute la journée pour préparer sa présence sur scène dans la production marquant les débuts de l'ère Lissner, la passion communicative du chef Philippe Jordan dans ses échanges avec l'orchestre pour "La Damnation de Faust", les débats quelque peu houleux donc entre les membres des chœurs et le metteur en scène du "Moïse", Roméo Castellucci - voilà parmi d'autres quelques-uns des moments délectables qui nous sont offerts.

© Les Films du Losange.
© Les Films du Losange.
Mais Jean-Stéphane Bron est avant tout un humaniste et sa caméra ne s'intéresse pas forcément aux stars prévisibles. Il saisit des moments de grâce comme celui où le jeune baryton-basse Micha Timoshenko apprend au téléphone par le directeur de l'Académie, Christian Schirm, qu'il est recruté. Même émotion quand il écoute les larmes aux yeux Sir Bryn Terfel en Méphisto sur la scène de Bastille - star généreuse et futée qui propose de travailler avec lui le rôle de Boris Godounov.

Jean-Stéphane Bron s'attache aussi à tous les salariés de l'entreprise : pompiers filmés pendant la minute de silence à la première du ballet "La Bayadère" le lendemain de la tuerie du Bataclan, techniciens des ateliers de pressing, des perruques, régisseuse, assistantes de stars, femmes de ménage, tous ont droit au gros plan, au plan moyen ou au plan séquence les suivant au plus près d'un métier, d'un itinéraire signifiant, avec l'attention respectueuse ou amusée d'un curieux doté d'un point de vue empathique ou ironique, toujours intéressant.

Pour le spectateur non initié, parmi tant de scènes marquantes - entre les crises récurrentes qui font la vie de cette maison et la peinture à petites touches d'une folle énergie - d'une communauté réunie dans le projet commun que le rideau se lève malgré tout, il s'intéressera à ce combat de la transmission et du désir.

© Les Films du Losange.
© Les Films du Losange.
Par exemple, cette scène incroyable obtenue à partir de nombreuses heures de tournage isolant dans le plan une ballerine hors d'haleine après son sublime pas sur scène, ou encore cette scène saisie par miracle sur deux escalators se croisant pour un superbe symbole : les regards échangés entre des élèves issus de quartiers défavorisés inscrits dans le programme des "Petits Violons" (3) partant donner leur premier concert (après deux ans de travail) et une femme de ménage, qui aurait pu - enfant - faire partie de leur formation, nous suggère ce plan, et changer son destin.

"L'Opéra", au titre intransitif qu'appellent la rigueur et l'expertise de tous ses acteurs, est bien ce miroir tendu à notre société comme un modèle de projet et une utopie. Utopie réalisable comme le rappelle le Directeur car "quel plus bel endroit où vivre qu'un théâtre" au moment des applaudissements ? Moment rendu possible grâce à tous ces personnages, anonymes ou pas, auxquels ce beau film rend in fine hommage.

(1) Le premier s'intéresse à un combat mené après la crise de 2008, le second à un leader d'extrême-droite suisse.
(2) Notons que l'Académie existait avant la prise de fonction de S. Lissner sous le nom d'Atelier Lyrique de l'ONP.
(3) "Les Petits Violons" est un programme qui permet, à des enfants venus de publics éloignés, la pratique d'un instrument en formation orchestrale grâce au mécénat.


● "L'Opéra" (2017).
Un film de Jean-Stéphane Bron.
France / Suisse.
Durée : 1 h 50.
Coproduction : Les Films Pelléas, Bande à Part Films.
Distribution : Les Films du Losange.
Au cinéma le 5 avril 2017.

Christine Ducq
Mercredi 5 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021