La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Création française de "Der Ferne Klang" à l’Opéra national du Rhin : un son résolument européen

Pour l’ouverture de sa saison d’opéra, l’excellente maison strasbourgeoise dirigée par Marc Clémeur, propose "Der Ferne Klang" ("Le Son lointain") du compositeur austro-hongrois Franz Schreker, commémorant ainsi le centenaire de sa création à Francfort en 1912. Cette nouvelle production est l’occasion de faire connaître le compositeur le plus célèbre de son temps - avec Richard Strauss - de la République de Weimar.



© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
Pour fêter ses quarante ans d’existence, l’Opéra national du Rhin n’aurait pu choisir meilleur symbole du cosmopolitisme culturel européen. Né à Monte-Carlo en 1878 d’un père hongrois et d’une aristocrate viennoise, Franz Schreker a vécu dans toutes les capitales européennes. D’abord nommé directeur du Conservatoire de Vienne, il fera, de la Musikhochschule de Berlin dès 1920, un des centres névralgiques de la vie musicale européenne. Décrété "artiste dégénéré" par les nazis - ce qui est un honneur rétrospectivement - il meurt prématurément en 1934 dans un oubli total.

Son œuvre magnifique, évoquant la Mittel Europa des Sigmund Freud, Arthur Schnitzler et autre Hugo von Hoffmannsthal - dont ce "Der Ferne Klang" (un de ses dix opéras) -, est rejouée en Allemagne, en particulier au Festival de Salzbourg. Mais la France traînait les pieds. Cette injustice est réparée grâce à cette nouvelle production du metteur en scène Stéphane Braunschweig, qui a imposé son talent dans maintes maisons d’opéra pour ce répertoire. Ce sera aussi l’opportunité d’écouter le nouveau directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, le chef slovène Marko Letonja, familier des lieux - pour des opéras de Wagner dont on se souvient.

Auteur d’un livret frappé au coin d’un naturalisme proche de celui du dramaturge Franz Wedekind (l’héroïne Grete de "Der Ferne Klang" est une lointaine sœur de Lulu), la musique de Franz Schreker est au contraire subtilement tonale, riche en nuances chromatiques, très straussienne pour tout dire. Un vrai plaisir des oreilles pour une histoire tragique centrée sur la condition du créateur moderne, prisonnier de ses mauvais choix existentiels et artistiques dans une société corrompue. Ce "son lointain" est la métaphore de la quête du compositeur Fritz, qui paiera de ne l’avoir pas reconnu, au plus près.

© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
Première le 19 octobre 2012 à 20 h.
21 octobre à 15 h, 27 octobre 20 h, 30 octobre 20 h.

"Der Ferne Klang" ("Le Son lointain")
Opéra en trois actes de Franz Schreker (1878 – 1934).
Livret du compositeur.
Opéra national du Rhin, Strasbourg (67), 0825 84 14 84.
>> operanationaldurhin.eu

Le 9 novembre 2012 à 20h et 11 novembre 15 h.
La Filature, Grande salle, Mulhouse (68), 03 89 36 28 28.
>> lafilature.org

Scénographie et mise en scène : Stéphane Braunschweig.
Collaboration à la scénographie : Alexandre de Dardel.
Lumières : Marion Hewlett.
Costumes : Thibault Vancraenenbroeck.

Distribution :
Helena Juntunen, soprano : Grete Graumann.
Will Hartmann, ténor : Fritz.
Stanislas de Barbeyrac, ténor : Le chevalier, Un individu suspect.
Martin Snell, basse : Graumann, 2e choriste.
Teresa Erbe, mezzo-soprano : Mme Graumann, La serveuse.
Stephen Owen, baryton-basse : Dr Vigelius, Le baron.

Chœurs de l’Orchestre national du Rhin.
Michel Capperon, chef de chœur.
Orchestre philharmonique de Strasbourg.
Marko Letonja, direction.

Christine Ducq
Vendredi 19 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019