La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Création française de "Der Ferne Klang" à l’Opéra national du Rhin : un son résolument européen

Pour l’ouverture de sa saison d’opéra, l’excellente maison strasbourgeoise dirigée par Marc Clémeur, propose "Der Ferne Klang" ("Le Son lointain") du compositeur austro-hongrois Franz Schreker, commémorant ainsi le centenaire de sa création à Francfort en 1912. Cette nouvelle production est l’occasion de faire connaître le compositeur le plus célèbre de son temps - avec Richard Strauss - de la République de Weimar.



© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
Pour fêter ses quarante ans d’existence, l’Opéra national du Rhin n’aurait pu choisir meilleur symbole du cosmopolitisme culturel européen. Né à Monte-Carlo en 1878 d’un père hongrois et d’une aristocrate viennoise, Franz Schreker a vécu dans toutes les capitales européennes. D’abord nommé directeur du Conservatoire de Vienne, il fera, de la Musikhochschule de Berlin dès 1920, un des centres névralgiques de la vie musicale européenne. Décrété "artiste dégénéré" par les nazis - ce qui est un honneur rétrospectivement - il meurt prématurément en 1934 dans un oubli total.

Son œuvre magnifique, évoquant la Mittel Europa des Sigmund Freud, Arthur Schnitzler et autre Hugo von Hoffmannsthal - dont ce "Der Ferne Klang" (un de ses dix opéras) -, est rejouée en Allemagne, en particulier au Festival de Salzbourg. Mais la France traînait les pieds. Cette injustice est réparée grâce à cette nouvelle production du metteur en scène Stéphane Braunschweig, qui a imposé son talent dans maintes maisons d’opéra pour ce répertoire. Ce sera aussi l’opportunité d’écouter le nouveau directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, le chef slovène Marko Letonja, familier des lieux - pour des opéras de Wagner dont on se souvient.

Auteur d’un livret frappé au coin d’un naturalisme proche de celui du dramaturge Franz Wedekind (l’héroïne Grete de "Der Ferne Klang" est une lointaine sœur de Lulu), la musique de Franz Schreker est au contraire subtilement tonale, riche en nuances chromatiques, très straussienne pour tout dire. Un vrai plaisir des oreilles pour une histoire tragique centrée sur la condition du créateur moderne, prisonnier de ses mauvais choix existentiels et artistiques dans une société corrompue. Ce "son lointain" est la métaphore de la quête du compositeur Fritz, qui paiera de ne l’avoir pas reconnu, au plus près.

© Alain Kaiser.
© Alain Kaiser.
Première le 19 octobre 2012 à 20 h.
21 octobre à 15 h, 27 octobre 20 h, 30 octobre 20 h.

"Der Ferne Klang" ("Le Son lointain")
Opéra en trois actes de Franz Schreker (1878 – 1934).
Livret du compositeur.
Opéra national du Rhin, Strasbourg (67), 0825 84 14 84.
>> operanationaldurhin.eu

Le 9 novembre 2012 à 20h et 11 novembre 15 h.
La Filature, Grande salle, Mulhouse (68), 03 89 36 28 28.
>> lafilature.org

Scénographie et mise en scène : Stéphane Braunschweig.
Collaboration à la scénographie : Alexandre de Dardel.
Lumières : Marion Hewlett.
Costumes : Thibault Vancraenenbroeck.

Distribution :
Helena Juntunen, soprano : Grete Graumann.
Will Hartmann, ténor : Fritz.
Stanislas de Barbeyrac, ténor : Le chevalier, Un individu suspect.
Martin Snell, basse : Graumann, 2e choriste.
Teresa Erbe, mezzo-soprano : Mme Graumann, La serveuse.
Stephen Owen, baryton-basse : Dr Vigelius, Le baron.

Chœurs de l’Orchestre national du Rhin.
Michel Capperon, chef de chœur.
Orchestre philharmonique de Strasbourg.
Marko Letonja, direction.

Christine Ducq
Vendredi 19 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020